Guillaume Costeley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Guillaume Costeley paru dans La Musique en 1570.

Guillaume Costeley [Cotalay, Cautelay, Costelly, Coustelly], né en 1530[1] probablement vers Pont-Audemer et mort le à Évreux, est un musicien et compositeur français de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son origine précise n’est pas clairement déterminée. Après qu’on lui ait attribué une origine écossaise fantaisiste, on pense qu’il est né dans la région de Pont-Audemer, où ce nom est souvent attesté dans les registres baptismaux. Cependant, La Croix du Maine le cite en 1584 comme natif de Fontanges-en-Auvergne, une localité qui a aussi vu naître Antoine de Bertrand. Les conditions de son apprentissage de la musique ne sont pas bien connues et son arrivée à Paris est antérieure à 1554.

Paris[modifier | modifier le code]

Irving Godt a relevé dans ses premières compositions (1554) des liens avec celles de Jacques Arcadelt et de Jean Maillard, ce dernier employé à la chapelle royale. Il suppose également qu’il aurait pu rencontrer à Paris Pierre Sandrin et que celui-ci, comme promoteur en France des théories micro-tonales de son collègue Nicola Vicentino, aurait pu susciter chez Costeley l’écriture de sa chanson Seigneur Dieu ta pitié, qui fait intervenir des tiers de tons. C’est en tout cas au luthiste et éditeur Adrian Le Roy, familier de la comtesse de Retz, qui l’a probablement introduit dans son cercle, et par delà à la cour. Il fut là en contact avec les poètes Jean-Antoine de Baïf et Rémy Belleau, avec lesquels il se lia d'amitié, et appartint au mouvement qui allait aboutir à la création de l'Académie de musique et de poésie en 1570, aux côtés du compositeur Joachim Thibault de Courville et du poète Jean Antoine de Baïf.

En 1560 Costeley devint organiste et valet de chambre du roi Charles IX[2] ; il est en 1571-1572 organiste ordinaire du roi aux gages annuels de 375 lt (livres tournois)[3] et un acte notarié fait mention d’une avance de 500 lt sur « sa pension et don du roi »[4].

Sous le règne d'Henri III, il est cité en 1574-1575 parmi les joueurs d’instruments aux gages de 240 lt[5]. En 1576-1578 il est dit « organiste ordinaire » aux gages annuels de 375 lt[6], et cité encore en 1580 parmi les joueurs d’instruments, aux gages de 80 écus, soit 240 lt[7].

En 1570, juste avant de s'établir à Évreux, il publia un vaste recueil de ses œuvres intitulé Musique de Guillaume Costeley.

Évreux[modifier | modifier le code]

En juin 1570 à l'âge de 40 ans, Costeley épouse Jehanne Blacquetot et s’établit à Évreux, où il achète un moulin dans la ville basse et, semble-t-il, arrête de composer. Il reste au service du roi, ne servant à la cour que par quartier, de janvier à mars. Il semble que son épouse lui ait apporté des biens considérables (en 1571 il peut offrir une maison comme cadeau de mariage à un de ses amis).

En 1570, il est cofondateur le la confrérie de Sainte-Cécile (patronne de la musique, fêtée le 22 novembre). À partir de 1575, cette confrérie donna naissance à un concours de composition musicale qui deviendra vite très réputé, et aidera au développement, dans la ville d'Évreux, d'un milieu artistique important. Ce concours sera ensuite imité en d'autres endroits. À Évreux, il dura plus d'un siècle.

Article détaillé : Puy de musique d’Évreux.

Costeley acheta en 1581 un office d'élu (juge des affaires fiscales) à Évreux. En 1583, Henri III accorda à son neveu la cure de Saint-Germain de Croisy au diocèse d'Évreux, par le décès de son prédécesseur Robert Mothe, prêtre et curé de Guarguesalle, chantre de la Chapelle du roi[8]. Son épouse meurt avant 1592 ; il se remarie alors à Françoise Dehais, veuve de Jehan Le Mareschal. Son nom disparaît des comptes royaux vers 1580, mais ses liens avec la cour se maintiennent encore quelques années car il est toujours qualifié en 1597 de « conseiller du roi » (office honorifique), et achète encore l'office de « sergeant de boys en la garde de Neufville, forest d'Orléans ».

Costeley réside à Évreux jusqu'à sa mort, survenue en 1606.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Costeley établissent un lien entre la chanson française polyphonique de la première moitié du XVIe siècle et celle des musiciens italianisants des années 1570-1580 ; elles contribuent également à développer l'écriture verticale et le sentiment harmonique, qui annoncent l'air de cour, genre qui apparaissait alors et qui continuera à se développer au XVIIe siècle.

Elles utilisent des intervalles harmoniques inusités et plusieurs d’entre elles alternent des passages d'homophonie et de contrepoint. Ce contrepoint n’est jamais contraint ni savant, et reste toujours au service du texte.

Costeley a aussi composé des pièces de circonstance (telles La Prise de Calais et La Prise du Havre), dont le style musical se rattache à la manière descriptive et aux ultimes recherches de Clément Janequin.

L’élégance et la souplesse de son écriture font de Costeley « l'un des représentants les plus typiques de l'élégance, du charme, mais aussi du lyrisme de la chanson française au début de la seconde moitié du XVIe siècle »[9].

  • Musique de Guillaume Costeley, organiste ordinaire et vallet de chambre du treschestien et tresinvincible roy de France Charles X. Paris : Adrian Le Roy et Robert I Ballard, 1570. 5 vol. 4° oblong. RISM C 4229, Lesure 1955 n° 139.
Après sept pièces liminaires (au roi, au comte et à la comtesse de Retz , à ses amis, et une de Rémy Belleau et deux de Baïf et Jacques Gohory[10], l’ouvrage contient un total 104 pièces, essentiellement des chansons à 4 voix, mais aussi 7 chansons à cinq, une chanson à six, un motet à quatre (Domine salvum fac regem desiderium cordis ejus) en l’honneur du roi et deux psaumes latin à cinq voix. Parmi les chansons, douze sont des chansons spirituelles.
Nombre de ces chansons avaient été écrites pour les chanteurs de la Chambre du roi ; parmi elles se trouve la célèbre chanson Mignonne, allons voir si la rose écrite sur un sonnet de Ronsard. On doit signaler aussi la chanson chromatique Seigneur Dieu, ta pitié, qui utilise des tiers de tons et qui est bien caractéristique de l'esprit des recherches humanistes en musique ; de même les pièces Il n’est trespas plus glorieux et Heureux qui d’un soc laboureur se rapprochent d’une préoccupation métrique qui tend vers la musique mesurée.
Trois parties (tenor, bassus, quinta pars) sont numérisées par le CESR de Tours dans la collection des Bibliothèques Virtuelles Humanistes : voir ici.
Le recueil est réédité en 1579 (RISM C 4230, Lesure 1955 n° 231), avec quelques variantes quant à la musique (dont les altérations sont notées moins explicitement qu’en 1570) et des pièces liminaires réduites aux deux premières de celles de 1570.
  • Trente-huit chansons différentes de Costeley sont publiés dans divers recueils de chansons entre 1554 et 1613[11], parus d’abord chez Nicolas Du Chemin, puis chez Adrian Le Roy et Robert I Ballard jusqu’en 1578. À partir de 1575, plusieurs chansons paraissent sur les presses anversoises de Pierre Phalèse ; une est aussi publiée en tablature de luth à Venise. De ces 38 chansons, 35 figurent aussi dans la Musique de 1570, puisque seules Flambeau du ciel, Helas ma soeur m’amye et Frere Blaise avec sa bezace, n'y figurent pas, toutes trois publiées chez Du Chemin avant 1567.
  • Comme la plupart des organistes de son temps, Costeley ne publia pas sa musique pour orgue, qui était souvent improvisée. On ne possède plus qu'une Fantasie sus orgue ou espinette restée manuscrite et probablement fragmentaire[12].

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Costeley : Musique, éd. Henri Expert, in Monuments de la Musique de la Renaissance Française, vol. 3, 18, 19 (Paris, 1896–1904, et rééditions).
  • La Fleur des musiciens de Pierre de Ronsard, éd. Henri Expert. Paris : 1923, avec rééditions.
  • Quinze chansons françaises du XVIe siècle, éd. Maurice Cauchie. Paris : 1926.
  • Anthologie de la chanson parisienne au XVIe siècle, éd. François Lesure et autres ». Monaco : 1952.
  • Guillaume Costeley : Selected chansons, éd. Jane Bernstein, in The Sixteenth Century Chanson 8 (1989).
  • Les pièces liminaires et le portrait de La Musique sont publiés par Expert et Bernstein dans les éditions ci-dessus, et traduits en anglais dans la thèse de Godt.
  • Les motets et la fantaisie sont édités dans la thèse de Godt.
  • L’Université de Rouen, le Cérédi et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours préparent la première édition critique de l’œuvre complète de Guillaume Costeley.
  • Partition libres de Costeley sur le site IMSLP

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La préface de La Musique est signée du 1er janvier 1570, avec un portrait où il a 39 ans.
  2. Paris BNF : ms. Dupuy 127 f. 14, cité d’après Hansy p. 381.
  3. Paris BNF : ms. fr. 7007 f. 74r et 91v, 12 juillet 1572, même source.
  4. Paris AN : MC LXXXVII 36, 17 février 1573, étude Lambert Chartrain. Même source, p. 287.
  5. Paris AN : KK 134 f. 52-53 (1574), même source.
  6. Paris BNF : ms. Dupuy 852 f. 41r-44v, même source.
  7. Paris BNF : ms. Dupuy 127 f. 91, même source.
  8. Paris BnF : ms. fr. 21480, f. 166v, 21 mars 1583. Cité d'après Hansy 2008 p. 382 et 240 note 1.
  9. Honegger 1970, article « Costeley, Guillaume ».
  10. Pièces publiées dans les éditions modernes signalées ci-dessous.
  11. Détail dans l’index du RISM Recueils.
  12. Paris BNF : Ms. fr. 9152, numérisé sur Gallica.

Références[modifier | modifier le code]

  • Théodose Bonnin et Alphonse Chassant. Puy de musique, érigé à Évreux, en l’honneur de madame Sainte Cécile. Publié d’après un manuscrit du XVIe siècle. Évreux : Impr. Ancelle fils, 1837. Numérisé sur Google books. Réédition : Genève, Minkoff, 1972 (coll. La Vie musicale dans les provinces françaises, vol. II).
  • Maurice Cauchie, « Documents pour servir à une biographie de Guillaume Costeley », in Revue de Musicologie 7 (1926) p. 49-68.
  • Carl Dahlhaus, « Zu Costeleys chromatischer Chanson », in Die Musikforschung 16 (1963), p. 253–265.
  • Irving Godt, Guillaume Costeley : life and works (thèse, New York University, 1970).
  • Irving Godt, article « Costeley, Guillaume » in Grove’s dictionary of music, online edition, consulté en 2012.
  • Isabelle Handy, Musiciens au temps des derniers Valois (1547-1589). Paris : Honoré Champion éditeur, 2008.
  • Marc Honegger, Dictionnaire de la musique, 1970.
  • François Grudé de La Croix du Maine. La Bibliothèque... (1584). Rééd. de Paris, 1772.
  • François Lesure et Geneviève Thibault. Bibliographie des éditions d'Adrian Le Roy et Robert Ballard (Paris : 1955). Supplément in Revue de Musicologie 40 (1957), p. 166–172.
  • Kenneth J. Levy, « Costeley’s chromatic chanson », in Annales musicologiques 3 (1955), p. 213–263.
  • RISM : Répertoire International des Sources Musicales. Index du RISM B/I (Recueils imprimés XVIe-XVIIe siècles) disponible ici.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]