Aulerques Éburovices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plan des peuples gaulois.svg
Jupiter Stator, statue trouvée sur le site de Gisacum
Hémistatère Éburovices[1]

Les Aulerques Éburovices sont un peuple gaulois, fraction du grand peuple des Aulerques (latin Aulerci), désignés par différents qualificatifs selon la portion du territoire où ils se trouvaient. Ceux de la région d'Évreux portaient le qualificatif d’Éburovices (latin Eburovici). Ils occupaient (au sens archéologique de « résider ») la partie sud est de l'actuel département de l'Eure[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

La plupart des linguistes considèrent le qualificatif ethnonymique Éburovices comme un composé des éléments celtiques (gaulois) eburo- et -vice. Le terme vices a été rapproché du latin vincere (vincō, parfait vīcī) « vaincre ». Les Vices (autrement graphié Uices) seraient « ceux qui vainquent » (cf. Lemovices)[3].

Le premier élément eburo- (autrement eburos) se rencontre fréquemment dans l'onomastique personnelle gauloise (anthroponymes gaulois cf. Eburus, Eburo, Eburius, etc.) et dans la toponymie (ex: Eburo-dunum > Yverdon, Embrun ; *Eburo-ialon > Avreuil, Ébreuil ; *Eburiacon > Évry, Ivry, etc. cf. Ivry-la-Bataille, Eure). Selon la plupart des spécialistes, il désigne l'if (botanique)[4]. Les Éburovices seraient donc « ceux qui vainquent par l'if », ce bois ayant été utilisé pour fabriquer des armes, notamment des arcs en raison de sa flexibilité et de sa résistance[4].

Les Aulerques[modifier | modifier le code]

Quatre peuples gaulois ont porté ce nom. Outre les Éburovices, il y avait les Aulerques Cénomans, Aulerques Diablintes et les Aulerques Brannovices. La raison de ce nom commun n’est pas connue, mais ces peuples étant voisins, il est possible qu'ils soient issu d'une même tribu originelle (voir Volques).

Aulerques Eburovices (Région d'Évreux) Bronze à l'enseigne de sanglier. Date : c. 50-40 AC.

Contexte historique et archéologique[modifier | modifier le code]

Leur principal sanctuaire se trouvait sur le site occupé actuellement par le village du Vieil-Évreux, identifié par les archéologues sous le nom de Gisacum. Il se situe à l'est d'Évreux sur un plateau. Au IIIe siècle après J. C., ce vicus possédait des thermes romains, des temples, un forum et un théâtre.

Vers la fin du IIIe siècle, le vicus fut déserté au profit de Mediolanum (Aulercorum), devenue aujourd'hui Évreux à 6 kilomètres dans la vallée de la rivière Iton.

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Jules César mentionne leur participation à la coalition des peuples armoricains contre les Romains et leurs alliés gaulois.

Citation dans Les Commentaires sur la Guerre des Gaules Livre III, 17.

« Tandis que ces événements se déroulaient chez les Vénètes, Quintus Titurius Sabinus arriva, avec les troupes que César lui avait confiées, chez les Unelles. Ceux-ci avaient à leur tête Viridovix ; il commandait aussi à toutes les cités révoltées, d’où il avait tiré une armée, et fort nombreuse ; peu de jours après l’arrivée de Sabinus, les Aulerques Éburovices et les Lexovii, ayant massacré leur sénat, qui était opposé à la guerre, fermèrent leurs portes et se joignirent à Viridovix... »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Monnaie / Antique / Gauloise / GAULE CELTIQUE / Aulerques Éburovices (Région d’Évreux) », sur www.infomonnaies.com (consulté le 24 novembre 2010)
  2. (fr) « Carte des peuples de la Gaule indépendante vers 58 av. J.-C, Docteur Dupoux, Revue archéologique du Centre de la France, Année 1968, Volume 7, Numéro 7-3, p. 243-247 », sur www.persee.fr (consulté le 24 novembre 2010)
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance,‎ 2003, p. 159
  4. a et b Xavier Delamarre, Op. cité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathière, La civilisation des Aulerques Éburovices, 1925.