Nécropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nécropole mérovingienne de Civaux (France)

Une nécropole (du grec nécros, mort et polis, cité, « cité des morts ») est un groupement de sépultures monumentales ou de tombes séparées des lieux de culte. Espace funéraire généralement antique, il se distingue du champ funéraire préhistorique qui n'abrite pas de monuments, et du cimetière médiéval qui voit l'extension des lieux de culte à leur environnement funéraire sacralisé[1].

Ce terme provient à l'origine d'une zone de l'antique Alexandrie appelée Nécropolis où l'on enterrait les morts et que l'on devrait qualifier de nécrochore, une accumulation de sépultures formant une agglomération (chora) et située en dehors des espaces d'habitations formant la ville proprement dite.

Par extension, le terme peut prendre plusieurs sens :

  1. un groupement de nombreuses tombes, dans le sens employé en archéologie ;
  2. un ensemble de sépultures monumentales agglomérées ;
  3. et par abus de langage, une nécropole princière (un monastère ou une abbaye) où les princes d’une dynastie ou d’un État ont coutume de se faire inhumer.

Le terme de nécropole ne s'applique pas qu'à des sépultures humaines : il existe aussi des nécropoles d'animaux.

Nécropoles égyptiennes[modifier | modifier le code]

Nécropoles étrusques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : nécropole étrusque.

Quelques exemples :

Nécropoles françaises[modifier | modifier le code]

Nécropoles suisses[modifier | modifier le code]

Autres nécropoles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l'Occident médiéval, Aubier,‎ 2005, 394 p.