Christian Millau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian Dubois-Millot

Naissance
Paris
Nationalité France
Pays de résidence France
Profession écrivain, journaliste, grand reporter, critique gastronomique
Formation
lycée Janson-de-Sailly
Distinctions

Christian Millau, né à Paris le (de son véritable nom Christian Dubois-Millot), est un écrivain, journaliste, grand reporter et critique gastronomique français. Il est le cofondateur, avec Henri Gault du guide Gault et Millau.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Il naît le 30 décembre 1928 mais ses parents le déclarent le 1er janvier 1929 : sa date officielle de naissance est donc postérieure d'un jour à celle, réelle. Il est élève au lycée Janson-de-Sailly (16e arrondissement de Paris)[1].

Christian Millau entre en 1949 au service de « Politique intérieure » du journal Le Monde. En 1969, il crée avec son ami Henri Gault (1929-2000) le guide Gault et Millau qui acquiert une renommée mondiale. Il est aussi durant vingt-six ans l'animateur d'une émission sur Europe 1 tout en s’occupant de titres de presse reconnus.

Christian Millau se consacre depuis 1995 à l'écriture. Il a publié plusieurs livres, dont Au galop des hussards qui a obtenu le Grand Prix de la biographie de l'Académie française[2] et le Prix Joseph-Kessel.

En 2011, il reçoit également le Prix du livre incorrect pour Journal impoli[3].

En 2013, il crée le prix des Hussards, couronnant un roman « élégant, incisif et allergique à la pensée béton pour tous » ; il sera remis pour la première fois en mars 2014. On compte, parmi le jury, l'ancien rédacteur-en-chef de L'Humanité Claude Cabanes, le critique littéraire de Valeurs actuelles Bruno de Cessole et l'ancien avocat Philippe Bilger[1].

Prise de position[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, il déclare : « Je suis de sensibilité de droite mais je n'aime pas les responsables de droite. Une seule fois, j'ai voté à gauche, pour Mendès-France. Mais jamais je ne voterai pour Marine Le Pen »[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (avec Marianne Rufenacht) La Belle Époque à table, Gault-Millaut,‎ 1981, 141 p.
  • Au galop des hussards : dans le tourbillon littéraire des années 50, Paris, Edition de Fallois,‎ 1999, 381 p. (ISBN 9782877063463)
  • Paris m'a dit : années 50, fin d'une époque, Paris, Fallois,‎ 2000, 442 p. (ISBN 9782877063883)
  • Une campagne au soleil : roman, Paris, Fallois,‎ 2002, 300 p. (ISBN 9782877064316)
  • Commissaire Corcoran : Roman policier, Paris, Plon,‎ 2005, 224 p. (ISBN 9782259200639)
  • Bons baisers du Goulag : secrets de famille, Paris, Plon,‎ 2004, 257 p. (ISBN 9782259199766)
  • Dieu est-il gascon, Monaco, Rocher, coll. « Le roman des lieux magiques »,‎ 2006, 269 p. (ISBN 9782268057750)
  • Dictionnaire amoureux de la gastronomie, Plon,‎ 2010, 527 p. (lire en ligne)
  • Le passant de Vienne : un certain Adolf : roman, Monaco, Rocher,‎ 2010 (ISBN 9782268069272)
  • Journal impoli : un siècle au galop, 2011-1928, Monaco, Rocher,‎ 5 janvier 2011, 717 p. (ISBN 9782268070520)
  • Journal d'un mauvais Français : 1er septembre 2011-1er avril 2012, Monaco, Éditions du Rocher,‎ 2012 (ISBN 9782268074030)
  • Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (ill. Jean-Jacques Grandville), Monaco, Rocher,‎ 2013 (ISBN 9782268075075)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Stéphane Durand-Souffland, « Christian Millau, hussard sur un monde brûlant », in Le Figaro, encart « Culture », mardi 8 octobre 2013, page 39.
  2. « Discours sur les prix littéraires », par Pierre Moinot, Académie française, 2 décembre 1999.
  3. Prix du Livre incorrect 2011, Prix littéraires : le blog.

Lien externe[modifier | modifier le code]