Voltige aérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pitts Special

La voltige aérienne est une activité de loisir et de compétition consistant à utiliser un aéronef pour effectuer des figures de voltige, c'est-à-dire des manœuvres aériennes sortant de l'ordinaire.

La voltige se pratique également à plusieurs aéronefs, de nombreuses patrouilles acrobatiques civiles et militaires existent dans différents pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

La réalisation des premières figures de voltige est attribuée à Adolphe Pégoud et Pyotr Nesterov (en). Adolphe Pégoud, pilote d'essai pour Louis Blériot, réalisa en une série de démonstrations à Juvisy-sur-Orge, exécutant le premier vol dos, appelé alors vol « tête en bas » et les premières boucles de l'histoire de l'aviation [1]. Au même moment Pyotr Nesterov, pilote militaire Russe, exécuta lui aussi les premières boucles de l'histoire sur un Nieuport IV lors d'une démonstration à Kiev le 9 septembre 1913 [2].

Les pilotes de chasse inventent et perfectionnent les premières figures aériennes lors de la première guerre mondiale afin d'échapper à leurs ennemis. La voltige aérienne se développa alors d'abord comme un divertissement puis en compétitions à partir des années 1930 [3]. La première compétition internationale de voltige eu lieu le 9 et 10 juin 1934 à Paris à l’initiative de l'aéroclub de France [4]. Le championnat attira plus de 150000 visiteurs et fut remporté par le pilote Allemand Gerhard Fieseler sur un F2 Tiger. Le championnat suivant se déroula à Berlin en juillet 1936 en relation avec les jeux olympiques d'été de 1936.

Le terme « voltige aérienne », jusqu'alors nommé « acrobatie aérienne », remonte à 1938, inventé par le General Fleurquin, l'un des fondateurs de la Patrouille de France (Revue de L'armée de l'Air, juin 1938).

Après la seconde guerre mondiale, la compétition internationale la plus prestigieuse fut le Lockheed Trophy (en), organisé tous les ans de 1955 à 1965 en Grande Bretagne [5]. A partir de 1960 les championnats du monde de voltige sont organisés tous les deux ans par la Fédération aéronautique internationale. Cette compétition introduit une notation plus objective que celle utilisée pour le Lockheed Trophy; initialement basée sur une méthode conçue par François d'Huc Dressler, la notation des compétions de voltiges utilise depuis 1964 le système Aresti [6].

Figures[modifier | modifier le code]

Les différentes figures de voltiges se composent d'une combinaison de manœuvres élémentaires se succédant : boucle, tonneau, vrille, etc. En compétition, un programme libre, un programme imposé connu et un ou plusieurs programmes inconnus seront notés par des juges sur la qualité de la réalisation et la conformité avec les figures prévues [7]. Les figures de voltige sont codifiées selon une norme dite « Catalogue Aresti » du nom de son créateur, un aviateur espagnol [8].

Au cours de sa formation, un pilote de voltige passe un « premier cycle », puis un « deuxième cycle ». Le premier cycle (ou voltige positive) permet de réaliser des figures de base sous facteurs de charges positifs à l'exception des virages dos. Les figures de bases sont décrites au paragraphe suivant. Le deuxième cycle (ou voltige avancée et négative) permet de réaliser toutes les figures complexes et sous accélérations négatives répertoriées. Il débouche naturellement vers le haut niveau où les meilleurs pilotes créent eux-mêmes des figures de plus en plus complexes et spectaculaires.

Figures de base[modifier | modifier le code]

Programme complexe schématisé en notation Aresti

La voltige aérienne est codifiée en un certain nombre de figures de base. Les enchaînements de celles-ci, dans l'un ou l'autre sens, gauche ou droite, permettent des variantes quasi infinies.

Figures avancées[modifier | modifier le code]

Certaines figures avancées sont des figures de base effectuées avec des accélérations négatives (avion sur le dos). De manière générale, toutes les figures de base peuvent être effectuées avec un départ avion volant sur le dos (renversement négatif, rétablissement tombé négatif etc.). Certaines ont cependant un nom spécifique :

D'autres figures avancées sont des figures nouvelles

Ou des figures de base enchaînées de manière à les rendre difficiles, par exemple :

  • fractions de tonneaux en montée ;
  • fractions par 1/4 ou 1/8 de tonneaux ;
  • fractions de tonneaux déclenchés effectués selon plusieurs attitudes.

Certaines figures sont inventées par les meilleurs pilotes au gré de leur imagination et des capacités toujours croissantes de leurs machines.

Voltige en compétition[modifier | modifier le code]

Lors d'un concours de voltige, voici les limites de l'espace auxquelles doivent se s'astreindre les avions compétiteurs tels que définies par la Fédération aéronautique internationale.

Les compétiteurs se mesurent à plusieurs types de programmes : des programmes connus à l'avance que chacun peut répéter à sa guise, des programmes libres que chacun construit selon des règles commune mais qu'il peut ensuite répéter, des programmes inconnus que chacun exécute pour la première fois le jour de la compétition[3]. Ces programmes sont naturellement les plus sélectifs.

Dans la catégorie reine, les pilotes peuvent présenter un libre intégral avec des figures uniques qu'il a lui-même imaginé.

Lors d'une compétition, les évolutions doivent être réalisées dans un volume cubique de 1 000 m de côté. Ce volume est matérialisé au sol par des repères blancs de neuf mètres sur deux. Les pilotes ne doivent pas évoluer, pour des raisons de sécurité, en dessous de la hauteur de 100 mètres. Le pilote doit réaliser son programme dans ce volume sans en dépasser les limites sous peine de pénalisation par le jury[9]. Celui-ci, un peu à l'image d'une compétition de patinage artistique, note la symétrie et la précision d’exécution des figures.

Compétition en France[modifier | modifier le code]

Les compétitions de voltige sont divisées en plusieurs niveaux qui vont des débutants ou Espoir (voltige positive) à la catégorie la plus élevée des monoplaces : l'Unlimited. En France, il y a trois catégories de compétition de biplace :

  • catégorie Espoir (premier cycle) ;
  • catégorie Promotion (anciennement Desavoix - deuxième cycle) ;
  • catégorie National 2 (anciennement CF2).

Il y a trois catégories en monoplace :

  • catégorie National 1 (anciennement CF1), équivalant au niveau international Advanced  (en) ;
  • catégorie Excellence (anciennement Doret) ;
  • catégorie Élite, équivalant au niveau international Unlimited  (en).

Pour qu'un pilote puisse évoluer d'une catégorie vers la catégorie supérieure l'année suivante, il doit obtenir un résultat supérieur à 7/10 sur une compétition officielle. Pour pouvoir évoluer dans la catégorie supérieure au cours d'une même année, le pilote doit obtenir un résultat supérieur à 7,5/10.

Compétition internationales[modifier | modifier le code]

Depuis 1960, la FAI organise les championnats du monde Élite de voltige, les FAI World Aerobatic Championships. Les championnats d’Europe de voltige, les FAI European Aerobatic Championships, sont organisés depuis 1977.

Avions et planeurs de voltiges[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Avion d'acrobatie.

Cette discipline exige des avions extrêmement solides et manœuvrables. Les voltigeurs utilisent des avions de voltige spécialement conçus pour des vols sous facteurs de charge élevés, en vol inversé (sur le dos), sur des trajectoires verticales (en montée ou en descente), etc.

On pourra citer à titre d'exemple l'avion français du concepteur Mudry, le CAP 10, la famille des CAP 230 ainsi que l'EXTRA 300, un avion développé en 1995 pour cette activité. Un des avions d'acrobatie le plus connu est le Pitts special qui a dominé le monde de la compétition dans les années 1960 et 1970[réf. nécessaire].

Avions de voltige[modifier | modifier le code]

Extra 300S
CAP 232

Motoplaneurs de voltige[modifier | modifier le code]

Planeurs de voltige[modifier | modifier le code]

Liste de champions de voltige aérienne[modifier | modifier le code]

Avion catégorie Unlimited[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Orlowski (1982-)
    • Championnat du monde: 1 titre individuel.
  • Pascale Alajouanine (1955-) :
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe
  • Claude Bessière:
    • Championnat du monde: 1 titre individuel, 1 titre par équipe
  • Mikaël Brageot :
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe
  • Marcel Charollais
  • Madelyne Delcroix (1946-) ;
    • Championnat du monde: 1 titre individuel
  • Michel Détroyat (1905-1956) ;
  • Eddy Dussau :
    • Championnat du monde : 1 titre par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre individuel
  • Renaud Ecalle (1980-2010)
    • Championnat du monde : 1 titre individuel, 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre individuel
  • Christine Génin :
    • Championnat du monde: meilleure femme en 1994
  • Nicolas Ivanoff (1967-) :
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe
  • Svetlana Kapanina (1968-) :
    • Championnat du monde: 7 fois meilleure femme, 6 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe
  • Xavier de Lapparent :
    • Championnat du monde: 1 titre individuel, 1 titre par équipe
  • Alexandre Leboulanger ;
  • François Le Vot :
    • Championnat du monde: 1 titres individuel, 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 2 titres par équipe
  • Mikhail Mamistov :
    • Championnat du monde: 2 titres individuel, 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 4 titres individuel, 5 titres par équipe
  • Catherine Maunoury :
    • Championnat du monde: 2 fois meilleure femme, 1 titre par équipe
  • Olivier Masurel :
    • Championnat du monde: 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe
  • Patrick Paris :
    • Championnat du monde: 1 titre individuel, 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 3 titres individuel, 2 titres par équipe
  • Sergey Rakhmanin
    • Championnat du monde: 2 titres individuel, 2 titres par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre individuel, 3 titres par équipe
  • Ernst Udet (1896-1941) :
  • Éric Vazeille :
    • Championnat du monde: 1 titre individuel, 1 titre par équipe
    • Championnat d’Europe : 1 titre par équipe

Planeur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Adolphe Pégoud - Premier looping à Buc 21 sept. 1913 », sur youtube.com
  2. (en) « Peter Nesterov (Pyotr Nikolayevich Nesterov) », sur www.snap-and-roll.com (consulté le 3 septembre 2015)
  3. a et b (en) « FAI World Aerobatic Championships », sur fai.org
  4. (en) « From Origins to the Olympics: The First World Aerobatic Championships » [[PDF]], sur france-voltige.org
  5. (en) « A Short History of Aerobatics », sur franklinairshow.com
  6. (en) « The Modern World Aerobatic Championships », sur www.snap-and-roll.com (consulté le 3 septembre 2015)
  7. Sébastien Billard, « Moi, pilote de voltige aérienne : 6 minutes à 400 km/h et une pression de 10G », sur nouvelobs.com,‎
  8. (en) « FAI Aresti Aerobatic Catalog » [[PDF]]
  9. « La voltige », sur equipedevoltige.org
  10. CIVA Championship Results

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :