Ancien occitan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancien occitan
Romanz, Lemosis, Proensals
Période 900 à 1500
Langues filles occitan
Typologie accentuelle flexionnelle SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 pro
ISO 639-3 (en) pro
IETF pro
Échantillon
Poème attribué à Richard Cœur de Lion
Ja nuls hom pres non dira sa razon
Ja nuls hom pres non dira sa razon
Adrechament, si com hom dolens non;
Mas per conort deu hom faire canson.
Pro n'ay d'amis, mas paure son li don;
Ancta lur es si, per ma rezenson,
Soi sai dos ivers pres.
Or sapchon ben miei hom e miei baron,
Angles, norman, peitavin e gascon,
Qu'ieu non ay ja si paure companhon
Qu'ieu laissasse, per aver, en preison.
Non ho dic mia per nulla retraison,
Mas anquar soi ie[u] pres.
Car sai eu ben per ver certanament
Qu'hom mort ni pres n'a amic ni parent;
E si·m laissan per aur ni per argent
Mal m'es per mi, mas pieg m'es per ma gent,
Qu'apres ma mort n'auran reprochament
Si sai me laisson pres.
Nom meravilh s'ieu ay lo cor dolent,
Que mos senher met ma terra en turment;
No li membra del nostre sagrament
Que nos feimes els sans cominalment
Ben sai de ver que gaire longament
Non serai en sai pres.
Suer comtessa, vostre pretz soberain
Sal Dieus, e gart la bela qu'ieu am tan
Ni per cui soi ja pres.

L'ancien occitan est la langue occitane du Moyen Âge telle qu'elle nous a été transmise par des écrits à partir du XIe siècle jusqu'aux environs de l'année 1500[1]. Suite à ce que Pierre Bec[2] appelle « la décadence de la langue », vers le XVe siècle, l'ancien occitan a évolué en moyen occitan ou occitan de transition (XVe XVIe siècle) puis en occitan moderne (du XVIe au XIXe siècle). Les textes sont de plusieurs formes et destinations: religieux, administratifs et littéraires et sont souvent appelés scripta. L'ancien occitan est aussi connu sous le nom d’ancien provençal : le code de langue ISO 639 qui lui est attribué est ainsi pro.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La langue est d'abord appelée lingua romana - mais ce terme désigne en fait l'ensemble des langues vulgaires d'Europe méridionale, en opposition au latin qui est la langue des lettrés. Au XIIIe siècle elle reçoit de catalans le nom de lemosi (limousin) ; à la même époque des écrivains italiens la dénomment proensal, ce qui fait référence à la provincia romana (Gaule méridionale sous l'Empire romain). Ce dernier terme connaitra une postérité au XIXe siècle quand les romanistes et philologues le reprendront pour désigner la langue des troubadours sous le terme d'«ancien provençal» non sans introduire une ambiguïté avec le dialecte provençal. Dante lui donne le nom de lingua d'oco qui devient en français langue d'oc, en opposition à la langue du si pour l'italien, et à la langue d'oil pour le français du Nord.

Phonétique[modifier | modifier le code]

La prononciation de l'ancien occitan a été reconstituée en fonction des évolutions ultérieures de la langue[3],[4]. Certains le lisent aussi selon les règles de prononciation moderne.

Lexique[modifier | modifier le code]

La seule présentation du vocabulaire de l'ancien occitan qui se veuille exhaustive remonte à la première moitié du XIXe siècle : c'est entre 1836 et 1845 que paraît le Lexique roman de François Raynouard (en 6 volumes). Au début du siècle suivant, Emil Levy y adjoint son Provenzalisches Supplementwörterbuch (en 8 volumes, 1894-1924). Un projet de Dictionnaire de l'occitan médiéval a été lancé à Munich depuis 1997.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens textes[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle Raynouard considérait, à tort semble-t-il, les Serments de Strasbourg comme le plus ancien document produit en occitan. Cependant, la recherche actuelle démontre qu'il s'agit en fait d'un texte en langue romane rustique et l'ancêtre de la langue d'oïl[5],[6]. Deux textes sont considérés comme les plus anciens témoignages en ancien occitan, ce sont La Chanson de sainte Foy d'Agen et le Poème sur Boèce, tous deux datant du XIe siècle. Suivent des chartes conservées dans la région de Toulouse et datant du XIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Anglade, Grammaire de l'ancien provençal ou ancienne langue d'oc, Paris, Klincksieck, 1921 sur Gallica
  • Kurt Baldinger, Dictionnaire onomasiologique de l'ancien occitan (DAO), Pflichtfortsetzung.
  • Kurt Baldinger, Dictionnaire onomasiologique de l'ancien gascon (DAG), Pflichtfortsetzung.
  • Jean-Pierre Chambon, « La Déclinaison en ancien occitan, ou : Comment s'en débarrasser ? Une réanalyse descriptive non orthodoxe de la flexion substantivale », Revue de linguistique romane, 2003, n°267-68, pp. 343-363
  • Morphologie de l'ancien occitan, sur le site de l'université de Fribourg
  • Philippe Olivier, Dictionnaire d'ancien occitan auvergnat mauriacois et sanflorain (1340-1540), 2009
  • Maurice Romieu, André Bianchi, Iniciacion a l'occitan ancian/Initiation à l'ancien occitan, Presses universitaires de Bordeaux, 2006, (ISBN 978-2-86781-275-0)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de l'occitan médiéval, présentation du projet
  2. Pierre Bec La Langue occitane, Paris Presses universitaires de France, collection Que sais-je ? (ISBN 2-13-039639-9) 1963.
  3. Comment prononcer l'ancien occitan ? sur le site du DOM
  4. André Bianchi et Alan Viaut, La lenga del trobar. Precís de gramatica d'occitan ancian, Extraits en ligne
  5. Henri Boyer et Philippe Gardy, Dix siècles d'usages et d'images de l'occitan: des troubadours à l'Internet (2001) p. 206.
  6. Bernard Cerquiglini, La naissance du Français, P.U.F. 1991.

Voir aussi[modifier | modifier le code]