Liste des comtes de Poitiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Comte de Poitiers

Image illustrative de l'article Liste des comtes de Poitiers

Blason des comtes de Poitiers


Image illustrative de l'article Liste des comtes de Poitiers
Titulaire actuel
dernier comte de Poitiers.

Création 778[Note 1]
Premier titulaire Abbon Ier de Poitiers (778)
Dernier titulaire Charles II de Poitiers (1422)
Site internet www.poitiers.fr/c 61 331 Histoire.html

Depuis VIIe siècle, les comtes de Poitiers — ou suivant l’usage « comtes de Poitou »[Note 2] — ont été à la tête d’un ensemble territorial qui a évolué au fil des siècles, le comté de Poitiers.

Le comté fut érigé comme tel par Charlemagne, qui envoya en 778 un certain Abbon pour administrer le territoire. Très vite, et toujours sous la période carolingienne, deux familles franques s’opposent au titre comtal : celle des Guilhelmides et celle des Ramnulfides, qui aura raison de la première en 902.

La nouvelle dynastie pleinement instaurée devient la fameuse « maison de Poitiers », dont Aliénor d’Aquitaine est l’ultime héritière. Aux mains des Plantagenêts par le fils de cette dernière — Richard Cœur de Lion — en 1169, le comté est reconquit en 1204 par Philippe Auguste.

Après Jean sans Terre (1199-1204), le comté est ainsi incorporé au domaine royal (1204), et donné en apanage — dès 1241 — aux fils des rois de France. Pourtant, le comté reste de 1422 à la Révolution dans les terres de la Couronne.

Comtes mérovingiens[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
Guérin Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort en 677
Au VIIe siècle
Premier comte mérovingien répertorié.
Hentilius Ier de Poitiers[Note 3]
Dates de naissance et de mort inconnues
Au VIIe ou au VIIIe siècle
Père de Forminius, ce dernier avait pour précepteur saint Savin, un parent de la famille[Note 4].
Hatton Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort après 744
Entre 735 et 744
Frère de Hunald d’Aquitaine qui lui creva les yeux quand il devint seul duc d’Aquitaine.

Comtes carolingiens[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
1
Abbon Ier de Poitiers[1]
Né à une date inconnue — Mort vers 811
778 — après 791
(ou en 811)[Note 5]
Il est possible qu’Abbon ait conservé le titre jusqu’à sa mort qui pourrait être survenue en 811[2], à moins qu’à cette date il ne s’agisse pas du même Abbon mais de son fils Abbon[Note 6], frère cadet d’Arnault ; ce dernier aurait été exclu de ses droits au titre comtal[Note 7].
Abbon II de Poitiers
Dates de naissance et de mort inconnues
Inconnue — 811
Il serait le fils du précédent.
2
Ricuin Ier de Poitiers[3],[4]
Né à une date inconnue — Mort en 841
811814 ou 815[5]
Plus tard comte de Nantes, est cité comme comte de Poitiers en 811 et en 814-815, mais sans qu’on puisse être certain d’une effective prise de fonctions.
3
Gérard Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort en 841
814 ou 815 — vers 815
Petit-fils possible d’Abbon Ier, il serait le fils d’Abbon II. Devenu comte au départ de Ricuin en embassade auprès de Léon V l’Arménien, empereur d’Orient, il aurait été chassé du Poitou par Pépin Ier d’Aquitaine pour avoir été resté fidèle à Louis le Pieux[2].
4

Bernard Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort vers 828

Vers 815[Note 8] — entre 826 et 828
Bernard est mentionné à deux reprises dans des documents : un procès[Note 8] et un don fait à l’abbatiale Saint-Maixent.

