Saint-Bonnet-le-Chastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Bonnet-le-Chastel
Saint-Bonnet-le-Chastel
Saint-Bonnet-le-Chastel.
Blason de Saint-Bonnet-le-Chastel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Simon Rodier
2020-2026
Code postal 63630
Code commune 63324
Démographie
Population
municipale
209 hab. (2018 en diminution de 2,79 % par rapport à 2013)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 04″ nord, 3° 38′ 05″ est
Altitude Min. 653 m
Max. 1 122 m
Superficie 23,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Monts du Livradois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-le-Chastel
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-le-Chastel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-le-Chastel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-le-Chastel

Saint-Bonnet-le-Chastel est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune correspond exactement aux anciennes paroisse et collecte de Saint-Bonnet-le-Chastel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans l'arrondissement d'Ambert (département du Puy-de-Dôme), la commune se trouve tout entière sur le versant est de l'horst des monts du Livradois.

Sur le plan géographique, elle comprend une portion de la vallée de la Dolore, depuis la confluence de cette rivière avec le ruisseau des Salles jusqu'au moulin de Losmeix, ainsi que le plateau de Pavagnat entaillé par le ruisseau de Beligeon.

Son sol est essentiellement granitique et la plus grande partie de son territoire est boisée depuis la seconde moitié du XXe siècle.

Lieux habités[modifier | modifier le code]

Situé dans le vallon de Bouringaud, le bourg de Saint-Bonnet-le-Chastel s'étage entre 860 et 915 mètres d'altitude.

La commune compte également de nombreux hameaux, lieux-dits ou écarts. Il est à noter que dans cette région du Haut-Livradois, le mot « village » est utilisé pour désigner des hameaux ayant deux caractéristiques spécifiques ; tout d'abord un village bénéficie toujours d'un « coudert », espace public situé entre les maisons et où se croisent les chemins ; ensuite et surtout, l'ensemble des habitants jouissent, depuis le Moyen Âge et en commun, de pâtures et bois situés en périphérie de leur finage et improprement qualifiés de « communaux ». L'existence de cette propriété commune donne au village la qualité de section qui jouit d'une personnalité morale. Cependant, beaucoup de communaux ayant été usurpés depuis le XVe siècle, ils n'existent parfois plus qu'à l'état de traces dans certains villages.

Par extension, le terme de village est souvent aussi utilisé pour désigner tous les hameaux habités[1].

Villages[modifier | modifier le code]

Pavagnat, Faveyrolles, le Cros, Riodanges, la Sagne, les Patureaux, Bovayes, le Montel, le Mavel, Charraud, le Besset, le Fraisse, Clure, Losmeix, Pulby.

Autres lieux habités[modifier | modifier le code]

Charpolles (hameau avec coudert), le Cluzel (hameau avec coudert), Tyr (hameau avec coudert), Lospeux (hameau avec coudert), Veilhes (hameau), Lyrodie (hameau), le Moulin-Neuf (hameau), le Pont-du Roux (hameau), Chabrier (ancien moulin), Bois de Coisse (écart de Pavagnat), le Ruisseau (écart de Bovayes), les Patureaux et la Coudource (écart de Clure), Gratoule (ancien moulin), Les Martellets (ancien moulin), le Pont-Neuf (ancien moulin), les Levades.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-le-Chastel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (66,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (66,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,3 %), prairies (26,9 %), zones agricoles hétérogènes (5,7 %), zones urbanisées (1,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une vaste châtellenie[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Bonnet-le-Chastel fut le siège d'une importante châtellenie qui s'étendait sur toutes les paroisses alentour. En 1311, Pierre Maurice de Saint-Bonnet en fit donation, ainsi que la plupart de ses autres biens et châteaux, à Robert, Comte d'Auvergne.

La seigneurie resta dans cette famille, le plus souvent avec sa jumelle d'Issandollanges, jusqu'à la fin du XVIIe siècle par la maison des La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne. À cette époque, le huguenot breton Henri Goyon de la Moussaye, Comte de Plouër et petit-fils du 4e prince de Sedan, se titrait d'ailleurs de Baron de Saint-Bonnet.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom de Bonnet-Libre[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bonnet-le-Chastel est membre de la communauté de communes Ambert Livradois Forez.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bonnet-le-Chastel est actuellement administrée par un conseil municipal de onze membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1811 [Note 2] Balthazard Cisternes   Avocat
poste vacant   Intérim assuré par Jacques Chassaignon, adjoint
Jacques Chassaignon[Note 3]    
Joseph-Marie Couchard[Note 4]   Notaire et expert géomètre
[Note 5] Jean Fouilhoux   Propriétaire au bourg
Joseph Hilaire Vernaizon   Notaire
Dr Abel Buy (1re époque)   Médecin

(démission)
Joseph Hilaire Vernaizon    

(décès)
Jean-Baptiste Mongheal[Note 6]   Propriétaire
François Orcel[Note 7] nommé  
Dr Abel Buy[Note 8] élu face Médecin
Pierre Couderette[Note 9]    
1892 Jean Chassaignon[Note 10]    
Jean-Pierre Maltrait[Note 11]    
Dr Abel Buy[Note 12]   Médecin
1911 Me Henri Darcy[Note 13]   Officier d'Académie
Jean Thuaire[Note 14]    
Auguste Vernet    
1938
(décès)
Jules Montagne[Note 15]   Hôtelier
1945 Jean-Baptiste Ferry   Cafetier
1945 Léon Barthelay[Note 16] SFIO Agriculteur
Vice-président du conseil général du Puy-de-Dôme
Député suppléant
Georges Chometon[Note 17] UDF-CDS puis MoDem Artisan boucher
Député
Président du conseil général du Puy-de-Dôme
En cours
(au )
Simon Rodier[10],[11] MoDem Fonctionnaire
Vice-président de la communauté de communes Ambert Livradois Forez (en 2017)[12]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 209 habitants[Note 18], en diminution de 2,79 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3121 3211 3871 3701 5201 6641 6531 7231 733
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6871 6351 5921 6071 5461 3891 5031 4021 352
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3411 1021 039865795752683577528
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
504389313258221252240239237
2013 2018 - - - - - - -
215209-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Bonnet[16] (XVe-XVIe siècle), de facture gothique flamboyante (inscrite à l'Inventaire des monuments historiques le ).
  • Croix de Tyr (XVIIe siècle).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bonnet-le-Chastel est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hommes politiques
    • Pierre-Jean Sabaterie, natif de Saint-Bonnet-le-Chastel, médecin, maire d'Arlanc, député (1902-1909) puis sénateur (1909-1930) du Puy-de-Dôme.
    • Émile Cossonneau, député dont l'épouse se réfugiera à Saint-Bonnet pendant la Seconde Guerre mondiale. Même si son corps ne fut jamais retrouvé après que son avion ait été abattu, c'est dans le cimetière de la commune que se trouve le monument funéraire d'Émile Cossonneau.
    • Georges Chometon, natif et maire de Saint-Bonnet-le-Chastel, député et président du conseil général du Puy-de-Dôme.
  • Artistes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Étant devenu juge de paix, il cesse ses fonctions de maire en 1816.
  3. Ancien maire adjoint, installé en , après avoir assuré l'intérim, il est renouvelé par arrêté préfectoral du puis du .
  4. Nommé par arrêté du , renouvelé par arrêté du .
  5. Joseph Marie Couchard ayant été déchu le .
  6. Nommé par arrêté préfectoral. N'ayant pu être installé, aucun conseiller municipal ne s'étant présenté à la séance, il décède le .
  7. Nommé par arrêté préfectoral.
  8. 2e période : élu face à François Orcel, maire sortant, Jean-Baptiste Maltrait (Roux) est adjoint ; réélu en 1878, François Orcel est adjoint.
  9. Élu face au Dr Abel Buy, maire sortant (Auguste Vernaizon est adjoint) ; réélu en face au Dr Abel Buy (Pierre Roux est adjoint), il décède le .
  10. Élu, à la suite du décès de Pierre Couderette, face au Dr Abel Buy (Jean Roussel est adjoint), il est réélu en (Henri Darcy est adjoint).
  11. Seul candidat, il est élu à l'unanimité des douze conseillers présents, tout comme son adjoint le Dr Abel Buy, alors pourtant en procès avec la commune.
  12. 3e période : élu par 11 voix sur 12 (Fridefont est adjoint).
  13. Ancien adjoint de Jean Chassaignon (de 1888 à 1892), il est élu à l'unanimité des conseillers présents, réélu à l'unanimité en 1900, 1904 et 1908 (Jean-Marie Couderette, adjoint élu en 1896 et 1900 ; Jean Thuaire, adjoint élu en 1904 et 1908).
  14. Ancien maire adjoint de 1908 à 1912.
  15. Fin du mandat par décès le .
  16. Maire-adjoint (de 1935 à 1942) démis de ses fonctions par les représentants du Maréchal Pétain, il accomplira quatre mandats successifs de maire.
  17. Six mandats successifs de maire ; antérieurement maire-adjoint de 1959 à 1965.
  18. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Argha, La population de Saint-Bonnet-le-Chastel aux XVIIe et XVIIIe siècles, Le Gonfanon no 12.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 24 avril 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  11. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 4 septembre 2020).
  12. « Elus », Communauté de communes Ambert Livradois Forez, (consulté le 25 juin 2017).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr