Grandrif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grandrif
Grandrif
Paysages et scènes de neige à Grandrif, entre le col des Pradeaux et le col de Chougoirand.
Blason de Grandrif
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Suzanne Labary
2014-2020
Code postal 63600
Code commune 63173
Démographie
Population
municipale
178 hab. (2015 en augmentation de 6,59 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 20″ nord, 3° 49′ 05″ est
Altitude Min. 679 m
Max. 1 424 m
Superficie 22,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Grandrif

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Grandrif

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grandrif

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grandrif

Grandrif est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bourg est situé au fond d'une petite vallée dominée par le puy de Loir.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Grandrif est composé du lieu-dit le Bourg et de 25 hameaux environnants.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont Ambert, Baffie, Églisolles, Saint-Anthème, Saint-Just, Saint-Martin-des-Olmes, Saint-Romain et Valcivières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Grandrif vient du ruisseau (rif, en dialecte auvergnat ou occitan septentrional)[1] qui y coule, dont l'importance fut déterminante jusqu'au début du XXe siècle pour l'activité économique de la commune.

Une source d'eau ferrugineuse gazeuse, surgissant au lieudit La Jarpe, fit l'objet de recherches scientigiques puis d'une exploitation commerciale au XIXe siècle[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2007 en cours
(au 9 avril 2014)
Suzanne Labary[4]   6e vice-présidente de la communauté de communes Ambert Livradois Forez[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2015, la commune comptait 178 habitants[Note 1], en augmentation de 6,59 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1239861 0291 1001 1631 3091 5811 5001 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4821 3721 3751 3381 3501 3781 3001 2301 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1011 0571 035801809728662582506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
379323287236183174202168177
2015 - - - - - - - -
178--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le barrage des Pradeaux, premier barrage hydroélectrique français dont la concession a été attribuée à un opérateur privé d'énergie, Poweo, à la fin de l'année 2008.

Sur le site boisé du col des Pradeaux, nombreuses pistes de ski de fond et de parcours en raquettes l'hiver, piste de VTT pour tous niveaux l'été. Gîte géré par le parc naturel régional Livradois-Forez.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Grandrif est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Philippe Clay (chanteur et acteur français, né dans le 14e arrondissement de Paris le 7 mars 1927 et décédé à Issy-les-Moulineaux le 13 décembre 2007 d'une crise cardiaque) de son vrai nom Mathevet, dont la famille est originaire de Grandrif.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Gallon, Grandrif, Histoire d'un village auvergnat, Éditions Créer.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35000 noms de lieux, t. 2 : formations non romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 668 p., 24 cm (ISBN 2-600-00133-6, notice BnF no FRBNF35454345, lire en ligne), p. 1104.
    Le paragraphe relatif ) Grandrif est le §20763. Le sous-titre apparaissant en couverture des volumes de la série, « Étymologie de 35000 noms de lieux », n'est pas repris sur la page de titre proprement dite des volumes de la série.
  2. Henri Lecoq, Recherches analytiquesfet médicales sur l'eau minérale de Grandrif, près d'Ambert (Puy-de-Dôme), Clermont-Ferrand, Imprimerie de Pérol, libraire, , 16 p., in-8° (notice BnF no FRBNF30768255, lire en ligne).
    La notice BnF indique par erreur la date de 1888, alors que le scan de la couverture indique bien l'année 1838.
  3. Christian Gallon, « La Source d’eau ferrugineuse de la Jarpe et son exploitation (XIXe siècle) », Chroniques historiques du Livradois-Forez, no 42 HS,‎ , p. 180-182 (lire en ligne).
  4. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 9 juin 2014).
  5. « Elus », Communauté de communes Ambert Livradois Forez, (consulté le 25 juin 2017).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.