Studio Harcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Studio Harcourt
Création 1934
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Siège social Paris
Direction Francis Dagnan
Directeurs Francis DagnanVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 20 à 49 salariés (en 2019)
SIREN 389 202 177
Site web www.studio-harcourt.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires non disponible

Studio Harcourt Paris (anciennement le Studio Harcourt) est un studio photographique fondé en 1934 à Paris par la photographe Germaine Hirschfeld (dite Cosette Harcourt), Robert Ricci et les frères Jacques et Jean Lacroix, particulièrement connu pour ses portraits en noir et blanc de vedettes de cinéma et de personnalités.

Historique[modifier | modifier le code]

Bâtiment du studio Harcourt, 6 rue de Lota (Paris).

L'histoire du studio est rythmée par une succession de déménagements dans la ville de Paris. Après avoir été rue Christophe-Colomb puis avenue d'Iéna, rue de la Paix, rue Royale, rue des Acacias, rue de Lisbonne et rue Jean-Goujon, il est installé depuis juin 2016 dans un hôtel particulier de 1 000 m2 situé au 6, rue de Lota dans le 16e arrondissement de la capitale.

Création[modifier | modifier le code]

Le studio de photographie Harcourt est le résultat de l'association de Jacques et Jean Lacroix, hommes de presse, Robert Ricci (fils de la couturière Nina Ricci) et de Germaine Hirschfeld alias Cosette Harcourt (1900-1976)[1], une photographe ayant travaillé dans le studio des frères Manuel et qui forge le style Harcourt en s'inspirant du cinéma expressionniste allemand et du travail du directeur de la photographie français Henri Alekan[2]. Initialement installé au 11 bis, rue Christophe-Colomb dans le 8e arrondissement, cet « atelier de portraits d’art » réalise des images pour la presse d'où sont issus ses bailleurs de fonds, à une époque où de prestigieux studios de photographie comme celui de Reutlinger ferment, faute de clients[3]. Pour prospérer, le studio se spécialise, grâce au carnet d'adresses de Cosette Harcourt, dans la photographie en noir et blanc des personnalités parisiennes et françaises du cinéma et du milieu de la culture[3], réalisant des tirages 24 × 30 cm reconnaissables par leur style et leur mise en lumière aux clair-obscurs prononcés. Le studio doit alors beaucoup au photographe de plateau Raymond Voinquel.

Avant la Seconde Guerre mondiale, Cosette Harcourt, qui est d'origine juive, épouse l'un des frères Lacroix[3]. Ensemble, ils créent un magazine, intitulé Vedettes, pour servir de débouché aux photographies du studio. Sous l'Occupation, les officiers allemands et des personnalités du régime de Vichy fréquentent les studios, tout comme les Américains à la Libération[3]. Le couple divorce en 1945.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, le studio Harcourt retrouve son activité auprès des vedettes du cinéma et du théâtre. Le siège du 49, avenue d'Iéna, que le studio occupait depuis 1938, est vendu en 1968 pour de nouveaux locaux rue Jean-Goujon. Cosette Harcourt meurt en 1976. Le studio s'installe au 8, rue de la Paix en 1980, puis au 10, rue Royale en 1986.

Le studio fait néanmoins faillite fin 1990. Sous l'impulsion de Jack Lang, le ministère de la Culture achète alors le fonds de photographies du studio en 1986, composé de 5 millions de négatifs datant de 1934 à 1991, représentant plus de 500 000 personnes dont 1 500 personnalités[4] ; ce compte est diffusé par la Réunion des musées nationaux[1]. Il est actuellement administré par la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine et conservé au fort de Saint-Cyr à Montigny-le-Bretonneux[5].

La société est reprise début 1993 par l'un de ses anciens photographes, Pierre-Anthony Allard, pour 421 000 francs[6]. Le , il s'associe à Anne-Marie de Montcalm qui devient propriétaire de la marque[7], Allard en demeurant le directeur artistique.

Les difficultés financières s'accumulant, l'entreprise est mise en liquidation judiciaire en 2007. Son rachat suscite l'intérêt du groupe LVMH[réf. nécessaire] mais c'est Francis Dagnan, patron d'une PME de l'immobilier et passionné de photographie, qui en devient l'acquéreur et confie la direction générale à Catherine Renard[8],[9]. Ce dernier relance la marque en s'adressant à un public plus jeune et multiplie par trois son chiffre d'affaires en quelques années[10].

En , la direction du studio verse une partie de son fonds (antérieur à 1991) sur Wikimedia Commons sous licence libre[11],[12].

En 2015, le studio reçoit le label « Entreprise du patrimoine vivant » pour son savoir-faire artisanal et industriel d’excellence[13],[14].

Photographie « Harcourt »[modifier | modifier le code]

Style Harcourt[modifier | modifier le code]

Le style Harcourt se caractérise généralement par un plan rapproché du sujet[15] (plan taille cadré sur le buste ou gros plan le visage, ce qui implique un travail de retouches assez élaboré, sur le négatif comme sur l'épreuve, pour gommer les imperfections du portraitisé et affiner le grain de la peau) selon une esthétique extrêmement codée[16].

Le modèle est pris sous son meilleur angle, souvent de trois-quart et/ou en contre-plongée (le plan frontal est rare), éclairé par une lumière de projecteurs de cinéma généralement latérale (éclairage au tungstène qui favorise les effets de luminescence sur le visage et de moire sur le fond) ou en halo créant un fort effet de clair-obscur, en profondeur de champ faible, sur un fond de dégradé du gris au noir, avec l'attention portée sur les yeux, détournés ou élevés. Cet effet de style se retrouve ainsi exploité par d'autres photographes dans des registres différents de celui du cinéma et du monde du spectacle[17].

Photographes[modifier | modifier le code]

Depuis sa création et d’après une estimation[réf. nécessaire] de Francis Dagnan, président du studio, près de 150 photographes ont réalisé les prises de vue du studio Harcourt[18].

Stratégies de partenariat[modifier | modifier le code]

Studio Harcourt Paris mène depuis longtemps une stratégie de partenariats diversifiée avec, par exemple :

  • Le développement en 2012 des cabines-studios avec RP Solutions – de type photomaton –, déployées souvent dans des cinémas (MK2 notamment) ou des lieux culturels, réalisant de prise du vue délivrant des portraits réalisés en lumière continue signés « H » dans un format carte postale au prix de 10 [19], alors qu'une photo réalisée au sein du studio d'Hartcourt coûte en 2011 entre 900  (portrait Instant[20]) et 1 900  (portrait Prestige[21] qui a fait la renommée du studio)[22].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2015 : « Le Studio Harcourt », Dalian (Chine), musée des beaux-arts
  • De à  : « Perspectives », Paris, Studio Harcourt
  • De février à  : « Le Studio Harcourt et le cinéma », Puteaux, hôtel de ville


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Éric Biétry-Rivierre, « Harcourt, soixante-quinze ans de classicisme », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. Pierre-Anthony Allard, Vivianne Perret, Mes années Harcourt, Le passeur, , p. 87.
  3. a b c et d Françoise Denoyelle, op. cit., citée par Claire Guillot, « Sous le glamour, le côté obscur du studio Harcourt », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Selon le site officiel[source insuffisante]. La notice de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine indique quant à elle 4 millions de négatifs pour la période 1934-1979.
  5. « Studio Harcourt (1934-1989) : Un demi-siècle de portraits », Archives photographiques : Visites guidées, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.
  6. Katya Pellegrino, « Studio Harcourt : Silence, on tourne... Moteur ! », luxe-magazine.com, mai 2006.
  7. « Harcourt : Glamour toujours », Le Nouvel Observateur, 4 décembre 2003.
  8. « Francis Dagnan : Nouvelles visées pour le studio Harcourt », Le Figaro, 4 septembre 2009.
  9. Clotilde Briard, « Harcourt revient sous les projecteurs », Les Échos, no 20504, 8 septembre 2009, p. 9.
  10. Claudine Gay et Bérangère Szostak, Management de l'innovation, éditions Dunod, (lire en ligne), n.p..
  11. « Le studio Harcourt met en ligne ses prestigieux portraits », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. Thierry Noisette, « Le studio Harcourt publie des portraits sous licence libre dans Wikipédia », sur ZDNet.fr, .
  13. « Studio Harcourt Paris », sur patrimoine-vivant.com.
  14. Au même titre que Baccarat, Boucheron, Chanel, l'Eau de mélisse des Carmes Boyer, Hermès, le Plaza Athénée ou les chantiers navals de Cassis, Marseille et Sanary-sur-Mer.
  15. Des plans autour du corps en pied sont parfois réalisés, par exemple pour des danseurs.
  16. Studio Harcourt, L'Art du portrait selon Studio Harcourt. Secrets et techniques, Pearson, , p. 109-125.
  17. Marion Lagrange, « Les représentations des universitaires bordelais et la temporalité de la figure du savant (1880-1960) », Annales du Midi, no 292,‎ , p. 515 (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020).
  18. Parmi ceux-ci, Henry Bierley-Lalune, venant des studios G. L. Manuel frères, remplaça Cosette Harcourt pendant la Seconde Guerre mondiale (cf. Guillaume Evin, op. cit.).
  19. Francine Rivaud, « Le Studio Harcourt fait sa révolution », Challenges no 283, 12 janvier 2012
  20. Le portraitisé est maquillé et photographié en une heure, en plan américain, ce qui limite les retouches
  21. Le portraitisé est pris en plan rapproché (plan taille cadré sur le buste ou gros plan le visage), ce qui implique un travail de retouches assez élaboré.
  22. Sylvie Francisco, « Un portrait de famille: Le retour de la photo studio », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Barthes, « L'acteur d'Harcourt », in Mythologies (1954-1956), éditions du Seuil, 1957, pp. 25-29.
  • Dominique Baqué, Françoise Denoyelle, Studio Harcourt : Cinquante ans de mythes étoilés, La Manufacture, 1991.
  • André Giovanni, Ulysse ou le Bonheur retrouvé, éditions du Rocher, 1993.
  • Alain Bergala, Clin d’œil, éditions VM, 1995.
  • Pierre Bonhomme, Christophe Berthoud, Françoise Dentelle, Raymond Voinquel : Les Acteurs du rêve, Éditions du Patrimoine / Le Seuil, 1997.
  • Dominique Baqué, « De Disdéri à Harcourt, une même mascarade : celle des faux visages dictés par l’idéologie dominante », in Visages : Du masque grec à la greffe du visage, Regard, 2007, pp. 49-64.
  • Jean-Daniel Lorieux, Confidences d’un voleur d’instants, éditions Michel Lafon, 2008.
  • Gilles Vauclair, Studio Vauclair, Filigranes Éditions, 2008.
  • Françoise Denoyelle, Studio Harcourt : 1934-2009, éditions Nicolas Chaudun, , 192 p. (ISBN 978-2-35039-081-9).
  • L'Art du portrait selon Harcourt Studio, Paris, Pearson, 2010.
  • François Forestier, Stars by Studio Harcourt : Le Cinéma français, éditions Democratic Books, 2011.
  • Pierre-Anthony Allard et Vivianne Perret, Mes années Harcourt, Le Passeur, 2013.
  • Guillaume Evin, Dominique Besnehard, Harcourt Paris, le mythe, Éditions de la Martinière, 2014, 188 p. (ISBN 9782732461632).
  • Damien Roué, « Visite de l’exposition Perspectives dans le nouvel espace du Studio Harcourt à Paris », Phototrends, .
  • Guillaume Evin, Francis Dagnan (préface et postface), Cosette Harcourt. Un studio de légende, Hugo Doc, 2018 (ISBN 9-782755-636130).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Harcourt, l'histoire d'un mythe, documentaire de Nicolas Maupied et Christophe Tiphaine, 2011
  • Studio Harcourt la griffe des stars, documentaire de Jacques Viallon et Olivier Château, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]