Saint-Victor-Montvianeix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Victor.
Saint-Victor-Montvianeix
Au hameau de Pitelet
Au hameau de Pitelet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Thiers
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Serge Fayet
2014-2020
Code postal 63550
Code commune 63402
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2014 en diminution)
Densité 5,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 28″ nord, 3° 36′ 17″ est
Altitude Min. 319 m
Max. 1 224 m
Superficie 45,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Victor-Montvianeix

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Victor-Montvianeix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-Montvianeix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-Montvianeix

Saint-Victor-Montvianeix est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes près de Thiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Bancherel
  • Bois Blanchet
  • le Bost
  • la Boutière
  • le Gas
  • les Trois Cerisiers ou le Buisson
  • le Châtaigner
  • Chochat
  • Champfigne
  • la Chaumette
  • Chez Rigaud
  • Chossière
  • la Croix Vieille
  • les Curins ou les Ecurins (domaine)
  • Dassaud
  • Duzelier
  • les Estivaux
  • l'Étang
  • Fagot
  • Fagot Marnat
  • Ferrand
  • la Gerbaudie
  • Gourdolle (domaine)
  • la Grande Goutte
  • Goutte (domaine)
  • Grateloup
  • l'Anglade
  • le Lac
  • Laricot (autrefois La Ricole)
  • la Loubière
  • le Mas
  • Mazellier
  • Moulin de la Molière
  • Monat
  • Montvianeix
  • Moulin d'Arthur
  • Philibin
  • Pitelet
  • la Plantade
  • Pont de la Boutiere
  • le Pont Ligonnet
  • Randier
  • Reviron
  • Chez Rigaud
  • les Robinots
  • Roddier
  • Moulin Roddier
  • les Roux
  • Saint Victor
  • Sarray
  • Toinon
  • Tournaire
  • la Trappe
  • le Thuel
  • la Vachie
  • la Vernelle
  • la Virade
  • les Bouches (autrefois Le Bouchon ou Le Boschon).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe avec 8 communes, dont 2 avec le département limitrophe de l'Allier.

Communes limitrophes de Saint-Victor-Montvianeix
Châteldon Lachaux ; La Guillermie (Allier) Lavoine (Allier)
Puy-Guillaume Saint-Victor-Montvianeix
Paslières Saint-Rémy-sur-Durolle Palladuc

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution existent deux paroisses distinctes : Saint-Victor-la Loubière et Montvianeix, la première appartenant au diocèse de Lyon et la seconde à celui de Clermont. En 1794, ces deux paroisses sont réunies en une seule commune sous le nom de Credogne, qui deviendra Saint-Victor-Montvianeix en 1796[1].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune, alors nommée Saint-Victor, a porté le nom de Crédogne[2].

C'est en 1915 que le nom de Saint-Victor est individualisé en Saint-Victor-Montvianeix[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les « truffes » de Saint-Victor

N’en déplaise à la légende de Parmentier (1737-1813), la « truffe » (pomme de terre) avait gagné la région dès le milieu du XVIIIe siècle. En témoigne un bail de métayage de 1751, concernant un domaine situé à Saint-Victor la Loubière, rebaptisé Credogne après la Révolution, puis Saint-Victor-Montvianeix en 1796. Perdue entre Auvergne-Rhône-Alpes et Forez, cette zone montagneuse se range pourtant parmi les plus arriérées du royaume.

À la même époque, d’autres documents débusqués par hasard dans la poussière des archives mentionnent aux alentours d’autres implantations de « truffe », laissant penser que celle-ci a été adoptée depuis belle lurette dans tous ces coins perdus. Aussi faudrait-il revoir l’histoire officielle, et rien moins qu’innocente, de la pomme de terre. Laquelle provoqua une véritable révolution pacifique dont les conséquences se peuvent lire dans l’évolution démographique. Mieux que de prétendus grands hommes, l’humble mais précieux tubercule mériterait son biographe et sa statue

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, qui se sont tenues au scrutin majoritaire, le premier tour n'a pas désigné de maire dans l'immédiat. 4 sièges manquaient. Le taux de participation est de 78,02 % aussi bien au premier qu'au second tour[3]. Le conseil municipal ayant lieu immédiatement après l'élection s'est déroulé le 4 avril[4], élisant le nouveau maire et ses adjoints.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Aimé Tournaire PS  
mars 2001 avril 2014 Georges Chossière    
avril 2014 en cours Serge Fayet Sans étiquette Employé[5]
Vice-président de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise[6]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 242 habitants, en diminution de -8,68 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 428 1 353 1 355 1 447 1 463 1 590 1 536 1 550 1 520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 479 1 442 1 482 1 505 1 540 1 509 1 568 1 549 1 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 508 1 502 1 311 1 112 1 000 904 902 753 597
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
457 431 337 322 274 273 280 251 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Saint Victor a été rebâtie en 1461 dans un style gothique assez fruste. De taille modeste, elle offre la particularité d'avoir un chœur décentré par rapport à la nef unique. Son chœur, vouté en "cul de four", est le seul vestige de l'église romane primitive. Une chapelle dédiée à la Sainte Vierge s'ouvre au Sud de l'édifice et accueille l'ancien maître-autel de l'église détruite de Montvianeix. Un beffroi très massif est garni de deux cloches datant du XIXème siècle.
  • La chapelle de Montvianeix (seul reste de l'ancienne église paroissiale) abritait une remarquable Vierge Noire du XIIe siècle. Vendue à un collectionneur peu avant la Seconde Guerre mondiale, la statue a abouti aux « Cloisters » de New York.
  • Face à l'église de Saint-Victor se dresse une croix de carrefour datée de 1613. Elle provient de Montvianeix et a été remontée à cet emplacement après la Révolution. De facture naïve, le Christ et la Vierge occupent chacune des faces.
  • Avec ses tombes plus ou moins bien accrochées à une forte pente, le cimetière enserrant l'église vaut également le détour. On remarque en son centre dune grande croix en pierre de Volvic datant du début du XIXème siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Ciotti, La révolte de Vollore et les levées militaires dans l'arrondissment de Thiers, 1793-An II, Association des amis du Vieux-Vollore
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Résultats des élections municipales de 2014
  4. « Conseil municipal », La Montagne,‎ (édition de Thiers).
  5. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/puy-de-dome,63/saint-victor-montvianeix,63402/
  6. « Le bureau et les commissions », sur le site de la communauté de communes (consulté le 1er mars 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .