Beurières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beurières
Image illustrative de l'article Beurières
Blason de Beurières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Bernard Faure
2014-2020
Code postal 63220
Code commune 63039
Démographie
Population
municipale
309 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 25″ nord, 3° 46′ 31″ est
Altitude Min. 557 m
Max. 1 033 m
Superficie 16,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Beurières

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Beurières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beurières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beurières

Beurières, dont le nom s'écrit aussi Beurrières[1], est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le Béal, le Beilhoux, le Bourg, Châtoux, Chavagnat, Choupeyres, Cluzel, Couraille, Firminge, la Follerie, le Garait, Garamot, Mandeit, Montravel, Olliergues, d'Ouris, la Pascaille, les Penderies, les Pradoux, Rouffiat, Sails.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont Arlanc au sud-ouest, Chaumont-le-Bourg au nord, Medeyrolles au sud-est et Saint-Just au nord-est[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Bernard Faure[3]   Directeur-enseignant établissement scolaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 309 habitants, en augmentation de 1,64 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 184 1 269 1 334 1 201 1 400 1 418 1 402 1 480 1 448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 446 1 407 1 356 1 355 1 360 1 251 1 259 1 251 1 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 064 990 942 777 716 721 664 586 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
431 342 328 287 336 344 310 305 309
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Fonts baptismaux en pierre, XIIe siècle. Classement au titre des monuments historiques le 5 décembre 1908.
  • Croix « d'épidémie » en pierre, dans le Bourg (XVIe siècle, Christ sur une face, Vierge sur l'autre).
    Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 11 juillet 1942[8].
  • Église paroissiale Sainte-Marguerite ou Notre-Dame, XIIe siècle et XVe siècle, agrandie en 1877, clocher détruit vers 1793, reconstruit à une date inconnue après 1898.
    Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 21 janvier 1926[9].
  • Chapelle Saint-Mary, au lieu-dit Choupeyre. Date de construction inconnue (lisière XIXe-XXe siècles). Répertoriée par les Monuments historiques mais non protégée.
  • Chapelle au lieu-dit Montravel. Date de construction inconnue (XIXe siècle). Répertoriée par les Monuments historiques mais non protégée.
  • Diverses autres croix monumentales répertoriées par les Monuments historiques mais non protégées.
  • Mobilier de l'église paroissiale, Classement au titre des monuments historiques le 21 septembre 1972 :
    • coupe en argent doré, XVIIe siècle ;
    • Vierge de pitié, groupe sculpté en bois polychrome.
  • Divers autres objets mobiliers (église paroissiale ou chapelles isolées) répertoriés par les Monuments historiques, mais non protégés.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Féculerie Dupin, inscrite aux monuments historiques[10].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Beurières est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil : à partir de 1569 (mairie et archives départementales), lacunes aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Dépouillements généalogiques :
    • baptêmes 1640-1739, mariages 1639-1739, sépultures 1668-1739
    • baptêmes, mariages et sépultures 1740-1791
  • délibérations municipales depuis :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]