La Monnerie-le-Montel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Monnerie-le-Montel
La Monnerie-le-Montel
La ligne de Clermont-Ferrand à Saint-Just-sur-Loire passe dans la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Chantal Chassang
2020-2026
Code postal 63650
Code commune 63231
Démographie
Population
municipale
1 685 hab. (2019 en diminution de 8,97 % par rapport à 2013)
Densité 362 hab./km2
Population
agglomération
3 439 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 19″ nord, 3° 36′ 07″ est
Altitude Min. 519 m
Max. 696 m
Superficie 4,65 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Monnerie-le-Montel
(banlieue)
Aire d'attraction Thiers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thiers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Monnerie-le-Montel
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
La Monnerie-le-Montel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Monnerie-le-Montel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Monnerie-le-Montel
Liens
Site web lamonnerie-lemontel.fr

La Monnerie-le-Montel est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes près de Thiers.

Ses habitants se nomment les Monnerinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Intégrée à l'origine à Saint-Rémy-sur-Durolle dont elle avait accueilli la gare ferroviaire, La Monnerie était organisée en un petit bourg central et plusieurs villages espacés plus ou moins importants.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'ancienne route nationale 89 devenue route départementale 2089 dont elle est la principale rue de la ville. Plus au nord, une sortie sur l'autoroute A89 en direction de Clermont-Ferrand, Bordeaux et Thiers à l'ouest et Noirétable, Lyon et Saint-Étienne à l'est, désenclave la commune.

Plusieurs routes départementales de moindre importance sont présentes sur le territoire de la commune :

  • la D 42, en direction de Saint-Rémy-sur-Durolle ;
  • la D 320 ;
  • la D 323.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par plusieurs lignes départementales du réseau Cars Région Puy-de-Dôme :

Ligne Tracé
P01 Clermont-FerrandThiers ↔ La Monnerie (quatre arrêts) ↔ Saint-Rémy-sur-DurolleChabreloche[1]
P83 Thiers ↔ La Monnerie (mairie) ↔ ViscomtatVollore-Montagne (le jeudi, sur réservation)[2]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Durolle, c'est le plus gros cours d'eau qui la traverse. D'autre ruisseaux sont aussi présents[3] :

  • le ruisseau des Goyons ;
  • le ruisseau de la Tirade ;
  • le ruisseau du Bouchet ;
  • le ruisseau des Ris.

Le barrage de Membrun est situé en aval de la commune, retenant les flots de la Durolle sur la commune de Thiers.

Climat[modifier | modifier le code]

La Monnerie-Le-Montel connaît un nombre de 1 913 heures annuelles d'ensoleillement (moyenne sur les années 1991 à 2010)[4]. La Monnerie-Le-Montel et Clermont-Ferrand disposent d'un climat similaire même si les températures à La Monnerie y sont très légèrement inférieures (généralement 2 °C maximum).

Le record de froid date du , avec -29,0 °C tandis que le record de chaleur, du , est de 40,7 °C[5].

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
La Monnerie-le-Montel(Clermont-Ferrand)[6] 1 914 579 20 29 25
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Monnerie-le-Montel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de la Monnerie-le-Montel, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[13] et 3 439 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Thiers dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (58,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,6 %), zones urbanisées (30 %), prairies (6,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,5 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • La Monnerie : « meunerie » (existence d’un ou plusieurs moulins sur la Durolle)[LM 1]
  • Le Montel : nom du village à l’origine le plus important de la commune[LM 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune actuelle est due à une séparation avec Saint-Rémy-sur-Durolle dont elle faisait partie avant 1932. Palladuc est dans le même cas que La Monnerie-le-Montel.

L'essor économique vient dès le XVIe siècle où la coutellerie de Thiers rayonne sur la commune. On comptait 59 maîtres couteliers à Saint-Rémy en 1615, puis 700 en 1740[LM 1].

Avant la Révolution française, la région de La Monnerie se trouvait à cheval sur deux provinces, amenant certains villages à traiter les uns avec la Loire (le Forez), les autres avec le Puy-de-Dôme (l'Auvergne). Le hameau de Chez-Las servait de charnière[LM 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de La Monnerie-le-Montel est membre de la communauté de communes Thiers Dore et Montagne[19], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Thiers. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[20]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise[21].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Thiers, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[19]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de Saint-Rémy-sur-Durolle[22].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Thiers pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[19], et de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[22].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de La Monnerie-le-Montel, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[23], pour un mandat de six ans renouvelable[24]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 19[25]. Les dix-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 47,78 %, se répartissant en : quinze sièges issus de la liste de Chantal Chassang et quatre sièges issus de la liste de Jean-Louis Gadoux[26].

Les deux sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Thiers Dore et Montagne sont issus de la liste de Chantal Chassang[26].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[LM 1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1932 1941 Claude Dumas    
1941 1944 Dr Perrier    
1944 1947 Roger Honoré    
1947 1958 Pierre Huguet    
1958 1966 Antoine Guillemin    
1966 1974 Antoine Collay    
1974 1977 André Roman    
1977 1995 André Pérufel PS Conseiller général du Canton de Saint-Rémy-sur-Durolle (1979-1992)
1995 2008 Simon Comte    
2008 Jean-Louis Gadoux[27] DVG Gérant de société
Vice-président de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise[28]
En cours
(au )
Chantal Chassang[29]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1936. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[31].

En 2019, la commune comptait 1 685 habitants[Note 3], en diminution de 8,97 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
2 0281 8782 0742 4302 7142 8682 7292 5942 241
2004 2006 2009 2014 2019 - - - -
2 1402 1262 0001 7861 685----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Une clinique privée nommée « clinique Sainte-Marguerite » ouvrit ses portes sur la commune en 1991 et les ferma en 1992[34] après un an d'ouverture et de problèmes de fonctionnement.

Le centre hospitalier de Thiers est situé à :

  • 16,3 km de la commune, soit à 15 minutes via l'autoroute A89 ;
  • 10,4 km de la commune soit 19 minutes via la route départementale 2089 ;
  • 11 km de la commune soit 20 minutes via la route départementale 44.

La commune est aussi à 52,9 km du CHU Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand pour un temps de trajet de 40 minutes via l'A89.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité industrielle et la présence de la route nationale 89 (déclassée) et du chemin de fer a permis un développement rapide, englobant les villages et formant une petite ville bien plus importante en taille que Saint-Rémy-sur-Durolle.

Elle est la plus importante commune de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise avec Saint-Rémy-sur-Durolle.

L'échangeur Thiers-Est de l'autoroute A89 (Bordeaux - Clermont-Ferrand - Lyon) y est implanté depuis 1983. Une zone industrielle a été créée conjointement et comprend de nombreuses entreprises de travail des métaux (découpage, emboutissage, coutellerie…).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Antoine de Padoue surplombe le centre-bourg depuis son haut clocher[35].
  • La commune, avec Saint-Rémy-sur-Durolle possédaient une gare aujourd'hui transformée en banque.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Historique » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Chabreloche – St-Rémy – Thiers – Clermont-Ferrand » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  2. « Thiers – Viscomtat – Vollore-Montagne » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  3. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le ).
  4. a et b « Données climatiques de la station de Clermont-Ferrand », sur Météo-France (consulté le ).
  5. a et b « Records météo Clermont-Ferrand », sur Lamétéo.org (consulté le ).
  6. Données de la station météorologique de Clermont-Ferrand (arrondies à l'unité supérieure), sources : Site de l'Internaute, Encyclopédie des villes.
  7. « Donnée Climatique », sur meteo-climat-bzh.dyndns.org (consulté le ).
  8. Relevé météorologique.
  9. Climat de Clermont-Ferrand (moyenne 1971-2000).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de La Monnerie-le-Montel », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Thiers », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. a b et c « Commune de La Monnerie-le-Montel (63231) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  20. « CC Thiers Dore et Montagne (No SIREN : 200070712) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  21. « CC de la Montagne Thiernoise (No SIREN : 246300669) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  22. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  23. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  24. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  25. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  26. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  27. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 13 juillet 2014).
  28. « Le bureau et les commissions », sur le site de la communauté de communes (consulté le ).
  29. « Chantal Chassang est élue maire de La Monnerie-Le-Montel (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. « Fonds de la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales », Archives départementales du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  35. « La monnerie-le montel », sur eklablog.com (consulté le ).
  36. « Carte des communes », Parc naturel régional Livradois-Forez (consulté le ).