Pays (aménagement du territoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir pays.

Le pays est une catégorie administrative française d'aménagement à caractère géographique désignant un territoire présentant une « cohésion géographique, économique, culturelle ou sociale, à l'échelle d'un bassin de vie ou d'emploi[1] » afin d'exprimer « la communauté d'intérêts économiques, culturels et sociaux de ses membres[1] » et de permettre l'étude et la réalisation de projets de développement. Ce statut a été créé en 1995 par la Loi d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire (LOADT), dite Loi Pasqua du 4 février 1995, renforcée par la LOADDT (dite Loi Voynet) du 25 juin 1999.

Les pays sont des territoires qui ne sont ni des collectivités territoriales, ni des cantons, ni des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Pour donner un ordre de grandeur, ils se situent entre le département et le canton.

Produits d'une démarche volontaire et contractuelle des communes, les pays couvrent une grande partie du territoire français. Malgré l'essor récent des Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) (en particulier des Communautés de communes), ils restent des acteurs efficaces et reconnus du développement local sur le territoire français, particulièrement en milieu rural[réf. nécessaire].

L'article 51 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[2] a supprimé la possibilité de créer de nouveaux pays. Ceux existants peuvent continuer de fonctionner grâce notamment aux conventions territoriales dans le cadre des Contrat de projets État-région.

Les pays peuvent être représentés et gérés sous différentes formes juridiques : syndicat mixte de pays, association, groupement d'intérêt public… Leur financement provient de la participation de leurs membres (EPCI, communes isolées) et de multiples contrats avec le département, la Région, l’État, l'Union européenne, l'ADEME

Objectif de la création des pays[modifier | modifier le code]

Provenant de la notion ancienne de "pays" géographique (appartenance sociale à un lieu, une vallée, une culture…), ces unités territoriales sont officialisées en 1995 grâce à la Loi Pasqua d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire afin de créer et promouvoir un développement global et durable du territoire concerné et de favoriser les relations entre pôles urbains et arrière-pays rural. Ils résultent d'une démarche ascendante et volontariste des acteurs locaux souhaitant s'unir autour d'un périmètre pertinent (bassin de vie) afin de dynamiser le territoire par de nombreux projets (emploi, santé, qualité de vie, tourisme, habitat, patrimoine, aménagement du territoire, environnement…).

Organisation et fonctionnement[modifier | modifier le code]

D'abord expérimentaux, puis constatés par les préfectures, les pays ont depuis la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) de décembre 2000 vocation à être reconnus par l'État dans le cadre d'une convention. Les pays actuels avaient jusqu'au 7 mai 2006 pour signer avec l'État. On a coutume d'apparenter les Contrats de Développement Durable de la Région Rhône-Alpes à des pays puisqu'ils partagent les mêmes objectifs de développement local.

Le « conseil de développement » réunit les élus et les acteurs économiques, sociaux, culturels ou associatifs, au sein d'un organe de réflexion sur la politique de développement du territoire à mener. Il émet des avis, des propositions et accompagne les projets. Le conseil de développement concerne également les communautés d'agglomération. La « charte de développement du pays » permet de fixer les enjeux et les objectifs du pays (elle agit comme la « Constitution » interne du pays).

En 2010, la loi Grenelle II[3] ajoute que si un périmètre d'un « SCoT » (schéma de cohérence territoriale, mis en œuvre par une autre entité juridique, le syndicat mixte de pays) « recouvre en tout ou partie celui d’un pays ayant fait l'objet d'une publication par arrêté préfectoral, le PADD (projet d'aménagement et de développement durables) du schéma de cohérence territoriale prend en compte la charte de développement du pays ».

Il existe aussi des pays non reconnus comme « pays Voynet », c'est-à-dire à l'échelon national, car les critères de reconnaissance sont parfois loin de ce que sont certains pays.

Les pays ont souvent a travailler conjointement et à participer à des projets avec d'autres entités que les collectivités territoriales publiques, telles que des établissements publics administratifs (EPA) nationaux ou régionaux (par exemple des universités ou instituts publics de recherche), des entités mixtes ou paritaires (par exemple des agences régionales de santé), des chambres de commerce et d'industrie, des chambres des métiers et de l'artisanat, des chambres d'agriculture, et certains partenaires économiques de portée largement supérieure au seul territoire du pays (tels que les syndicats de gestion d'installations portuaires ou aéroportaires, de gestion de grands quartiers d'affaire ou encore de zones franches, ou des grands acteurs industriels tels que les producteurs et transporteurs d'énergie, ainsi que parfois des partenaires transfrontaliers réunis avec des partenaires locaux dans un groupement d'intérêt européen).

Liste des pays[modifier | modifier le code]

Alsace[modifier | modifier le code]

L'Alsace est découpée en 2 départements et également en 10 pays :

Aquitaine[modifier | modifier le code]

L'Aquitaine, découpée en 5 départements, est également découpée en 26 pays.

Auvergne[modifier | modifier le code]

La région d'Auvergne, qui comprend quatre départements, compte actuellement treize pays :

Basse-Normandie[modifier | modifier le code]

La Basse-Normandie, découpée en 3 départements, est également découpée en 13 pays, dont un (Pays d'Alençon) commun avec les Pays de la Loire

Nom Nb communes Population () Superficie (km²)
Pays de Caen
Pays de Coutances
Pays de la Baie du Mont-Saint-Michel
Pays du Bessin au Virois
Pays du Bocage
Pays du Cotentin
Pays d'Alençon
Pays d'Argentan Pays d'Auge Ornais
Pays d'Auge
Pays d'Ouche
Pays du Perche ornais
Pays Saint-Lois
Pays Sud Calvados
Total

Bourgogne[modifier | modifier le code]

La Bourgogne, découpée en 4 départements, est également découpée en 17 pays :

Bretagne[modifier | modifier le code]

La région administrative de Bretagne, compte 4 départements et 21 pays[4] :

Nom Nb communes Population (1999) Superficie (km²)
Pays d'Auray[5] 28 72 773 606
Pays de Brest[6] 89 374 740 1 678
Pays de Brocéliande[7] 43 57 683 929
Pays du Centre-Bretagne[8] 41 43 395 970
Pays Centre Ouest Bretagne[9] 109 103 845 3 264
Pays de Cornouaille[10] 95 312 471 2 484
Pays de Dinan[11] 79 94 839 1 305
Pays de Fougères[12] 58 76 517 1 026
Pays de Guingamp[13] 64 71 855 1 092
Pays de Lorient[14] 30 205 227 855
Pays de Morlaix[15] 61 121 621 1 331
Pays de Ploërmel-Cœur de Bretagne[16] 54 60 171 1 241
Pays de Pontivy[17] 45 77 340 1 377
Pays de Redon et Vilaine[18],[Note 1] 54 77 987 1 434
Pays de Rennes[19] 67 419 559 1 145
Pays de Saint-Brieuc[20] 63 180 227 1 149
Pays de Saint-Malo[21] 71 149 360 1 107
Pays de Trégor-Goëlo[22] 69 112 209 1 034
Pays des Vallons de Vilaine[23] 25 41 624 620
Pays de Vannes[24] 61 173 618 1 523
Pays de Vitré-Porte de Bretagne[25] 64 87 256 1 282
Total 1 270 2 919 717 24 512

Centre[modifier | modifier le code]

La région Centre, composée de 6 départements, compte 30 pays :

Champagne-Ardenne[modifier | modifier le code]

La Champagne-Ardenne, découpée en 4 départements, est également découpée en 25 pays :

Franche-Comté[modifier | modifier le code]

La Franche-Comté, découpée en 4 départements, est également découpée en 16 Pays :

Nom Nb communes Population (2008)[26] Superficie (km²)
Pays de l'Aire Urbaine 199 307 715 1 418
Pays Dolois - Pays de Pasteur 125 83 317 1 170
Pays du Doubs Central 119 33 324
Pays graylois 141 44 341 1 528
Pays du Haut-Doubs 79 57 388
Pays du Haut Jura 66 51 667
Pays de la Haute Vallée de l'Ain 66 21 803
Pays Horloger 78 43 664
Pays des Lacs et de Petite Montagne 95 17 680
Pays Lédonien 128 64 067
Pays de Loue Lison 77 23 587
Pays des Portes du Haut-Doubs 50 20 265
Pays du Revermont 63 22 161
Pays des Sept Rivières 79 25 273 636
Pays de Vesoul et du Val de Saône 160 69 072 1 560
Pays des Vosges Saônoises 162 87 734 1 630
Total 1 687 973 058

Haute-Normandie[modifier | modifier le code]

La Haute-Normandie, qui réunit les départements de la Seine-Maritime et de l'Eure comprend :

Languedoc-Roussillon[modifier | modifier le code]

La région Languedoc-Roussillon comporte 19 pays :

Limousin[modifier | modifier le code]

Le Limousin est composé de 16 pays.

Article détaillé : Liste des Pays du Limousin.

Lorraine[modifier | modifier le code]

Midi-Pyrénées[modifier | modifier le code]

Midi-Pyrénées comprend 32 pays :

Nord-Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Le Nord-Pas-de-Calais, constitué de 2 départements, est composé de 12 pays :

Pays de la Loire[modifier | modifier le code]

Picardie[modifier | modifier le code]

La Picardie, découpée en 3 départements, est également découpée en 17 pays :

Poitou-Charentes[modifier | modifier le code]

Le Poitou-Charentes, découpé en 4 départements, est également découpé en 27 pays :

Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

La Provence-Alpes-Côte d'Azur, découpée en 6 départements, est également découpée en 15 pays.

Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce pays est à cheval sur trois départements, dont un situé en région Pays de la Loire.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Pauliat, « Le pays est mort ... vive le pôle d'équilibre territorial et rural (2014-II-2051) », La Semaine juridique, édition administrations et collectivités territoriales, no 8 « Décentralisation, acte III, scène 1 (Loi n°2014-58, 27 janvier 2014 dite MAPTAM) »,‎ 24 février 2014, p. 51-53 (ISSN 1774-7503)