Radepont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Radepont
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Andelys
Canton Fleury-sur-Andelle
Intercommunalité Communauté de communes de l'Andelle, dont Radepont fait partie depuis 2012.
Maire
Mandat
Patrick Minier
2014-2020
Code postal 27380
Code commune 27487
Démographie
Gentilé Ratispontain-ratispontaine
Population
municipale
741 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 07″ N 1° 19′ 45″ E / 49.3519444444, 1.3291666666749° 21′ 07″ Nord 1° 19′ 45″ Est / 49.3519444444, 1.32916666667  
Altitude Min. 18 m – Max. 156 m
Superficie 15,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 14.svg
Radepont

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Radepont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Radepont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Radepont

Radepont est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Radepont est situé dans la vallée de l'Andelle, entre Fleury-sur-Andelle et Douville-sur-Andelle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La station gallo-romaine de Ritumagus[1] est attestée à cet endroit par les Itinéraires, du gaulois ritu-, gué (de l'Andelle) et du gaulois magus, plaine ou marché[2].

Radepont est attesté sous les formes Radipons vers 1034[3], Ratepont vers 1190[4], Radepontis en 1203[5]. Le premier élément est un anthroponyme de type germanique, dont la forme exacte ne fait pas l'unanimité chez les toponymistes :

Le second élément est l'appellatif roman -pont, utilisé comme déterminé selon l'usage influencé par le germanique. Ce même type toponymique se retrouve dans la France du Nord par exemple dans Senarpont (Somme), Hubertpont (Aisne), Carlepont (Oise), etc.[8], tous précédés d'un nom de personne d'origine germanique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Françoise Fournier    
mars 2014 2020 Patrick Minier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 741 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
426 449 522 461 673 803 886 261 916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
878 906 906 920 928 775 827 781 837
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
803 741 783 676 675 655 610 601 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
748 739 691 647 737 710 756 741 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye de Fontaine-Guérard
Église Saint-Germain de Radepont
Château de Radepont

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Belhoste, « La filature Levavasseur à Fontaine Guérard : un monument du patrimoine industriel en quête d'avenir », dans Études normandes, 2009
  • P. Anselme. Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume…. Tome 6. Seigneurs de Radepont.1726-1733[11].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas confondre avec Rotomagus, nom également celtique qui a abouti par évolution phonétique à Rouen.
  2. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard, 1981, p. 163
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 554b
  4. a et b François de Beaurepaire, op. cit.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, 17465, p. 972.
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  7. Marie-Thérèse Morlet, NPAG, I, 182b, in Ernest Nègre, op. cit.
  8. Ernest Nègre, op. cit.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. gallica.bnf.fr


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :