Élections européennes de 2019

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections européennes de 2019
751 sièges du Parlement européen
(Majorité absolue : 376 sièges)
du au
Type d’élection européennes
Corps électoral et résultats
Population 508 605 473[2]
Inscrits ≈ 404 007 765[1]
Participation
50,94 %[3]  +8,3
Durée de campagne -
Débat(s) à 21 heures
(F24-RFI)[4] ;
à 19 heures
(Pol.) ;
à 18 h 30
(FT) ;
à 20 h 15
(DE) ;
à 20 h 15
(ZDF-ÖRF) ;
à 21 heures
(UER)[5],[6].
2018-04-20 Manfred Weber 719.JPG Manfred Weber – PPE
23,83 %
Sièges obtenus 179  −40
Frans Timmermans 2013.jpg Frans Timmermans – PSE
20,37 %
Sièges obtenus 153  −34
Margrethe Vestager (2011).jpg Margrethe Vestager, Guy Verhofstadt, Emma Bonino, Nicola Beer, Luis Garicano, Violeta Bulc et Katalin Cseh (hu) – ALDE
14,11 %
Sièges obtenus 106  +38
Ska b90gruene h (Recortada).JPG Ska Keller et Bas Eickhout – PVE
9,99 %
Sièges obtenus 75  +23
Matteo Salvini Viminale (cropped).jpg Matteo Salvini – MENL
9,72 %
Sièges obtenus 73  +37
JanZahradil.jpg Jan Zahradil – AECR
8,12 %
Sièges obtenus 61  −10
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Aucun désigné – ADDE
7,19 %
Sièges obtenus 43  −1
Violeta Tomič.jpg Violeta Tomić et Nico Cué – PGE
5,06 %
Sièges obtenus 41  −9
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Autres
3,06 %
Sièges obtenus 23  +3
Groupe européen de la 8e législature arrivé en tête par État membre
Carte
Composition du Parlement européen
Diagramme
Président de la Commission européenne
Sortant
Jean-Claude Juncker
PPE
Législature élue
9e
resultats-elections.eu

Les élections européennes de 2019 ont lieu entre le 23 et le dans les vingt-huit États membres afin d'élire les députés européens représentant les vingt-sept États membres de l'Union européenne, si le départ du Royaume-Uni est acté, au sein du Parlement européen pour un mandat de cinq ans. Il s'agit des neuvièmes élections européennes depuis le premier vote au suffrage universel direct en 1979. Le scrutin est obligatoirement proportionnel dans chacun des États, et cette proportionnalité est relative à chaque circonscription.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les élections européennes de 2019 prennent place dans un contexte inédit pour l'Union européenne. La précédente mandature, entre 2014 et 2019 fut en effet l'objet de nombreux événements susceptibles d'influer sur la situation politique européenne, comme le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne en 2016, l'arrivée ou la reconduction au pouvoir dans plusieurs pays de gouvernements eurosceptiques et populistes (en Hongrie en 2014, en Pologne en 2015, en Autriche en 2017 et en Italie en 2018) et l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat en 2015.

Les élections européennes de 2019 ont aussi lieu après près de quinze ans de présidence de la Commission européenne par le Parti populaire européen et cinq années de pouvoir de la commission Juncker ayant obtenue la confiance des Parti populaire européen, Parti socialiste européen et Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe.

Certains analystes prévoient que les élections de 2019 pourraient mettre fin à la grande coalition entre le groupe populaire et le groupe des socialistes et démocrates qui disposent à eux-deux de cinquante-quatre pour cent des sièges et nécessiter des alliances plus complexes peut-être à quatre partis pour acter une loi[7].

Selon certaines tendances, les deux groupes majoritaires pourraient perdre des sièges au profit de partis populistes[7].

Les élections visent à renouveler les députés européens de la 8e législature.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Les élections européennes permettent d'élire, directement, les députés qui composent le Parlement européen et, indirectement, le président de la Commission européenne. Le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne prévoit que les citoyens des États de l'Union européenne peuvent voter et être élus dans l'État dans lequel ils résident, même s'ils n'en sont pas citoyens[8].

Chacun des 27 États membres de l'Union européenne fixe ses propres règles d'organisation du scrutin, pourvu que l'élection ait lieu au suffrage universel direct et au scrutin proportionnel plurinominal[9], répartis selon la méthode d’Hondt :

La plupart des États forment une circonscription nationale mais certains ont découpé leur territoire en circonscriptions régionales. Les États peuvent prévoir la fixation d'un seuil minimal pour l'attribution des sièges, mais ce seuil ne peut être supérieur à 5 %. Un pays peut également changer de règles depuis les précédentes élections (2014), c’est par exemple ce que la France a fait : chaque parti ne présentant plus une liste dans chacune des 8 circonscriptions mais une seule liste nationale[10].

La particularité de 2019, compte tenu du Brexit, tient au fait que certains pays verront leur nombre de députés augmenter au moment du Brexit, en prenant les suivants sur la liste, selon France24[11].

Spécificités nationales[modifier | modifier le code]

En Italie, la participation aux élections requiert la collecte de 150 000 signatures et leur vérification par un notaire ou équivalent[12], sur ce nombre, 3 000 doivent venir de la vallée d'Aoste qui compte 128 000 habitants.

En France, chaque parti doit imprimer son propre bulletin de vote, alors que d'autres pays utilisent un bulletin de vote unique pour différents partis. L'impression de ces bulletins peut couter un million d'euros remboursables.

En Allemagne, les formalités sont la reconnaissance préalable en tant que parti politique et l'obtention de 4 000 signatures.

Les seuils déclenchant l'attribution du nombre de sièges peuvent également varier d'un pays à un autre : pas de seuil en Allemagne, 4 % en Italie, 5 % en France[12]. Ainsi, en France, un parti ne peut pas obtenir 1, 2 ou 3 élus. Soit la liste atteint le seuil électoral et obtient un minimum de quatre sièges, soit elle ne l'atteint pas et n'en obtient aucun.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Les élections se tiennent du 23 au . Ces dates, arrêtées en conférence des présidents du Parlement européen, ont été transmises au Conseil de l'Union européenne pour approbation[13].

Date du scrutin par État
Date de scrutin États concernés

Drapeau des Pays-Bas Élections européennes de 2019 aux Pays-Bas

Drapeau du Royaume-Uni Élections européennes de 2019 au Royaume-Uni

Drapeau de l'Irlande Élections européennes de 2019 en Irlande

et

Drapeau de la République tchèque Élections européennes de 2019 en République tchèque

Drapeau de la France Élections européennes de 2019 en France (outre-mer et Français de l'étranger sur le continent américain)[14]

Drapeau de la Lettonie Élections européennes de 2019 en Lettonie

Drapeau de Malte Élections européennes de 2019 à Malte

Drapeau de la Slovaquie Élections européennes de 2019 en Slovaquie

Drapeau de l'Allemagne Élections européennes de 2019 en Allemagne

Drapeau de l'Autriche Élections européennes de 2019 en Autriche

Drapeau de la Belgique Élections européennes de 2019 en Belgique

Drapeau de la Bulgarie Élections européennes de 2019 en Bulgarie

Drapeau de Chypre Élections européennes de 2019 à Chypre

Drapeau de la Croatie Élections européennes de 2019 en Croatie

Drapeau du Danemark Élections européennes de 2019 au Danemark

Drapeau de l'Espagne Élections européennes de 2019 en Espagne

Drapeau de l'Estonie Élections européennes de 2019 en Estonie

Drapeau de la Finlande Élections européennes de 2019 en Finlande

Drapeau de la France Élections européennes de 2019 en France (métropole et Français de l'étranger hors continent américain)[14]

Drapeau de la Grèce Élections européennes de 2019 en Grèce

Drapeau de la Hongrie Élections européennes de 2019 en Hongrie

Drapeau de l'Italie Élections européennes de 2019 en Italie

Drapeau de la Lituanie Élections européennes de 2019 en Lituanie

Drapeau du Luxembourg Élections européennes de 2019 au Luxembourg

Drapeau de la Pologne Élections européennes de 2019 en Pologne

Drapeau du Portugal Élections européennes de 2019 au Portugal

Drapeau de la Roumanie Élections européennes de 2019 en Roumanie

Drapeau de la Slovénie Élections européennes de 2019 en Slovénie

Drapeau de la Suède Élections européennes de 2019 en Suède

Répartition des sièges[modifier | modifier le code]

Répartition des sièges
Députations 2007 2009 2011[15] 2013 2014 Propositions pour 2019[16],[17],[18] 2019
proposition
d'A. Duff
députations
non-britanniques
inchangées
compromis
de Cambridge
décision

prise[19]

aucun
nouveau
siège
circonscr.
pan-
européenne
coefficient
de Gini

minimal
coefficient
de mauvaise
répartition
 (en)
minimal[20]
2019
Drapeau de l'Europe Pan-européenne - - - - - - - 73 - - - - -
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 99 99 99 99 96 96 96 96 96 96 96 = 96
Drapeau de la France France 78 72 74 74 74 83 74 74 79 96 79 + 5 74
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 78 72 73 73 73 79 - - - - - - 73 73
Drapeau de l'Italie Italie 78 72 73 73 73 78 73 73 73 89 76 + 3 73
Drapeau de l'Espagne Espagne 54 50 54 54 54 61 54 54 57 70 59 + 5 54
Drapeau de la Pologne Pologne 54 50 51 51 51 51 51 51 47 58 52 + 1 51
Drapeau de la Roumanie Roumanie 35 33 33 33 32 31 32 32 27 33 33 + 1 32
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 27 25 26 26 26 25 26 26 24 29 29 + 3 26
Drapeau de la Belgique Belgique 24 22 22 22 21 19 21 21 18 21 21 = 21
Drapeau de la Grèce Grèce 24 22 22 22 21 19 21 21 17 20 21 = 21
Drapeau de la République tchèque Tchéquie 24 22 22 22 21 18 21 21 17 20 21 = 21
Drapeau du Portugal Portugal 24 22 22 22 21 18 21 21 17 20 21 = 21
Drapeau de la Suède Suède 19 18 20 20 20 18 20 20 16 19 21 + 1 20
Drapeau de la Hongrie Hongrie 24 22 22 22 21 17 21 21 16 19 21 = 21
Drapeau de l'Autriche Autriche 18 17 19 19 18 16 18 18 15 18 19 + 1 18
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 18 17 18 18 17 14 17 17 13 15 17 = 17
Drapeau du Danemark Danemark 14 13 13 13 13 12 13 13 12 13 14 + 1 13
Drapeau de la Finlande Finlande 14 13 13 13 13 12 13 13 12 13 14 + 1 13
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 14 13 13 13 13 12 13 13 12 13 14 + 1 13
Drapeau de l'Irlande Irlande 13 12 12 12 11 11 11 11 11 12 13 + 2[21] 11
Drapeau de la Croatie Croatie - - - 12 11 11 11 11 10 11 12 + 1 11
Drapeau de la Lituanie Lituanie 13 12 12 12 11 9 11 11 9 9 11 = 11
Drapeau de la Slovénie Slovénie 7 7 8 8 8 8 8 8 8 8 8 = 8
Drapeau de la Lettonie Lettonie 9 8 9 9 8 8 8 8 8 8 8 = 8
Drapeau de l'Estonie Estonie 6 6 6 6 6 7 6 6 7 7 7 + 1 6
Drapeau de Chypre Chypre 6 6 6 6 6 6 6 6 6 7 6 = 6
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 = 6
Drapeau de Malte Malte 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 = 6
Total 785 736 754 766 751 751 678 751 639 736 705 - 46[22] 751

Les décisions relatives à la répartition des sièges au Parlement sont régies par l'article 9A du traité de Lisbonne. Cet article stipule que « le Parlement européen est composé de représentants des citoyens de l’Union. Leur nombre ne dépasse pas sept cent cinquante, plus le président. La représentation des citoyens est assurée de façon dégressivement proportionnelle, avec un seuil minimum de six membres par Etat membre. Aucun État membre ne se voit attribuer plus de quatre-vingt seize sièges »[23].

En raison du processus du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, les soixante-treize sièges attribués au Royaume-Uni devraient être retirés quelques mois avant les élections de 2019. En avril 2017, un groupe de législateurs européens a discuté de ce qui devrait être fait au sujet des sièges vacants. Un plan, soutenu par Gianni Pittella et Emmanuel Macron, propose de remplacer les soixante-treize sièges par une liste transnationale. Les autres options envisagées comprennent la suppression des sièges britanniques sans remplacement ou encore la réaffectation d'une partie ou de la totalité des sièges pour d'autres pays afin de réduire l'inégalité de représentation[17].

Une nouvelle hypothèse, approuvée par la commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen, propose de réduire le nombre de sièges à sept cent trente-deux (contre sept cent cinquante et un à l'issue de la XVIIIe législature) en octroyant, après avoir retiré les soixante-treize sièges du Royaume-Uni, vingt-sept sièges à quatorze États membres : cinq pour la France, cinq pour l'Espagne, trois pour les Pays-Bas, trois pour l’Italie, deux pour l’Irlande, un pour l’Estonie, un pour la Croatie, un pour la Finlande, un pour le Danemark, un pour la Suède, un pour l’Autriche, un pour la Pologne, un pour la Roumanie et un pour la Slovaquie[24].

Seraient également réservés vingt-sept sièges à des députés transnationaux. Toutefois, l'idée de créer une circonscription paneuropéenne ne bénéficie pas d'une majorité confortable. Au Parlement européen, le projet est soutenu par les groupes parlementaires de gauche (S&D, GUE/NGL et Verts/ALE) et du centre (ADLE) tandis que s'y opposent la droite et les eurosceptiques (PPE en grande partie, CRE, ELDD et ENL) qui y voient une atteinte à la souveraineté des États et un projet qui couperait les élus issus de ces listes des citoyens. La défiance du Parlement européen est confirmée par un vote consultatif, organisé en février 2018, au cours duquel les parlementaires européens rejettent à 368 voix contre 274 le principe de réserver une trentaine de sièges dans le prochain hémicycle strasbourgeois à des candidats issus de toute l’Union, choisis indépendamment de leur nationalité par les différents partis politiques européens[25]. Aussi, tous les États membres ne semblent pas soutenir le projet : si la France, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, la Bulgarie, ainsi que la Belgique et l’Irlande semblent d'accord, l'Allemagne ne s'est pas exprimée, alors que la Hongrie et la Pologne semblent opposées. À noter qu'une décision à l'unanimité serait nécessaire pour l'adoption de cette proposition[24].

Enfin, le projet ne semble pas disposer, pour le moment, de base juridique assez solide[26]. À ce sujet, le député européen Jérôme Lavrilleux, favorable au projet, a dit, lors de la commission suscitée : « quand un candidat d’une liste transnationale fera campagne dans un pays, qui prendra en charge ses dépenses ? Quelle autorité pourra les contrôler ? [...] Le rapport du Parlement européen n’évoque pas ces questions, et il faudra bien adapter les législations nationales. Le délai semble un peu court »[24].

Participation du Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Dans l'hypothèse où le Royaume-Uni n'aurait pas finalisé son Brexit au , il pourrait conserver des sièges avec des élections[27].

Le Royaume-Uni, a prévu un budget de 829 000 livres britanniques pour organiser sa participation aux élections européennes de 2019[28]. Nigel Farage a prévu dans cette hypothèse de se représenter[29]. Le Parti travailliste souhaite profiter de cette élection pour protéger les travailleurs dans le contexte du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, mais ne souhaite pas que cette élection soit une sorte de « second referendum » sur ce sujet[30].

Les sondages donnent une avance importante du parti nouvellement créé (le Parti du Brexit, souhaitant une sortie sans accord du pays de l'UE) et du Labour aux dépens des tories et de l'UKIP[27].

Évolution française[modifier | modifier le code]

En 2019 également, la France est revenue à un système à une circonscription nationale unique au lieu des circonscriptions régionales[31].

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parti politique européen.
Article détaillé : Spitzenkandidat.

Différents partis et groupes politiques européens, le plus souvent des fédérations ou alliances de partis nationaux ou régionaux, sont représentés lors de ces élections.

L'article 17 du traité sur l'Union européenne dispose qu’«en tenant compte des élections au Parlement européen, et après avoir procédé aux consultations appropriées, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose au Parlement européen un candidat à la fonction de président de la Commission européenne »[32]. Depuis 2014, en accord avec les traités et malgré quelques réticences au Conseil européen, le président de la Commission européenne est élu au suffrage universel indirect. Le Parlement européen en a codifié la procédure et les partis politiques européens désigneront sans doute leurs candidats à la présidence de la Commission comme ils le firent à la précédente échéance électorale[33]. Le , la commission des Affaires constitutionnelles[34], puis le Parlement lui-même, le adopta une résolution proclamant que l'élection au suffrage universel indirect ne saurait être contournée et que le Parlement « sera prêt à rejeter tout candidat à la présidence de la Commission qui n’a pas été désigné comme tête de liste en amont des élections européennes »[35].

Dans ce cadre, plusieurs partis ont mis en place des procédures afin de désigner leur candidat à la présidence de la Commission européenne, afin que ceux-ci mènent campagne à l'occasion des élections européennes.

Parti populaire européen[modifier | modifier le code]

Le Parti populaire européen rassemble des partis de droite et de centre droit, parmi lesquels Les Républicains en France, la CDU/CSU en Allemagne, les partis chrétiens-démocrates belges CDH et CD&V ou encore le Fidesz en Hongrie. Le groupe du PPE est le plus important groupe politique au Parlement européen, sans pour autant y disposer d'une majorité absolue. Les présidents de la Commission européenne, du Conseil européen et du Parlement européen en sont issus.

Le président (PPE) sortant de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a confirmé dès février 2017 qu'il ne serait pas candidat à sa propre succession[36]. À l'issue de son congrès des 7 et , à Helsinki, le Parti populaire européen élit par 492 voix (79 % des suffrages exprimés) le président bavarois du groupe parlementaire du Parti populaire européen Manfred Weber[37] face à l'ancien Premier ministre finlandais, ancien ministre des Finances, des Affaires européennes, des Affaires étrangères, du commerce extérieur et actuel vice-président de la Banque européenne d'investissement Alexander Stubb[38],[39], qui ne recueille que cent vingt-sept voix[40].

Parti socialiste européen[modifier | modifier le code]

Le Parti socialiste européen rassemble des partis de centre-gauche, parmi lesquels le SPD en Allemagne, le PSOE en Espagne, le PS et le Sp.a en Belgique ainsi que le Parti Socialiste en France. Ses valeurs sont celles de la social-démocratie. Le groupe social-démocrate est le deuxième groupe le plus important au Parlement européen, ce qui l'amène à jouer un rôle important dans la constitution de majorité avec le PPE et l'ALDE.

Le Parti socialiste européen désigne Frans Timmermans comme candidat à la présidence de la Commission européenne lors de son congrès des et à Lisbonne. Après que le Slovaque Maroš Šefčovič, commissaire à l’union de l’énergie et vice-président de la Commission, a déclaré forfait, le Néerlandais, premier vice-président de la Commission européenne, auparavant ministre néerlandais des Affaires étrangères était le seul candidat à l'investiture socialiste[41],[42],[43],[44].

Parti de l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe[modifier | modifier le code]

Le parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe rassemble des partis de centre-droit, comme le FDP en Allemagne, le VVD aux Pays-Bas, le MR et l'Open VLD en Belgique ainsi que le Parti démocrate européen (PDE/EDP). Par ailleurs, le parti du président français Emmanuel Macron La République en Marche a annoncé en novembre 2018 son intention de s'allier avec le groupe de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe[45], dans ce qui deviendra Renouveler l'Europe. Ses valeurs sont celles du libéralisme économique. La majorité de ses membres sont pro-européens.

Le parti de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, qui avait désigné en 2014 l'ancien premier-ministre belge Guy Verhofstadt comme tête de liste européenne et candidat à la présidence de la Commission européenne, a annoncé son intention de présenter un groupe de candidats aux fonctions exécutives européennes[46], qu'elle désigne à Berlin, en mars 2019.

Alliance des conservateurs et réformistes[modifier | modifier le code]

L'Alliance des conservateurs et réformistes rassemble des partis de droite eurosceptiques, parmi lesquels Droit et Justice en Pologne ou les Vrais Finlandais en Finlande. Son groupe est le troisième plus important groupe politique au Parlement européen mais pourrait souffrir du Brexit, son principal membre jusqu'en 2019 étant le Parti Conservateur britannique.

L'Alliance des conservateurs et réformistes européens investit le député européen tchèque Jan Zahradil comme tête de liste et candidat à la présidence de la Commission européenne, seul candidat à l'investiture après le retrait de la compétition de l'Allemand Hans-Olaf Henkel.

Parti vert européen[modifier | modifier le code]

Le Parti vert européen rassemble les partis verts et écologistes européens, parmi lesquels Europe Écologie Les Verts en France, Ecolo et Groen en Belgique. Ses valeurs sont celles de l'écologie politique. Il défend la transition écologique de l'économie, une lutte accrue contre le changement climatique, l'intégration européenne, une politique sociale plus forte, l'égalité femmes-hommes ou encore le droits des minorités. Le groupe qu'il forme au Parlement européen avec les régionalistes de l'ALE et le Parti Pirate est le cinquième groupe au Parlement européen.

Comme en 2014, le Parti vert européen a décidé de nommer un binôme de deux candidats ou candidates[47]. Contrairement à 2014 où les deux candidats avaient été élus au terme d'une primaire ouverte en ligne, le Parti vert européen a choisi de désigner ses têtes de listes européennes lors de son conseil qui se tient du 23 au à Berlin. L'Allemande Ska Keller et le Néerlandais Bas Eickhout, tous deux députés européens sortants, sont désignés têtes de liste du Parti vert européen face la Flamande Petra De Sutter[48],[49],[50].

Les succès des verts dans certains Länder allemands (Bavière, Hesse...), aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique en 2018 et début 2019 à des niveaux locaux, régionaux et nationaux devraient permettre au Parti vert européen de se renforcer dans ces pays. Selon Patrick Franjou leur succès s'explique par la mise en avant de questions environnementales dans le débat public mais surtout par leur capacité à avoir un discours en opposition aux populistes de droite et d'extrême droite, pro-européen, positif et plutôt libéral. Ils réussissent ainsi à capter les voix d'un électorat modéré, plutôt urbain et jeune. Cependant il souligne que la quasi-absence des écologistes en Europe du Sud et en Europe de l'Est (en dehors de la Hongrie) limite considérablement la marge de progression des écologistes[51].

Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés et sa coalition[modifier | modifier le code]

Le Mouvement pour une Europe des nations et des libertés pourrait voir grandir son groupe parlementaire de l'Europe des nations et des libertés avec les montées des scores des nationalistes dans plusieurs pays d'Europe. Le mouvement a investi Matteo Salvini comme tête de liste candidate à la présidence de le la Commission[52],[53]. Le parti européen cherche de nouveaux alliés d'autres partis en lançant l'Alliance européenne des peuples et des nations.

Europe de la liberté et de la démocratie directe[modifier | modifier le code]

Du fait du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne et de la perte conséquente des vingt députés européens du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, l'Europe de la liberté et de la démocratie directe, groupe parlementaire souverainiste de quarante-quatre députés européens, pourrait échouer à maintenir les conditions à un groupe parlementaire autonome. À cela s'ajoute la réélection non-assurée des trois anciens du Front national français ayant suivi Florian Philippot (Les Patriotes) au sein du groupe parlementaire.

Campagne[modifier | modifier le code]

European Commission.svg

En 2018, le Parlement européen et l'EBU s'entendent pour organiser la campagne des européennes et les débats télévisés paneuropéens avec les candidats en tête pour la présidence de la commission[54],[55].

Mi avril 2019, un mercredi, France 24 a diffusé un duel entre Manfred Weber (PPE), et Frans Timmermans (PSE), deux candidats à la succession de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne[56].

  • Un premier débat est organisé à Maastrich, au Pays-Bas, le 29 avril 2019[57].

Ont participé au premier débat divers candidats dont: Frans Timmermans pour le S&D, Jan Zahradil pour le CRE, Violeta Tomic pour la gauche européenne, Bas Eickhout les Verts et Guy Verhofstadt pour l’ALDE.

  • Un deuxième débat est organisé à Florence, en Italie, le 2 mai 2019[57].

Débat du 15 mai 2019[modifier | modifier le code]

Organisation du débat[modifier | modifier le code]

Candidats présents lors du débat (de gauche à droite) : Zahradil, Cué, Keller, Vestager, Timmermans, Weber.

Un débat entre les six candidats à la présidence de la Commission européenne est organisé au parlement européen de Bruxelles le mercredi 15 mai à 21h avec une diffusion en direct par Eurovision, et une traduction dans les vingt quatre langues (en comptant la langue des signes) Les six candidats sont : Nico Cué (PGE), Ska Keller (leader du PVE), Jan Zahradil (ACR), Margrethe Vestager (ALDE), Manfred Weber (PPE) et Frans Timmermans (PSE).

Ce débat est animé/modéré par Émilie Tran Nguyen (France Télévisions) et Markus Preiß (ARD), avec la participation d'Annastiina Heikkilä (fi) (Yle).

Durant les 90 minutes de débat, les thèmes suivants devaient être abordés: migration, chômage, sécurité et changement climatique, ainsi que le rôle de l'Europe dans le monde[58]. Le débat s'est principalement concentré sur le salaire minimum commun, l'impôt européen les entreprises, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le contrôle des frontières associé à la solidarité, et l'utilisation des échanges commerciaux pour améliorer les conditions de travail en Europe[59]

Position des participants aux débats[modifier | modifier le code]

Cette section n’est pas rédigée dans un style encyclopédique. Améliorez sa rédaction !

Selon Ouest-France, le débat a été à la fois engagé et respectueux[60], et en même temps, selon Euractive, le débat a été houleux[59], alors que selon Ouest-France, il a été plutôt vif[61].

Selon France Tv Info, Manfred Weber s'est trouvé sur la défensive lorsque les autres candidats libéraux, écologistes et socialistes l'ont tenu pour responsable des politiques d'austérité dans l'UE[62].

Manfred Weber veut incarner un président d'une Commission pour un «nouveau départ». Toutefois différents observateurs ont considéré qu'il avait du mal à convaincre[63],[61].

Frans Timmermans a proposé l'installation de taxes sur le kérosène et le CO2 dans toute l'Europe, ainsi que l'idée d'une coalition progressiste qui aille de Tsípras à Macron, sur la question du climat[59]. Il souhaite aussi la mise en place d'un salaire minimum européen. Il s'est déclaré en faveur de la fin de l'austérité, et a remercié la travail de Paul Magnette contre l’accord de libre-échange avec le Canada, le CETA[63].

Margrethe Vestager s'est déclarée en faveur de l’égalité des genres. Elle a aussi déclaré au sujet de certains pays européens : « pour moi, un paradis fiscal est un pays où tout le monde paie ses impôts »[59],[63].

