Saint-Sulpice-de-Grimbouville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sulpice-de-Grimbouville
Mairie de St Sulpice, en arrière-plan, la vallée de la Risle
Mairie de St Sulpice, en arrière-plan, la vallée de la Risle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement de Bernay
Canton Canton de Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Beuzeville
Maire
Mandat
Jean-Marc Leprévost
2014-2020
Code postal 27210
Code commune 27604
Démographie
Population
municipale
183 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 39″ N 0° 26′ 50″ E / 49.3775, 0.447249° 22′ 39″ Nord 0° 26′ 50″ Est / 49.3775, 0.4472  
Altitude Min. 1 m – Max. 121 m
Superficie 4,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Grimbouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Grimbouville

Saint-Sulpice-de-Grimbouville (anciennement Saint-Sulpice-de-Graimbouville) est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans l'espace naturel de la vallée de la Risle maritime. Les marais de Saint-Sulpice font partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune portait officiellement, jusqu'au décret du 14 mars 1991, le nom de Saint-Sulpice-de-Graimbouville (avec un a supplémentaire à Grim- ). On rencontre encore fréquemment cette orthographe dans divers documents non réactualisés.

La nouvelle graphie Grimbouville est conforme à l'étymologie. Le village est attesté sous la forme latinisée Grimboldi villam au XIIe siècle, c'est-à-dire « le domaine de Grimbold(us) » (citée dans les cartulaires de l'abbaye de Préaux), nom de personne germanique ou anglo-scandinave. L'hypothèse anglo-scandinave est préférable, Grimbouville étant situé dans la zone de diffusion des toponymes norrois et anglo-saxons au Xe siècle[1].

Homonymie avec Graimbouville, commune du pays de Caux, également localisée dans la zone de diffusion des toponymes anglo-scandinaves. À noter qu'il n'existe apparemment pas hors de Normandie. L'élément grim, ayant servi à composer ce nom de personne est fréquemment attesté dans l'anthroponymie norroise sous la forme Grimr (islandais moderne Grimur, prénom) et en latin dans les documents de l'époque ducale sous la forme Grinius. Une grande partie des Grainville, ainsi que Grimbosq est constituée avec ce nom de personne. On le retrouve en composé dans Valcongrain issu de « val » Kolgrimr, ainsi que dans Lingreville (Legrinvilla 1056 - 1066) issu de Leodgrimr ou Leofgrimr[2]. L'élément -bold est quant-à-lui plutôt germanique et anglo-saxon.

Le patronyme Grimbold, rarissime, est également attesté en Alsace et est aussi un personnage de J. R. R. Tolkien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Terre de Grimbold au XI siècle, citée dans les cartulaires de l'abbaye de Préaux, elle avait été donnée a celle-ci par Honfroy de vieilles, nanties en 1150 d'une chapelle érigée en paroisse en 1350.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Jean-Marc Leprevost
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 183 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
185 198 219 123 242 170 161 168 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
134 142 143 124 128 105 112 109 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
84 87 91 106 101 95 87 94 93
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
109 83 95 136 159 142 170 178 183
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'actuelle mairie est abritée par une construction médiévale en colombages et couverte de chaume datant de 1420 environ. Bâtie sous la domination anglaise durant la guerre de Cent Ans, elle a été déplacée d'une dizaine de kilomètres et reconstruite après restauration sur son lieu actuel. Il s'agit vraisemblablement de la porterie monumentale d'un ouvrage, manoir ou château, encore plus conséquent. Au bord de la route de Pont-Audemer subsiste encore l'ancienne mairie du XIXe siècle actuellement en ruine.
  • L'église Saint-Sulpice conserve des baies des XIVe et XVe siècles et un arc en plein-cintre d'époque romane, mais l'ensemble a été reconstruit à l'époque classique[5]. Le cimetière possède un if funéraire vieux de 800 ans environ.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire,Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard, 1981, p. 190.
  2. François de Beaurepaire,Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1986.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. Guides bleus, Hachette, Paris-Normandie 1994. p. 496.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :