Arlanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arlanc
Clocher de l'église paroissiale Notre-Dame.
Clocher de l'église paroissiale Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Jean Savinel
2014-2020
Code postal 63220
Code commune 63010
Démographie
Population
municipale
1 917 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 50″ nord, 3° 43′ 31″ est
Altitude 600 m (min. : 547 m) (max. : 943 m)
Superficie 32,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Arlanc

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Arlanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arlanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arlanc

Arlanc (prononciation /aʁ.lɑ̃/) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au sud-est du département du Puy-de-Dôme[1], Arlanc fait partie du parc naturel régional Livradois-Forez.

Lieux-dits et écarts : la Bachellerie, Baratte, le Barry, la Bellevue, le Bois de Dore, la Borie, la Bosdonie, le Bouchet, Boulamoy, le Bourg, Capartel, Champciaux, Chassaignes Basses, Chassaignes Hautes, Chouvel, Coisse, Collanges, le Colombier, la Combe, Combres, Cours, Croches, Dolore, l'Épisse, Féraudet, Fouilloux, la Fontaine de Cayolle, les Gardettes, les Grivoux, Issandolangettes, les Layes, Loumas, le Marin, les Merleyres, Mons (château de), Montis, Moranges, Morangette, Motterie, la Naute, l'Olme, les Plaines, le Poyet (à cheval sur la commune de Novacelles), les Prairies, Ricoux, la Robertie, la Roche, Sarras, le Solier, Terreneyre, la Tuilerie, le Vachage, Vaureilles, le Vignal, la Ville, Vivic.

Huit communes jouxtent Arlanc[2] :

Communes limitrophes d’Arlanc
Saint-Bonnet-le-Chastel Marsac-en-Livradois Beurières
Chaumont-le-Bourg
Novacelles Arlanc Medeyrolles
Mayres Dore-l'Église

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau : la Dolore et la Dore.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Entrée d'Arlanc par la D 906 en provenance du Puy
Entrée d'Arlanc par la D 906 en provenance du Puy-en-Velay et en direction d'Ambert, Thiers et Vichy.

Arlanc est située sur la RD 906 (axe Le Puy-en-VelayThiersVichy), à 13 km au nord de La Chaise-Dieu (Haute-Loire) et à 16 km au sud d'Ambert.

Il existe d'autres routes traversant Arlanc :

  • la RD 38 (vers Beurières) — il existe aussi une RD 38a ;
  • la RD 205 (axe passant au nord de la commune) ;
  • la RD 300, anciennement RD 999a ex-RN 499a ;
  • la RD 907 (RN 106 d'origine vers La Chaise-Dieu via Le Procureur, lieu-dit de Mayres).

Ligne ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare d'Arlanc.

Arlanc possède une gare depuis 1893 sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac. Cette ligne n'est plus desservie par train voyageurs depuis 1980. Il est possible d’emprunter le train touristique AGRIVAP au départ de la gare.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La commune d'Arlanc est accessible par trois lignes d'autocars du réseau TER Auvergne-Rhône-Alpes :

Ligne Tracé
19 VichyThiersAmbert ↔ Arlanc – Correspondance à Vichy pour Paris ou Lyon[3]
27 Le Puy-en-VelayLa Chaise-Dieu ↔ Arlanc ↔ Ambert le lundi matin vers Le Puy et le vendredi après-midi depuis Le Puy[4]
82 Clermont-Ferrand ↔ Thiers ↔ Ambert ↔ Arlanc – Correspondance à Pont-de-Dore pour Clermont-Ferrand[5]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 325 logements, contre 1 301 en 2007. Parmi ces logements, 62,7 % étaient des résidences principales, 20,3 % des résidences secondaires et 17 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 85,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 14,6 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 70,7 %, en hausse sensible par rapport à 2007 (69,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 4,6 % (contre 4,2 %)[a 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2012, le député communiste André Chassaigne, élu dans la 5e circonscription, a obtenu 67,22 % des voix. 53,56 % des électeurs ont voté[6].

Jean Savinel s'est représenté aux élections municipales de 2014 sur l'unique liste. 57,77 % des électeurs (soit 792 sur 1 371 inscrits) ont voté[7].

Aux élections départementales de 2015, dans le canton d'Ambert, le binôme Valérie Prunier - Michel Sauvade, élu dans le canton, a recueilli 57,63 % des suffrages exprimés. 53,97 % des électeurs ont voté au second tour[8].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Six des dix-neuf membres du conseil municipal sont également élus au conseil communautaire[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Baptiste Souche PS Conseiller général jusqu'en 2001
mars 2008 en cours
(au 28 septembre 2014)
Jean Savinel[9] DVG Artisan électricien

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 917 habitants, en diminution de -0,62 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 409 3 345 3 427 3 406 3 567 4 198 4 390 4 350 4 228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 090 3 960 4 079 3 830 3 698 3 696 3 755 3 507 3 352
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 247 3 362 3 129 2 813 2 839 2 811 2 719 2 619 2 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 396 2 348 2 393 2 280 2 085 2 019 1 912 1 929 1 917
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34,1 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (23,6 %) et au taux départemental (25,8 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

Répartition de la population de la commune par tranches d'âge en 2012
Tranche d'âge 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 ans et plus
48 % d'hommes 14,9 % 16,1 % 15,1 % 23,3 % 30,6 %
52 % de femmes 14,7 % 12,2 % 14,5 % 21,2 % 37,3 %
Pyramide des âges d'Arlanc en 2012 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90 ans ou +
3,9 
9,5 
75 à 89 ans
14,8 
20 
60 à 74 ans
18,6 
23,4 
45 à 59 ans
21,2 
15,1 
30 à 44 ans
14,5 
16,1 
15 à 29 ans
12,2 
14,9 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2012 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,7 
60 à 74 ans
16,2 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
17 
0 à 14 ans
15,5 

Économie[modifier | modifier le code]

La Renault Rodéo y a été conçue par les Ateliers de Construction du Livradois (ACL).

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 124 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,6 % d'actifs dont 62,7 % ayant un emploi et 10,9 % de chômeurs[a 5].

On comptait 863 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 709, l'indicateur de concentration d'emploi est de 121,8 %, ce qui signifie que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif[a 6].

578 des 709 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 81,6 %) sont des salariés[a 7]. Plus d'un actif sur deux travaille dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises et établissements[modifier | modifier le code]

Au , Arlanc comptait 103 entreprises : 11 dans l'industrie, 26 dans la construction, 53 dans le commerce, les transports et les services divers et 13 dans le secteur administratif[a 9].

En outre, elle comptait 129 établissements[a 10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait deux hôtels (un classé deux étoiles de sept chambres et un autre non classé de neuf chambres)[a 11], un camping deux étoiles avec 59 emplacements[a 12], ainsi qu'un village vacances ou une maison familiale de 60 places lit[a 13].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Gare d'Arlanc
Gare d'Arlanc.
  • Le château de Mons, dont les fondations datent du Moyen Âge (1049), a été reconstruit au XVIIe siècle puis rénové au XIXe siècle. Cette vaste demeure décorée dans le style italien est actuellement ouverte à la visite. Les propriétaires y présentent une collection d'estampes du XVe au XVIIIe siècle sous une forme pédagogique qui met en avant cet art majeur. Exposition permanente exceptionnelle de 120 « vues d'optique »[15] et de l'instrument permettant de les visualiser : le zograscope[16]. Inscrit MH.
  • Jardin pour la Terre. Jardin de plus de six hectares, en forme de planisphère, le Jardin pour la terre permet d'effectuer un véritable tour du monde sur les traces des grands explorateurs. 2 000 variétés et 700 espèces de plantes sont restituées sur leur continent d'origine.
  • Musée de la dentelle à la main, dans les caves voûtées de l'hôtel de ville.
  • Église Saint-Pierre XIIe siècle[17].
  • Église paroissiale (construction étalée de 1890 à 1925). Répertoriée par les Monuments historiques en 1988, sans être protégée.
  • Chapelle Saint-Jean-François-Régis (lieu-dit Moranges), construite à une date inconnue après 1836. Non protégée[18].
  • Chapelle (lieu-dit Cours), construite à une date inconnue après 1836. Non protégée.
  • Chapelle Saint-Roch (lieu-dit Chassaignes Hautes), construite à une date inconnue après 1836. Non protégée.
  • Chapelle Saint-Jacques (lieu-dit la Bosdonie), construite à une date inconnue après 1836. Non protégée[19].
  • Chapelle Saint-Pierre (lieu-dit Chassaignes Basses), construite en 1856. Non protégée[20].
  • Gare d'Arlanc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne de Vissac, seigneur d'Arlanc et de Vissac, fut chancelier de France.
  • Jacques de Tournon, seigneur d'Arlanc, frère du cardinal de Tournon, fut page de François Ier.
  • François Vignon (ca 1549-ca 1624), conseiller et secrétaire de la chambre du Roi et de la Reine mère, lieutenant général au bailliage et mandement d'Arlanc.
  • Camille d'Hostun, maréchal de France, a été baron d'Arlanc.
  • Antoinette Micolon est née le 16 mars 1592 au château des Escures, paroisse de Monestier, près d'Ambert. D'une ancienne bourgeoisie d'Ambert (riche famille de papetiers), elle se fit religieuse sous le nom de sœur Colombe du Saint Esprit. En 1614, la mère Antoinette Micolon fonde le monastère d’Ambert et l’agrège à l’Ordre des Ursulines. Comme toutes les maisons d’Ursulines en France, il est voué uniquement à l’éducation des jeunes filles. Elle contribua également à la fondation de ceux de Clermont, d'Arlanc, de Tulle, de Beaulieu, d'Espalion. Elle est connue comme la Première Ursuline d'Auvergne. Elle est morte au couvent des ursulines d'Arlanc. Elle fut réputée sainte en 1659. Ouvrage publié par la mère Micolon : Exercice quotidien contenant la manière et la méthode de faire toutes les choses spirituelles (Tulle, 1626, in12).
  • Pierre Boyer, né le à Arlanc, mort le à Vincennes ; oratorien, auteur janséniste, figure charismatique des Appelans et Convultionnaires hostiles à la bulle Unigenitus de 1713.
  • Pierre-Jean Sabaterie (1855-1930), maire d'Arlanc, député (1902-1909) puis sénateur (1909-1930) du Puy-de-Dôme.
  • Maurice Faucon (1858-1907), poète.
  • Antoine Jarleton a, aux alentours de 1925, été agent voyer à Arlanc et a alors fait la première adduction d'eau. Il a ensuite été maire adjoint d'Arlanc dans les années 1950 et a entre autres réalisé le plan d'eau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Arlanc Blason Gironné d'or et d'azur de dix pièces[21].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

"" Le blason actuel d'Arlanc, fut attribué à la communauté des marchands de la ville, sous Louis XIV, en 1696, par une commission royale qui imposait de façon systématique des armoiries lorsque les confréries en étaient dépourvues. C' était une autre manière déguisée de faire rentrer de l'or dans les caisses du trésor royal. Il se décrit ainsi : " Gironné d' azur et d'or ".

Pour apporter quelques précisions supplémentaires, le gironné est une découpe, en huit parties triangulaires égales entre elles, à émaux alternés. Le motif en demi-cercle qui orne la partie supérieure du blason signifie qu'une partie de la ville d'Arlanc était fortifiée"[22].

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis : 1570 (mairie et archives départementales)
  • Dépouillements généalogiques effectués par l'AGPA :
    • Baptêmes : de 1570 à 1666
    • Mariages : de 1690 à 1808
    • Baptêmes, sépultures : de 1690 à 1789
  • Délibérations municipales depuis :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2012.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2012.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  11. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  12. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  13. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Arlanc », sur Lion 1906.
  2. Carte d'Arlanc sur le Géoportail.
  3. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire ligne 19 : Vichy – Thiers – Ambert – Arlanc [PDF], horaires valables du 11 décembre 2016 au , consulté le 13 juin 2017.
  4. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire ligne 27 : La Chaise-Dieu – Le Puy-en-Velay [PDF], horaires valables du 11 décembre 2016 au , consulté le 13 juin 2017.
  5. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire ligne 82 : Clermont-Ferrand – Ambert – Arlanc [PDF], horaires valables du 11 décembre 2016 au , consulté le 13 juin 2017.
  6. « Résultats des élections législatives 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 juillet 2015).
  7. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 juillet 2015).
  8. « Résultats des élections départementales 2015 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 juillet 2015).
  9. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », sur le site de l'Insee (consulté le 18 juillet 2015).
  15. Philippe Hugot, Vues d'optique du château de Mons… une collection en perspective, 88 p. (ISBN 9782954130002).
  16. Site du château.
  17. Notice no PA00091867, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no IA00060412, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Notice no IA00060409, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Notice no IA00060406, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. http://labanquedublason2.com/
  22. « Nôtre blason - ARLANQUOI2NEUF ?!! », (consulté le 29 août 2016)