Ska Keller s'est montrée revendicative sur les questions climatiques et des droits de l’homme[61]. Elle s'est dite en faveur d'une clause climatique dans les traités de libre échange, et opposée aux sigles comme le RGPD[64].

L'ECR a défendu des positions eurosceptiques a priori opposées à celles du PPE ; Jan Zahradil s'est déclaré en faveur d'une Europe décentralisée, flexible et revue à la baisse[59].

Nico Cué, candidat syndicaliste sans expérience européenne s'est déclaré en faveur d'une Europe plus solidaire[59], et a été très revendicatif sur les questions de traités de libre-échange et la désindustrialisation[61].

Thématiques du débat[modifier | modifier le code]

Le salaire minimum européen a été soutenu par les Verts, la gauche, les socialistes et les libéraux, alors que Manfred Weber ne croit pas à un salaire minimum[59].

Margrethe Vestager, Ska Keller et Frans Timmermans souhaitent une convergence fiscale européenne pour les entreprises et une meilleure taxation des multinationales du numérique[59]. Jan Zahradil s'est opposé à cette convergence avec l'argument: « J’estime que les États ont le droit de taxer les entreprises. Or, l’Union européenne n’est pas un État. »[59]. Manfred Weber s'est déclaré en faveur d'un vote des États à la majorité qualifiée plutôt qu'à l’unanimité sur certains textes de fiscalité[65].

Sur la question de la solidarité et de la nation, Zahradil et Timmermans ont participé à une joute verbale; Pour Zahradil « Certains pays ont un chômage à 3 % comme le mien, d’autres à 10 %. C’est la preuve que ce sont les parlements nationaux qui doivent avoir la main » alors que pour Timmermans « Sans le principe de solidarité, sans les fonds européens dont votre pays a bénéficié il y a quinze ans, vous n’en seriez pas là »[61].

Les partis qui n'étaient pas représentés dans ce débat sont les partis populistes qui s'opposent à l'intégration européenne. Pour Frans Timmermans, le Brexit a fait du Royaume Uni un Game of Thrones sous stéroïdes[59].

Le débat, diffusé en langue anglaise sur des médias confidentiels, a été peu suivi[63]. Le débat a pourtant porté sur des thèmes liés aux élections, contrairement à certains débats nationaux[61].

Sondages[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Parti en tête dans chaque circonscription

Les résultats des élections ne peuvent être dévoilés par les gouvernements et les médias nationaux que le dimanche 26 mai au soir, pour tout le territoire de l'Union, y compris pour ceux des pays organisant les élections du jeudi au samedi[66].

Résultats préliminaires[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous présentent le total des sièges des partis affiliés aux groupes de la législature sortante.

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes de 2019 par groupes sortants (Résultats préliminaires)[67]
Groupe européen Sièges +/- %
Parti populaire européen PPE 179 Decrease2.svg 40 23.83
Alliance progressiste des socialistes et démocrates S&D 153 Decrease2.svg 34 20.37
Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe ADLE 106 Increase2.svg 38 14.11
Verts/Alliance libre européenne Verts/ALE 74 Increase2.svg 22 9.85
Conservateurs et réformistes européens CRE 64 Decrease2.svg 7 8.52
Europe des nations et des libertés ENL 58 Increase2.svg 22 7.72
Europe de la liberté et de la démocratie directe EFDD 54 Increase2.svg 12 7.19
Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique GUE/NGL 38 Decrease2.svg 12 5.06
Nouveaux partis, non membres d'un ancien groupe 16 - 2.13
Non inscrits 9 Decrease2.svg 11 1.20
Total 751 Steady.svg

Genre[modifier | modifier le code]

Réactions des groupes politiques sortants[modifier | modifier le code]

Le leader du groupe PPE, Joseph Daul, a estimé — lors d'une soirée électorale à Bruxelles — que son groupe en arrivant premier avait gagné l'élection européenne et que son candidat, Manfred Weber, devait devenir président de la Commission[68].

Le leader européen des verts, Bas Eickhout a estimé que les résultats donnaient aux verts un poids qu'il n'avaient jamais eu auparavant au parlement européen[69].

Le leader du groupe des libéraux, Guy Verhofstadt (ADLE) s'est opposé aux autres groupes et a estimé que «Un Spitzenkandidat pour lequel vous ne pouvez pas voter dans toute l'Europe, ce n'est tout simplement pas sérieux» (...) «Pour nous, il est important que le prochain président de la Commission représente une large majorité pro-européenne avec un programme clair pour refonder l'Europe»[70].

Réactions des chefs d’État et de gouvernement[modifier | modifier le code]

Les chefs d'État et/ou de gouvernement se sont réunis le mardi 28 mai pour discuter des postes de commissaire à la commission européenne[71].

