Reignat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Reignat
Image illustrative de l'article Reignat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Billom
Intercommunalité Billom Communauté
Maire
Mandat
Bertrand Chalard
2014-2020
Code postal 63160
Code commune 63297
Démographie
Population
municipale
369 hab. (2014)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 00″ nord, 3° 21′ 34″ est
Altitude Min. 335 m – Max. 460 m
Superficie 4,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Reignat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Reignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reignat

Reignat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Reignat est située à l'est du département du Puy-de-Dôme.

Quatre communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Reignat
Moissat
Espirat Reignat Glaine-Montaigut
Billom

Transports[modifier | modifier le code]

Reignat est desservie par les routes départementales 229 (reliant Billom au sud et Lezoux au nord), 212 (vers Peschadoires au nord-est), 81 (vers Espirat, à l'ouest)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la multiplication des systèmes défensifs de divers types (basse-cour du château, réduits fortifiés, enceintes villageoises) en raison d'une longue période d'insécurité liée entre autres à la guerre de Cent Ans, a pour conséquence de créer, au centre de nombreux villages, un noyau aux maisons serrées, séparées par des ruelles étroites de manière à ne pas perdre de place et à permettre au plus grand nombre de personnes possible d'y trouver un refuge.

La paix revenue, le fort perdit sa vocation défensive première. Des aménagements importants lui donnèrent une spécialisation agricole et viticole jusqu'à ces dernières années.

Les quartiers de ce type (souvent appelés « forts villageois ») constituent encore aujourd'hui un trait caractéristique de nombreux bourgs auvergnats.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Reignat Blason Tranché, au premier, d'azur à une lune d'argent senestrée d'un saint Laurent du même, au second de sinople à une tête d'ail d'argent surmontée d'une grappe de raisin du même, une bande ondée brochant sur la partition, sur le tout, le clocher du lieu d'or ajouré du champ et abritant deux cloches de sable.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2005 Jean Puyfoulhoux    
février 2006 mars 2008 Georges Laroche    
mars 2008 mars 2009 Sébastien Forestier    
mars 2009 en cours
(au 9 avril 2014)
Bertrand Chalard[2]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 369 habitants, en augmentation de 10,81 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
500 474 445 447 435 402 409 364 325
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
337 289 252 268 216 239 207 202 212
1982 1990 1999 2005 2010 2014 - - -
200 198 241 303 345 369 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville de Reignat est réputée pour avoir été l'une des premières de la région à utiliser le sel pour la conservation des aliments, ceci s’expliquant par l’emplacement géographique de la ville. En effet, se situant dans le prolongement de la Route du sel, cette disposition particulière aurait favorisé cette pratique se généralisant par la suite aux communes attenantes. Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer l’apparition de cette technique de conservation apprise aux villageois comme des prêtres de passage lors de pèlerinage et faisant halte dans le village tel Jean de La Feder. Une autre piste mène également vers le moine jésuite Louis de la Bouarie dit "L’Hébreu".

Les villageois auraient alors décidé de lui rendre hommage en le représentant sur le blason de la ville.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Reignat sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 29 octobre 2016).
  2. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 22 juin 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .