Thiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiers (homonymie).

Thiers
Thiers
En haut : le centre historique de Thiers vu depuis le Pont du navire au Moutier. En bas à droite : Le Château du Pirou. En bas au centre : La pedde du Coin des Hasards. En bas à gauche : Le Creux de l'enfer. Au milieu à gauche : L'Église Saint-Genès de Thiers. En haut à gauche : des couteaux Le Thiers.
Blason de Thiers
Blason
Thiers
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers (chef-lieu)
Canton Thiers (bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Claude Nowotny
2014-2020
Code postal 63300
Code commune 63430
Démographie
Gentilé Thiernois, Thiernoises
Population
municipale
11 805 hab. (2015 en augmentation de 4,93 % par rapport à 2010 en augmentation de 4,93 % par rapport à 2010)
Densité 265 hab./km2
Population
aire urbaine
18 934 hab. (2015[1] en augmentation)
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 26″ nord, 3° 32′ 54″ est
Altitude 450 m
Min. 283 m
Max. 793 m
Superficie 44,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Thiers

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Thiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiers
Liens
Site web ville-thiers.fr}

Thiers (prononcé en français : [tjɛʁ] Écouter) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez. Elle est l'une des quatre sous-préfectures du département avec Ambert, Issoire et Riom. Les habitants sont appelés les Thiernois, voire également les bitords.

Établie en partie sur un site gaulois, gallo-romain puis mérovingien, un premier bourg fortifié est construit dans l'actuel quartier du Moutier sur le tracé de la voie romaine reliant la plaine de la Limagne au bassin lyonnais via les monts du Forez. Les diverses destructions dues aux différentes guerres ou aux inondations successives de la Durolle poussent les habitants à délaisser les quartiers bas de la ville pour s'installer autour de l'actuelle église Saint-Genès fondée à l'origine en par Avitius, plus en hauteur dans la montagne. Au VIIe siècle, un groupe d'habitations vient se constituer autour de l'édifice religieux et à partir du Xe siècle débute la construction de la première enceinte en pierres de la ville. Dès lors, la ville s'agrandit en cercles concentriques autour des remparts du château du seigneur de Thiers et de l'église Saint-Genès. Au fur et à mesure que des bourgs viennent s'ajouter aux environs des murailles de la cité, la ville close s'agrandit à au moins cinq reprises.

La présence de la Durolle aux abords de la ville rend l'utilisation de la force motrice de la rivière très courante dès le XIIe siècle. Cette force est alors utilisée pour mouvoir les moulins à farine, les foulons des tanneurs, les maillets des papetiers puis avec le développement de la coutellerie, les martinets des fondeurs et les meules des émouleurs. La coutellerie est alors la première activité économique de la ville avec plus d'un quart de la population municipale qui exerce le métier de coutelier. Alors que la dernière enceinte de la ville est fraîchement construite, au XVIe siècle, Thiers bénéficie déjà d'une renommée internationale pour l'export de ses produits manufacturés par voie fluviale vers l'Espagne, l'Italie et les Indes via la Dore et la Durolle. Au XVIIe siècle, la marine royale fait appel aux marchands thiernois pour amener du bois de la région afin de construire les trois-mâts — navire représenté sur le blason de la ville — commandés par Louis XIV.

À partir de 1850, seule la coutellerie parvient à se maintenir avec l'introduction des machines, ce qui préfigure l'avènement de la grande industrie. À cette époque, l'industrie coutelière présente une organisation particulière. La main-d'œuvre nécessaire pour fabriquer un couteau est disséminée à travers la ville ; il y a une extrême division du travail, les ouvriers sont spécialisés dans un métier, transmis de père en fils, pour lequel ils acquièrent une grande dextérité. À la fin du XIXe siècle, la concurrence étrangère amène les industries thiernoises à se moderniser. Cette modernisation passe par l'électrification. Un nouveau type d'usines se crée, où sont intégrées toutes les opérations de la coutellerie. Les usines de papeterie qui n'ont pas voulu recourir à ces techniques modernes de production se voient dans l'obligation de fermer leurs portes ; elles ne sont plus qu'une vingtaine en 1860.

Aujourd'hui, Thiers est la capitale française de la coutellerie ; elle est par ailleurs le plus gros bassin coutelier mondial avec près de cent entreprises dans ce domaine et un musée qui lui est consacré. Plus de 80 % des couteaux produits en France pour la poche, la cuisine ou la table sont fabriqués par des entreprises thiernoises. En est créé le couteau éponyme au nom de la ville afin de garder en mémoire le passé industriel de la ville.

Située à 37 km à vol d'oiseau de la préfecture départementale Clermont-Ferrand, la ville profite de sa proximité avec d'autres villes d'importances variables comme Vichy, Lyon, Saint-Étienne ou Roanne. L'arrondissement de Thiers se compose de quarante-quatre communes et la ville est également le siège du canton de Thiers et de la communauté de communes de Thiers Dore et Montagne.

Géographiquement, la ville est divisée en parties distinctes. La ville-basse, partie commerçante et nouvelle de la ville surplombée par la ville-haute, remarquable ensemble médiéval et pittoresque. Thiers est aujourd'hui grâce à son savoir-faire dans le domaine de la coutellerie et à sa cité médiévale, une des villes les plus visitées d'Auvergne.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au cœur du Massif central, Thiers se divise en deux parties distinctes. La première, plus ancienne est construite sur les contreforts du massif des Bois Noirs et des monts du Forez. Cette dernière, plus haute en altitude lui confère un vaste panorama sur la Chaîne des Puys et la Plaine de la Limagne, en particulier depuis le « Rempart »[Note 1],[2]. La deuxième, plus contemporaine s'étale dans la plaine de la Dore, à l'est de la Limagne. Elle est distante de 346 km de Paris[3] et se place au cœur d'un réseau de villes importantes comme Lyon à 135 km[4], Saint-Étienne à 111 km[5] ou Clermont-Ferrand à 41 km[6] via circulation terrestre [Note 2].

Rose des vents Riom
42 km
Vichy
35 km
Roanne
82 km
Rose des vents
Clermont-Ferrand
41 km
N Lyon
135 km
O    Thiers    E
S
Issoire
57 km
Ambert
52 km
Saint-Étienne
111 km

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thiers[7]
Dorat Paslières Saint-Rémy-sur-Durolle
Orléat Thiers La Monnerie-le-Montel,
Celles-sur-Durolle
Peschadoires Escoutoux Sainte-Agathe

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La rue Chauchat est caractérisée par un grand nombre de marches et d'escaliers[Note 3],[8].

Le contexte géologique est simple et remarquable : il a pour conséquence une commune scindée en deux territoires géologiques bien distincts séparés par une limite quasi nord-sud qui passe en son milieu. L’histoire géologique de la région thiernoise est caractérisée par la présence et le fonctionnement d’une faille majeure d’orientation générale nord-sud affectant le socle géologique régional, elle délimite ce socle en blocs distincts tout en servant de guide à l’effondrement tectonique du bloc ouest tandis que le bloc est reste plus ou moins en place. De part et d’autre de cette faille, à l’ouest l’effondrement du bloc permet le remplissage par des roches sédimentaires, c’est le bassin de Limagne sur lequel s’est développée la ville basse, à l’est la partie du socle qui ne s’est pas effondrée correspond aux Monts du Forez, constituée de roches magmatiques sur lesquelles s’est édifiée la ville-haute. Ainsi, la ville de Thiers s’étend sur l’escarpement de cette faille, marqueur géo-morphologique du paysage entre la partie effondrée actuellement à une altitude moyenne de 350 m et la partie en surrection à une altitude moyenne de 650 m[9].

Les terrains les plus anciens qui affleurent à l’est de la commune sont d’âge paléozoïque, ils sont constitués de différents granites parfois recouverts d’arènes et d’éboulis. À l’ouest, le remplissage sédimentaire est d’âge cénozoïque, ces terrains ne sont pas visibles, recouverts par un épais manteau d’alluvions récentes sableuses et argileuses étagées en terrasses. La faille de Thiers est une faille normale dont le fonctionnement est d’âge cénozoïque, c’est le pendant symétrique de la faille de Limagne dans la région de Clermont-Ferrand[10].

La rue Fernand-Forest ouvre une vue panoramique entre plusieurs immeubles notamment sur la ville-basse.

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est assez complexe. En effet, l'est est une zone montagneuse très accidentée alors que l'ouest est une plaine où la Dore et la Durolle coulent avec peu de remous. L'urbanisation de la ville est une caractéristique de Thiers. En effet, la ville est étalée sur les deux types de reliefs précédents[11].

La ville-haute, comme son nom l'indique, est la partie de la ville où l'altitude est la plus haute. C'est ici que se trouve la cité médiévale ainsi que la plupart des faubourg construits aux XIXe et XXe siècle[12]. Le relief de cette partie est accidenté. Les rues Durolle, des Rochers et Patural-Puy dans le centre-ville sont les rues les plus pentues de la ville avec respectivement 23°[11], 29°[11] et 51° de pente[13]. À Thiers, plus de la moitié des rues accusent une déclivité de plus de 10°[14]. La majorité de ces rues se situent dans la ville-haute.

La ville-basse, quant à elle, est la partie la plus basse en altitude de la commune. Son relief quasiment plat permet une urbanisation importante depuis les années 1950. Ainsi, des avenues larges et rectilignes peuvent voir le jour dès les années [15]. C'est le cas par exemple de l'avenue Léo-Lagrange et de l'avenue du Général-de-Gaulle[16]. La base de loisirs Iloa est également construite dans la ville-basse[a 1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Durolle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Durolle.

La ville est traversée par la Durolle qui rejoint la Dore en bordure ouest de la commune[17]. La vallée de la Durolle est un lieu vital de la région Thiernoise. Sur un plan symbolique, la force motrice de la Durolle souligne l'adéquation de la coutellerie et du milieu naturel et par la même ratifie la vocation industrielle de Thiers. La présence de cette rivière, lien entre la coutellerie et le terroir, justifie le monopole de la coutellerie à Thiers, en enracinant l'origine de celle-ci dans la nature même du milieu naturel[18]. Ainsi, par exemple, la vallée des usines, traversée et creusée par la Durolle a vu sa vocation industrielle grâce à cette rivière[18].

En , les eaux de la Durolle sont utilisées dans la ville-basse pour implanter des rizières[19]. La culture de cette plante n'est pas « respectée à la lettre » et quelques jours près la commercialisation de ce nouveau produit alimentaire dans la région, une épidémie apparaît et prend le nom de « peste du riz ». Plus de 2 500 thiernois périrent, le riz étant à l'époque une solution apportée pour définitivement arrêter les disettes et les famines que connaît l'Europe[20].

La Dore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dore (rivière).
La Dore à Iloa à l'ouest de la commune.

La Dore est une rivière longue de 140,5 km qui traverse le Parc naturel régional Livradois-Forez dans le sens Sud-Nord[21]. Elle traverse la commune à l'ouest jusqu'à la base de loisirs d'Iloa. De nombreux lacs et étangs jonchent le lit de la rivière en bordure de la commune comme l'Étang d'Iloa, le plan d'eau de Courty ou encore l'Étang du Chambon. La Dore laisse place à de nombreux bras-morts, comme celui proche du pont où traverse l'Autoroute A89 à l'ouest de la commune[22]. Son lit est entièrement classé et protégé par le réseau européen Natura 2000, visant à protéger la faune et la flore qui vivent sur les lieux[22],[23].

Les barrages[modifier | modifier le code]

Plusieurs petits barrages retiennent les flots de la Durolle, notamment dans la vallée des Usines. Le plus important d'entre eux est celui du village de Membrun situé à quelques centaines de mètres de l'agglomération thiernoise[24]. Plus haut dans la commune, un autre grand barrage retiens les eaux de la Credogne, nommé le « barrage de la Muratte »[25].

Climat[modifier | modifier le code]

Thiers bénéficie, du point de vue des températures, d'un climat similaire à Clermont-Ferrand ou Vichy. En raison de son site à flanc de coteau, les températures moyennes sont cependant légèrement inférieures. La pluviométrie est quant à elle un peu plus importante que celle de Clermont-Ferrand, en raison de l'absence de foehn et du forçage orographique créé par le massif du Forez, qui induit une quantité plus importante de précipitations. Elle est aussi un peu plus élevée qu'à Vichy, car l'action des montagnes de l'arrière-pays, plus hautes y est plus marquée.

Tableau climatologique de Thiers (317 m) sur la période 1982-2012
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,1 −0,7 1,8 4,5 7,8 11,4 13,1 12,9 10,6 6,3 2,9 0,1 5,8
Température moyenne (°C) 2,6 3,7 7,3 10,1 13,6 17,3 19,3 19,1 16,3 11,4 6,7 3,5 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,1 12,8 15,7 19,5 23,2 25,6 25,4 22,1 16,5 10,6 6,9 16,1
Précipitations (mm) 40 36 39 46 81 79 57 78 68 54 51 43 672
Source : https://fr.climate-data.org/
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6,3
−1,1
40
 
 
 
8,1
−0,7
36
 
 
 
12,8
1,8
39
 
 
 
15,7
4,5
46
 
 
 
19,5
7,8
81
 
 
 
23,2
11,4
79
 
 
 
25,6
13,1
57
 
 
 
25,4
12,9
78
 
 
 
22,1
10,6
68
 
 
 
16,5
6,3
54
 
 
 
10,6
2,9
51
 
 
 
6,9
0,1
43
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Carte de la rocade de Thiers (en bleu).

Thiers bénéficie depuis les années 1970 de deux sorties d'autoroute sur l'A89 en direction de Lyon, Clermont-Ferrand ou Bordeaux :

Sortie 29 (Thiers-ouest, Vichy, Ambert, Courpière) ;

Sortie 30 (Thiers-centre, La Monnerie-le-Montel, Saint-Rémy-sur-Durolle, Celles-sur-Durolle et Chabreloche).

D'autres autoroutes passent à proximité de la commune: l'A71 qui dessert Clermont-Ferrand à Paris via Orléans et Bourges et l'A75 qui dessert quand elle le sud de Clermont-Ferrand en direction de Perpignan et Montpellier via Millau et Lodève. Thiers se situe à 30 kilomètres du carrefour autoroutier de l'A71, l'A75, l'A711 et de l'A89[26].

Deux anciennes routes nationales, devenues départementales traversent la commune: la Route nationale 89, devenue route départementale 2089 en direction de Lyon et Bordeaux, et la Route nationale 106, en direction de Nîmes et Paris, modifiée deux fois : elle passait auparavant par le centre-ville ; la D 906 contourne l'agglomération par la zone industrielle du Felet (la D 400 permettant d'accéder au centre-ville depuis Vichy). Ce contournement, également caractérisé de rocade débute au rond-point de la côte de la chèvre jusqu'à celui du Chambon et mesure au total plus de 5 km[27].

D'autres routes départementales moins importantes desservent certains quartiers de la commune : la D 44 vers Dorat, les D 45 et 319 vers Escoutoux, la D 102 vers Sainte-Agathe, la D 201 vers Saint-Rémy-sur-Durolle et la D 320 reliant le village de Bellevue à Escoutoux[10].

Les transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Thiers.
Le bâtiment voyageurs de la Gare de Thiers en .

En , la gare de Thiers et la gare de Courty ouvrent leurs portes sur la ligne de Clermont-Ferrand à Saint-Just-sur-Loire[28]. L'ouverture des deux gares marque les premiers temps de la révolution industrielle à Thiers. Dans les années , la gare de Courty ferme ses portes laissant la gare de Thiers unique sur la commune[29]. Le bâtiment voyageur est situé dans le bas de la ville, sur la ligne entre la gare de Pont-de-Dore et celle de Thiers, proche de la base de loisirs d'Iloa[30].

La ligne SNCF entre la gare de Pont-de-Dore, passant par la gare de Thiers jusqu'à Noirétable, est marquée par le relief pittoresque et accidenté de la section. Le relief a nécessité la construction de viaducs (comme celui du Grand Tournant) ou le creusement de nombreux tunnels. Aujourd'hui, la ligne de Thiers à Boën-sur-Lignon est en très mauvais état et est fermée à la circulation des trains. Pour l'instant aucune réouverture n'est prévue. Plusieurs personnages politiques des environs (comme le maire de Thiers, la maire d'Ambert ou le député de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme) sont optimistes pour voir cette ligne un jour en activité[31].

Les transports en commun[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports urbains thiernois.
Logo utilisé pour représenter les transports urbains thiernois.

Thiers dispose d'un réseau de transport en commun organisé par le syndicat intercommunal à vocation unique « SIVU TUT » un réseau de transport en commun constitué de cinq lignes reliant chaque point de la ville à un autre[32]. Ce réseau urbain et interurbain se nomme « Transports urbain thiernois », en abrégé « TUT », qui dessert aussi la commune limitrophe de Peschadoires.

En complément des lignes du réseau urbain TUT, le « SIVU TUT » met en place des lignes de transport à la demande pour tous les habitants du périmètre de transport urbain, y compris aux personnes à mobilité réduite. Ce service spécifique est créé pour desservir des quartiers de Thiers ou de Peschadoires pour lesquels la demande ne peut pas justifier le passage régulier d'un bus[33].

Le projet de téléphérique[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Téléphérique de Thiers.

La mise en place d'un téléphérique entre la ville-basse et la ville-haute est à l'étude depuis plusieurs années[34]. Ce n'est qu'en 2016 que le dossier prend réellement forme. Le but de cette mise en place serait de valoriser la ville touristique[35]. En , le conseil citoyen de « Thiers Centre ancien » ne parle plus d'un téléphérique mais d'un transport par câble. Ainsi, la réalisation d'un funiculaire peut-être une solution pour raccorder la ville-haute et la ville-basse[36].

Les réseaux interurbains[modifier | modifier le code]

La ville de Thiers est accessible par deux lignes d'autocars du réseau TER Auvergne-Rhône-Alpes. Elles assurent la correspondance en gare ainsi que la desserte de la mairie et, pour l'une de ces deux lignes, l'un des lycées.

Ligne Tracé
19 Vichy ↔ Thiers ↔ AmbertCorrespondance à Vichy pour Paris ou Lyon[37]
82 Thiers ↔ Courpière ↔ Ambert – Correspondance à Pont-de-Dore pour Clermont-Ferrand[38]

Par ailleurs, quatre lignes du réseau départemental Transdôme desservent la commune[39], avec comme principaux points d'arrêt la mairie et les lycées.

Ligne Tracé
1 Clermont-Ferrand ↔ Thiers (neuf arrêts) ↔ Saint-Rémy-sur-DurolleChabreloche
2 Clermont-Ferrand ↔ Thiers (lycées) ↔ Ambert ↔ Arlanc
56 Châteldon ↔ Thiers
83 Vollore-Montagne ↔ Viscomtat ↔ Thiers (mairie)

Les transports aériens[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie de la proximité de l'aéroport de Clermont-Ferrand-Auvergne, à 37 km, pour une durée de trajet de vingt-cinq minutes. Thiers se trouve aussi à une heure de l'aéroport de Saint-Étienne-Bouthéon (96 km, h 5) et deux de celui de Lyon-Saint-Exupéry (180 km). D'autres aéroports, moins importants sont présents comme ceux du Puy - Loudes, Aurillac, Roanne ou encore Vichy-Charmeil. L'aérodrome d'Issoire - Le Broc se situe à 42 km de Thiers pour une durée de trajet de 45 minutes. Celui d'Ambert - Le Poyet est à 37 km de la ville pour un temps de trajet de 50 minutes. Une base d'aéromodélisme est présente à Thiers sur la Base de loisirs d'Iloa[40].

Le franchissement de la Durolle[modifier | modifier le code]

La Durolle prise de nuit dans la vallée des usines.

De nombreux ponts traversent la Durolle. Parmi eux, le plus vieux est le Pont du navire, datant du Moyen Âge[b 1]. Il est entièrement composé de pierres et depuis celui-ci, la vue est très dégagée sur la ville-haute. Un bateau et trois marins en fer forgé sont présents proche du pont. L'édifice est inscrit à l'inventaire des Monuments historiques depuis le [b 1]. Le pont de Bridgnorth est le pont qui connaît la plus importante circulation automobile de la commune en raison du passage de l'ancienne Route nationale 89 devenue D2089[41] ; c'est aussi un grand axe de liaison entre la ville-haute et la ville-basse. Le nom « Bridgnorth » rappelle que Thiers est jumelée avec la ville de Bridgnorth située au Royaume-Uni. Le pont du Faux-martel est le pont en pierre le plus vieux de la Vallée des usines[42]. Le pont Saint-Jean est le pont le plus pittoresque de la ville. Datant du moyen-âge, la première moitié du pont est construite en pierre et l'autre partie en bois[43],[44]. Le pont de Seychalles est le principal élément de liaison entre le bas de la rue Durolle et l'Avenue Joseph-Claussat[45]'[b 2]. Le Pont de Saint-Roch construit en 1882, est le pont le plus monumental de la région thiernoise. Il jette son arche unique au-dessus de la vallée des usines[46]. Les « trois ponts de Baruptel » sont trois ponts construits au XXe siècle pour enjamber la Durolle. Trois ponts sont présents car à cet endroit, la Durolle forme deux îles[47]. D'autres ponts franchissent cette même rivière mais sont moins importants. Entre l'abbaye du Moutier et le garage automobile proche du Creux de l'enfer, 17 ponts traversent la rivière. Ils sont moins importants et sont en majorité construits pour traverser la Durolle et rejoindre les coutelleries et les papeteries[48].

Le franchissement de l'Autoroute A89[modifier | modifier le code]

Plusieurs infrastructures franchissent l'Autoroute A89. Parmi eux, les plus grands sont le pont de la RD201, proche de l'aire de repos du lac[49], le tunnel du ruisseau de la roche, proche de la maison d'enfant de l'« arc-en-ciel »[50], le tunnel de la Rigaudie[50], le tunnel de la rue du point du jour[51], le tunnel de la Feuille[52], le tunnel de l'ancienne Route nationale 106 devenue RD400, nommée Avenue Pierre Mendès France[53], le tunnel de la RD94C, proche du Lycée Jean-Zay[54], le pont de la RD44, nommée Avenue de la première armée, proche de l'école du Fau[55], le tunnel de l'ancienne Route nationale 106 (contournement à l'ouest de Thiers), proche de la sortie d'autoroute de Thiers-ouest[56] et les deux chemins formés le long du lit de la Dore qui traversent également l'A89[57].

Le franchissement de la Dore[modifier | modifier le code]

Seulement quatre grands ponts traversent cette rivière, parmi eux, le pont de courty (voie ferrée) proche de l'ancienne Gare de Courty et de la base de loisirs d'Iloa[58], le pont de l'Autoroute A89[59], le pont d'un village appartenant à Peschadoires nommé Pont-De-Dore, en référence au pont qui traverse la rivière (l'ancienne voie romaine menant à Thiers et l'ancienne Route nationale 89 devenue RD2089 traversent ce dernier) et le pont de l'ancienne Route nationale 106, devenue RD906, proche du centre commercial La Varenne[60]. Deux petits ponts traversent un bras de la Dore qui alimente le Lac de Courty sur le parcours de jogging à Iloa. L'un est exclusivement réservé aux piétons, l'autre accueil un chemin en pierre donnant la possibilité de le traverser en voiture[61].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine et quartiers[modifier | modifier le code]

Le quartier du Moutier vu depuis le quartier Saint-Jean.

La géographie de Thiers est marquée par son étagement le long des collines escarpées surplombant la vallée de la Durolle. Le dénivelé important fournissait la force hydromotrice nécessaire à la papeterie et à l'émouture des couteaux[a 2]. La ville est divisée en de nombreux quartiers dispersés sur les 44,5 km2 que compte la commune.

Ville-basse[modifier | modifier le code]

La Rue du Bourg est une des rues les plus commerçantes de la ville.

La ville-basse est la partie située entre le quartier du Moutier jusqu'à la Varenne et Peschadoires. Il y est surtout concentré des commerces et des entreprises. Sur le plan superficiel, c'est le quartier le plus étendu de Thiers avec un peu plus de 6 km de long. Ce quartier reprend la forme rectiligne de l'avenue Léo-Lagrange, et du Général-de-Gaulle (Route nationale 89 devenue Départementale 2089)[a 3].

Le Moutier est un quartier emblématique pour la ville. Il est principalement situé dans la ville-basse de Thiers. De nombreux passages de l'histoire de la coutellerie thiernoise se passent dans ce dernier. Le creux de l'enfer et la vallée des usines font partie du quartier ainsi que l'église Saint-symphorien et l'Abbaye du Moutier. De nombreux ateliers de fabrications de couteaux sont toujours présents sur les lieux[a 4].

Ville-haute[modifier | modifier le code]

La ville-haute est le quartier le plus ancien de Thiers. Il connaît la majorité de l'histoire de la ville, c'est aussi le quartier thiernois où résident le plus d'habitants étant donné du nombre élevé de logements. Il est en grande partie protégé par le secteur sauvegardé de Thiers et de nombreux bâtiments sont protégés par le titre de monuments historiques[b 3]. De nombreuses maisons à colombages sont à remarquer. La rue du bourg est un bon exemple de l'architecture typiquement thiernoise[a 5].

Couronne périurbaine[modifier | modifier le code]

La couronne périurbaine de Thiers est composée de plusieurs lieux-dits. Au total, plus de 100 sont à recenser[62]. Parmi eux, les plus importants sont « Le Fau » qui abrite le centre hospitalier de Thiers ainsi qu'une école qui a pris le nom du quartier[63], « Les Garniers » qui possède une chapelle à son nom ainsi qu'une école maternelle et élémentaire, « Courty » qui s'est développé avec l'arrivée de la Gare de Courty en 1872 et avec la construction de Base de loisirs d'Iloa entre 1985 et 1989[a 1]. La gare étant fermée depuis de nombreuses années, seule la base de plein air et de loisirs réussie à attirer des touristes à proximité du bourg. Le cabaret « Le Moulin bleu » est aussi présent sur le site[64]. « Le Felet » est situé proche de la sortie Thiers-ouest sur l'autoroute A89 et voit son développement économique lors de la construction de la zone industrielle qui prend son nom. De grandes industries sont implantées sur les lieux comme une usine du groupe Allemand Brüggen[65].

Faubourgs industriels et ateliers de coutellerie[modifier | modifier le code]

Le faubourg de « La Vidalie » proche du village des « Belins ».

La ville de Thiers compte plusieurs faubourgs industriels. Parmi eux, les plus importants sont « Château-Gaillard » qui est traversé par la Route nationale 89 en direction de La Monnerie-le-Montel à l'est et de Thiers à l'ouest ; l'entrée de la Vallée des rouets, commencement de la vallée des usines borde le centre du village[a 6]. Plus haut, vers Bellevue, petit bourg qui touche Château-Gaillard, le barrage de Membrun prend place pour retenir les flots de la Durolle[66]. Le quartier des « Belins » est situé sur les hauteurs de Thiers d'où une vue panoramique sur le centre médiéval de Thiers, la ville-basse et la plaine de la Limagne est présente. Une maison de retraite rattachée au Centre hospitalier de Thiers est construite dans ce village. Cette dernière se nomme « Le Belvédaire »[67]. « Boulay » qui est le quartier de l'entrée est de Thiers[68]. Le quartier a une forme très allongée vu du ciel, forme due au suivi de l'ancienne route nationale 89 devenue RD2089[69]. La géologie de ce quartier est très pittoresque, d'un côté la falaise prend place et de l'autre le vide de la vallée des usines et la Durolle offre un panorama allant jusqu'à 170° sur le centre-ancien de Thiers[68].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

La ville de Thiers est sujette à plusieurs risques naturels. Des mouvements de terrains peuvent se produire étant donné le relief de la ville. Thiers connaît deux mouvements de terrain en 1984 situés au nord de la ville le long de l’A89 et une coulée de boue dans la vallée des usines. Des séismes peuvent se produire dans la ville : Thiers est classée en zone de sismicité 3, sismicité modérée ; de plus la ville est proche de nombreux volcans. Thiers a déjà été la cible d'inondations, en effet la ville est traversée par la Dore, la Durolle et par de nombreux ruisseaux. Des événements climatiques exceptionnels se produisent chaque décennies sur la commune. Des vents de 150 km/h sont recensés au centre-ville en . Toujours en , toute la montagne surplombant la ville est la cible de pyromanes venu mettre le feu dans la forêt des Margerides proche de la falaise du même nom. La commune de Thiers est classée en zone risque moyen quant aux feu de forêts[a 7].

En plus des risques naturels, la ville est exposée à des risques liés aux activités humaines. La commune est soumise au risque de rupture de barrage. En effet, le barrage de Membrun (haut de 16 m), situé sur la Durolle à moins d'un kilomètre des premiers bâtiments de la vallée des usines représente un risque pour la ville située en dessous de celui-ci. Plus haut dans la commune, le barrage de la Muratte ne représente pas de risque pour la commune étant donné sa distance avec celle-ci. Le risque industriel est présent dans la ville même si aucune catastrophe n'est à recenser en . La commune de Thiers est concernée par la présence de plusieurs établissements “ Installations Classées pour la Protection de l’Environnement” (ICPE) et se situe en zone risque faible. Thiers, avec le passage de l'A89, de la Route nationale 106 (D906) et de la Route nationale 89 (D2089) est soumise au risque de transport de matière dangereuses[a 7].

Logement[modifier | modifier le code]

Le quartier « Saint-jean » où plusieurs immeubles ont été rénovés durant la période 2010-2015.

Les Jaiffours est un bâtiment au long cours qui domine la ville et a une histoire riche de plus de 40 années. L'association Béton armé retrace l'histoire de ce quartier. Sa destruction a débuté en 2007 et s'est terminée en 2008[a 8]. Aujourd'hui, une ligne d'immeubles de petite taille y est implantée[a 9].

Le centre-ville a vu la réhabilitation de nombreux immeubles médiévaux dont le Château du Pirou. De plus, de nombreux quartiers ont été réhabilités afin de loger décemment les habitants qui y habitent aujourd'hui comme le quartier des forgeron[a 10] ou celui de Saint-Jean, tous deux appartenant au centre-ville[a 11].

Agglomération et aire urbaine[modifier | modifier le code]

L'agglomération ou unité urbaine de Thiers se constitue des communes de Thiers et Peschadoires[70] et comptait 14 377 habitants en 2015[71],[72]. Les deux communes connaissent une conurbation étant donné que leur banlieue se touchent.

L'aire urbaine de Thiers comptait 17 719 habitants en 2013[73] et 18 688 en 2014. Elle se compose de sept communes (Thiers, Peschadoires, Escoutoux, Dorat, Néronde-sur-Dore, Paslières et Noalhat)[74] et fait partie de l'espace urbain de Clermont-Ferrand[75].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Parcs et jardins urbains[modifier | modifier le code]

Une partie de la Base de loisirs d'Iloa.

La ville compte de nombreux parcs et jardins urbains. Parmi eux, le Square de Verdun (situé rue des Grammont ; un monument aux morts de la guerre de 1914-1918 y est installé[76]), les Jardins de Saint-Jean (jardins collectifs du quartier saint-Jean[a 12] ; ils sont situés en dessous de l'Ancien hôpital de Thiers jusqu'au lit de la Durolle. Ce parc est construit en terrasses et s'étant de la rue Durolle au nord jusqu'au quartier Saint-Jean au sud[77]), le parc de l'Orangerie est situé dans le quartier du Moutier[78] (le parc accueil une maison bourgeoise transformée en maison de retraite, et d'une orangerie ouverte au public. Le parc bénéficie d'une vue sur le centre-ville de Thiers plus haut dans la montagne ainsi que de l'église Saint-Symphorien et de l'Abbaye du Moutier juste en face de l'entrée principale), le parc du Breuil est un ancien camping transformé en parc public[79] (les locaux des vestiaires/douches/toilettes du camping sont toujours visibles dans le fond du parc. La salle polyvalente (et boulodrome) Jo-cognet est installée dans ce parc), des châteaux situés sur la commune de Thiers offrent des parcs ayant un certain cachet. Ainsi, le Château de la Chassaigne offre aux visiteurs un magnifique jardin anglais par exemple[b 4].

Le champ de la foire au pré (aussi appelé Pré des Archers) est une place située entre le parc de l'Orangerie et le parc du Breuil. Elle sert notamment à l’accueil de la foire au pré le deuxième week-end de septembre. Une partie de la place est revêtue de gazon et l'autre de terre. Le square de la gare est un petit espace vert situé face à la Gare de Thiers. La place Saint-Exupéry offre quelques petits espaces verts en plus du complexe Espace[80]. C'est l'ancien Forail de Thiers, c'est-à-dire le lieu où autrefois le bétail y était vendu. Une rue proche de la place porte le nom de Rue du forail[81] et rappel la destination initial de la place. Le jeu Intervilles, édition de 1973 a lieu sur cette place[82],[83] avant qu’Espace soit construit. Le parc des Rives de Thiers ; lors de la construction de la base de loisirs d'Iloa en , un parc est aménagé pour le jogging[84]. Aujourd'hui ce parc est toujours ouvert au public et il sépare la Dore et le Plan d'eau de Courty[85].

Zonages réglementaires de gestion[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Pau sont au nombre de deux[86] : La Dore et ses affluents classés Site d'importance communautaire (SIC) en 2003[87] et ZSC en 2014 et les zones alluviales de la confluence Dore-Allier, classés SIC en 2014 et ZSC en 2016[88].

L'Usine d'Entraygues dans la vallée des usines en juillet 2017.

Arrière-pays[modifier | modifier le code]

Plusieurs espaces naturels entourent l'agglomération: la plaine de la Limagne[89], la vallée de la Dore, en grande partie classée et protégée par le titre Réseau Natura 2000[90], les monts du Forez à l'est de la ville[91], plus hauts des reliefs de la montagne thiernoise, les Bois Noirs, la chaîne des Puys[92], ensemble emblématique du parc des volcans d'Auvergne : il s'agit d'un des plus importants ensembles volcaniques d'Europe à 40 km environ à l'ouest de la ville après la grande plaine de la Limagne qui est classée depuis le sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO[93]; la Vallée des usines ou encore la vallée des Rouets.

Immobilier[modifier | modifier le code]

Le prix moyen du m² à Thiers le s'établit ainsi[94] :

Type de logement Prix moyen en (€/m²)
Appartement 721 €
Maison 941 €

Toponymie[modifier | modifier le code]

En auvergnat, le toponyme est Tièrn en norme classique[95] et Tiä[96], voir Tïé[97] en écriture auvergnate unifiée. Le nom en ancien auvergnat Thiart est aussi attesté dans l'armorial de Guillaume Revel. La ville est mentionnée comme Castrum Thigernum par Grégoire de Tours au VIe siècle[98],[99]. Tihernum 1373 (après lénition de /g/ intervocalique), Tiernium 1392[100].

Xavier Delamarre[101], suivant Albert Dauzat[102], y voit le mot gaulois tigerno-, seigneur. La signification du Castrum Tigernum serait donc celle de 'fort seigneurial'. On retrouve ce terme celtique dans l'ethnonyme Tigurini, tribu de la Suisse actuelle et sans doute dans Thiernu (Aisne, *Tigerno-ialon). Il est également attesté en celtique insulaire : vieil irlandais tigern, tigirn, seigneur, chef ou vieux breton Tigern, Tiarn, seigneur, chef[103].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un premier bourg gaulois s'installe au débouché des gorges de la Durolle proche de l'emplacement de l'actuelle abbaye du Moutier avant que celle-ci ne soit construite[104],[105]. La dénomination employée par Grégoire de Tours de « Thigernum » a une tournure celte ce qui rappelle que cette appellation topographique date d'une époque antérieur à la Guerre des Gaules. La première ville semble être une station routière traversée par la voie romaine reliant la plaine de la Limagne à la Loire et au couloir rhodanien[105]. Mais cette route n'est alors pas la seule à relier les vallées de l'Allier et de la Loire. En effet, bien que la vallée tortueuse de la Durolle soit difficile de passage dans sa partie inférieur, des chemins laissant circuler les piétons et des chevaux montés suivent le lit de la rivière[105]. Cette voie de communication exige à l'époque des points de ravitaillement et parfois de défense, ce que Thiers semble occuper : la ville commandait l'entrée des gorges de la Durolle[105].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Reconstruction de la ville[modifier | modifier le code]

Au tout début du moyen âge, la région thiernoise est quasiment recouverte de bois et de forêts. Les premières mentions de la ville connues sont de Grégoire de Tours : dès , il signal que le castrum de Thiers où se trouvait une église et plusieurs habitations construites en bois sont incendiées par le fils de Clovis Ier, Thierry Ier.

La vocation de ce qui est encore un petit bourg au Ve siècle est un lieu d'échange entre les régions de plaine et les régions boisées situées plus haut en altitude[104]. L'origine de la « Foire au pré » est alors connue : la vocation première de la ville est nettement rapprochée à cette foire populaire dans la région thiernoise encore aujourd'hui même si la première mention du nom « Foire au pré » apparaît seulement en . Cette dernière, qui se déroule aujourd'hui le deuxième week-end du mois de septembre doit sa date d'origine — le 14 septembre — à la célébration de l'exaltation de la Sainte-Croix.

Une partie de l'abbaye du Moutier en 2017.

La destruction d'un premier édifice en coïncide à quelques années près avec la découverte du tombeau de Saint-Genès par Grégoire de Tours. L’évêque de Tours, dans ses écrits, indique qu'à cet emplacement fut construit une église (à l'actuel emplacement de l'Église Saint-Genès). À cette époque, les envahisseurs venus d'autres contrées détruises régulièrement la ville. Ainsi, les habitants, par mesures de sécurités, construisent leur maison sur une butte surplombant la Durolle : l'actuelle cité médiévale de Thiers est naît[103].

À partir de , la ville rayonne sur les régions voisines[106]. Le monastère — aujourd'hui Abbaye du Moutier — est rapidement reconstruit à son emplacement d'origine tandis que le bourg s'agrandit et qu'une petite agglomération ressurgie sur les traces de l'ancienne ville. À partir de ce moment, la ville évolue en deux parties distinctes ; encore aujourd'hui, les différences entre ces deux parties de la ville sont dues à cette dualité. La ville basse passe sous l'influence des moines au XIe siècle lorsque le monastère du Moutier passe sous le contrôle de l'Abbaye de Cluny en [107]. En , l'abbé du Moutier passe un acte de pariage avec Alphonse de Poitiers dans lequel il est prévu d'agrandir la ville sur l'actuel Pré de la foire, chose qui est partiellement effectuée[108]. En , la ville basse est liée avec la ville haute lors de la création de la commune de Thiers la même année[103].

Le temps des seigneurs de Thiers[modifier | modifier le code]

Dès le Xe siècle, les seigneurs de Thiers dirigent la région thiernoise et au-delà de la plaine de la Dore. L'influence de la baronnie permet de décrire les apparences que la ville porte à cette époque. En effet, trois bourgs habités distincts sont décris : le premier est construit au Moutier, le deuxième autour de l'eglise Saint-Genès et le troisième autour de l'église Saint-Jean. En , Guillaume de Thiers fonde le chapitre de Saint-Martin d'Artonne. Un siècle plus tard, le chapitre de Saint-Genès reçoit du seigneur les église de Celles, Dorat, Saint-Rémy, Ris, Olliergues, Montvianeix et celle de Peschadoires. Dès , date du mariage de Guillaume de Thiers et d'Adélaïde de chalon, les seigneurs de Thiers contractent des alliances brillantes[109]. Ainsi, au XIIe siècle, Guy de Thiers s'allie à Clémence de Courteney, sœur de Pierre II de Courtenay alors empereur de Constantinople et petite-fille du roi Louis VI le Gros. Ainsi, Guy VII fils de Guy de Thiers et de Clémence de Courtrney entre dans la famille des comtes du Forez dès le XIIIe siècle. Même si la baronnie de Thiers possède de vastes domaines, les seigneurs de Thiers n'apparaissent comme de très riches seigneurs[103].

Au XIIIe siècle, la baronnie de Thiers éprouve des difficultés financières dues à des dépenses trop élevées. En , le seigneur de Thiers vend pour 460 livres une charte de franchise pour trouver des finances. Cette vente permet à la ville de régler ses problèmes financiers qu'un temps : quelques années après, le seigneur de Thiers emprunte à des nobles argentés des fonds. Les deux principaux prêteurs sont le comte du Forez et la famille Maumont habitant dans la région voisine du Limousin. En , la ville étant toujours en difficulté, le seigneur vend à nouveau une charte de 300 livres. La situation financière de la ville se dégrade au point que le roi Philippe le Bel intervient lui-même avant que le comte du Forez, parent et créancier du seigneur de Thiers acquitte la baronnie thiernoise au XIVe siècle[110],[111].

Influence des comtes du Forez et des bourbons[modifier | modifier le code]

Iinfluence du Forez[modifier | modifier le code]

L'histoire de la ville et de sa région est fortement marquée par la rattachement de cette dernière au comté du Forez[110]. La ville est alors mise en relation avec les régions de Noirétable et de Cervières. Une route traversant les Margerides[Note 4] — la vallée des la Durolle n'étant pas adaptée pour construire une route de grande circulation à l'époque — est construite au XIVe siècle pour rejoindre Thiers et Lyon sans passer par l'ancienne voie romaine qui traverse le village de Vollore encore plus haut en altitude. Ce rattachement à la vallée du Rhône donne une dimension nouvelle d'un point de vue économique à la ville. Ainsi, les premières industries s'installent sur les berges de la Durolle. La métallurgie utilise au début du XIVe siècle les courants de la Durolle pour leurs activités à une époque où la coutellerie n'est pas encore très présente dans la ville. En , un document relatif aux droits de leyde que prélevaient les seigneurs de Thiers rapporte que la coutellerie est désormais une activité à par entière dans la ville[112]. L'origine de cette industrie peut-être liée à l'ouverture d'une route vers l'est de la région thiernoise. En effet, sans fer ni acier, la ville ne peut produire de couteaux : la route permet donc d'importer ces matières premières depuis le couloir rhodanien[103].

L'influence Bourbonnaise[modifier | modifier le code]

Lorsque le duc Louis II épouse en la dame de Thiers Anne Dauphine, la baronnie de Thiers passe dans le patrimoine des ducs de Bourbon. Alors, l'influence du Forez est quasiment remplacée au profit de l'influence bourbonnaise sans pour autant s'attaquer au domaine économique encore très marqué par le Forez. L'influence des ducs de Bourbon est aujourd'hui encore visible. Le château du Pirou, construit au XVe siècle par le duc de Bourbon, utilise de petites tuiles plates et possède un toit pointu ce qui laisse penser que le maître d'oeuvre, d'origine bourbonnaise est influencé son origine. Plus tard, les bourbons aménagent la ville et l'agrandissent avec notamment la construction d'une nouvelle enceinte au XVe siècle[103].

Thiers vers 1450 - Armorial de Revel.

La baronnie indique dès que Thiers est une « ville industrielle » où coutelier, papetiers et tanneurs se côtoient quotidiennement. Dès le XVIe siècle, le commerce thiernois est visible sur la scène internationale : le papier et les couteaux de Thiers s'écoulent à l'intérieur du Royaume de France mais également en Espagne et en Italie. À la fin du siècle, Michel de Montaigne qualifie Thiers de « ville fort marchande »[103]. Après une courte période où le cardinal Antoine Duprat prend le pouvoir de la baronnie de Thiers, les bourbons redeviennent les maîtres de la cité. Ils essayent de se concilier les thiernois en renouvelant à deux reprises les chartes qui avaient été octroyées par les anciens seigneurs aux XIIIe siècle et XIVe siècle[110].

La seconde moitié du XVIe siècle est marquée par plusieurs actes importants émanant du pouvoir royal obtenus grâce à la place privilégiée des barons de Thiers à la cour royale et au fait que la reine-mère, Catherine de Médicis était à l'origine comtesse d'Auvergne. En , dans une ville où le commerce et l'industrie jouent un rôle primordial, un tribunal de commerce — alors appelé « juridiction consulaire » — est créé. En , la ville est dotée d'administrateurs après que le consulat soit mis en place. Les corps de papetiers et de couteliers reçoivent leur statut quelques années après, en .

Guerres de religions[modifier | modifier le code]

Les guerres de Religion début dans la seconde moitié du XVIe siècle en France. Les thiernois étant très ouverts sur l'extérieur, notamment sur le bassin lyonnais, sont rapidement touchés par des « idées nouvelles ». Dès , Antoine Chabrol, coutelier thiernois décide de fuir vers la Suisse. Il fait partie de la première vague de migrants protestants qui cherchent l'asile dans ce pays entre et . Durant les années à venir, de nombreux thiernois migrent vers Genève[113]. À l'époque, seule la région de Maringues semble adhérer au protestantisme et donner naissance à une communauté importante. En , les huguenots s'introduisent dans la ville et font des ravages créant une « haine » chez les thiernois déjà de nature assez contestataire.

Quelques années plus tard, le thiernois prennent le parti du roi Henri IV et doivent défendre leur ville contre les troupes de la Ligue catholique alors qu'un prêtre originaire de Thiers — surnommé le chanoine de Pisseboeuf — est compromis dans un complot visant à assassiner le roi[114].

XVIIe et le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Dès le XVIIe siècle, des dons généreux permettent de créer un collège et l'hôpital reçoit un legs très important. Dès , un couvent de frères mineurs capucins ouvre des portes dans un faubourg de la ville, puis viennent des franciscains et des ursulines. Thiers, alors ceinturée de couvents, attire les jeunes gens et les dons[103].

Durant tout le XVIIe siècle, la baronnie de Thiers a comme seigneur de très proches parents du roi. La ville est alors très peuplée par rapport aux autres villes de la province et son activité industrielle et commerciale est une des plus fortes de la région. Les marchands thiernois, établis dans des villes comme Paris, Lyon ou Marseille sont également présents en dehors des frontières du royaume : à Cadix, Séville, Lisbonne ou encore en Louisiane[115]. Seulement, si le commerce de la ville est à un haut niveau, les ouvriers thiernois bénéficient d'un maigre salaire. En effet, les marchands ne se contentaient pas des seules productions locales pour alimenter leur commerce mais faisaient appel à des marchandises extérieures. Devenu baron de Thiers, Crozat demande toutes les taxes qui lui sont dues[116]. Son fils, qui prend sa place en , entame un procès contre deux habitants pour le paiement de la leyde. Ce paiement seigneurial frappait toutes les denrées qui entraient dans la ville. Les thiernois, alors très pauvres s'attaquent dans un procès au niveau national au seigneur de la ville, qu'il perdent en [103].

La fin du XVIIIe siècle marque une profonde évolution dans la région thiernoise. Le commerce thiernois subit fortement la concurrence étrangère de la Hollande et de l'Angleterre mais aussi de la politique économique menée par le roi d'Espagne qui élève un droit de douane sur l'importation de produits sur son territoire[103].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

La majorité de la population thiernoise accueille favorablement les mouvements révolutionnaires. En effet, les habitants sont fortement marqués par la perte de leur procès contre le seigneur de la ville en . Les artisans et commerçants souhaitent également voir disparaître les différentes contraintes financières infligées par ce dernier. La mort du roi, l'attitude antireligieuse de la Convention et la levée des troupes entraîne cependant la création d'un mouvement contre-révolutionnaire[117]. Ce dernier s'amplifie en février 1793 avec des visites domiciliaires contre les prêtres réfractaires et dans les familles d'émigrés. Cette précocité dans les mesures de répression aboutit à une création paradoxalement tardive du comité de surveillance révolutionnaire, le 22 mai 1793, soit plus d'un mois après l'arrivée de la loi dans le district. Il fut cependant peu actif : la maison d'arrêt n'ouvre qu'en septembre, sur ordre des représentants en mission. Le commissaire de ces représentants, Dulac, opère 49 arrestations à Thiers, principalement dans les milieux insermentés et nobles impliqués dans les révoltes de Vollore et Servant. Il n'est actif qu'à partir d'octobre 1793[117].

Réorganisation administrative[modifier | modifier le code]

La réorganisation du pays par l'assemblée constituante met en place de nouvelles structures dans la région thiernoise en [103]. À la veille de la révolution, seules deux subdélégations persistent dans la région thiernoise : celles de Thiers et de Lezoux. En , le district de Thiers est créé tandis que l'arrondissement de Thiers existe depuis le VIIIe siècle. Ces modifications de l'arrondissement posent de nombreux problèmes dès les années suivantes. En effet, l'arrondissement — très peuplé à l'époque — est de taille raisonnable par rapport aux arrondissements d'autres villes environnantes. La ville de Courpière et la montagne thiernoise acceptent d'entrer dans l'arrondissement de Thiers en tandis que Maringues préfère se rattacher à celui de Riom[103].

XIXe et XXe siècle[modifier | modifier le code]

Expansion économique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coutellerie de Thiers.
Des émouleurs et des couteliers dans la vallée des usines au début du XXe siècle.

L'évolution économique de la région thiernoise entre le milieu du XIXe siècle et la deuxième moitié du XXe siècle marque profondément la ville et ses alentours. Les anciennes industries qui font la fortune de la région depuis plusieurs siècles disparaissent peu à peu par manque d'adaptation aux techniques nouvelles. À partir de , seule la coutellerie parvient à se maintenir avec l'introduction des machines, ce qui préfigure l'avènement de la grande industrie[118]. À cette époque, l'industrie coutelière présente une organisation particulière. La main-d'œuvre nécessaire pour fabriquer un couteau est disséminée à travers la ville ; il y a une extrême division du travail, les ouvriers sont spécialisés dans un métier, transmis de père en fils, pour lequel ils acquièrent une grande dextérité[119].

À la fin du XIXe siècle, la concurrence étrangère amène les industries thiernoises à se moderniser. Cette modernisation passe par l'électrification. Un nouveau type d'usines se crée, où sont intégrées toutes les opérations de la coutellerie[119]. Les usines de papeterie qui n'ont pas voulu recourir à ces techniques modernes de production se voient dans l'obligation de fermer leurs portes ; elles n'étaient plus qu'une vingtaine en [119].

La création de deux routes nationales et de deux voies ferrées au XIXe siècle renforce les liens entre la région thiernoise et ses alentours. Les échanges avec Saint-Étienne s'emplifie dès l'ouverture de la Gare de Thiers en [103],[120].

Fin de la Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Photographie aérienne de Thiers en 1931.

Thiers sera une des rares villes, la seule du Puy-de-Dôme, à être libérée par les armes le . Les combats opposeront d'une part les 400 hommes du SS-Panzergrenadier-Ausbildungs-Bataillon. 18 « Horst Wessel »[Note 5] et les FTP du 103e bataillon FFI-FTPF dirigés par le commandant André Rossignol (alias « Pigeon »), des éléments « sédentaires » des FTP et des MUR, rejoints par le 104e bataillon FFI-FTPF du commandant Roger Beligat (alias « Alain Derval »). L'engagement plus que tardif des hommes du chef militaire FFI Serge Renaudin d’Yvoir (alias « Victoire ») sera mis en question[122],[123]. Le maire désigné par le régime de Vichy Lucien Brasset sera, avec le sous-préfet Villaret, l'intermédiaire entre les FFI et les troupes allemandes.

Durant l'occupation, le QG du bataillon allemand en stationnement fut l'hôtel l'Aigle d'Or qui subsiste encore aujourd'hui au carrefour de la rue de Lyon et de la rue des Grammonts[124].

À la libération, la commune de Wittenheim en Alsace entra dans une ère de reconstruction[125]. Elle eut la chance de bénéficier du soutien matériel et financier de ses villes marraines dont Thiers fait partie avec Fontenay-sous-Bois, Saint-Cloud[a 13]. Le nouveau Wittenheim rend hommage à Thiers avec la création de la « place de Thiers »[126].

Période des Trente Glorieuses[modifier | modifier le code]

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, la France connaît une période dite des « Trente Glorieuses » qui se caractérise par une forte croissance économique et une amélioration des conditions de vie des français entre et [127]. À Thiers, la coutellerie — qui est alors déjà présente dans la ville depuis plus de 6 siècles, connaît une forte demande extérieur à la ville mais aussi en Europe. La ville se dirige vers une « mono-industrie coutelière » composée d'une multiplicité de petites entreprises qui fleurissent sur la commune[18]. La demande d'emplois est alors très forte et les patrons thiernois font, comme dans l'ensemble de la France, appel à une main d'œuvre extérieure et étrangère pour travailler dans les usines. Les recensements de la population durant les années attestent que la situation économique de la ville est favorable à l'emploi[18]. Entre et , la commune gagne 1 158 habitants et garde une place comparable à celle de Riom ou Chamalières dans le département d'un point-de-vue démographique[128].

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Panorama de la ville de Thiers

À la fin des Trente Glorieuses, Thiers subit fortement les effets du premier choc pétrolier et des premières récessions économiques et la concurrence étrangère notamment chinoise commence son apparition. Les entreprises thiernoises peinent à résister et plusieurs d'entre-elles ferment définitivement leurs portes — à l'image de l'Usine du May qui ferme en [b 5]. La population communale commence une longue chute qui se terminera qu'au début des années [128].

D'un point-de-vue politique, Thiers confirme son encrage à gauche : Maurice Adevah-Pœuf (PS) est élu à quatre reprises maire de la ville à partir de et député à partir de [129].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Crise économique[modifier | modifier le code]

La crise économique se fait véritablement ressentir à Thiers jusqu'au début des années . Bon nombre d'entreprises ferment leurs portes ou licencient depuis le début des années mais la coutellerie semble garder sa place première dans la ville. À titre d'exemple, le site de 400 salariés de l'équipementier Dapta, spécialisé en décolletage, qui appartenait à une filiale du groupe suisse UBS, est racheté en 2006 par Leipold et le fonds d'investissement Green Recovery. Une centaine de salariés sont alors menacés de licenciement[130].

Baisse puis remontée de la population communale[modifier | modifier le code]

À la fin des Trente Glorieuses, cette sous-préfecture a connu une baisse importante de la population pour dire, en , elle était classée 10e ville à la dynamique démographique la plus faible de France métropolitaine[131]. Cependant, pour la première fois depuis plus de quarante ans de déclin démographique, la courbe de population dans la commune s'est inversée pour devenir positif : Thiers gagne 356 habitants entre et [a 14].

Mise en valeur conséquente du patrimoine[modifier | modifier le code]

La place Lafayette réhabilitée.

Une grande partie du centre-ville et du Moutier est classée dans une forme de protection, le secteur sauvegardé de Thiers. Ce classement est valable pour les cités médiévales remarquables et à protéger. L'ensemble architectural de Thiers est assez important pour qu'il soit protégé par ce label. De nombreux édifices ou maisons sont par ailleurs inscrits ou classés aux Monuments Historiques. Depuis , le périmètre du secteur est en cours de révision mais aujourd'hui, la taille de celui-ci est d'environ 35 hectares. Seules une centaine de villes en France possèdent fièrement cet outil de protection[132].

Réhabilitation urbaine dans la cité médiévale[modifier | modifier le code]

Depuis , Thiers s'est lancée dans une vaste opération de renouvellement urbain qui se traduit par la réhabilitation de nombreux immeubles et de voiries[a 15]. Le but de ces actions est globalement redynamiser la ville haute soit le centre-ancien et les quartiers l'avoisinant. Ainsi, des espaces comme la place Antonin-Chastel, le quartier Saint-Jean ou la rue du Transvaal sont réaménagés[a 16],[a 17]. Thierry Déglon commence cette opération puis Claude Nowotny le suit dans ce réaménagement de la ville-haute[a 17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Thiers est installée au 26 rue Barante. Fin 2016, David Roche prend le titre de Sous-préfet de la ville[133].

Arrondissement[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Thiers, qui recouvre exactement les limites de l'ancien district de 1790, se compose de quarante-trois communes réparties entre les six anciens cantons (avant le redécoupage de 2014) de Châteldon, Courpière, Lezoux, Maringues, Saint-Rémy-sur-Durolle et Thiers[134].

Canton[modifier | modifier le code]

Le canton de Thiers comprend à la suite du redécoupage cantonal de 2014, 13 communes. Il en possédait avant cette date 3 : Thiers, Dorat et Escoutoux[135].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de Thiers Dore et Montagne, qui regroupe trente communes au [136] avec l'application de la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe). Les compétences obligatoires de cette structure s’étendent au développement économique, à l'aménagement de l'espace communautaire, à l'équilibre social de l'habitat et enfin à la politique de la ville. D'autres compétences sont également possibles, mais de manière optionnelle, comme l'assainissement, les équipements culturels et sportifs ou encore l'action sociale[137].

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[138]. Depuis l'éclatement du la majorité en 2018, la répartition politique des conseillers municipaux est la suivante[139],[140] :

Composition du conseil municipal de Thiers en 2018.
Groupe Président Effectif Statut
PS - PCF - DVG Claude Nowotny 21 majorité
DVD - SE - LR Thierry Déglon 8 opposition
SE - DVG - 4 opposition
Article détaillé : Liste des maires de Thiers.

Depuis la Libération, 6 maires se sont succédé à la tête de Thiers.

Liste des maires successifs depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1945 février 1952
(décès)
Antonin Chastel[141] SFIO Émouleur et distillateur
Conseiller général du canton de Thiers (1945 → 1952)
février 1952 mars 1971 Fernand Sauzedde SFIO puis PS Artisan graveur
Conseiller général du canton de Thiers (1952 → 1973)
mars 1971 mars 1977 René Barnérias UDF-PR Agent d'assurances
Député de la 4e circonscription du Puy-de-Dôme (1978 → 1981)[142]
Conseiller général du canton de Thiers (1973 → 1979)
mars 1977 mars 2001 Maurice Adevah-Pœuf PS Professeur d'histoire-géographie
Député de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme (1981 → 1993 puis 1997 → 2002)
Conseiller général du canton de Thiers (1979 → 1992)
mars 2001 mars 2014 Thierry Déglon SE Dirigeant d'entreprise
Président de Thiers communauté (2008 → 2014)
mars 2014 en cours Claude Nowotny PCF Ingénieur de la fonction publique
5e vice-président de Thiers Dore et Montagne (2017 → )

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La vie politique thiernoise est marquée par un fort et ancien ancrage à gauche[143],[144]. Dès le début du XXe siècle, des élus ont été soutenus ou se sont réclamés du mouvement socialiste. Le développement d'une véritable culture ouvrière issue de l'essor précoce de l'industrie a constitué un terreau fertile pour la gauche. L'hégémonie du Parti socialiste particulièrement forte après la Seconde Guerre mondiale est cependant remise en cause au début des années 2000, puisqu'il perd coup sur coup les municipales et les législatives. Dans la foulée de l'élection d'André Chassaigne, le PCF revient à un bon niveau et le Parti de gauche est bien implanté dans la région. La droite souffre de façon chronique d'un manque de personnalités fortes et de querelles intestines. Si l'UDF de Valéry Giscard d'Estaing à tiré son épingle du jeu dans les années 1970, les mouvements gaullistes ont toujours été sensiblement en dessous de leurs scores nationaux. Les résultats de l'UMP sont en baisse très nette comme dans le reste du département. Le Front national, bien que souvent représenté par des candidats « fantômes », réalise des scores un peu supérieurs à ceux enregistrés au niveau régional et départemental.

Sur les dix derniers députés élus au suffrage majoritaire sur la circonscription, huit se réclamaient de la gauche (Jean-Baptiste Duchasseint, Noël Chamerlat, Joseph Claussat, Ernest Laroche, Claude Pradel[Note 6], Fernand Sauzedde, Maurice Adevah-Pœuf et André Chassaigne), deux seulement de la droite (René Barnérias et Jean-Marc Chartoire) pour seulement sept ans de mandats cumulés[145].

À Thiers, à la présidentielle de 1965, François Mitterrand l'emporte déjà d'une courte tête sur Charles de Gaulle et plus facilement en 1974 sur l'Auvergnat Valéry Giscard d'Estaing. L'ancrage à gauche de la ville se confirme à l'élection présidentielle de 2007 puisque, dans un contexte de forte mobilisation, Ségolène Royal arrive en tête au premier tour et obtient 56,61 % des voix au second tour (près de 10 % au-dessus de son résultat national). En 2012, au second tour, François Hollande porte le score de la gauche à 63,33 %.

Le vote des Thiernois marque une certaine méfiance envers les institutions européennes puisqu'au référendum de ratification du traité de Maastricht de 1992 ils se prononcent, à l'inverse de l'ensemble des Français, pour le non à 50,74 %[146]. En 2005, le vote de Thiers est conforme à la tendance nationale, mais la majorité qui rejette le projet de constitution y est sensiblement plus large (61,46 %)[147].

Résultat des élections pour la commune de Thiers (%)
Élection Tour PCF FdG PS LREM UMP FN Autres Abstention Source
Législatives 2002 1er tour 16,95 29,28 37,79 9,50 6,48 37,95 [148]
2e tour 52,20 47,80 41,79
Régionales 2004 1er tour 20,35[N 1] 27,67 28,42 11,67 11,89 37,67 [149]
2e tour 57,95[N 2] 42,05 33,56
Cantonales 2004 1er tour 12,23[N 3] 38,53 10,88 10,55 27,81[N 4] 36,79 [150]
2e tour 65,89 34,11[N 4] 33,17
Européennes 2004 6,51 38,75 16,31 10,35 28,08 60,82 [151]
Présidentielles 2007 1er tour 2,83 31,38 23,79 10,79 31,21[N 5] 18,51 [152]
2e tour 56,61 43,39 17,78
Législatives 2007 1er tour 37,32 19,24 28,91 3,22 11,31 43,35 [153]
2e tour 67,23 32,77 40,71
Européennes 2009 12,81[N 6] 18,71 24,81 6,00 37,67 64,18 [154]
Régionales 2010 1er tour 40,44[N 1],[N 6] 17,38 20,61 9,91 11,66 55,31 [155]
2e tour 68,02[N 2] 31,98 51,23
Cantonales 2011 1er tour 20,55[N 3] 25,41[N 7] 9,94 10,86 18,06 15,20[N 8] 57,67 [156]
2e tour 100,00 72,23
Présidentielles 2012 1er tour 14,29 35,40 18,46 19,75 12,10[N 9] 19,85 [157]
2e tour 56,61 43,39 13,27
Législatives 2012 1er tour 42,73 20,56 16,44 14,80 6,47 46,24 [158]
2e tour 70,80 29,20 49,85
Départementales 2015 1er tour 37,79 18,89 28,21 15,11[N 10] 53,74 [159]
2e tour 65,42 34,58 52,54
Élection présidentielle française de 2017 1er tour 25,14 6,41 24,08 13,9 21,22 25,74 [160]
2e tour 67,55 32,45 28,04
Élections législatives françaises de 2017 1er tour 34,31 7,7 2,56 26,35 14,35 10,06 [161]
2e tour 62,13 37,87
  1. a et b Liste PCF (puis FdG) conduite par André Chassaigne, le député de la circonscription.
  2. a et b Liste d'union de la gauche conduite par le PS.
  3. a et b Claude Nowotny, député-suppléant et président de l'office de tourisme.
  4. a et b Thierry Déglon, maire SE de Thiers, réalise 18,86 % au premier tour et 34,11 % au second.
  5. Dont 16,75 % pour François Bayrou, 5,72 % pour Olivier Besancenot, 1,89 % pour Arlette Laguiller.
  6. a et b Le front de gauche se compose alors du PCF, du Parti de Gauche et de la Gauche unitaire.
  7. Annie Chevaldonné (ex-PS) conseillère sortante se présente sous l'étiquette du front de gauche et recueille 25,41 % des voix sur Thiers. Au second tour C. Nowotny (PCF), seul autre candidat qualifié se retire en sa faveur.
  8. Tahar Bouanane, ancien adjoint de T. Déglon, soutenu par Europe Écologie.
  9. Dont 7,11 % pour François Bayrou, 1,41 % pour Nicolas Dupont-Aignan, 1,34 % pour Philippe Poutou, 1,29 % pour Eva Joly.
  10. Duo Bouanane/Lebref soutenu par Europe Écologie.
  • Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Thiers sont les suivantes :
Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Commune de Thiers Maire Claude Nowotny 2014 2020
Cantonales Canton de Thiers Conseiller départemental Annie Chevaldonné et Olivier Chambon 2015 2021
Intercommunales Thiers Dore et Montagne Président de conseil communautaire Tony Bernard 2017 2022
Législatives 5e circonscription du Puy-de-Dôme Député André Chassaigne 2017 2022
Régionales Auvergne-Rhône-Alpes Président du conseil régional Laurent Wauquiez 2015 2020
Présidentielles France Président de la République Emmanuel Macron 2017 2022

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de ville de Thiers réhabilité.

L'hôtel-de-ville de Thiers se situe au 1 rue François-Mitterrand donnant sur la place Antonin-Chastel[162].

Le maire, Claude Nowotny, et la majorité actuelle au conseil municipal de Thiers sont issus du déchirement de cette dernière en [140]. Ils mettent en place quelques mois après leur arrivée, la gratuité des parkings en centre ville, la baisse du tarif des transports en commun, la gratuité de la médiathèque pour les Thiernois, la baisse des tarifs du conservatoire ou encore la hausse des indemnités du maire. Des quartiers historiques comme la rue Dumas et Pirou sont rénovés et des livraisons de locaux commerciaux sont effectués afin de favoriser l'installation de petits commerces ou d'artisanat en centre-ville. La principale politique du conseil municipal est de promouvoir l'artisanat, surtout celui en lien avec l'histoire de la ville[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Thiers est jumelée avec les villes de :

Ces deux villes se sont jumelées en 1992[a 18].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Ville fleurie et espaces verts[modifier | modifier le code]

La commune est labellisée « 2 fleurs » au concours des villes et villages fleuris [163]. Thiers compte 1 400 m2 de massifs floraux et 1 000 m2 de culture hors sol (vasques et jardinières)[a 19]. Chaque année, la collectivité consacre un budget de 15 000 à 30 000  afin de procéder au remplacement d’arbres et arbustes abattus ou dépérissant. Un plan de désherbage est mis en place sur la commune. Si le désherbage chimique est encore employé pour les terrains de pétanque et sur les trottoirs des principaux axes d’accès au centre-ville (sauf ceux à proximité des points d’eau), le désherbage mécanique est privilégié. L'élagage des arbres d’alignement qui se trouvent en bordure de chaussée sont traités tous les 3 à 4 ans de façon récurrente. Des interventions ponctuelles sont mises en place pour les arbres dangereux[a 19]. Une entreprise spécialisée se charge de cet entretien. Sur le site de la base de loisirs d'Iloa le désherbage chimique est bannie. Seul le désherbage mécanique est utilisé[a 19].

Éclairage public[modifier | modifier le code]

En 2006, la commune de Thiers contracte un marché de partenariat pour l’éclairage public avec l’entreprise SCIE, pour une durée de 15 ans[a 20]. En 2008, 4012 points lumineux éclairaient la commune[a 19],[164]. Soucieuse de diminuer sa consommation énergétique qui représente plus d’un million d’euros par an soit 10 % du budget des dépenses courantes de fonctionnement, la commune de Thiers s’est engagée, depuis plusieurs années, dans un plan d’économie. Des premiers résultats sont constatés, comme la réduction de la facture chauffage de −30 %, avec un nouveau contrat d’exploitation et la renégociation des contrats électricité[164].

Afin de mettre en valeur le patrimoine de la commune, certains sites et bâtiments sont mis en lumière la nuit[a 20]. La mise en lumière de la Vallée des Usines a été récompensée par le 3e prix du Concours Lumières 2010 organisé par le SERCE (Syndicat des entreprises du génie civil et climatique) et Philips Lighting[164].

Voirie[modifier | modifier le code]

La commune de Thiers compte 137 km de voies publiques[a 21].

La municipalité se doit d’assurer la sûreté et la commodité du passage sur les voies publiques. Quant aux habitants, ils doivent déneiger le trottoir situé devant leur habitation, afin de dégager un passage[a 21]. Il existe un plan global de déneigement avec une période d’astreinte courant de mi-décembre à fin-mars. Durant cette période, le déneigement débute à 4h en semaine, 5h le samedi et 6h le dimanche. La partie agglomérée est traitée par les services techniques municipaux et les écarts sont sous-traités[a 21].

La ville de Thiers organise des opérations d’entretien des accotements des voies communales. La tonte annuellement a pour but d'embellir les paysages mais aussi d'assurer la sécurité : il s’agit de maintenir une visibilité suffisante pour la circulation des automobilistes[a 21].  À Thiers, un premier passage a lieu sur les accotements en mai-juin pour assurer cette visibilité. Pour plus de propreté, un second passage est effectué entre juillet et octobre sur les accotements et les fossés[a 21]. Ces opérations portent essentiellement sur l’éparage et, plus ponctuellement, sur du débroussaillage[a 21]

En France, la commune a pour compétence l’entretien des fossés pour permettre l’évacuation des eaux de ruissellement vers des réseaux spécifiques ou des ruisseaux. L'entretien des grilles avaloirs est à la charge de la SAUR à Thiers[a 21].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Thiers dépend de l'académie de Clermont-Ferrand[165].

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

Elle gère neuf écoles publiques[166] :

  • trois écoles maternelles[a 22]: - Le Moutier (75 élèves) - Émile-Zola (97 élèves) - Georges Sand (89 élèves) ;
  • sept écoles élémentaires[a 22]: - Émile-Zola (118 élèves) - Le Fau (143 élèves) - Les Garniers (48 élèves) - George-Sand (142 élèves) - Le Moutier (120 élèves) - Turelet (68 élèves) - La Vidalie (59 élèves).

Il existe aussi une école élémentaire privée : l'institution Sainte-Jeanne-d'Arc[166].

Enseignement secondaire et formation professionnelle[modifier | modifier le code]

Le lycée Jean-Zay peu après sa construction en 1933.

Établi dans la cité scolaire du Pontel, le collège Antoine-Audembron accueille environ 750 élèves à la rentrée 2016. Il comporte une SEGPA ainsi qu'une section ULIS scolarisant des élèves handicapés. L'offre de formation y propose les options latin et grec ancien[167]. Un collège privé nommé Jeanne-d'Arc (ou Saint-Joseph) vient compléter le collège public avec environ deux cents élèves[168].

Trois lycées complètent l'offre de formation du bassin thiernois :

  • le lycée Germaine-Tillion, lycée professionnel préparant aux CAP menuiserie, chaudronnerie, agent polyvalent de restauration, aux bacs professionnels gestion administration, vente, électrotechnique, plastique et composite, et au BTS IPE. Le lycée Sonia Delaunay était un lycée considéré comme distinct du Lycée Montdory pourtant en occupant les mêmes locaux. Celui-ci a fusionné avec le Lycée Germaine-Tillon (surnommé le Val-de-dore)[171].

Santé[modifier | modifier le code]

Centre hospitalier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre hospitalier de Thiers.
L'entrée du centre hospitalier de Thiers.

Thiers est le septième pôle hospitalier auvergnat pour la fréquentation en MCO[172] derrière Clermont-Ferrand, Montluçon, Vichy, Le Puy, Aurillac et Moulins à égalité avec Riom et devant Issoire, Saint-Flour, Brioude et Ambert. La ville dispose d'un centre hospitalier public d'une capacité de 428 lits[173] qui se répartissent entre les services de médecine, chirurgie, obstétrique, soins de suite, longs séjours et psychiatrie. L'EHPAD du Belvédère qui en dépend accueille 75 résidents et 63 places sont disponibles en hôpital de jour et en soins à domicile[174].

L'institut de formation d'aides-soignants (IFAS) du centre hospitalier de Thiers peut accueillir 21 élèves. Le centre médico-psychologique pour enfants, installé rue Mancel-Chabot, assure les consultations de pédopsychiatrie et le relais santé de la rue du Pirou aide les personnes en situation précaire à prendre en charge leurs problèmes de santé physique ou psychologique. En 2016, le centre hospitalier de Thiers comptabilise 14 500 passages aux urgences et 987 sorties SMUR, 31 173 consultations externes[175]. En 2009, 692 naissances, 2 950 interventions au bloc opératoire, et réalise 5 393 scanners et 1 759 échographies. C'est aujourd'hui le plus gros employeur de la ville avec plus de 750 agents[174].

Médecine de ville[modifier | modifier le code]

Thiers compte une vingtaine de médecins spécialistes libéraux qui assurent une offre de soins assez complète (angéiologie, cardiologie, pneumologie, allergologie, ORL, dermatologie, rhumatologie, gynécologie, ophtalmologie, radiologie et psychiatrie). Un Relais Santé est installé rue du Pirou en centre-ville. Il n’est pas un lieu de soins mais un lieu où les gens sont conseillés gratuitement. Chaque membre de l’équipe s’occupe d’un domaine particulier (droit social, aide psychologique, état de santé)[176].

Sécurité civile[modifier | modifier le code]

Le Centre de secours de Thiers regroupe 29 sapeurs-pompiers professionnels et une quarantaine de volontaires. La compagnie de Thiers forme avec la compagnie d'Ambert le groupement Est du SDIS 63 qui couvre les deux arrondissements, l'ancien canton de Randan, les communes de Saint-Dier, Ceilloux, Domaize, Tours-sur-Meymont, Saint-Flour, Trézioux, Bort-l'Étang, Ravel et Beauregard-l'Évêque[177].

Justice, sécurité et défense[modifier | modifier le code]

Le tribunal de Thiers vu depuis l'église Saint-Genès de Thiers.

Un tribunal d'instance est installé place Saint-Genès face à l'Église Saint-Genès de Thiers[178]. Il est situé sur l'emplacement de l'ancien château-fort du seigneur de Thiers dont il ne subsiste qu'une tour et des murs de protection.

La ville de Thiers détient une réputation de « ville d'insécurité » pourtant, Thiers est en dessous de la moyenne nationale des crimes et délits[179],[180]. La ville est aussi en dessous de la moyenne régionale et départementale[180].

Pour faire face aux incivilités, la ville de Thiers organise l'installation de caméra de vidéo-surveillance dans les rues de la ville. Elle est la première grande ville du Puy-de-dôme à s'équiper de cette façon. Ainsi, la place Chastel et ses parkings, la place Belfort, la rue Conchette, la rue du bourg, la place du Pirou, la place Saint Genès, la place Marcel Colomb et le pont de Bridgnorth (RN89 au Moutier) sont surveillés en permanence par ces dernières. Les caméras permettent le recul des dégradations de 26 % via la dissuasion des malfaiteurs un an après leur mise en place[179]. Des panneaux installés aux entrées de l'agglomération thiernoise préviennent les passants que certains quartiers de la ville sont couverts sous la vidéo-surveillance[a 23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[181],[Note 7].

En 2015, la commune comptait 11 805 habitants[Note 8], en augmentation de 4,93 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11 97010 60510 74311 4979 8369 9829 98113 28413 964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
15 19215 90116 06916 63516 34315 33316 75416 81417 135
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17 62517 41817 43716 23915 85916 38316 18115 40916 243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
16 36916 62316 56716 01814 83213 33812 19411 23211 805
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[182] puis Insee à partir de 2006[183].)
Histogramme de l'évolution démographique

Un premier pic de la population a été atteint en 1901 avec 17 625 habitants avant une baisse jusqu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale et une remontée vers un nouveau pic en 1968. À partir des années 1970 jusqu'en 2012, la population communale accuse une forte baisse passant de 16 567 habitants en 1975 à 11 217 en 2013[128]. La tendance démographique de la ville s'est inversée après 2012, ainsi la population municipale augmente de 371 habitants entre 2012 et 2014.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les graphiques ci-dessous représentent les pyramides des âges en 2017 de la population de la commune de Thiers, et en 2008 pour celle département du Puy-de-Dôme.

Pyramide des âges à Thiers en 2017 en pourcentage[184].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
2,1 
7,8 
75 à 89 ans
13 
17,5 
60 à 74 ans
19,5 
20,6 
45 à 59 ans
18,7 
17,5 
30 à 44 ans
16,2 
19,6 
15 à 29 ans
14,8 
15,8 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2008 en pourcentage[185].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
6,4 
75 à 89 ans
10,6 
14,2 
60 à 74 ans
14,7 
21,7 
45 à 59 ans
21,0 
20,7 
30 à 44 ans
19,2 
19,7 
15 à 29 ans
18,2 
17,0 
0 à 14 ans
15,2 

La part de la population féminine à Thiers (51,554 %) est très proche de la moyenne nationale (51,551 %)[186]. La pyramide des âges de la ville semble adopter un profil dit de « feuille de chêne » en raison de l'instabilité du nombre de naissances par années alors que celui du département adopte un profil de « pagode ».

Culte[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Thiers dépend de l'archidiocèse de Clermont[187].

Outre les trois principales églises Saint-Genès et Saint-Symphorien, la ville compte plusieurs autres lieux catholiques avec les Soeurs-de-Nevers, Saint-Roch, de la Clotra, des Belins, du Fau, des Garniers ou encore la chapelle de Bellevue[188]. D'autres chapelles privées sont également recensées sur la commune comme celle du château de la Chassaigne[189].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Une église évangélique est présente dans le bas de la rue de Lyon en centre-ville. La façade de cette dernière est constituée d'un portique de cinq arcades construites en pierre de Volvic[188]. Un temple, situé à quelques mètres de l'église, sur la place Duchasseint, possède une fonction similaire[190].

Culte musulman[modifier | modifier le code]

Deux mosquée sont présentes sur la commune de Thiers. La première est située dans la partie basse de l'avenue Rouget-de-l'Isle et la deuxième est située au lieu-dit du bout-du-monde proche de la rue de l'industrie[188].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Pour sa taille, Thiers possède un tissu associatif très riche. Pour l'actuelle majorité, « une vie associative dense est l’un des révélateurs de la vitalité d’une commune ». Avec plus de 200 associations, la ville montre l’investissement personnel fort de nombre de ses habitants dans de multiples domaines[191]. La maison des associations, située place Francisque Faye, propose un ensemble de bureaux et salles de réunions pour les associations ou organismes ayant un rayonnement local[191].

Médias[modifier | modifier le code]

L'actualité de Thiers et de sa région est couverte par plusieurs médias de différente nature. Au niveau de la presse écrite, deux quotidiens locaux dépendant du groupe Centre France sont actifs : La Gazette de Thiers et La Montagne (édition Thiers-Ambert). Plusieurs journaux spécialisés se partagent le marché des petites annonces : Le journal du coin est un périodique de la région de Thiers. Info et Le 63 proposent des petites annonces de tout le Puy-de-Dôme.

Au niveau de la radio, Thiers est couverte par un ensemble de stations tels que Radio Arverne (100.2 FM), Logos FM (94.7 FM), RVA (92.0 FM), Radio Scoop (98.8 FM), France Bleu Pays d'Auvergne (102.5 FM), Virgin Radio (89.6 FM), NRJ (104.0 FM), Nostalgie (87.7 FM), Chérie (100.8 FM) ou encore de nombreux réseaux nationaux (RTL, Europe 1, RMC, Fun Radio, RTL2, RFM, Skyrock, Radio FG et Rire & Chansons) qui diffusent aussi leur programme sur la commune. Thiers, entre 1950 et 1988 possédait une radio à son nom qui était non seulement diffusée sur le canal FM mais aussi dans les rues du centre-ville de Thiers avec de nombreux haut-parleurs dissimulés le long des immeubles en ville. La RLT (Radio Locale Thiers) prend la franchise Pacific FM fin décembre 1987 jusqu'à l'arrêt du réseau en France puis Metropolys pour un an avant d'arrêter ses programmes[192]. Elle diffusait sur 91.7 FM[192].

Une antenne de France 3 Auvergne se situe à Thiers, elle traite quotidiennement de l'actualité en Auvergne lors du décrochage local du 19/20 dans son édition « France 3 Auvergne ». Comme le reste du Puy-de-Dôme, le secteur de Thiers reçoit aussi les programmes de la chaîne Clermont Première deveue IC1. Elle était la chaîne locale clermontoise privée. Elle a cessé d'émettre le 1er juin 2015 après avoir arrêté la production d'émissions 1 an et demi avant. Elle a souffert de pertes budgétaires allant jusqu'à 12 millions d'€ en 2009, ce qui a provoqué une restructuration tant en suppression de postes qu'en réduction des programmes. Thiers reçoit les chaînes de la TNT grâce au site de diffusion du Puy de Dôme mais aussi à un réémetteur TDF chargé de couvrir les zones blanches du Puy de Dôme situé sur les hauteurs de la ville proche du lieu-dit des Belins[193].

Économie[modifier | modifier le code]

Thiers est le siège du service industrie de la Chambre de commerce et d'industrie du Puy-de-Dôme née de la fusion en 2010[194] de la Chambre de commerce et d'industrie de Thiers avec les cinq autres CCI du département[195]. Les créateurs ou repreneurs d'entreprise peuvent bénéficier de prêts par le biais de la plate-forme d’initiative locale Créa-Thiers Initiatives. Un hôtel d’entreprises est également à leur disposition dans la zone industrielle du Felet.

Répartition des emplois par secteur d'activité en 2012
Zone \ Secteur d'activité Agriculture Industrie Construction Commerce, transports, services divers Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Thiers[196] 0,4 % 24,8 % 3,3 % 37,8 % 33,7 %
Issoire[197] 0,5 % 31,1 % 4,0 % 32,1 % 32,2 %
Riom[198] 0,7 % 20,5 % 5,4 % 37,9 % 35,5 %
Clermont-Ferrand[199] 0,6 % 13,9 % 4,5 % 45,0 % 36,0 %
Puy-de-Dôme[200] 3,5 % 16,1 % 6,9 % 41,1 % 32,4 %
France métropolitaine[201] 2,8 % 12,9 % 6,9 % 46,2 % 31,2 %
Source des données : Insee

Avec 24,8 % des emplois (près du double de la moyenne nationale), l'industrie tient encore une place importante dans la ville. On observe tout de même, à Thiers comme ailleurs, une baisse de cette part qui était en 1999 de 35,8 %. La ville présente un profil similaire à Riom et Issoire, deux autres sous-préfectures du département de taille comparable, qui ont aussi une forte vocation industrielle. Mais contrairement à ses voisines qui accueillent des implantations de grands groupes nationaux et internationaux, le développement de Thiers s'est fait, presque exclusivement de façon endogène, sur un tissu ancien et très dense de PMI.

L'industrie à Thiers[modifier | modifier le code]

L'industrie thiernoise ne s'est pas développée à la création de la ville. La ville existe déjà quand l'industrie des papetiers et des couteliers fleurit dans la ville[202]. L’évolution urbaine de Thiers est profondément marquée par une forte activité industrielle depuis près de 7 siècles. Cet impact est particulièrement visible dans les gorges de la Durolle — aussi appelées Vallée des Usines, occupées par près de quarante usines ou ateliers. L’industrie est également très présente dans le centre-ville, où les étendoirs de papeterie et les ateliers de couteliers à domicile sont parfaitement intégrés dans l’habitat médiéval. On constate également que les grandes avancées techniques ayant émaillé l’histoire de l’industrie au XXe siècle ont de fortes conséquences sur l’évolution de la ville et des usines à commencer par les axes de communication, la mécanisation des procédés de fabrication ou encore l’électrification qui permettent un développement sans précédent de la coutellerie et de la ville[203].

Fabrication de couteaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coutellerie de Thiers.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

La force hydraulique de la Durolle est utilisée à Thiers dès le Moyen Âge pour mouvoir les moulins à farine, les foulons des tanneurs, les maillets des papetiers, et avec le développement de la coutellerie, les martinets des fondeurs et les meules des émouleurs[204],[205]. Dès le XIIe siècle, un quart de la population thiernoise exerce le métier de coutelier[180]. Les objets produits dans la vallée sont exportés dans plusieurs pays au XVIIe siècle, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Turquie et « aux Indes »[180],[Note 9].

Révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Photo historique en noir et blanc montrant le dur travail des émouleurs au début du XXe siècle, trois hommes et un jeune garçon travaillent à plat ventre chacun au dessus d'une meule entraînée par l'eau de la rivière, dans leur main la lame qu'ils aiguisent
Des émouleurs de Thiers au début du XXe siècle.

À partir de , seule la coutellerie parvient à se maintenir avec l'introduction des machines, ce qui préfigure l'avènement de la grande industrie[206]. À cette époque, l'industrie coutelière présente une organisation particulière. La main-d'œuvre nécessaire pour fabriquer un couteau est disséminée à travers la ville ; il y a une extrême division du travail, les ouvriers sont spécialisés dans un métier, transmis de père en fils, pour lequel ils acquièrent une grande dextérité. Les barres d'acier que les entreprises reçoivent sont d'abord confiées aux « martinaires » qui les amincissent (afin qu'elles puissent être aiguisées) grâce à des martinets mus par la force hydraulique de la rivière. Les forgerons reçoivent ensuite ces barres avec lesquelles ils forgent les pièces de couteau. Ces pièces sont ensuite envoyées aux limeurs, aux perceurs, aux émouleurs puis aux polisseurs qui aiguisent et polissent les lames sur des meules entraînées par la Durolle. Le fabricant effectue lui-même la trempe, puis, après que le cacheur[207] ait livré les manches, toutes les pièces sont finalement remises aux monteurs qui habitent les faubourgs de Thiers[180]. Cette organisation de la production est donc caractérisée par une dissémination importante des lieux de travail dans la région thiernoise et plus particulièrement dans la vallée des Usines[180]. À la fin du XIXe siècle, la concurrence étrangère amène les industries thiernoises à se moderniser. Cette modernisation passe par l'électrification. Un nouveau type d'usines se crée, où sont intégrées toutes les opérations de la coutellerie[180]. Les usines de papeterie qui n'ont pas voulu recourir à ces techniques modernes de production se voient dans l'obligation de fermer leurs portes ; elles n'étaient plus qu'une vingtaine en [180].

Le tout début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La partie nord de la vallée des usines au début du XXe siècle.

Les problèmes concernant les eaux de la Durolle sont de plus en plus nombreux au début du XXe siècle. En premier lieu, le débit de la rivière en été reste très bas et très irrégulier, provoquant un chômage relatif. En effet, les usines utilisant la force motrice de la rivière ne peuvent travailler sans un débit d'eau suffisant[180]. En hiver, le phénomène s'inverse, la Durolle d'hiver devient un torrent en crue avec une force considérable. La ville de Thiers est l'une des villes les plus vulnérables du département du Puy-de-Dôme face aux crues et la vallée des Usines est le quartier de la ville le plus touché lors de ces événements[208]. Pour ne plus dépendre des caprices de la Durolle, les usines utilisent la force motrice électrique dès . La Durolle permet d'obtenir une puissance d'environ 1 000 chevaux par jour en moyenne en contre 1 500 chevaux pour l'énergie d'origine électrique[180].

Trousse de barbier exposée au musée de la coutellerie.

L'indépendance des usines face à la Durolle leur permet de devenir des « usines complètes ». Ainsi, dans la vallée de la Durolle, plus de 12 000 ouvriers et 550 fabricants sont présents en . Durant cette période, le bassin thiernois est le plus gros bassin français de production de couteaux et d'outils possédant une lame, loin devant ceux de Châtellerault, Nogent-en-Bassigny et Paris et à égalité avec Sheffield au Royaume-Uni[180]. La production, à partir de connaît de nombreuses fluctuations :

année[209] production en tonnes.
1912 3 108 t en augmentation
1918 1 210 t en diminution
1920 2 618 t en augmentation

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors de la reconstruction après la guerre, la ville connaît une multiplication des petites entreprises[14]. Les ouvriers se mettent à leur compte et créent une multitude d'entreprises de taille très modeste. Les grandes usines de la ville sont donc accompagnées par des microentreprises qui emploient un petit nombre d'ouvriers. Dans ces dernières, la main-d'œuvre reste essentiellement familiale. Les patrons travaillent comme des ouvriers à l'atelier tandis que, généralement, les femmes s'occupent de la comptabilité et du secrétariat[14]. Dans ces petites entreprises, les relations entre les ouvriers et le patron passent le plus souvent par le tutoiement, symbole d'une bonne relation entre eux[180].

Deuxième moitié du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La partie n°2 du musée de la coutellerie en 2017.

À partir de la deuxième moitié du XXe siècle, les usines de coutellerie se modernisent encore une fois et, désormais, la Durolle n'est plus utilisée comme source d'énergie, l'électricité l'ayant remplacée[203]. Les entreprises quittent la vallée des Usines pour les zones industrielles à partir des années [203],[180]. Aujourd'hui, de nombreuses friches industrielles jonchent cette dernière[210],[211]. Parmi elles, certaines sont reconverties en musée ou en centre d'art contemporain comme l'usine du May ou l'usine du Creux de l'enfer[a 24],[212]. D'autres sont à l'abandon comme l'usine Ferrier usinage et celle du pont de Seychalles[213],[214]. Dans la cité médiévale, le musée de la coutellerie ouvert en et la cité des couteliers ouverte en décrivent l'histoire coutelière de la ville[a 25],[a 26].

Au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

De nos jours, si les entreprises ont déserté la vallée des Usines, elles produisent encore 80 % de la consommation française de couteaux[215]. Elles sont 131 entreprises installées dans les zones industrielles du bassin thiernois en [216]. Ce savoir-faire est accompagné par une diversification industrielle et artisanale, principalement dans les domaines de la forge (pièces automobiles, prothèses chirurgicales ou encore traitement de surface) et de la plasturgie[215].

Le Thiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Thiers.

Histoire du couteau[modifier | modifier le code]

Trois couteaux Le Thiers pris en .

L'histoire du couteau commence vraisemblablement en où la confrérie du couteau Le Thiers est fondée. L’intérêt de créer celle-ci est tout d'abord de promouvoir le couteau thiernois[217]. D'après Roland Bouquet, directeur de la Chambre de commerce et d'industrie de Thiers, il ne faut pas résumer le problème de la coutellerie à celui du laguiole. En effet, celui-ci connaît de nombreuses contrefaçons qui affectent immédiatement les couteliers fabriquant ce couteau. Dès , le couteau est destiné à être décliné selon les fabricants qui veulent l'inscrire à leur catalogue[218]. Le couteau doit donc répondre à certaines normes, réglementées par une jurande. Toutefois, la place de la créativité personnelle des couteliers thiernois est assez grande[218]. La commercialisation du couteau est annoncée en début de l'année mais dès , des couteaux Le Thiers font leur entrée chez des couteliers de la région[219].

Prestige dans la société thiernoise[modifier | modifier le code]

Le couteau devient, au fil des années un emblème de la ville. Étant très dynamique, la confrérie du couteau attire de plus en plus de couteliers et artisans du bassin thiernois[220]. Les manifestations comme Coutellia, salon international de la coutellerie mettent en avant le couteau de la région, l'affiche officielle du festival est d'ailleurs dotée d'une représentation du couteau[221].

L'Atelier de fabrication Le Thiers, situé dans la ville-haute, permet aux visiteurs de monter eux-mêmes leur couteau Le Thiers et de le garder en souvenir[a 27].

L'agriculture[modifier | modifier le code]

La part des agriculteurs à Thiers est relativement faible du fait de l'importance du secteur industriel. En effet, seulement 0,4 % des emplois à Thiers sont des agriculteurs contre 30 % d'ouvriers et 29 % environ d'employés[196]. Thiers est le siège de la Chambre d'agriculture du secteur Dore-Livradois-Forez[222].

Les services et le commerce[modifier | modifier le code]

Thiers dispose de deux zones commerciales où le commerce tient une place très importante : le centre ancien et la ville-basse. La deuxième étant plus récente et plus moderne, les surfaces commerciales sont en moyenne plus grandes et font concurrence aux commerces de proximité situés en ville-haute. À cela vient s'ajouter l'attractivité commerciale du grand Clermont[223]. Thiers n'est pas seule affectée puisque le Parc naturel régional Livradois-Forez est aussi touché par ce phénomène. Le Livradois-Forez est caractérisé par une forte évasion commerciale de l’ordre de 30 % vers Clermont-Ferrand principalement[215]. Thiers possède une activité commerciale de 152 M€[215].

Une association de commerçants est créée au début des années dans le but de défendre les intérêts des commerçants et de faire la promotion de la ville. Elle se nomme ACT (Avenir Thiers Commerce)[224].

Emploi[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par secteur d'activité en 2012
Zone \ CSP Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Thiers[196] 0,4 % 5,5 % 9,8 % 25,6 % 28,7 % 30,0 %
Issoire[197] 0,4 % 5,2 % 9,7 % 24,4 % 28,1 % 32,1 %
Riom[198] 0,5 % 5,4 % 15,9 % 28,9 % 28,2 % 21,1 %
Clermont-Ferrand[199] 0,1 % 3,8 % 20,9 % 28,4 % 29,2 % 17,7 %
Puy-de-Dôme[200] 2,5 % 6,5 % 15,0 % 24,6 % 28,3 % 23,1 %
France métropolitaine[201] 1,8 % 6,4 % 17,1 % 25,6 % 28,1 % 21,1 %
Source des données : Insee

On note à Thiers un nombre important d'ouvriers et d'employés (plus de 61 % des actifs) et la faible part d'emplois de cadres. Le profil sociologique de Thiers ressemble à celui d'Issoire, alors que Riom voit le sien se rapprocher de celui de Clermont-Ferrand.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Du fait que le pourcentage d'ouvriers et d'employés dans la ville soit élevé, le revenu moyen de la ville est assez modeste comme le reste du Parc naturel régional Livradois-Forez et de la région. L’hôtel des impôts ou des finances publiques se situe dans le bas de la ville proche du quartier des Cizolles.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Sports aquatiques[modifier | modifier le code]

Une partie de la piscine René Barnérias.

Un équipement est destiné aux sports nautiques : la piscine René Barnérias. Le stade aquatique est composé de deux bassins de taille variable[225]. Le premier est un bassin d'apprentissage et le deuxième est un bassin sportif ayant pour largeur six lignes d'eau soit 15 mètres. Ce dernier est long de 25 mètres[225]. La nature du sol est du carrelage, sa forme est rectangulaire, sa profondeur minimale est de 2 mètres tandis que la plus profonde est de 3,8 mètres[226].

Pouvant accueillir des compétitions régionales, la fréquentation annuelle de la piscine est estimée à plus de 63 000 nageurs. La piscine municipale accueille également les associations sportives, les scolaires et le grand public[227]. L’équipement permet de découvrir des activités diverses, l’apprentissage ou le perfectionnement de la natation pour enfants et adultes[227]. Le jardin et le parcours aquatiques qui sont présents permettent aux enfants de vivre leurs premières découvertes aquatiques[227].

Sports de salles et stades[modifier | modifier le code]

Une partie du stade Antonin-Chastel.

La maison des sports accueille un nombre important d’activités sportives. Le bâtiment permet notamment la pratique des arts martiaux et des sports de combats, des sports collectifs, de la musculation ou encore de la gymnastique. Une salle multisport accueille également toutes sortes de pratiques ne nécessitant pas d’installations matérielles particulières[228]. Achevé en septembre 2012, la réhabilitation partielle de la Maison des Sports permet notamment la création d’une extension de 700 m2 dédiée à la gymnastique, la création d’une salle réservée aux sports de combat, le réaménagement des salles de musculation et multisport, la création de nouveaux vestiaires, l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite et une meilleure performance énergétique grâce avec l’amélioration de l’isolation[228].

Divers stades permettent la pratique des sports d'extérieur : le plus grand est le stade Antonin-Chastel qui peut accueillir 2 500 spectateurs[229], situé à côté du stade Fernand Sauzedde qui accueille la maison des sports[230]. Deux autres stades, plus petits sont présents sur la commune : le stade d'Iloa sur la base de loisirs d'Iloa[231] et le stade des Graviers proche du lycée Montdory[232].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Le Club-house d'Iloa Les Rives de Thiers et une petite partie de la plage à droite.

Au nord-ouest de la commune, la base de plein air et de loisirs d'Iloa Les Rives de Thiers s'ouvre sur de nombreux sports et loisirs. Ainsi, le beach-volley, le Tir à l'arc, le tennis, le minigolf, le football, le rugby ou encore le basket-ball y sont pratiqués. Cette base de loisirs offre aussi des loisirs tels que la baignade sur une plage, un petit parc d'attraction l'été, de nombreux jeux et des aménagements pour pique-niquer par exemple. L'été, accompagné d'un restaurant permanent, un snack ouvre ses portes. Des associations y organisent aussi des concours de pêche. Pour accompagner cela, un camping municipal borde l'entrée de la base avec de grands emplacements, un calme permanent, des infrastructures très fonctionnelles et un entretien régulier. Thiers profite également de la proximité de la base nautique de Saint-Rémy-sur-Durolle à quelques kilomètres[233]. La base de loisirs d'Aubusson-d'Auvergne se trouve à 13 km de Thiers[234].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de Thiers ne comporte pas d'éléments particulièrement célèbres ou spectaculaires mais se compose plutôt d'ensembles cohérents d'édifices dont beaucoup sont répertoriés aux monuments historiques et font partie du secteur sauvegardé de la ville.

Thiers compte 23 monuments[b 3] et 325 objets répertoriés[235] à l'inventaire des monuments historiques.

Le patrimoine religieux thiernois[modifier | modifier le code]

Église Saint-Genès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : église Saint-Genès de Thiers.
L'église Saint-Genès prise en .

Le plus grand édifice religieux de la ville est l'église Saint-Genès[b 6]. Connue pour être un mélange de l'art gothique et de l'art roman, l'église possède la plus grande coupole d'Auvergne[236]. Construite à partir du VIe siècle, l'église doit son nom au martyr Genès, décapité au lieu-dit du Creux de l'enfer. Les premières constructions de l'édifice actuel datent du XIe siècle et ont été achevées en 1120[237]. Remaniée à plusieurs reprises, l'église perd au XIXe siècle son porche original, qui abritait un grand escalier donnant accès à la porte principale[b 6]. Classée monument historique sur la liste de , elle est le premier édifice de la ville à obtenir ce titre[b 6].

Église Saint-Symphorien et logis abbatial du Moutier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye du Moutier.
L'abbaye du Moutier et l'église Saint-Symphorien pris de nuit.

Au pied de la ville, près du site originel du Castrum, se trouve l'ensemble constitué de l'abbaye du Moutier et de l'église Saint-Symphorien qui en dépend pendant près de dix siècles. Comme Saint-Genès, l'église Saint-Symphorien, dans le quartier du Moutier, est rebâtie aux XIe et XIIe siècles à un emplacement qui accueille déjà une église peu après l’évangélisation de la région à la fin du IIIe siècle. La légende veut qu'un fidèle y ait apporté trois pierres tachées du sang du saint martyrisé à Autun. Ce premier édifice en bois est détruit au VIe siècle en même temps que le castrum[238]. L'église reconstruite dépendra désormais de l'abbaye bénédictine voisine. Comme Saint-Genès, elle sera remaniée au XIXe siècle[b 7]. Lors de la restauration de 1882, elle perdra près de quinze mètres en longueur et la nef sera abaissée[239]. Le chœur actuel est situé au niveau de l'ancien carré du transept[18]. À l'arrière du bâtiment, on peut encore voir les ruines de l'ancienne abside rectangulaire et du transept. La façade et la base de l'édifice présentent encore un bel aspect roman et on peut y admirer un superbe ensemble de chapiteaux ornés de motifs variés (végétaux, animaux, sirènes…). Des traces de polychromie permettent de rendre à l'intérieur ses anciennes couleurs à l'occasion de la restauration de 2005[b 7].

L'abbaye du Moutier est fondée en 765 par Aldebert, évêque de Clermont et placée sous l'égide de saint Benoît[b 7]. Elle est rattachée à l'ordre de Cluny au XIe siècle. Pierre, abbé, réorganise l'abbaye à partir de 1002[240] et offre, avec le consentement du seigneur de Thiers, sa soumission à Odilon, abbé de Cluny en 1011[241]. Le contrat de pariage passé avec Alphonse de Poitiers (frère de saint Louis) en 1251 assure la protection royale et l'indépendance de l'abbaye qui peut exercer ses droits seigneuriaux (et de justice) sur la partie basse de la ville. Après la ruine d'une partie des bâtiments conventuels par une crue de la Durolle et la chute de ses effectifs, l'abbaye est supprimée par le pape Pie VI en 1782. De l'édifice qui reste aujourd'hui on peut dater les tours qui encadrent la porte principale du XVe siècle. Les galeries de bois de la façade sont postérieures[242].

Église Saint-Jean du Passet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Jean de Thiers.
L’église Saint-Jean, et son cimetière du même nom.

L'église Saint-Jean donne son nom au quartier qui la borde. Ancien siège de la troisième paroisse de Thiers, elle est aujourd'hui désaffectée. D'époque romane, elle est presque entièrement reconstruite au XVe siècle pour être englobée au siècle suivant dans les fortifications qui protègent la ville lors des guerres de religion. Des éléments propres à sa vocation défensive sont toujours visibles aujourd'hui. Après avoir servi de dépôt d'armes pendant la Révolution, elle est rendue au culte et de nouveau restaurée au XIXe siècle[239],[243]. La façade ouest de l'église visible depuis le bas de la ville est réhabilitée et recrépis. Depuis peu, après les réhabilitations qui ont eu lieu dans le quartier Saint-Jean, le cimetière est aussi en réhabilitation. L'église quant à elle est toujours fermée au public bien qu'elle ouvre ses portes lors de la journée européenne du patrimoine[244].

Le cimetière du même nom qui la jouxte au sud est très pittoresque. Situé sur un à-pic surplombant la Durolle, il offre de jolis points de vue sur la vallée et le bas de la ville. Son unité, due à la quasi-absence de constructions funéraires récentes, et sa situation — très pentue — lui confèrent un cachet particulier[18],[243].

Cimetière des Limandons[modifier | modifier le code]
Le carré militaire du Cimetière des Limandons.
Article détaillé : Cimetière des Limandons.

Ouvert en 1878, il est le plus grand cimetière de la ville, devant le cimetière Saint-Jean, qui lui a ouvert ses portes en 1838[245].

Chapelle des Sœurs-Nevers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle des sœurs Nevers.

Possédant de grandes ressemblances avec la chapelle de l'hospice, elles sont toutes deux construites au même siècle. Elle desservait autrefois l'école catholique qui s'adosse derrière elle. Cette école est devenue la maison des associations de Thiers. Les nombreuses rénovations qui se succèdent lui donnent aujourd'hui un côté assez contemporain. En 2012, une partie de la toiture est réhabilitée par la ville de Thiers[246]. Au troisième quart du XXe siècle, le bâtiment des Sœurs de Nevers est affecté pour les plus démunis. Les sœurs de la chapelle quittent Thiers en 2013. Le tableau nommé « Saint François de Sales bénissant sainte Jeanne de Chantal et lui désignant la règle de la Visitation » datant de 1666, dont l'auteur est inconnu est retrouvé dans les locaux de la chapelle. Il est maintenant exposé dans l'église Saint-Genès de Thiers[b 6].

Chapelle Saint-Roch[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle Saint-Roch (Thiers).
La chapelle Saint-Roch.

En 1630, Thiers sort d'une longue épidémie de peste qui prend son départ en 1628, deux ans au-paravent causant de cruels ravages sur la population. À son ouverture, le véritable nom de la chapelle est chapelle du Puy Seigneur. Elle est érigée par un riche marchand papetier nommé Gilbert Bodiment[247]. C'est un acte notarié du 19 mars 1630, qui révèle le début de la construction, par lequel Jean Chassonnerie maître maçon de Thiers, s'engage vis-à-vis du dit Bodiment à bâtir la chapelle[248]. Tous les 16 août, des habitants du quartier entourant la chapelle viennent la nettoyer pour y organiser un pèlerinage. C'est une fête en honneur de Saint-Roch, ancien patron de la paroisse qui prendra plus tard son nom[249].

Chapelle de l'Hospice[modifier | modifier le code]

L'ancien hôpital de Thiers possède une chapelle nommée Chapelle de l'hospice ou Chapelle de la Clôtra, le premier nom en raison de la fonction qui lui était accordée : desservir l’hôpital. C'est chapelle de style néoclassique du XIIe[b 8]. La façade de celle-ci est constituée entièrement de pierre de Volvic et donc tient une couleur particulièrement foncé, quasi noire[246]. Celle-ci est inscrite sur la liste des Monuments historiques en 1979[b 8].

Autres édifices du patrimoine religieux thiernois[modifier | modifier le code]

  • Le temple de l'église réformée (place Duchasseint) édifié entre octobre 1853 et juillet 1854 et financé uniquement par des dons et collectes[250],[251].
  • La chapelle des Belins (village des Belins) construite au XVIIIe siècle[252].
  • La chapelle des Garniers (village des Garniers) construite au XIXe siècle avec l'aide de Barante[253].
  • La chapelle Saint-Jean-Baptiste de Bellevue (village de Bellevue) édifiée en 1928 par les habitants du village[254].
  • La chapelle du Fau (villages du Nohat et du Fau), construite au XXe siècle par les habitants du village[255].
  • L'église évangélique située au 6 rue de Lyon, de confession protestante[256].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

La cité médiévale de Thiers détient un nombre important d'immeubles médiévaux. Les colombages — bien qu'une partie des maisons soient crépis et que les colombages soient cachés — sont très visibles dans des rues comme la rue de la coutellerie ou la rue du Pirou.

Parmi celles-ci, l'hôtel du Charriol (localement appelé château du Pirou) est l'édifice le plus emblématique de la ville[b 9]. Il se distingue par l'aspect élancé que lui donne son pignon en encorbellement soutenu par deux piliers de bois et son toit complexe et harmonieux. Construit en 1410 par Louis II de Bourbon, seigneur de Thiers[257], pour servir de résidence à ses gouverneurs, il héberge aujourd'hui l'office de tourisme et accueille aux niveaux supérieurs une exposition : la donation Calamy. Elle présente une riche collection d’art européen avec du mobilier allant de la période gothique au XVIIe siècle, des tableaux des Flandres du XVIIe siècle, des tapisseries ou encore des albâtres. Deux salles sont consacrées au pourtour méditerranéen avec des vases de la Grèce antique, des céramiques d’Iznik aux délicats motifs floraux ou des faïences de mosquée[258].

Dans la rue du Pirou la maison des Sept péchés Capitaux doit son nom aux énigmatiques sculptures qui ornent les corbeaux soutenant le premier étage[b 10]. Un peu plus loin, la pedde du Coin des Hasards remplace au XVe siècle les fortifications de la porte Chanier. On peut y remarquer un beau linteau de bois sculpté[259]. La maison de l'Homme des Bois au 21 rue de la Coutellerie, toujours du XVe siècle, se distingue par la décoration particulièrement riche de son premier étage. En plus d'un belle série de statuettes finement sculptées, on trouve la représentation de l'homme étrange qui donne son nom à l'édifice[260]. Vêtu de peaux de bêtes, son expression est celle d'un illuminé et il tient un long bâton terminé par un visage qui pourrait figurer la « Mère folle » des alchimistes[261].

Dans la rue du Bourg le no 12, qui est construit au 14e siècle,possède une porte d'entrée pittoresque. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques[b 11]. Le no 4 de la rue Conchette est une maison à l'architecture datant essentiellement de l'époque classique, comprenant une cour intérieure rectangulaire et un couloir de communication avec la rue. Sur la face sud de cette cour s'élève un escalier de plan carré à quatre niveaux qui dessert l'ensemble de l'habitation. Cet escalier, d'un type assez particulier, est affirmé en façade par le jeu des volées rampantes entre les travées droites des extrémités. Les quatre baies qui éclairent les paliers sont rectangulaires et géminées par un meneau, celle du troisième palier étant à croisillon. Les intérieurs ont été remaniés et modernisés, mais il subsiste certains plafonds à la française et des carrelages rouges[b 12].

Restes des enceintes médiévales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Remparts de Thiers.

Dès le XIe siècle, la ville s'agrandit en cercles concentriques autour des remparts du château du seigneur de Thiers et de l'église Saint-Genès. Au fur et à mesure que des bourgs viennent s'ajouter aux environs des murailles de la cité, la ville close s'agrandit à au moins cinq reprises[262]. Les parties les moins bien entretenues des différentes enceintes sont démolies à la fin du XVIIIe siècle mais ce sont surtout les aménagements urbains du XIXe siècle qui entraînent la démolition de plusieurs segments de la muraille nord et la réaffectation de la muraille est[263],[264]. Au XIXe siècle, seule la partie est des fortifications reste intacte. Elle sert notamment à retenir les terres des pentes de la ville, jouant le rôle de mur de soutènement[265]. D'autres éléments sont encore visibles de l'époque où Thiers était protégée par ses enceintes. Du château seigneurial, il reste la tour de l'Horloge — rénovée et mise en valeur en — qui domine encore le pâté de maisons au sud de la rue du Pirou. De la première enceinte du XIe siècle subsiste la partie basse de la tour carrée de la Chancellerie. C'est aujourd'hui une maison à l'angle de la rue du Palais et de la place du Pirou. Sur sa façade nord, la porte romane qui servait d'entrée jusqu'à environ est toujours visible. De la deuxième enceinte du XIIIe siècle il reste la pedde du Coin des Hasards (ancienne porte Chanier) et la tour de maistre Raymond — le tout remanié au XVe siècle. Un peu plus haut, rue Alexandre-Dumas, on trouve un joli ensemble avec la tour Pignat que domine une tour de guet. Dans la Rue Rouget-de-l'Isle se trouve la tour Malorie, vestige de la porte du même nom qui ouvrait la troisième enceinte[264].

Le patrimoine industriel thiernois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vallée des Usines.

La vallée des Usines est le nom donné à une partie de la vallée de la Durolle. Elle est connue pour son long passé industriel car on y exploite la force motrice de la rivière Durolle dès le Moyen Âge. Le milieu du XXe siècle marque le départ des entreprises vers les plaines de la ville-basse de Thiers. À partir de 1985, date d'ouverture du centre d'art contemporain du Creux de l'enfer, la vallée trouve une vocation touristique, plusieurs usines se tournent vers diverses activités touristiques depuis le début du XXIe siècle. Plusieurs usines — réhabilitées ou abandonnées — restent intactes dans cette vallée encore aujourd'hui[a 28],[18].

Fondée au début du 20e siècle, les forges Mondière s'installe dans les locaux d'une ancienne scierie. Le bâtiment subit peu de transformations. Jusqu'au milieu des années 1980, date de la cessation d'activité, y sont fabriquées des lames de couteau droit par estampage. Ayant conservé son matériel, l'usine est intéressante comme témoin de l'histoire des techniques (machines, outillage, produits finis et semi-finis ou encore les matières premières...)[b 13]. L'usine du May édifiée en , est représentative des constructions à usage locatif utilisées par les entreprises familiales. Une passerelle surplombant la Durolle permet d'accéder à cette dernière. Un escalier métallique et un monte-charge desservent l'intérieur. Les quatre niveaux sont découpés en ateliers de différentes surfaces, séparés par des cloisons en bois ou en brique creuse. À chaque étage, des arbres de transmission équipés de poulies traversent les ateliers. Ils sont mis en mouvement par des courroies partant de la turbine hydraulique installée sous le bâtiment[b 14]. Aujourd'hui, elle est un nouvel espace consacré à la culture pour tous est ouvert pour des expositions temporaires, des résidences d'artistes, de l’événementiel, de l'accompagnement à la connaissance et à l'intégration[266]. Le Creux de l'enfer, après sa fermeture au début des années est racheté par la ville de Thiers pour devenir en un centre d'art contemporain. Le lieu accueille un symposium national de sculpture monumentale métallique organisé par la ville de Thiers en alors que l'usine a fraîchement fermé ses portes[267].

À 3 km, à Château-Gaillard, dans la profonde vallée de la Durolle, la vallée des Rouets organise des visites guidées d'ateliers d'émouleurs mus par la force hydraulique. Un seul est encore en l'état, utilisé jusqu'en par son dernier propriétaire, Georges Lyonnet. Aujourd'hui, un parcours permet de se rendre compte des vestiges des autres rouets disséminés dans la vallée[a 6].

Châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

Disséminées autour de la ville, plusieurs petites seigneuries lissent leurs empreintes dans le paysage thiernois grâce aux châteaux et manoirs qui les hébergeaient[Note 10]. Le château du Croc (ou Cros Perdrigeon), au nord de la ville, date du début du XIVe siècle comme en témoignent les inscriptions sur les deux tours, et présente encore un bel aspect de demeure fortifiée[268]. Les murs ont jusqu'à deux mètres d'épaisseur avec une base en pierre, le reste est maçonné avec un pisé très dur. On franchit le fossé qui borde le château sur un pont de pierre qui a remplacé le pont-levis au XVIIIe siècle[269]. L'édifice a défendu la ville pendant les Guerres de religion. Un vaste parc et une ferme très ancienne jouxtent l'édifice. De la famille du Croc, on se souviendra de Philibert, maître d'hôtel ordinaire de Charles IX, nommé ambassadeur auprès de Marie Stuart, reine d'Écosse, en 1565[270]. En 1806, le Croc devient propriété de la famille Perdrigeon qui lui donne son nom[268]. Le château des Horts situé au sommet de la ville subit des modifications aux XVIIIe et XIXe siècles mais conserve lui aussi un aspect de château fort. Les remparts forment un carré encadrant une cour centrale et sont flanqués d'une tour à chaque angle. Construit au XVIe siècle par la famille Ossandon, il passe ensuite aux Riberolles[271]. Le château de Francséjour (ou Freiz-séjour), près du Moûtier, est construit à la fin du XVe siècle pour Jehan Petidé, prévôt de l'église de Thiers et conseiller de Jean de Bourbon[271]. Cette élégante gentilhommière conservée son bel ensemble de bâtiments agricoles[b 15]. Le château de la Chassaigne se trouve à la sortie de la ville, aux abords de la route de Vichy. Manoir gothique, sa construction date de la fin du XVe siècle. Au premier étage, on trouve la grande galerie ainsi qu'une chapelle bien conservée. La Chassaigne accueille chaque été les visiteurs autour d'une exposition thématique (expliquée et mise en valeur lors de la visite par le copropriétaire des lieux) et propose d'autres manifestations culturelles tout au long de l'année. Le château vaut aussi pour les jardins qui l'entourent. D'esprit anglais, le jardin principal se compose de véritables « chambres » de verdure d'une grande variété d'inspirations. À l'ouest, une terrasse accueil un jardin de style classique[272].

D'autres châteaux, moins importants d'un point-de-vue historique, sont présents sur la commune[273]. Le château des Béraux est édifié au XVIe siècle par Jean Archimbaud, un riche marchand. Le manoir des Champs, construit au XVIIe siècle pour la famille Grandsaigne, qui s'allie avec celle de Blaise Pascal[b 16]. Au XVIIIe siècle, son nouveau propriétaire, subdélégué de Thiers, y implante une magnanerie. Le manoir des Molles abrite les derniers jours du comédien Montdory[274]. Sa fille Catherine épouse son propriétaire l'année précédente[275]. Dans le bas de la ville, au bord de la route allant à Clermont-Ferrand, on peut remarquer un manoir de style néogothique construit en 1892 par la famille Rousselon et flanqué de sa chapelle : le manoir des Rousselon[276].

Autres édifices du patrimoine civil thiernois[modifier | modifier le code]

Le pont du navire en .

Viscéralement liée à la Durolle, Thiers compte plusieurs ponts intéressants. Dans un ordre chronologique de construction, les plus importants sont : le pont Vieil, le pont du navire (XIIIe siècle), le pont de Seychalles (XIIIe siècle), le pont Saint-Jean (XVe siècle), le viaduc du grand tournant () ou encore le pont de Saint-Roch ()[277].

Parmi les réalisations du XXe siècle, on peut citer deux bâtiments de style art déco : le lycée Jean-Zay inauguré en 1933[278] et la poste centrale achevée avant la Seconde Guerre mondiale. De style plus contemporain, le complexe Espace réalisé par l'architecte Jean-Louis Godivier est inauguré en 1989[279]. La place Antonin-Chastel vient compléter l'offre du patrimoine moderne thiernois[280]. Un automate — ou jacquemart — se trouve sur la place et représente un coutelier frappant son couteau à chaque heure et demi-heure[281].

Monuments commémoratifs[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs monuments commémoratifs. Dans un ordre chronologique de construction, les plus importants sont : le monument à la Mutualité (place de la Mutualité) érigé en 1913 est le premier en France à rendre hommage au mutualisme[277], le monument aux Morts (square de Verdun) construit en 1923 sur les plans de l'architecte Deroure[277], le monument au Comédien Montdory (à l'entrée de la cité scolaire du Pontel), réalisé par le sculpteur Vaury, est inauguré le 11 juillet 1937 et les orbres de la falaise de Borbe construites par Michel Gérard en 1985[282].

Culture[modifier | modifier le code]

Tourisme et hébergement[modifier | modifier le code]

Thiers compte 8 hôtels, 6 chambres d'hôtes, 3 gîtes, 2 campings[283] et une aire de camping-car pour héberger les nombreux touristes venu visiter les rues de la cité. Pour guider les touristes, un office de tourisme est installé au pied du château du Pirou[a 29] (château à colombages) en plein centre-ville de Thiers[a 30].

En plus des différents musées et salles d'exposition que compte la ville, la vallée des rouets permet aux visiteurs de partir sur les traces des émouleurs[a 31], ces artisans travaillant allongés sur une planche au-dessus de leur meule et donnant le tranchant à la lame. De nos jours, la vallée offre l’image d’une nature sauvage marquée par la patience et la ténacité de générations de couteliers thiernois. Un dernier rouet resta en activité jusqu'en 1976 « Chez Lyonnet » et aujourd'hui, le rouet est transformé en petit musée où les visiteurs peuvent voir tourner la roue à aube, entendre claquer les courroies sur les poulies et monter à la chambre du coutelier.

L'atelier de fabrication du Thiers[a 32], couteau spécifique de la ville protégé forme les touristes à fabriquer eux-mêmes leur propre couteau « Le Thiers ». Le temps de fabrication d'un couteau est d'1h30 et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ici la fabrication n'est pas salissante.

La vallée des usines est un haut lieu de la production artisanale et industrielle de la ville[a 33], du XIVe au XXe siècle. La Vallée des Usines est aujourd’hui un site emblématique qui ne laisse personne indifférent. Durant la nuit, des ruines d'anciennes coutelleries et le lit de la Durolle sont éclairés par des projecteurs pour les mettre en valeur[284].

Musées et salles d'expositions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée de la coutellerie.

Le musée de la coutellerie a ouvert ses portes en 1982 dans le but de conserver la mémoire de la coutellerie thiernoise. Il est composé de trois bâtiments répartis entre le centre-ville, dont l'un est consacré à l'histoire de la coutellerie (dans l'ancienne « Maison des consuls », inscrite aux Monuments Historique en 1983) et l'autre à des démonstrations de fabrication de couteaux et à l'exposition de couteaux d'art, et le village de Château-Gaillard où l'on peut visiter le dernier rouet en état de fonctionnement (le Rouet Lyonnet, du nom du dernier émouleur à y avoir travaillé, Georges Lyonnet) où travaillaient les émouleurs couchés[285].

Un émouleur du musée de la coutellerie.

Plusieurs autres musées et salles d'exposition sont présentes sur la commune: le château du Pirou, au premier étage du bâtiment qui accueille l'office de tourisme, est exposée la Donation Calamy, une collection d'objets de l'Antiquité (Mésopotamie, Égypte, Grèce…), de Céramique d'Iznik, de tapisseries et de meubles anciens[286], le Creux de l'enfer, centre d'art contemporain avec une programmation nationale et internationale[287] situé dans la vallée des usines, l'Usine du may présente l'histoire et les perspectives de l'industrie à Thiers. Elle accueille aussi des expositions d'artistes (Sergio Toppi été 2011, Derib été 2012)[286]. La médiathèque et le hall de la mairie accueillent aussi des expositions temporaires. Le château de la Chassaigne (propriété privée) présente chaque été avec l'association La pomme d'or une exposition sur un thème différent (Cluny et le Moyen Âge en 2010 ou L'âme de Thiers à l'été 2011)[288]. L'Orangerie (Centre d’initiation et de sensibilisation à l’environnement) dans le parc du Moûtier propose une promenade éducative dans un biotope tropical reconstitué[286].

La cité des couteliers présente la production coutelière thiernoise du XXIe siècle[a 34]. Le musée est décliné en trois parties : la première se consacre à une présentation générale de la coutellerie, la deuxième est chargée de présenter la coutellerie thiernoise et la troisième, les couteliers thiernois sont présentés grâce à des vitrines installées dans une pièce centrale[289]. La vallée des Rouets est la continuité de la vallée des usines lorsque nous allons en amont de la Durolle. Le site offre l’image d’une nature sauvage marquée par la patience et la ténacité de générations de couteliers. Des ruines d'anciens ateliers de coutellerie bordés par la Durolle sont visitables. Le dernier rouet en activité ferma en 1976 et se surnommait « chez Lyonnet ». Aujourd'hui ce rouet n'est pas désaffecté et le visiteur via des visites guidés ou librement peut visiter ce rouet ainsi que le reste de la vallée. Une roue à aube tourne toujours devant le rouet[206]. En 2016, le site a compté 55 000 visiteurs[203].

Dans les environs de Thiers, on peut aussi visiter le Musée départemental de la Céramique à Lezoux[290] ainsi que le Moulin Richard de Bas à Ambert[291] consacré à la papeterie. À Cervières, durant l'été, la Maison des Grenadières est ouverte au Public. Le parc naturel régional Livradois-Forez propose avec le circuit de la Route des métiers la découverte d'activités artisanales très variées[292].

Salles de spectacles[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salle Espace.
La Salle Espace en 2017.

Espace est un complexe culturel de trois salles adaptées pour tous les types de spectacles comme pour les réunions publiques. L'idée d'une grande salle à Thiers remonte aux années 1970 où une salle polyvalente avait été construite au Breuil dans la ville-basse[293]. À la fin des années 1980, cette salle ne suffit plus pour Thiers. Des projets se succèdent tandis que le foirail en ville-haute est remanié en parking. En 1985, la ville de Thiers (Maurice Adevah-Pœuf est alors maire) confie à Jean-louis Godivier la construction d'un complexe de trois grandes salles de spectacle sur le site du foirail[294]. Le thème de la construction est alors « Bateau et Modernité » d'où l'architecture contemporaine avec la présence de hublots et d'éléments maritimes, le bateau étant l'emblème de Thiers. Lors de l'inauguration du site, les couleurs dominantes sont le jaune et le bleu, les couleurs de la ville de Thiers. Aujourd'hui, la salle a été repeinte avec des couleurs plus modernes: gris foncé, gris clair et blanc. Le bâtiment a une surface totale de 2 800 m2 environ. La plus grande salle a une capacité totale de 500 personnes[295].

Le Moulin bleu[modifier | modifier le code]

Le Moulin bleu est un cabaret qui propose une revue unique dans la région[296]. Il prend comme model le Moulin-Rouge à Paris. Des danses comme le French cancan sont représentées dans cet ancien hôtel-restaurant.

Le Monaco[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Monaco.

Le Monaco est un cinéma possédant trois salles sous forme d'auditorium. Il offre une programmation variée et bénéficie du label « Art et Essai ». Le ciné-club local y présente chaque mois un film. Il est situé en plein centre médiéval de Thiers. De multiples projets voient le déménagement de ce cinéma dans un autre lieu du centre ancien[a 35]. Il est l'un des trois cinémas qu'a compté la ville de Thiers. La premier était proche de la place Antonin-Chastel et le deuxième était l'ancien cinéma-théâtre de la ville sous les remparts.

Autre[modifier | modifier le code]

Le Club house d'Iloa Les Rives de Thiers.

D'autres salles de spectacles sont présentes sur la commune : le Métro est une salle de concert consacrée aux musiques actuelles, la salle polyvalente Jo-cognet qui sert initialement de boulodrome, la salle de la Sapine au Fau, la salle de la Roussette à Courty, le club house d'Iloa, la salle des Ursulines au-dessus de la médiathèque, la salle des Garniers ou encore la chapelle des Belins.

Thiers bénéficie de sa proximité avec des centres urbains plus importants et ses habitants peuvent facilement profiter de la programmation culturelle de ceux-ci : Clermont-Ferrand et Vichy sont environ à une demi-heure de route[297]'[298], Roanne et Saint-Étienne à une heure[299]'[300].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La chanteuse Hoshi lors du festival La Pamparina en 2018.

La Pamparina[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Pamparina.

Chaque année depuis 1997, le premier week-end de juillet, a lieu La Pamparina, un festival de musiques qui se tient dans les rues de la ville autour d'un thème qui change chaque année (cordes, voix, percussions, danses, etc.). Ce festival international, a attiré plus de 45 000 personnes dans les rues de Thiers en 2017[301].

La Foire au pré[modifier | modifier le code]

C'est une foire qui se tient au Moûtier, dans le bas de la ville, le deuxième week-end de septembre (initialement le 14 septembre uniquement). Véritable « fête nationale » de Thiers selon l'expression de Jean Anglade, c'est un rendez-vous presque obligatoire pour les habitants de tout le pays Thiernois[302]. Son existence remonte à huit-cents ans, sans doute plus[Note 11]. On y trouve tous genres de stands, des souvenirs aux vêtements, des manèges aux chevaux de trait. La coutume est d'y manger de la tripe dès l'aurore[302]. Au Moyen Âge, cette fête se déroulait sur la place de Pirou et la place Saint-Genès.

Les 13 km Thiernois[modifier | modifier le code]

Les 13 km thiernois a lieu début juin depuis plus de 18 ans. La forte déclivité de la ville rend cette course à pied délicate. Le même circuit a été pris pour les marcheurs la veille de la course. Lors de cet événement, une course autorisé aux mineurs de plus de 16 ans a été créée: Tout Thiers Court[304].

La marche Roanne-Thiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marche Roanne-Thiers.

La marche Roanne-Thiers lance, chaque premier samedi du mois de décembre à minuit, ses quelques centaines de participants sur la route reliant les deux villes. Longue de 56 km, elle part alternativement de Thiers (les années paires) ou de Roanne (les années impaires)[305].

Coutellia[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coutellia.
La salle 1 de l'édition 2017 de Coutellia.

Chaque printemps, depuis 1991, se déroule Coutellia, un festival du couteau d'art. Plus de cent exposants venus du monde entier participent à cet événement. Des démonstrations sont faites et les visiteurs peuvent mieux comprendre comment est fabriqué un couteaux. C'est aussi l'occasion d'un concours de créations, toujours dans un esprit confraternel[306].

Le marché de noël[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, la ville de Thiers organise avec l'association des commerçants de Thiers un Marché de noël. Exposants, artisans, animations musicales, ateliers divers, défilés d’enfants, lectures de contes, expositions, balades en calèche sont présents chaque année[a 36]. Le marché se passe généralement pendant le deuxième week-end de décembre et a lieu en centre-ville. Il est divisé en trois parties : la première est située sur la place Antonin-Chastel, la deuxième dans l'ancien marché couvert et la troisième dans les locaux de l'ex Défi-mode[307].

Les Feux d'artifice[modifier | modifier le code]

Chaque année se déroule le lancer de feux d'artifice à Thiers le 14 juillet sur la base de loisirs Iloa Les Rives de Thiers[308]. L’événement est accompagné d'un bal populaire au club house d'Iloa[309]. Plusieurs milliers de personnes sont au rendez-vous. Jusqu'en , les feux d'artifice sont uniquement tirés depuis le Parc du Breuil au Moutier.

Thiers, ville haute en couleurs[modifier | modifier le code]

Chaque année, l’opération « Thiers, ville haute en couleurs », organisée par le collectif « Artistes » et les services municipaux, revient durant tout l’été dans les rues de Thiers[310]. Le principe est que des bannières, peintes par des artistes locaux ou de toute la France voire d’autres pays, sont mises en place durant la saison estivale dans les rues de Thiers et des villages alentour. Un nouveau thème destiné à inspirer les artistes est proposé chaque année[a 37].

Journées Européennes des Métiers d'Arts[modifier | modifier le code]

Créées en France à l’initiative des pouvoirs publics, les Journées Européennes des Métiers d’Art sont le premier événement international consacré aux métiers d’art, coordonné par l’Institut National des Métiers d’Art, pour soutenir fortement ce secteur à haut potentiel de développement économique et culturel. Ce rendez-vous met chaque année en lumière plus de 200 métiers et encore plus de savoir-faire alliant gestes de tradition, de création et échanges humains, ancrés dans l’économie réelle de nos territoires dont ils concourent au dynamisme et à l’attractivité. Passeurs de mémoires par la transmission de leurs savoir-faire, les professionnels des métiers d’art sont des « gens de métiers », tournés vers l’avenir : puisant leurs racines dans le compagnonnage, les arts décoratifs et les arts appliqués, ils œuvrent pour restaurer notre patrimoine autant que pour le réinventer. Ateliers-laboratoires de l’innovation, ils élaborent une culture nouvelle du travail et de l’entrepreneuriat au sein de l’économie créative, préfigurant un nouveau modèle économique et social, collaboratif et transdisciplinaire, inventant de nouveaux marchés, locaux et mondiaux. Ainsi, leurs gestes de deux mains, parfois très anciens, se transforment pour devenir les gestes de demain. Gestes de demain, et gestes pour demain, les métiers d’art sont aussi les racines du futur, des sources d’inspiration et des repères collectifs pour réinventer un héritage français et européen[a 38].

Avec ces journées, l’Institut National des Métiers d’Art et l’ensemble de ses partenaires et acteurs au plan national, territorial et européen, contribuent ainsi à préparer l’avenir de ce secteur dans une société en mutation, pour que les métiers d’hier et d’aujourd’hui soient toujours les métiers de demain[311].

Thiers Meetings[modifier | modifier le code]

La première édition a lieu en , quelques jours en amont de Coutellia. La vocation de Thiers Meetings est de faire se rencontrer les acteurs internationaux de la filière coutelière et de permettre au Thiers de s’imposer comme marque internationale. 27 villes ou bassins couteliers, avec une importance plus ou moins importante en fonction de leur histoire son dénombrées dans le monde mais Thiers est la seule ville avec 800 ans d’histoire coutelière ininterrompue. Le nom de Thiers est connu par les couteliers du monde entier de façon très marquée pour certains et plus diffuse pour d’autres[a 39].

L’industrie du luxe est représentée par quatre filières en Auvergne : maroquinerie, cosmétique, packaging et coutellerie. Les grandes marques confient à Thiers la fabrication de leurs articles. Le positionnement sur les produits d’exception s’est naturellement imposé, après 800 ans d’activité. Organiser à Thiers des rencontres mondiales de la coutellerie permet d’affirmer la position du bassin thiernois sur l’échiquier mondial de la coutellerie[312].

Symposium international de sculpture monumentale métallique[modifier | modifier le code]

Le « Pont-épée » juste devant la cascade du Creux de l'enfer.

En , Thiers accueille le Symposium international de sculpture monumentale métallique[313]. Il permettre à six artistes régionaux et internationaux, Yves Guérin, Michel Gérard, Dennis Oppenheim, Patrick Raynaud et Vladimir Skoda de collaborer avec des artisans locaux autour de la réalisation de leurs œuvres. Des sculptures qui s’implantent, pour la plupart, avec justesse dans le contexte de la ville et de sa périphérie[314]. Le sixième artiste, George Trakas, anticipe l’histoire du centre d'art du Creux-de-l’enfer. Ainsi que le ferait le héros d’un roman d’aventure de Jules Verne, il va tendre une passerelle métallique au ras de l’eau, véritable pont de cordes suspendu drossé dans les embruns de la cascade[314].

Plusieurs œuvres monumentales en acier sont dispersées sur la commune[315]. Les plus connues sont les « Orbres de Borbes », le « Grand balancier », le « Bateau échoué », le « Pont-épée » construit par le canadien George Trakas ou encore le « Dragon de la Vallée des Usines »[315],[316].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Costume des environs de Thiers à la fin du XVIIIe siècle, début XIXe.

Les cochonnailles sont souvent à l'honneur à Thiers comme dans le reste du Massif central. Elles sont la base d'une gastronomie populaire, peu onéreuse et très « nourrissante ». Les tripes « à la mode de Thiers » sont incontournables à l'occasion de la foire au Pré. Le « rapoutet » est préparé à base de morceaux de jarret de jambon cuit généralement accompagné de choux et de pommes de terre[317]. La saucisse de choux d'Arconsat faite à partir de poitrine de porc et de choux est la spécialité la plus reconnue de la montagne thiernoise et à sa confrérie[318].

Pour le fromage, le gaperon est produit dans la région (secteur entre Thiers, Lezoux et Ris)[319] et le chèvreton, qui vient plutôt de la montagne[320]. Thiers se situe dans les zones AOP de la fourme d'Ambert[321] et du bleu d'Auvergne[322].

La tarte à la bouillie est un dessert des plus typiques du pays[323]. Comme dans beaucoup de régions de montagne la myrtille est utilisée pour les tartes ou la confiture. Les baies bleues sont célébrées à la mi-août au col du Béal (communes de Saint-Pierre-la-Bourlhonne et de Chalmazel)[324]. Les guenilles sont des beignets (proches des bugnes lyonnaises) qui se mangent, selon Jean Anglade en trois occasions : « Au temps du Carnaval, pour la foire au Pré et dans n'importe quelle autre circonstance. »[325]

Thiers dans les arts[modifier | modifier le code]

La ville de Thiers est mentionnée dans la littérature dès le Moyen Âge. Guillaume de Revel en fait notamment la description dans son armorial. Dès , la romancière et dramaturge française George Sand publie un roman ayant pour model le fonctionnement de la ville de Thiers. L'histoire du livre tourne autour du monde ouvrier et industriel. En , Pierre Molaine écrit le roman Samson a soif où Thiers est largement évoquée. Dans ce dernier, il parsème le récit de souvenirs personnels notamment lorsqu'il visite la ville. Huit ans après avoir écrit un premier livre sur la ville, il sort un deuxième livre nommé J'ai rêvé de lumière. À partir de , Jean Anglade écrit plusieurs romans ayant pour thème commun la ville. Dans l'ordre chronologique : Les ventres jaunes (1979), La Bonne Rosée (1980), Les Permissions de mai(1981), Dans le secret des roseaux (2002) puis Une étrange entreprise (2005). En , il publie un récit de souvenirs nommé Le Pain de Lamirand.

En 1975, François Truffaut tourne à Thiers l’essentiel de son film L'Argent de poche qui sort le 17 mars 1976[326]. Le film connait un grand succès en France avec plus d'1,8 million d'entrées en salle[327]. En 1981, La Ville noire, téléfilm en 2 parties de Jacques Tréfouël tiré du roman de George Sand, avec Catherine Frot et Lionnel Astier dans l'un de leurs premiers rôles, est tourné à Thiers[328].

Trois timbres en rapport avec Thiers sont émis à partir de , « Thiers », dessiné par Marie-Noëlle Goffin et gravé par Eugène Lacaque avec une valeur faciale de 1,70 F. Oblitération 1er jour à Thiers le 9 octobre 1976[329], en 1987, « Coutellerie d'art - Thiers», dessiné et gravé par Patrick Lubin. Valeur faciale de 1,90 F[330] et en 2004, « La Coutellerie », par Bruno Ghiringhelli dans la série Portraits de régions no 3 - La France à vivre. Valeur faciale de 0,50 . Oblitération 1er jour à Thiers le 27 mars 2004[331].

Langue régionale et identité thiernoise[modifier | modifier le code]

La ville de Thiers s'inscrit dans le domaine linguistique de l'auvergnat[332],[333]

Chansons locales

Là bujadeirà est une chanson thiernoise reprenant l'air de la Marseillaise. Elle met en avant l'idiome auvergnat ainsi que l'accent du langage de la région. Plusieurs chansons en auvergnat sont à recenser comme la « Chansou de lu imouleuz »[334], en français « la chanson des émouleurs ».

« Chansou de lou imouleus », ici en auvergnat et en graphie d'Alexandre Bigay, texte issu de l'ouvrage Jean Anglade raconte en langue auvergnate[335].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités ont un attachement particulier à la ville de Thiers. Les plus connus sont cités dans la liste ci-après (classement par année de naissance) :

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Thiers
  • Selon Dany Hadjadj dans Pays de Thiers : le regard et la mémoire, les armes de Thiers se blasonnent ainsi :
    • De gueules à un navire d'argent sur une mer du même
  • Remarques
    • Le blason où un navire est représenté est effectif qu'en .
    • La mise en place d'un blason comportant un navire est vivement critiquée par la population de la ville, qui préférerait voir une grappe de raisin ou un pichet de vin — la production de raisin et de vin étant encore à l'époque très populaire dans la ville.
  • Devise
    • La devise de Thiers est en latin : Labor omnia vincit (« Le travail vient à bout de tout »)
Ancien blason de Thiers
  • Toujours selon Dany Hadjadj, elles se blasonnent ainsi:
    • Du fond jaune avec un lion rampant rouge au guindant
  • Remarques
    • Le blason disparaît définitivement en suite à son remplacement.
    • Le blason ressemble beaucoup à celui du comté de Hollande.

Historiques des logos[modifier | modifier le code]

Le premier « logo » est en fait la représentation du blason de la ville tandis que le deuxième reprend l'idée de ce dernier tout en ajoutant la couleur rouge d'origine en arrière plan. Il y a toujours un bateau à trois voiles. Le troisième « logo » est une modernisation du précédent et le quatrième « logo » de Thiers, de type moderne, reprend les couleurs du blason de la ville en les associant symboliquement avec la vocation industrielle de la ville (gris pour le métal et rouge pour le feu). Les trois lames de couteaux qui s'en détachent évoquent aussi les voiles du navire qui y figurent. Le « logo » actuel possède une lame jaune, une lame grise et une lame rouge. Ce logo est inspiré du précédent mais ne fait plus totalement référence aux couleurs du blason ancien, rouge et blanc[18].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin Le Bulletin du Cercle, publication périodique de l'association « Cercle d'études de la deuxième guerre mondiale Thiers et sa région ».
  • Bulletin Le Pays thiernois et son histoire, publication périodique de l'association « Le Pays thiernois ».
  • Montaigne l'intrépide 1581, un gascon en pays Thiernois, publié par l'association « Le Pays Thiernois ».
  • Anonyme, Huit jours à Thiers, Le Livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (ISBN 978-2-7586-0085-5).
  • Hermose Andrieu, Histoire de la ville & baronnie de Thiers en Auvergne, Éditions de Beauvoir, (ISBN 2-914356-00-5).
  • Jean Anglade (récit des souvenirs), Le Pain de Lamirand, De Borée, (ISBN 2-84494-101-X).
  • La trilogie romanesque de Jean Anglade : Les Ventres jaunes (ISBN 2-266-00987-7), La Bonne Rosée, 1982 (ISBN 2-266-01170-7), Les Permissions de mai, 1983 (ISBN 2-266-01259-2) éd. Pocket.
  • Alexandre Bigay, Histoire de Thiers, Le Livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (ISBN 2-87760-757-7).
  • Serge Combret (préf. Robert Chambeiron et Henri Rol-Tanguy), Auvergne, J'écris ton nom… Résistance, AEDIS, (ISBN 2-9506201-3-2).
  • Dany Hadjadj, Parlers en contact aux confins de l'Auvergne et du Forez, Institut d'Études du Massif central, .
  • Dany Hadjadj (dir.), Pays de Thiers : le regard et la mémoire, Presses universitaires Blaise-Pascal, (ISBN 978-2-84516-116-0).
  • Anne Henry, Thiers, une exception industrielle, coll. « Images du Patrimoine » (ISBN 2-905554-26-6).
  • Anne Henry, « Un site urbain façonné par l'industrie : Thiers, ville coutelière », In Situ, revue des patrimoines, no 6,‎ (lire en ligne).
  • Hubert Jacqueton, Études sur la ville de Thiers : la communauté des habitants (1272-1789), Le Livre d'histoire, coll. « Monographie des villes et villages de France », (ISBN 978-2-7586-0174-6).
  • Brigitte Liabeuf, Histoires de couteaux, Musée de la Coutellerie - Maison des Couteliers, , 55 p., illustré et CD-ROM Acier Damas.
  • André-Georges Manry (dir.), Histoire des communes du Puy-de-Dôme : Arrondissement d'Ambert, Arrondissement de Thiers, Horvath, (ISBN 2-7171-0451-8).
  • Fernand Planche, Durolle, Éditions Canope, .
  • Guy Rousseau, Le Temps du Gouyat : l'enracinement socialiste dans le Puy-de-Dôme (1870-1914), Institut d'Études du Massif central, .
  • George Sand, La ville noire, De Borée, (ISBN 978-2-84494-546-4).
  • Georges Therre et Ytournel, Thiers, Alan Sutton, coll. « Mémoire en Images »
    Tome I : 2001 (ISBN 2-84253-500-6) ; tome II : 2003 (ISBN 2-84253-745-9) ; tome III : 2005 (ISBN 2-84910-212-1).
  • Michel Vasset et Laurent Blanchon, Thiers, ateliers d'artisans couteliers, Page centrale, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le « Rempart » est un mur de soutient surmonté d'un belvédère. Sa position en ville-haute surplombant la ville-basse offre aux visiteurs une vue panoramique.
  2. les distances stricto-sensu entre les villes sont mieux adaptées face aux distances d'orthodromie.
  3. Du départ à l'arrivée de la rue, 270 marches sont présentes.
  4. Les Margerides sont un ensemble de sommets très visibles depuis la cité médiévale de Thiers.
  5. Bataillon d'instruction de panzergrenadiers SS 18 fut envoyé en France le 22 juin 1944 et atteint Vichy le 29 juin. La troupe est répartie entre Thiers, Randan, Saint-Yorre, Le-Mayet-de-Montagne[121].
  6. Claude Pradel est élu face à Ernest Laroche le député socialiste sortant. Il se présente comme « socialiste indépendant » et vante ses origines de « fils d'émouleur ». Il siègera avec les non-inscrits.
  7. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  9. Legrand d'Aussy remarque dans son livre, Voyage en Auvergne, en 1788, que les industriels thiernois luttent efficacement contre les industriels anglais jusque dans les Indes.
  10. Ces édifices sont aujourd'hui encore des propriétés privées et ne sont généralement pas ouverts à la visite.
  11. Mention la plus ancienne retrouvée dans Les Chartes de Cluny en 1237. En 1251, le seigneur de Thiers dispute à l'Abbé la garde de la foire qui selon lui est une de ses dépendances héréditaires. Les origines de cette foire sont sans doute plus anciennes, peut-être liées aux cérémonies d'adoration de la Sainte-Croix qui se tenait à la date du 14 septembre dès l'an 614[303].

Références[modifier | modifier le code]

Site de la ville[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Base de loisirs d'Iloa », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 28 août 2017)
  2. « Morphologie urbaine de Thiers », ville-thiers.fr,‎ , p. 45 (lire en ligne)
  3. « Thiers 2030: La ville basse prend de la hauteur », sur ville-thiers.fr (consulté le 11 décembre 2016)
  4. « Le Moutier », sur ville-thiers.fr (consulté le 11 décembre 2016)
  5. « Découvrir Thiers », sur ville-thiers.fr (consulté le 11 décembre 2016)
  6. a et b « La vallée des Rouets », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 26 juin 2017)
  7. a et b Ville de thiers et préfecture du Puy-de-dome, Les risques majeurs à Thiers, Thiers, (lire en ligne), p. 10
  8. « Les jaiffours et le clos des vignes », sur ville-thiers.fr, (consulté le 11 décembre 2016)
  9. « Les Graviers », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 15 avril 2018)
  10. « Le quartier des Forgerons », sur ville-thiers.fr (consulté le 19 février 2017)
  11. « Le quartier Saint-Jean », sur ville-thiers.fr (consulté le 19 février 2017)
  12. « Jardins Saint-jean », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  13. Ville de thiers, « Thiers info », Page 14,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  14. Ville de Thiers, « Thiers actu spécial budget », page 1,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  15. « Renouvellement urbain », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  16. « Projets achevés », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  17. a et b « Rénovation urbaine », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 16 avril 2018)
  18. a b et c « Le jumelage », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 18 juillet 2017)
  19. a b c et d « Espaces verts », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 23 juin 2017)
  20. a et b « Eclairage public », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 25 octobre 2017)
  21. a b c d e f et g « Voirie », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 25 octobre 2017)
  22. a et b « Établissements scolaires de la ville de Thiers », sur etablissements-scolaires.fr (consulté le 9 février 2017)
  23. « La vidéo surveillance », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  24. « L'usine du May », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 24 avril 2018).
  25. « La cité des Couteliers », sur ville-thiers.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  26. « Une ville atypique », sur ville-thiers.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  27. « L'atelier Le Thiers », sur ville-thiers.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  28. Ville de Thiers, La vallée des usines, Thiers, , 1 p. (lire en ligne).
  29. « Office de tourisme », sur ville-thiers.fr (consulté le 17 janvier 2017)
  30. « Découvrir Thiers », sur ville-thiers.fr (consulté le 17 janvier 2017)
  31. « La vallée des rouets », sur ville-thiers.fr (consulté le 17 janvier 2017)
  32. « L'atelier de fabrication le thiers », sur ville-thiers.fr (consulté le 17 janvier 2017)
  33. « La vallée des usines », sur ville-thiers.fr (consulté le 17 janvier 2017)
  34. « La cité des couteliers », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  35. « Conseils municipaux », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 25 octobre 2017)
  36. « Le marché de noël », sur ville-thiers.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  37. « Thiers, ville-haute en couleurs », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 26 août 2017)
  38. « Journée européenne des métiers d'art », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 26 août 2017)
  39. « Thiers meeting », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 26 août 2017)

Base de Mérimée[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Base de Mérimé - Pont du Navire », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  2. « Base de Mérimée - Pont de Seychalles », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  3. a et b « Base de mérimée - Thiers », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  4. « Base de merimee », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 16 avril 2018)
  5. « Base de mérimée », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 1er octobre 2017)
  6. a b c et d « Église Saint-Genès », notice no PA00092431, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. a b et c « Base de Mérimée - Abbaye du Moutier », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  8. a et b « Base de Mérimée - Ancienne chapelle de la Clotra », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  9. « Base de Mérimée - Château du Pirou », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  10. « Base de Mérimée - Maison des sept péchés capitaux », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  11. « Base de Mérimée - n°12 rue du Bourg », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  12. « Base de Mérimée - N°4 rue Conchette », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  13. « Base de Mérimée - Forges Mondière », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  14. « Base de Mérimée - Usine du May », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  15. « Base de Mérimée - Château de Franc-Séjour », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  16. « Base de Mérimée - Château des Champs », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Population légale communes de France », sur www.insee.fr/, (consulté le 8 janvier 2017)
  2. « Cadastre », sur www.cadastre.gouv.fr (consulté le 22 août 2018)
  3. Distance entre Thiers et Paris selon GoogleMaps. [1]
  4. Distance entre Thiers et Lyon selon GoogleMaps. [2]
  5. Distance entre Thiers et Saint-Étienne selon GoogleMaps. [3]
  6. Distance entre Thiers et Clermont-Ferrand selon GoogleMaps. [4]
  7. Carte IGN sur Géoportail
  8. Centre France, « Événement - 13 km thiernois: de nouveaux parcours à découvrir d'abord… en marchant », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  9. Robert (1935- ) Cartographe Bouiller, Carte géologique de la France à 1/50 000. 694, Thiers, Bureau de recherches géologiques et minières. Orléans, (lire en ligne)
  10. a et b Carte géologique de la France, Thiers, BRGM, 66 p. (ISBN 9782715916944), Tout le livre
  11. a b et c service régional de l’Inventaire Auvergne, THIERS, suivre la pente, Thiers, (lire en ligne)
  12. a et b Centre France, « La Ville haute en pleine métamorphose », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  13. « Connaissances de Thiers », sur lamontagne.fr, (consulté le 15 janvier 2017)
  14. a b et c Dany Hadjadj, Pays de Thiers: le regard et la mémoire, Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782845161160, lire en ligne)
  15. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  16. Centre France, « Urbanisme - Thiers 2030 : des pistes pour redessiner la ville basse », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  17. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  18. a b c d e f g et h Dany Hadjadj, Pays de Thiers : le regard et la mémoire, Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782845161160, lire en ligne)
  19. Dany Hadjadj, Pays de Thiers: le regard et la mémoire, Thiers, Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782845161160, lire en ligne), page 332
  20. (en) Geocaching, « THIERS – Qu'ils mangent donc du riz ! », geocaching,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  21. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  22. a et b Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR8301091 - Dore et affluents - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 28 juin 2017)
  23. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - Natura 2000 - Les objectifs d'un réseau européen ambitieux », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 28 juin 2017)
  24. Hervé Cubizolle, La Dore et sa vallée : approche géohistorique des relations homme-milieu fluvial, Université de Saint-Etienne, (ISBN 9782862721040, lire en ligne)
  25. « Idées balades et activités en France avec BaLaDO.fr | Planet », sur balado.planet.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  26. Centre France, « Travaux - L'autoroute A71 fermée du 16 au 19 juin à Clermont-Ferrand », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  27. Application 'Google Earth' qui permet de visualiser la planète et de mesurer l’altitude grâce à la souris et l'indicateur en bas à droite.
  28. « Thiers », Le monde des chemins de fer,‎ (lire en ligne)
  29. « Courty (Puy-de-Dôme) - Photo de Auvergne & Limousin - Gare aux Gares ! Photos Trains Histoires du chemin de fer », sur gareauxgares.canalblog.com (consulté le 12 juillet 2017)
  30. « Courty », Le monde des chemins de fer,‎ (lire en ligne)
  31. « Clermont / Saint-Etienne : la ligne fermée 3 mois, des cars de substitution mis en place », sur lamontagne.fr, (consulté le 18 décembre 2016)
  32. « Transports urbains Thiernois » (consulté le 9 octobre 2016).
  33. « TAD » (consulté le 9 octobre 2016).
  34. « 5. Compte rendu conseil citoyen », sur drive.google.com, (consulté le 22 décembre 2016).
  35. « 10.Compte rendu », sur drive.google.com, (consulté le 22 décembre 2016).
  36. Centre France, « Aménagements - Projet de transport urbain par câble à Thiers : "on sait que c'est possible" », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  37. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire ligne 19 : Vichy – Thiers – Ambert [PDF], horaires valables du 9 décembre 2018 au 13 juillet 2019, version du 16 novembre 2018 (consulté le 9 décembre 2018).
  38. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire ligne 82 : Clermont-Ferrand – Ambert – Arlanc [PDF], horaires valables du 9 décembre 2018 au 13 juillet 2019, version du 16 novembre 2018 (consulté le 9 décembre 2018).
  39. « Horaires TRANSDÔME », Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 9 décembre 2018).
  40. « Iloa (Base d'aéromodélisme) Thiers », sur mairie.biz (consulté le 18 décembre 2016).
  41. (en) « Pont de Bridgenorth », sur fr.geoview.info (consulté le 12 juillet 2017)
  42. « Le pont du faux martel », sur culture.gouv.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  43. « Le pont saint jean »
  44. « Pont st jean »
  45. « Le pont de seychalles » (consulté le 20 décembre 2016)
  46. « Dans "la Montagne" sur l'avenue Pierre Guérin à Thiers », sur maurice.labadie.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  47. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 12 juillet 2017)
  48. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 12 juillet 2017)
  49. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  50. a et b « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  51. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  52. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  53. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  54. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  55. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  56. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  57. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  58. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  59. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  60. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 13 juillet 2017)
  61. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  62. Jean-Louis Boithias, De l'Auvergne au Forez et au Velay, Thiers, Les monts d'Auvergne, , 333 p. (ISBN 978-2-36654-052-9), p. 67
  63. © CH Thiers - 2010, « Présentation du centre Hospitalier de Thiers », sur www.ch-thiers.fr (consulté le 15 avril 2018)
  64. Media Declic, « Cabaret Le Moulin Bleu », sur www.moulin-bleu.com (consulté le 28 août 2017)
  65. « Organigramme de l'usine Bruggën », sur www.brueggen.com (consulté le 7 juillet 2017)
  66. « Le groupe d'exploitation hydraulique Loire-Ardèche », EDF,‎ (lire en ligne)
  67. « Maison de Retraite Le Belvédère », sur annuaire.maisons-de-retraite.fr (consulté le 26 juin 2017)
  68. a et b « Historiens thiernois », sur escotal.fr (consulté le 25 novembre 2018)
  69. Raymond Moraux, « anciennes photos », sur raymondmoraux.fr (consulté le 7 juillet 2017)
  70. « Unité urbaine de Thiers (63303) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  71. « Populations légales 2015 − Commune de Thiers (63430) », sur insee.fr (consulté le 26 août 2018)
  72. « Populations légales 2015 − Commune de Peschadoires (63276) », sur insee.fr (consulté le 26 août 2018)
  73. « Séries historiques des résultats du recensement - Aire urbaine de Thiers (266) », Insee (consulté le 9 novembre 2016).
  74. « Aire urbaine de Thiers (266) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  75. Voir carte des aires urbaines sur populationdata.net.
  76. « Monument aux morts », sur ac-clermont.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  77. « Jardins de l'ancien hôpital », sur pentalocal.com (consulté le 20 décembre 2016)
  78. « L'orangerie », sur pentalocal.com (consulté le 20 décembre 2016)
  79. « Le parc du Breuil », sur pentalocal.com (consulté le 20 décembre 2016)
  80. « Espace », sur etudiant.aujourdhui.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  81. « Rue du forail », sur cartogiraffe.com (consulté le 20 décembre 2016)
  82. « Interville 1973 », sur ina.fr (consulté le 20 décembre 2016)
  83. « Jeu interville 1973 », sur youtube.com (consulté le 20 décembre 2016)
  84. « Loisirs :: Office de Tourisme de Thiers », sur www.thiers-tourisme.fr (consulté le 16 avril 2018)
  85. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 16 avril 2018)
  86. « Liste des sites Natura 2000 - Commune : Thiers », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  87. « INPN - FSD Natura 2000 - FR8301091 - Dore et affluents - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  88. « INPN - FSD Natura 2000 - FR8301032 - Zones alluviales de la confluence Dore-Allier - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  89. « Textes et Documents pour la Classe », sur www.reseau-canope.fr (consulté le 16 avril 2018)
  90. Paul Combe, « Thiers et la vallée industrielle de la Durolle », Annales de Géographie, vol. 31, no 172,‎ , p. 360–365 (ISSN 0003-4010, DOI 10.3406/geo.1922.10136, lire en ligne).
  91. « Les Monts du Forez - Parc naturel régional Livradois-Forez », Parc naturel régional Livradois-Forez,‎ (lire en ligne)
  92. « La chaîne des Puys », sur www.auvergne-tourisme.info (consulté le 16 avril 2018)
  93. Centre France, « Environnement - La Chaîne des puys inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  94. « Prix de l'immobilier à Thiers », sur www.meilleursagents.com (consulté le 10 décembre 2018)
  95. Christian Hérilier. Les noms de commune de l’arrondissement de Thiers. Thiers : Agencia Carcular, 1989.
  96. Karl-Heinz Reichel, Grand dictionnaire général auvergnat-français, Nonette, Créer, , 878 p. (ISBN 2-8481-9021-3, lire en ligne), p. 283
    Se prononce Tchié", le ï marquant une palatalisation. Tïä existe localement à Thiers également.
  97. Pierre Bonnaud, Écrire l'auvergnat - L'écriture auvergnate unifiée : origines, principes, conventions, Clermont-Ferrand, CTA, (ISSN 0335-850X)
  98. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, , p. 675.
  99. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. I, Librairie Droz, , p. 225. 2230.
  100. Ernest Nègre, op. cit.
  101. Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance, , p. 295.
  102. op. cit.
  103. a b c d e f g h i j k l et m Dany Hadjadj, Pays de Thiers: le regard et la mémoire, Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782845161160, lire en ligne), page 160
  104. a et b « Histoire de la Ville : Office de Tourisme de Thiers », sur www.thiers-tourisme.fr (consulté le 28 mai 2017)
  105. a b c et d Hubert Jaqueton, études sur la ville de Thiers, Thiers, Le livre d'histoire-Lorisse, , 433 p. (ISBN 9782758601746), p. 3
  106. Bruel, Chartes de Cluny, Thiers, , 30 p., p. 78
  107. Bruel, Pouillé, Thiers, 81 p., p. 78
  108. A. Bigay, L'Abbaye du Moutier, Clermont-Ferrand, , 292 p.
  109. A. Bigay, Le vieux Thiers, Thiers,
  110. a b et c Éliane Viallard, « La conquête de la seigneurie de Thiers par les comtes de Forez », Revue de linguistique romane, vol. 39,‎ , p. 97-107 (ISSN 0035-1458, lire en ligne)
  111. B. Tournilhac, Diplôme complémentaire, Auvergne,
  112. Antoine Guillemont, Tarifs des droits de leyde perçus par le seigneur de Thiers au XIVe siècle, Saint-Etienne,
  113. Michel Boy, Le protestantisme auvergnat et le premier refuge de Genève,
  114. Pierre de l'estoile, Mémoires - journaux, Paris, , p. 90
  115. Bruno Tournilhac, Le grand commerce à Thiers au XVIIIe siècle, Clermont-Ferrand, DES,
  116. A. Bigay, Brins d'histoire de Thiers, Clermont-Ferrand, De Bussac,
  117. a et b Philippe Bourdin, « Naissance et évolution des comités de surveillance du Puy-de-Dôme », Rives méditerranéennes, no 18,‎ (lire en ligne).
  118. « Au Sabot », sur ausabot.com (consulté le 24 avril 2018).
  119. a b et c Paul Combe, « Thiers et la vallée industrielle de la Durolle », Annales de Géographie, vol. 31, no 172,‎ , p. 360–365 (ISSN 0003-4010, DOI 10.3406/geo.1922.10136, lire en ligne)
  120. « Gare-noeud », sur www.massifcentralferroviaire.com (consulté le 25 septembre 2018)
  121. Christophe Grégoire, « Août 1944, la libération de Thiers », Militaria, no 234,‎ .
  122. Daniel Berthelat, La Libération de Thiers (mémoire universitaire), .
  123. Serge Combret, Auvergne, j'écris ton nom… Résistance, .
  124. L'Aigle d'Or, « L'Aigle d'Or », sur www.hotel-restaurant-aigle.fr (consulté le 21 avril 2018)
  125. « Thiers », sur wittenheim.fr, (consulté le 11 décembre 2016)
  126. « Thiers », sur www.wittenheim.fr (consulté le 16 avril 2018)
  127. « Définition : Les Trente Glorieuses », sur www.toupie.org (consulté le 6 décembre 2018)
  128. a b et c « Population municipale légale de Thiers d'après l'insee », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2017)
  129. « M. Maurice Adevah-Poeuf », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 décembre 2018)
  130. « L'énigme Green Recovery », L'humanité,‎ (lire en ligne)
  131. « Villes à la dynamique démographique la plus faible », sur toutes-les-villes.com, (consulté le 2 juillet 2016).
  132. « Secteur sauvegardé : Thiers », sur an-patrimoine.org (consulté le 2 juillet 2016).
  133. « Le nouveau sous-préfet de Thiers a été officiellement installé, hier matin, au square de Verdun », sur lamontagne.fr, (consulté le 9 février 2017)
  134. « Arrondissement de Thiers (635) − COG | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  135. « Insee − Institut national de la statistique et des études économiques | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  136. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) – Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 26 décembre 2016).
  137. Direction des collectivités territoriales et de l'environnement – Bureau du contrôle de légalité – Intercommunalité, « ARRÊTÉ prononçant : la fusion des communautés de communes « Entre Allier et Bois Noirs », « de la Montagne Thiernoise », « du Pays de Courpière » et « Thiers communauté » à compter du  » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-062, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 16 décembre 2016), p. 114-124.
  138. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  139. « Les élus », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  140. a et b Centre France, « Politique - Les élus de Génération Thiers privés de leurs délégations par le maire », sur www.lamontagne.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  141. La fiche biographique d'Antonin Chastel sur le Maitron en ligne
  142. Députés du Puy-de-Dôme en 1978, politiquemania.com
  143. Pierre Chevalérias, Pays de Thiers : le regard et la mémoire, p. 199-209.
  144. Guy Rousseau, Le temps du gouyat.
  145. Site de l'assemblée nationale.
  146. « Référendum du 20 septembre 1992 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  147. « Référendum du 29 mai 2005 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  148. « Résultats des élections législatives 2002 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  149. « Résultats des élections régionales 2004 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  150. « Résultats des élections cantonales 2004 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  151. « Résultats des élections européennes 2004 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  152. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  153. « Résultats des élections législatives 2007 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  154. « Résultats des élections européennes 2009 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  155. « Résultats des élections régionales 2010 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  156. « Résultats des élections cantonales 2011 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  157. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  158. « Résultats des élections législatives 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  159. « Résultats des élections départementales 2015 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 13 avril 2016).
  160. « Thiers (63300) : Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur LExpress.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  161. « Résultats Thiers - Législatives 2017 - 2nd et 1er tour », sur Le Monde.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  162. « Ville de Thiers : mairie », sur Annuaire-Mairie (consulté le 8 décembre 2018)
  163. « Villes et Villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 20 décembre 2016)
  164. a b et c Ville de Thiers, Ensemble, expérimentons l'extinction de l'éclairage public, Ville de Thiers, , 2 p. (lire en ligne), p. 1
  165. « dsden63 | Académie de Clermont-Ferrand », sur www.ac-clermont.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  166. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 septembre 2016).
  167. « Accueil », sur www.entauvergne.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  168. « Ecole - College - Jeanne d'Arc - Thiers - Puy-de-Dôme - 63 - 63300 - Accueil », sur www.ecjathiers.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  169. « Les formations », sur www.lyceejeanzay.net (consulté le 14 juillet 2017)
  170. « LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE MONTDORY - Accueil », sur www.lyceemontdory.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  171. « Accueil », sur www.entauvergne.fr (consulté le 14 juillet 2017)
  172. Médecine, chirurgie, obstétrique Chiffres Parhtage ARH Auvergne
  173. « Le centre hospitalier de Thiers », sur http://www.ch-thiers.fr/ (consulté le 24 juillet 2016)
  174. a et b Site du Centre hospitalier de Thiers
  175. « Le diagnostic de l'hôpital de Thiers (Puy-de-Dôme) s'améliore », sur lamontagne.fr, (consulté le 1er février 2017)
  176. « Faire face aux frais de santé », sur mission-locale-thiers.com (consulté le 18 décembre 2016)
  177. Site du SDIS 63
  178. « Tribunal d'instance de Thiers », sur lannuaire.service-public.f, (consulté le 19 décembre 2016)
  179. a et b « Une nouvelle caméra de vidéo-protection prévue dans un climat de recul des dégradations de 26 % », sur lamontagne.fr, (consulté le 20 décembre 2016)
  180. a b c d e f g h i j k l et m « Délinquance à Thiers (63300) : les chiffres », sur linternaute.com (consulté le 20 décembre 2016) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « :1 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  181. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  182. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  183. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  184. « Évolution et structure de la population à Thiers en 2017 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er décembre 2018)
  185. « Évolution et structure de la population du Puy-de-Dôme en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 octobre 2011)
  186. « Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2018, France métropolitaine − Bilan démographique 2017 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 1er décembre 2018)
  187. « Paroisse Saint Roch en Durolle – Diocèse de Clermont » (consulté le 9 décembre 2018)
  188. a b et c « Thiers - Eglises et patrimoine religieux », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  189. « Château et jardins de la Chassaigne », sur Livradois Forez (consulté le 9 décembre 2018)
  190. « Temple - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  191. a et b « Vie associative », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  192. a et b « SchooP | La mémoire de la FM > Histoire des radios > Radio Locale Thiers - Pacific FM Thiers - Métropolys (63) - www.schoop.fr », sur www.schoop.fr (consulté le 2 mars 2017)
  193. « TVNT.net - Le forum de la TNT • 63 - Puy de Dôme [Clermont-Ferrand - Puy de Dôme] : Les zones de couverture », sur www.tvnt.net (consulté le 1er mars 2017)
  194. « Décret no 2009-1129 du 17 septembre 2009 portant création de la chambre de commerce et d'industrie du Puy-de-Dôme », sur Légifrance (consulté le 13 avril 2016).
  195. « Territoire | CCI Puy de Dôme », sur www.puy-de-dome.cci.fr (consulté le 1er mars 2017)
  196. a b et c « Chiffres clés Emploi - Population active - Commune de Thiers (63430) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  197. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active - Commune d'Issoire (63178) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  198. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active - Commune de Riom (63300) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  199. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active - Commune de Clermont-Ferrand (63113) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  200. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  201. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active - France métropolitaine », Insee (consulté le 13 avril 2016).
  202. Chassaigne, Les Malmenayde, papetiers thiernois, Le Gonfanon n°65, Argha
  203. a b c et d Anne Henry, « Un site urbain façonné par l’industrie : Thiers, ville coutelière », In Situ, no 6,‎ (ISSN 1630-7305, DOI 10.4000/insitu.8588, lire en ligne).
  204. « La vallée des usines - Balades dans le Puy-de-Dôme », canalblog,‎ (lire en ligne).
  205. Caroline DRILLON et Marie-Claire RICARD, L'Auvergne Pour les Nuls, edi8, (ISBN 9782754044851, lire en ligne).
  206. a et b « Au Sabot », sur ausabot.com (consulté le 24 avril 2018).
  207. Émile Littré, « Cacheur », dans Dictionnaire de la langue française, 1872-1877 (lire en ligne).
  208. Fabien Jubertie, Les excès climatiques dans le Massif central français. L’impact des temps forts pluviométriques et anémométriques en Auvergne, , 435 p. (lire en ligne).
  209. Paul Combe, « Thiers et la vallée industrielle de la Durolle », Annales de Géographie, vol. 31, no 172,‎ , p. 360–365 (ISSN 0003-4010, DOI 10.3406/geo.1922.10136, lire en ligne).
  210. « Thiers, la vallée des usines en lumière », sur auvergne-tourisme.info (consulté le 27 janvier 2017).
  211. Henri Ponchon, Mémoire d'Augerolles et la Renaudie, Région Thiernoise, éditions de la Montmarie, , 287 p. (ISBN 978-2-915841-32-9), page 212
  212. le Creux de l’enfer, « Histoire et mémoire du lieu (le Creux de l’enfer) », sur www.creuxdelenfer.net (consulté le 24 avril 2018).
  213. « Thiers, illustration du désastre industriel français », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  214. « PSS / Usine du Pont de Seychalles (Thiers, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 24 avril 2018).
  215. a b c et d « Historique de la coutellerie en Images :: Office de Tourisme de Thiers », sur www.thiers-tourisme.fr (consulté le 24 juin 2018) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « :0 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  216. « Créer des listes personnalisées d'entreprises avec Verif.com », sur www.verif.com (consulté le 23 novembre 2018)
  217. « Une confrérie à l’âme coutelière », sur marques-de-thiers.fr (consulté le 24 janvier 2017)
  218. a et b « Le thiers, couteau thiernois », sur marques-de-thiers.fr, (consulté le 24 janvier 2017)
  219. « Avec le "Thiers", la ville s'offre un emblème », sur lagazette, (consulté le 24 janvier 2017)
  220. « Le couté de tié dynamique », sur marques-de-thiers.fr, (consulté le 24 janvier 2017)
  221. « Le monde entier rendez-vous à Thiers », sur marques-de-thiers.fr, (consulté le 24 janvier 2017)
  222. David FONDRAS, « Territoires et proximité - Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme », sur www.chambre-agri63.com (consulté le 26 juin 2017)
  223. « Pour attirer les clients, il faudra se démarquer sans les marques », sur lamontagne.fr, (consulté le 11 décembre 2016)
  224. « Avenir Commerce Thiers », sur avenircommercethiers.wordpress.com (consulté le 11 décembre 2016)
  225. a et b « Piscine René Barnerias à Thiers - Description et horaires », sur www.natationpourtous.com (consulté le 10 mars 2018)
  226. « Grand bassin Piscine rené barnérias Thiers », sur Gralon (consulté le 10 mars 2018)
  227. a b et c « PISCINE RENÉ BARNERIAS », sur www.auvergne-tourisme.info (consulté le 10 mars 2018)
  228. a et b « Maison des sports », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  229. DEPALLE, « Découvrez le Parc des sports Antonin Chastel à Thiers », sur ASF ANDRÉZIEUX-BOUTHÉON SITE OFFICIEL, (consulté le 9 décembre 2018)
  230. « Parc des sports Chastel et Sauzedde », sur www.ville-thiers.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  231. « Iloa Parc Loisirs », sur Tous Voisins (consulté le 9 décembre 2018)
  232. « Stade Des Graviers », sur www.webvilles.net (consulté le 9 décembre 2018)
  233. « La base de loisirs de Saint-Rémy-sur-Durolle, en Auvergne », sur www.camping-lac.fr (consulté le 11 août 2017)
  234. « Au fil de l'eau…vergnat Le Lac d’Aubusson d’Auvergne », sur www.eauvergnat.fr (consulté le 11 août 2017)
  235. « Base de Palissy - Thiers », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  236. Michel Bulteau, Églises du Puy-de-Dôme, p.30, Nouvelles Éditions Latines, (ISBN 2-7233-0206-7).
  237. Pierre-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme; Arrondissement d'Ambert Arrondissement de Thiers p. 247-248 éd. Horvath 1988 (ISBN 2-7171-0451-8).
  238. Cf. Grégoire de Tours, Gloire des Martyrs.
  239. a et b Pierre-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme : Arrondissement d'Ambert, Arrondissement de Thiers, Horvath, (ISBN 2-7171-0451-8), p. 247-248.
  240. Hermose Andrieu, Histoire de la ville et de la baronnie de Thiers, Éd. de Beauvoir, p. 31.
  241. Bruno Tournilhac, Pays de Thiers : le regard et la mémoire, p. 25.
  242. Site de la fédération des sites Clunisiens
  243. a et b « Église Saint Jean du Passet - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  244. « Journées du Patrimoine à Thiers 63300 - Le Programme des Journées du Patrimoine 2018 », sur lyon.aujourdhui.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  245. « PressReader.com - Connecting People Through News », sur www.pressreader.com (consulté le 24 mars 2018)
  246. a et b « Les chapelles à Thiers », sur photos-eglises.fr, x (consulté le 11 juillet 2017)
  247. « Les chapelles de Thiers », sur photos-eglises.fr, x (consulté le 11 juillet 2017)
  248. « La chapelle St Roch :: Office de Tourisme de Thiers », sur www.thiers-tourisme.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  249. Centre France, « A Thiers, la chapelle Saint-Roch prépare son pèlerinage », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  250. Georges Therre et Jacques Ytournel, Mémoire en image, t. III, p. 76.
  251. Cf. site huguenotsinfo.free.fr.
  252. « Chapelle des Belins - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  253. « Chapelle des Garniers - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  254. « Chapelle Saint Jean-Baptiste de Bellevue - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  255. « Chapelle du Fau - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  256. « Eglise évangélique - Assemblées de Dieu - Eglises et patrimoine religieux de France », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  257. Pierre-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme : Arrondissement d'Ambert, Arrondissement de Thiers, Horvath, (ISBN 2-7171-0451-8), p. 249.
  258. « Wikiwix's cache », sur archive.wikiwix.com (consulté le 9 décembre 2018)
  259. « Pedde du Coin des Hasards », sur www.petit-patrimoine.com (consulté le 9 décembre 2018)
  260. À voir dans Beauté de l'Auvergne, éd. Minerva, 1992 (ISBN 2-8307-0170-4).
  261. Article dans Demeures philosophales de Fulcanelli cité sur le site [5]
  262. « Ville à Secteur Sauvegardé – Thiers – Patrimoine Aurhalpin », sur www.patrimoineaurhalpin.org (consulté le 9 décembre 2018)
  263. Louis Dubreuil, Site patrimonial remarquable et plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville de Thiers, Ville de Thiers, Région Auvergne-Rhône-Alpes, , 30 p. (lire en ligne [PDF]).
  264. a et b Association Le pays thiernois, Le pays thiernois et son histoire N° 1, Ville de Thiers, , 22 p.
  265. Centre France, « De la place du Corps-de-Garde à la place Saint-Jean, la rue des Murailles longe la Durolle », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 9 décembre 2018)
  266. « Usine Du May :: Office de Tourisme de Thiers », sur www.thiers-tourisme.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  267. le Creux de l’enfer, « Histoire et mémoire du lieu (le Creux de l’enfer) », sur www.creuxdelenfer.net (consulté le 11 juillet 2017)
  268. a et b « chateau de Cros Perdrigeon Thiers », sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le 9 décembre 2018)
  269. Album des grandes demeures de France, Sélection du Reader's Digest, , p. 178.
  270. Le Pays thiernois, no 14, p. 24.
  271. a et b Pierre-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme : Arrondissement d'Ambert, Arrondissement de Thiers, Horvath, (ISBN 2-7171-0451-8), p. 236.
  272. Cf. Site de La Chassaigne.
  273. Site de La route historique des châteaux d'Auvergne.
  274. « le moutier », sur www.raymondmoraux.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  275. Thiers, coll.« La mémoire en images », t. III, p. 61.
  276. « A voir et à faire pendant ses vacances à Thiers », sur www.routes-touristiques.com (consulté le 9 décembre 2018)
  277. a b et c Georges Therre et Jacques Ytournel, Thiers, coll. « La mémoire en images ».
  278. « Accueil », sur www.entauvergne.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  279. « PSS / Salle Espace (Thiers, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 9 décembre 2018)
  280. « PSS / Place Antonin Chastel (Thiers, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 9 décembre 2018)
  281. Centre France, « Pour voir l’automate d’acier égrener le temps », sur www.lamontagne.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  282. Centre France, « L’œuvre de Michel Gérard scellée sur un site nettoyé », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  283. « Hébergement à Thiers », sur auvergne-tourisme.info (consulté le 12 décembre 2016)
  284. « Thiers, ville des lumières ? », (consulté le 15 avril 2018)
  285. Informations reprises sur la page Wikipédia du musée de la coutellerie.
  286. a b et c Site de l'Office de tourisme de Thiers.
  287. Programmation à découvrir sur le site du Creux de l'Enfer.
  288. Programmation à découvrir sur le site de La Chassaigne.
  289. « La cité des couteliers », sur petitfute.com (consulté le 20 décembre 2016)
  290. Présentation du Musée départemental de la Céramique sur le site du Conseil général.
  291. Présentation sur le site du Moulin Richard de Bas
  292. Présentation sur le site du Parc naturel du Livradois-Forez
  293. « Salle Polyvalente Jo Cognet, Thiers (63300) », sur www.cartes-2-france.com (consulté le 25 octobre 2017)
  294. « PSS / Espace (Thiers, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 25 octobre 2017)
  295. Centre France, « La salle Espace a accueilli 1.100 demandeurs d’emploi pour le forum de l’emploi et de la formation », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  296. Media Declic, « Cabaret Le Moulin Bleu Auvergne Rhone-Alpes - Site Officiel », sur www.moulin-bleu.com (consulté le 25 octobre 2017)
  297. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  298. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  299. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  300. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 15 avril 2018)
  301. Centre France, « Thiers - Une édition "exceptionnelle" pour la 20e Pamparina », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  302. a et b Cf description par Jean Anglade dans Le Pain de Lamirand, éd. De Borée, p. 22-30.
  303. Bruno Tournilhac, Pays de Thiers : le regard et la mémoire, p. 24.
  304. « 13 KM Thiernois 5 km tout thiers court », sur 13km-thiernois.fr (consulté le 15 avril 2018)
  305. « Thiers Roanne : inscription », sur gr-montagnard-roannais.wifeo.com (consulté le 15 avril 2018)
  306. « Coutellia : Festival international du couteau d’Art et de tradition », sur Coutellia (consulté le 15 avril 2018)
  307. Centre France, « Festivités - Le marché de Noël de Thiers (Puy-de-Dôme) s'installe », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  308. Centre France, « Carte - Où regarder les feux d'artifice du 14-Juillet en Auvergne et en Limousin ? », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  309. Centre France, « Bal populaire et feu d'artifice ce soir à Iloa », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  310. Centre France, « La 4e édition de « Thiers ville haute en couleurs » a été lancée vendredi soir, à la salle Armstrong », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  311. « Journées européennes des métiers d'art (JEMA) », sur Journées européennes des métiers d'art (JEMA) (consulté le 26 août 2017)
  312. « Thiers Meetings », sur www.thiersmeetings.com (consulté le 26 août 2017)
  313. « Symposium national de sculpture monumentale métallique 1985, Thiers : catalogue - Symposium National De Sculpture Monumentale Métallique », sur www.bibliotheques-clermontmetropole.eu (consulté le 21 septembre 2017)
  314. a et b (de) le Creux de l’enfer, « Histoire et mémoire du lieu (le Creux de l’enfer) », sur www.creuxdelenfer.net (consulté le 21 septembre 2017)
  315. a et b Raymond Moraux, « symposium de sculpture », sur www.raymondmoraux.fr (consulté le 21 septembre 2017)
  316. Centre France, « L’œuvre de Michel Gérard scellée sur un site nettoyé », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  317. Véronique Pagnier, « Rapoutet de Thiers - Produits du terroir », Produits du terroir,‎ (lire en ligne)
  318. Site de la Confrérie de la saucisse de choux d'Arconsat.
  319. Centre France, « Le gaperon est un petit fromage né dans la plaine de la Limagne », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  320. « Fromages de chèvre - Spécialités Auvergnates », sur specialites-auvergnates.com (consulté le 15 avril 2018)
  321. « La zone de production | Fromage AOP Fourme d'Ambert : la douceur créative », sur www.fourme-ambert.com (consulté le 15 avril 2018)
  322. « La route des fromages AOP d'Auvergne - Association des fromages AOP d'Auvergne », sur www.fromages-aop-auvergne.com (consulté le 15 avril 2018)
  323. « Recette Auvergnate de la Tarte à la Bouillie. », sur www.regardsetviedauvergne.fr (consulté le 15 avril 2018)
  324. Centre France, « Monts du Forez - Fête de la myrtille : des chercheurs d’or bleu au col du Béal (Puy-de-Dôme) », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne)
  325. « Les guenilles d'auvergne - Recette par Ma Cuisine Maison », Le plaisir de cuisiner. Cuisine, cours, techniques, partage de recettes, photos, vidéos.,‎ (lire en ligne)
  326. « La ville de Thiers fait à nouveau briller "L'Argent de poche" », France 3 Auvergne,‎ (lire en ligne)
  327. JP, « L\'Argent de poche (1976)- JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 22 février 2018)
  328. Allociné, « La Ville Noire », sur http://www.allocine.fr (consulté le 30 novembre 2018)
  329. « Thiers - Timbre de 1976 », sur www.phil-ouest.com (consulté le 9 décembre 2018)
  330. « Coutellerie d´art - Thiers Métiers d´art - Timbre de 1987 », sur www.phil-ouest.com (consulté le 9 décembre 2018)
  331. « La coutellerie Portraits de régions N° 3 - La France à vivre - Timbre de 2004 », sur www.phil-ouest.com (consulté le 9 décembre 2018)
  332. Karl-Heinz Reichel, Marie-France Gouguet,Pierre Bonnaud, Abrégé de grammaire des parlers du nord-est de l'Auvergne, Clermont-Ferrand, CTA, (ISSN 0335-850X)
  333. Karl-Heinz Reichel, Les parlers du Puy-de-Dôme et parlers voisins au Nord-Ouest et à l’Est ; Thèse de philologie romane à l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg., CTA,
  334. « Chanson des émouleurs », sur youtube.com, © cercle terre d'auvergne voir référence suivante/numéro 105. (consulté le 11 décembre 2016)
  335. Cercle Terre d'Auvergne © Toute reproduction et transcription du texte issu de l'ouvrage en question doit faire objet d'une demande au conseil d'administration du CTA., Jean Anglade raconte en langue auvergnate, Chamalières, , 56 p., p. 18