Bansat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bansat
Ancienne porte de l'enceinte.
Ancienne porte de l'enceinte.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Annie Maloron
2014-2020
Code postal 63570
Code commune 63029
Démographie
Population
municipale
248 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 06″ nord, 3° 20′ 41″ est
Altitude Min. 424 m – Max. 731 m
Superficie 10,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Bansat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Bansat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bansat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bansat

Bansat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bansat est situé sur le bord sud de la Limagne d'Issoire et à la limite du Livradois. Cela donne à la commune deux aspects :

  • les contreforts du Livradois donnent à la commune ses bois et un terrain accidenté. C'est le bois Baroux et la rivière de Bansat qui a creusé une petite gorge au débouché de laquelle s'est fixé le village ;
  • à l'ouest, un plateau permettant la culture des céréales d'où on peut avoir une vue panoramique sur la chaîne du Sancy.

Il existe sur le territoire de la commune une dépression marécageuse, le lac de Chaux, ayant une grande richesse floristique et faunistique.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune de Bansat comprend cinq hameaux : Badarel, la Chassagne, Bel Air, Vinzelles et Feroussat.

Le village de Vinzelles dont le parler a été illustré par Albert Dauzat fait partie de la commune de Bansat.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bansat est limitrophe avec sept communes : Saint-Jean-en-Val au nord, Saint-Étienne-sur-Usson au nord-est, Vernet-la-Varenne à l'est, La Chapelle-sur-Usson au sud-est, Lamontgie au sud-ouest, Saint-Martin-des-Plains et Saint-Rémy-de-Chargnat et nord-ouest[1].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 214 reliant Sauxillanges au nord à Auzat-la-Combelle au sud-ouest[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bansat fait partie des villages fortifiés qui ont été construits le long de la vallée vigneronne de l'Allier. La partie ancienne du village forme un quadrilatère entourant l'église fortifiée Saint-Julien auquel on accède par un porche.

L'ancien château a un plan en L qui possède encore trois tours sur le côté nord. Ces fortifications ont été construites pour assurer la défense du village pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453).

La seigneurie appartenait au XVIIe siècle à Antoine Ribeyre. Par le mariage de sa fille, en 1653, elle devient la propriété de Pierre Cisternes.

À Bansat existaient deux confréries, celle de Sainte-Foy et celle du Saint-Sacrement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait actuellement partie du canton de Sauxillanges. À la suite du redécoupage cantonal appliqué en 2015, elle est rattachée au canton de Brassac-les-Mines[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1997 mars 2006 Marc Levet    
mars 2006 en cours
(au 9 avril 2014)
Annie Maloron[3]   Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 248 habitants, en augmentation de 0,81 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522 406 517 522 622 616 616 613 594
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 510 522 519 482 487 501 488 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405 394 403 317 309 309 282 249 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
223 240 211 184 220 203 243 249 248
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Bansat est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis :
  • Délibérations municipales depuis :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 26 janvier 2017).
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  3. Liste des maires 2014 [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .