Domfront (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domfront.
Domfront
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Domfront
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Domfront (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Domfrontais
Maire
Mandat
Didier Leduc
2008-2014
Code postal 61700
Code commune 61145
Démographie
Gentilé Domfrontais
Population
municipale
3 838 hab. (2011)
Densité 108 hab./km2
Population
aire urbaine
5 095 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 28″ N 0° 38′ 21″ O / 48.591111, -0.639167 ()48° 35′ 28″ Nord 0° 38′ 21″ Ouest / 48.591111, -0.639167 ()  
Altitude Min. 117 m – Max. 256 m
Superficie 35,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Domfront

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Domfront

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domfront

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domfront
Liens
Site web www.domfront.com

Domfront est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 3 838 habitants[Note 1] (les Domfrontais). La commune de Saint-Front y a été intégrée en 1863.

Géographie[modifier | modifier le code]

Domfront est située à l'ouest du département, sur les bords de la Varenne.

Communes limitrophes de Domfront[1]
La Haute-Chapelle Saint-Bômer-les-Forges Champsecret
La Haute-Chapelle Domfront[1] Perrou
Saint-Mars-d'Égrenne,
Torchamp
Saint-Brice, Avrilly La Baroche-sous-Lucé,
Lucé

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Domfront était autrefois desservi par le train, relié à Flers. C'est aujourd'hui le réseau de bus de l'Orne Cap'Orne qui assure l'accès par transport en commun par ses lignes 22 (Domfront - La Ferté-Macé - Bagnoles-de-l'Orne), 24 (Domfront - Lonlay-l'Abbaye - Flers) et 25 (Domfront - Saint-Bômer-les-Forges - Flers).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1010, Guillaume de Bellême fait construire à la cime du rocher un premier château en bois, le château, formé de « quatre grosses tours avec des fossés profonds taillés dans le roc », dont la « principale issue était au midi ; deux portes en fer et une claie en fermaient l'entrée »[2].
  • En 1092, Henri Beauclerc, troisième fils de Guillaume le Conquérant, érige sur l'éperon rocheux un château fort en pierre avec son puissant donjon de forme quadrangulaire. Henri Beauclerc deviendra par la suite roi d'Angleterre en 1100, puis Duc de Normandie en 1106 et Domfront devint alors une place forte royale.
  • En 1574, le chef huguenot Montgomery y fut capturé lors du siège de la ville, prélude à son exécution en place de grève par Catherine de Médicis.
  • En 1608, le château est démantelé sur ordre d'Henri IV[2].
  • En 1789, Me Le Pelletier de Feumusson, prieur-curé de Domfront, est élu député du clergé pour les États généraux de 1789 de Versailles.
  • Domfront fut chef-lieu du district de Domfront sous la Révolution puis devint chef-lieu de l'arrondissement de Domfront.
  • En 1863, Domfront (2 909 habitants en 1861) absorbe Saint-Front (2 252 habitants)[3].
  •  : suite au décret Poincaré, Domfront perd sa sous-préfecture et les cantons sont répartis entre les arrondissements d'Alençon et d'Argentan.
  • Mai à août 1944 : La voie ferrée et les routes sont bombardées par les Alliés à la fin du mois de mai 1944 pour freiner l'arrivée de renforts allemands vers les côtes normandes en prévision du débarquement à venir[4]. Lors de la bataille de Normandie, les Allemands se servent de Domfront comme base arrière avec l'installation d'un hôpital dans la ville et d'un dépôt de ravitaillement dans la proche forêt des Andaines[4]. Les Américains, un temps bloqués par la contre-attaque allemande de Mortain, reprennent leur avancée vers l'est, et, après un bombardement d'artillerie et aérien, la ville est enlevée le à des éléments de la 10e division SS par la 30e division d'infanterie US. Les Américains y installeront alors à leur tour un hôpital militaire[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Domfront

Les armes de la commune de Domfront se blasonnent ainsi :
De gueules au château de trois tours d'argent, ouvert et ajouré du champ, maçonné de sable, posé sur une terrasse de sinople.[5],[6]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
    André Rocton RPR Conseiller général
1995 2008 Robert Loquet UMP Artisan peintre,
conseiller général
mars 2008 en cours Didier Leduc DIV Secrétaire administratif
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 838 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 533 1 548 1 665 1 670 1 869 2 417 2 463 2 666 2 879
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 840 2 909 4 866 4 495 4 603 4 812 5 076 4 932 4 966
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 801 4 663 4 819 4 011 3 956 3 894 4 020 3 872 3 951
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 674 3 991 4 354 4 483 4 410 4 262 3 995 3 976 3 830
2011 - - - - - - - -
3 838 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Industries[modifier | modifier le code]

  • Lactalis : fabrication des camemberts Président Le Châtelain et Le Campagne (480 000 pièces par jour par 320 salariés  ; date ?).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane de Notre-Dame-sur-l'Eau.

Domfront compte cinq édifices protégés au titre des monuments historiques :

La commune comporte également trois éléments recensés par l'inventaire général du patrimoine culturel :

Une petite partie du territoire, à l'est, est couverte par la forêt d'Andaine.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie récompensée de trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[18].

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les deux ans ont lieu les médiévales de Domfront, reflet de l'illustre passé de cette cité.

Sports[modifier | modifier le code]

La Société sportive de Saint-Georges-Domfront fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et une seconde en division de district[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[21].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Grégoire-Jacques Lange, Éphémérides normandes, ou, Recueil chronologique, historique et monumental sur la Normandie, Caen, 1833
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Domfront », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 13 mars 2009) . Et fiche liée (Saint-Front).
  4. a, b et c "Domfront" dans le Dictionnaire du Débarquement, pages 291 et 292, sous la direction de Claude Quétel, éd. Ouest-France, 2011.
  5. « GASO, la banque du blason - Domfont Orne » (consulté le 28 novembre 2011).
  6. Site officiel de la ville
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Notice no PA00110791 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no PA00110793 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Histoire du prieuré de Notre-Dame-sous-Eau
  11. « Notice no PA00110792 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Association "Les Amis de l'église Saint Julien de Domfront "[1]
  13. « Notice no PA00125312 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA00110794 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA00061203 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Notice no IA61002757 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA61002756 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 3 mai 2013)
  19. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ste S. St Georges Domfront » (consulté le 3 mai 2013).
  20. Discographie de Victor Vivier
  21. « Domfront sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]