Comtes du IXe siècle[modifier | modifier le code]

De 828 à 902, le comté de Poitiers est disputé entre les deux familles des Guilhelmides et des Ramnulfides.
Étant donné que les comtes sont tantôt d’une famille tantôt d’une autre, le tableau ci-dessous répartit et les sépare suivant l’ordre chronologique et la dynastie.
Rang Nom Dynastie Période Notes
5
Émenon Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort en 866
Guilhelmides
828839
Devenu comte en 828, Émenon aurait été destitué après avoir soutenu la révolte de Pépin II d’Aquitaine. Par ailleurs, le comte Émenon était aussi comte de Périgueux ainsi que d’Angoulême. Par déduction contemporaine, il aurait eu deux épouses qui lui ont entre autres donné trois fils.

6
Renaud Ier de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort en 843
Autre[Note 9]
839 — entre 840 et 843
Peu de choses sont connues de ce comte. Il est possible que ce comte soit Renaud d’Herbauges, sans certitudes.

7
Bernard II de Poitiers
dit « le Poitevin »
Né à une date inconnue — Mort en février 844
Guilhelmides
Entre 840 et 843844
Frère d’Émenon, Bernard épouse une certaine Bichilde[Note 10].

Ébroïn, évêque de Poitiers
Né à une date inconnue — Mort en 854
Autre[Note 9]
844854
Faute de comte, Ébroïn, évêque de Poitiers assume les charges comtales sans en avoir le titre.

8
Renoul Ier de Poitiers[Note 11]
Né à une date inconnue — Mort en octobre 866
Ramnulfides
854866
Fondateur de la dynastie des Ramnulfides, Renoul est le fils de Gérard d’Auvergne, comte d’Auvergne qui aurait aussi régné sur le comté de Poitou comme « Gérard Ier »[2]. Il cumule aussi le comté de Poitou à l’Aquitaine, dont il est le duc de 854 à 866.

9
Bernard III de Poitiers
dit « de Gothie »
Né à une date inconnue — Mort après 879
Guilhelmides
866877
Comte de Barcelone, marquis de Gothie, comte de Gérone Bernard est le fils de Bernard II ; il est ainsi l’héritier du Poitou. Ne voulant reconnaître le nouveau roi des Francs Louis II, Bernard est privé du comté de Poitiers en 877, puis, suite à une révolte, il est excommunié par le pape Jean VIII en 878.

10
Renoul II de Poitiers[Note 11]
Né vers 850 — Mort le
Ramnulfides
877890
Fils de Renoul Ier, Renoul est aussi duc d’Aquitaine. Marié à une certaine Ermengarde, il n’a pas d’héritiers légitimes.
11
Ebles Ier de Poitiers
dit « Manzer » (signifie bâtard)
Né vers 870 — Mort entre 934 et 935
Ramnulfides
890892
Fils illégitime du précédent, Ebles est détrôné en 892.

12
Aymar Ier de Poitiers[Note 12]
Né à une date inconnue — Mort le
Guilhelmides
892902
Fils d’Émenon, Aymar est le dernier des Guilhelmides à avoir été comte de Poitiers. Soutenu par Eudes, roi des Francs, il parvint à accéder en 892 au titre comtal.

Comtes ramnulfides[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison des Ramnulfides.
Rang Nom Période Notes
11
Ebles Ier de Poitiers
dit « Manzer » (signifie bâtard)
Né vers 870 — Mort entre 934 et 935
902934
Ebles est rétabli en 902 au titre comtal après en avoir été chassé en 892. Après lui, la dynastie des Ramnulfides devint la famille titulaire du comté de Poitiers et du duché d’Aquitaine.
13
Guillaume Ier de Poitiers
dit « Tête d’Étoupe »
Né en 910 — Mort le
934963
Fils du précédent, il est aussi connu comme « Guillaume III de Poitiers »[Note 13]. Guillaume épouse Adèle de Normandie, avec qui il a deux enfants.
14
Guillaume II de Poitiers
dit « Fièrebrace »
Né en 937 — Mort le
963995
Fils du précédent, celui qu’on appelle aussi « Guillaume IV de Poitiers » épousa Emma de Blois, dont postérité.
15
Guillaume III de Poitiers
dit « le Grand »
Né en 969 — Mort le
9951030
Fils du précédent, Guillaume épousa successivement Adalmode de Limoges, Brisque de Gascogne (1011) et Agnès de Mâcon (1019).
16
Guillaume IV de Poitiers
dit « le Gros »
Né en 1004 — Mort en mars 1038
10301038
Fils du précédent et d’Adalmode de Limoges, Guillaume meurt sans descendance.
17
Eudes Ier de Poitiers
Né en 1010 — Mort le
10381039
Demi-frère du précédent, Eudes est le fils de Guillaume III et de Brisque de Gascogne ; il meurt sans descendance.
18
Guillaume V de Poitiers
dit « Aigret »
Né en 1023 — Mort à l’automne 1058
10391058
Demi-frère des deux précédents, Guillaume est le fils de Guillaume III et d’Agnès de Mâcon.
19
Guillaume VI de Poitiers
Né vers 1025 — Mort le
10581086
Frère du précédent, Guillaume est le fils de Guillaume III et d’Agnès de Mâcon. Il épouse successivement Gersende de Périgueux, Mathilde et Hildegarde de Bourgogne.
20
Guillaume VII de Poitiers
dit « le Troubadour »
Né le — Mort le
10861126
Fils du précédent, Guillaume épouse Ermengarde d’Anjou puis Philippe de Toulouse.
21
Guillaume VIII de Poitiers
dit « le Toulousain »
Né en 1099 — Mort le
11261137
Fils du précédent, Guillaume épouse Aliénor de Châtellerault.
22
Aliénor Ire de Poitiers
Née vers 1122 — Morte le 31 mars ou le
11371204
Fille du précédent, Aliénor épouse d’abord Louis VII le Jeune, roi de France, dont elle divorce en 1152 puis épouse le roi Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre.

Comtes plantagenêts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première maison d’Anjou.
Rang Portrait Nom Période Notes
23
Richard coeur de lion.jpg
Richard Ier de Poitiers
dit « Cœur de Lion »
Né le — Mort le
11691196
Fils de la précédente et de Henri II d’Angleterre, Richard devient à la fois duc d’Aquitaine, de Normandie et roi d’Angleterre à la mort de son père.
24
Otto IV 1836.jpg
Otton Ier de Poitiers
dit « de Brunswick »
Né en 1176 ou en 1177 — Mort le
11961198
Neveu du précédent — qui lui donne le Poitou —, Otton rend son titre comtal en 1198 lorsqu’il est élu « roi des Romains » (comme « Otton IV »).
23
Richard coeur de lion.jpg
Richard Ier de Poitiers
dit « Cœur de Lion »
Né le — Mort le
11981199
Oncle du précédent, Richard accède de nouveau à la distinction un an.
25
King John.jpg
Jean Ier de Poitiers
dit « sans Terre »
Né le — Mort le
11991204
Frère du précédent, Jean accède aux dignités de son frère — Angleterre, Normandie, Aquitaine et Poitou — une fois ce dernier mort (1199). En 1204, le Poitou est conquis par Philippe Auguste qui le réintègre au domaine royal.

Comtes apanagistes[modifier | modifier le code]

En 1204, le comté de Poitiers est réintégré au domaine royal français.
Le roi de France peut ou non donner en apanage un territoire du domaine à l’un de ses fils, qui peuvent fonder une dynastie si la famille ne s’éteint pas par voie mâle et légitime.

Première création (1241)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
26
Alphonse II de Poitiers
Né à le — Mort le
12411271
Fils de Louis VIII le Lion, Alphonse est apanagé de Poitiers lors de son adoubement en 1241. Faute d’héritiers, l’apanage retombe dans le domaine royal à sa mort.

Deuxième création (1311)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
27
Philippe Ier de Poitiers
Né en 1292 ou en 1293 — Mort le
13111316
Fils de Philippe le Bel et de Jeanne Ire de Navarre, Philippe est apanagé par son père en 1311. Devenu roi de France et de Navarre en 1316, l’apanage retombe dans le domaine royal cette même année.

Troisième création (1350)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
28
Louis Ier de Poitiers
Né à le — Mort le
13501354
Fils de Jean II le Bon, Louis est fait « comte de Poitiers » en 1350 alors qu’il était déjà comte d’Anjou. Le titre ne lui restera que quatre ans, pour venir entre les mains de son frère aîné.

Quatrième création (1354)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
29
Charles Ier de Poitiers
Né à le — Mort le
13541364
Frère du précédent, Charles est fait, par son père Jean II, « comte de Poitiers » en 1354, alors qu’il portait déjà le titre de « Dauphin de France ». En 1364, lorsqu’il devient roi de France, l’apanage retombe dans le domaine royal.

Cinquième création (1369)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
30
Jean II de Poitiers
Né à le — Mort le
13691416
Frère du précédent, Charles est fait, par ce même frère, « comte de Poitiers » en 1369, alors qu’il portait déjà le titre de « duc de Berry ». Lorsqu’il meurt, en 1416, le comté est réintégré à la Couronne, faute d’héritiers vivants.

Sixième création (1416)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
31
Jean III de Poitiers
Né à le — Mort le
14161417
Fils de Charles VI le Fol, Jean, Dauphin de France en 1415, comte de Touraine en 1407, est fait, par son père, « comte de Poitiers » en 1416. À sa mort, un an plus tard, faute de descendants, l’apanage revient à la Couronne.

Septième création (1417)[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période Notes
32
Charles II de Poitiers
Né à le — Mort le
14171422
Frère du précédent, fils de Charles le Fol, Charles devint Dauphin et comte de Poitiers à la mort de son frère (1417). Devenu, de jure roi de France, il perd, selon la tradition, son apanage, qui est incorporé au domaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 778, Abbon est fait « comte de Poitiers » par Charlemagne.
  2. Au Moyen Âge, le latin étant la langue officielle, les comtes portaient l’appellation de « Comes Pictavorum », équivalant en français à celle de « comte des Poitevins ».
    De même que pour les premiers rois de France qui étaient en réalité « Reges Francorum » — c’est-à-dire, « rois des Francs » —, ceux qui possèdent les terres du Poitou sont, avec l’usage, appelés couramment « comtes de Poitiers » voire « comtes de Poitou ».
    Les terminologies latines équivalentes sont respectivement « Comes Pictavium » et « Comes Pictonum ».
  3. Joseph Abbadie, Vie de saint Savain, anachorète du Lavedan, vol. 2, Impr. de T. Telmon, Tarbes,‎ 1857, 51 p. (lire en ligne)
    « Savin naquit en Espagne au VIIe ou VIIIe siècle, d’un comte de Barcelone, qui était, dit-on, frère de Hentilius, comte de Poitiers et parent des rois de France, s’il faut en croire certains historiens. » (pp.  9 et 10).
  4. Joseph Abbadie, op. cit.
    « Hentilius sut bientôt apprécier le mérite et l’intelligence précoce de son neveu ; et, sans tenir compte de l’âge, il voulut lui donner une marque non équivoque de la plus haute confiance, en le chargeant de l’éducation de son fils. Ce bienheureux enfant ne pouvait, en effet, trouver un meilleur maître pour former en même temps son esprit à la science, son cœur à la bravoure chevaleresque de l’époque, et son âme à la plus solide piété. » (p.  13)
  5. (en) Charles Cawley, Medieval lands (lire en ligne).
    Nommé par Charlemagne en 778, Abbon est peut-être resté comte jusqu’en 811, date à laquelle il aurait été le « Comes Abo » (comte Abbon), personnage qui comfirma la paix entre l’empereur Charles et Hemming, roi des Danois.
  6. Revue historique de l’Ouest, no 13, 1897, « Registre de la Chambre du 24 octobre 1670 » qui prend en compte le travail de généalogie de Jean Le Féron (1504-1570) sur la famille de Sanzay.
    « Sont issus originairement d’Albon [Abbon de Poitiers], fils de Girard, duc de Bourgogne, comte d’Autun et de Rousillon, et frère de Samson, duc de Bourgogne, qui fut comte de Poitou, duquel fut fils Albon, deuxième du nom, comte de Poitou, duquel furent fils Girard [Gérard d’Auvergne], qui fut comte de Poitou, lequel épousa Mahault [ou Mahaut, Mathilde], fille de Pepin [Pépin d’Aquitaine], dernier roi d’Aquitaine et Arnault de Poitou, qui fut seigneur de Sanzay. »
    Cette généalogie cite donc deux Abbon pères et fils qui se succèdent comme comte de Poitiers. Si tel est bien le cas, le comte de Poitiers pouvait effectivement considérer que son titre, hérité de son père, était devenu un droit héréditaire de sa famille (d’après les archives du comte René de Laigue (château de Bahurel) ; copie conforme).
  7. Jean Le Féron, historiographe héraldiste (1504-1570), cite une lettre d’Abbon excluant un de ses fils de la succession au titre de « comte de Poitou » datée du .
    Il s’agit d’un certain Arnaud (ou Arnault), destiné à la prêtrise, qui aurait épousé, sans le consentement de son père Abbon, Jeanne (ou Jehanne) de Sanzay, ceci lui empêchant à lui et ses héritiers de prétendre au titre de « comte de Poitiers » — bien qu’à cette époque les titres de comte ne soient pas officiellement héréditaires.
  8. a et b Une charte du annonce un procès jugé par « Godilus, missus illustri viro Bernardo comiti », se référant au comte Bernard. Il est probable que le comte est été nommé par Pépin, qui devint roi en 814.
  9. a et b Il s’agit d’un comte non issu des familles des Guilhelmides et des Ramnulfides.
  10. Par la bulle d’excommunication de Jean VIII pour leur fils Bernard, apparaît la formule latine de « Bernardum filium Bernardi et Belihildis », seule évocation de Bichilde.
  11. a et b Version francisée du latin « Ramnulfus », Renoul est l’un des prénoms équivalents utilisés en français avec « Ramnulf », « Rainulf » mais aussi « Rainulfe »
  12. Du latin « Ademarus », « Aymar » est l’une des écritures alternatives du prénom avec « Adémar ».
  13. À partir de Guillaume Tête d’Étoupe, tous les comtes de Poitiers sont également ducs d’Aquitaine et portent un double numéro d’ordre : le premier pour le comté de Poitiers, le second pour le duché d’Aquitaine. Bien que la dynastie reste poitevine, et que Poitiers reste une des capitales, on use généralement du deuxième numéro, pour des raisons de prestige.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152x), p. 29
  2. a, b et c Revue historique de l’Ouest, no 13, 1897, « Registre de la Chambre du 24 octobre 1670 ».
    Extrait des mémoires dressés par les intendants du royaume par ordre de Louis XIV.
  3. Jean Besly, Histoire des comtes de Poitou et ducs d’Aquitaine, Robin, Niort,‎ 1840
  4. Michel Dillange, op. cit., p.  29, le donne incertain.
  5. Charles Cawley, op. cit. donne une date postérieure à 814, date à laquelle est survenue sa nomination comme missi selon la Vita Hludowici Imperatoris :
    « Northbertum Regiensium episcopum et Richoinum Pictavium comitem. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152x)
  • Alfred Richard, Histoire des comtes de Poitou 778-1204, vol. 1 (778-1126), Aphonse l’Hiaul & fils éditeurs, Pau,‎ 1903 (lire en ligne)
  • Maur-François Dantine, Ursin Durand, Charles Clémencet et Simon Pierre Ernst, L’art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monumens depuis la naissance de Notre-Seigneur, vol. 2, Alexandre Jombert Jeune, Paris,‎ 1784 (lire en ligne)
  • Jean Besly, Histoire des comtes de Poitou et des ducs de Guyenne depuis 811 à Louis le Jeune, Robin & Cie Libraires, Niort,‎ 1840, 233 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]