Profitant du succès de son groupe aux élections européennes Emmanuel Macron devrait soutenir la candidature de candidats pouvant rassembler les différents partis vainqueurs des élections. Il a notamment cité les noms de Margrethe Vestager (ADLE), Michel Barnier (PPE), et Frans Timmermans (PSE)[72]. Emmanuel Macron est en accord avec huit chefs d'État ou de gouvernement de libéraux et a besoin du soutien de des cinq chefs socialistes[73].

Angela Merkel dans la logique des "spitzenkandidat" considère que Manfred Weber (PPE) serait légitime au poste de président de la Commission européenne[74].

Les chefs d’État et/ou de gouvernement devraient s'accorder lors d'un sommet les 20 et 21 juin 2019 pour désigner un candidat qui devra obtenir la majorité absolue du parlement pour être commissaire[74].

Avant les élections, certains des leaders de l'UE à Sibiu ont proposé Kristalina Gueorguieva pour le poste[75].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Nouveaux groupes politiques[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement national et la Ligue italienne devraient piloter un groupe élargi avec 77 députés, Identité et démocratie, qui remplacerait le groupe Europe des nations et des libertés, au potentiel de 72 députés[76].

Steve Bannon a considéré que ce groupe pourrait être le deuxième plus grand du Parlement européen en regroupant trois groupes préexistants : l'ENL d'extrême droite, groupe du rassemblement national et de la Ligue italienne ; le CRE des nationaux conservateurs, groupe du PiS polonais, et l'ELDD, groupe du Parti du Brexit de Nigel Farage[77].

Le nom de ce nouveau groupe pourrait être «Alliance européenne des peuples et des nations» (AEPN). Le PiS polonais ne souhaite pas faire partie de ce groupe, en raison de divergences sur les relations avec la Russie[78].

Côté ADLE, la tête de liste française, Nathalie Loiseau prône le renommage du groupe ou le L de libéral pourrait être remplacé par le C de citoyen[79].

Le 12 juin, Guy Verhofstadt annonce que le groupe ADLE est renommé en Renouveler l'Europe[80]. Le même jour, les députés du groupe ENL et ses nouveaux alliés se réunissent et renomment le groupe en Identité et démocratie[81].

Groupes constitués au début de la législature
Groupe européen Députés +/- Ancien(s) groupes
Parti populaire européen PPE
183 / 751
Decrease2.svg 40 Parti populaire européen
Alliance progressiste des socialistes et démocrates S&D
146 / 751
Decrease2.svg 34 Alliance progressiste des socialistes et démocrates
Renouveler l'Europe RE
106 / 751
Increase2.svg 38 Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe
Verts/Alliance libre européenne Verts/ALE
78 / 751
Increase2.svg 23 Verts/Alliance libre européenne
Identité et démocratie ID
73 / 751
Increase2.svg 37
Conservateurs et réformistes européens CRE
63 / 751
Decrease2.svg 10 Conservateurs et réformistes européens
Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique GUE/NGL
41 / 751
Decrease2.svg 9 Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique
Non-inscrits NI
7 / 751
Decrease2.svg 3 Non-inscrits

Choix du nouveau président de la Commission européenne[modifier | modifier le code]

Candidat Date Vote Résultat
PPE S&D RE Verts/ALE ID CRE GUE/NGL NI
Pour
 / 751
Contre
 / 751
Abstention
 / 751

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://europeelects.eu/ep2019/
  2. Estimation provisoire de l'ensemble des habitants des vingt-sept États membres de l'Union européenne au (ou, dans certains cas, au ). Cette population est soit calculée à partir des données obtenues du dernier recensement, ajustées par les données sur les composantes de l'accroissement de population depuis ce dernier recensement, soit à partir des registres de population. Eurostat, « Population au 1er janvier », sur Commission européenne (consulté le 7 janvier 2019).
  3. https://resultats-elections.eu/
  4. https://www.france24.com/fr/20190416-debat-spitzenkandidaten-france-24-manfred-weber-frans-timmermans
  5. https://www.touteleurope.eu/actualite/le-calendrier-des-elections-europeennes.html
  6. http://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/elections-press-kit/0/dates-cle
  7. a et b (en-GB) Jennifer Rankin, « How rising populism could shake up European elections », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).
  8. Article 22 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne
  9. « Le Parlement européen : modalités d'élection », Parlement européen (consulté le 3 mars 2014).
  10. "Européennes 2019 : dates des élections et règles de vote "
  11. http://www.france24.com/fr/20190419-elections-europeennes-parlement-brexit-royaume-uni-sieges
  12. a et b http://www.euractiv.com/section/eu-elections-2019/opinion/now-is-the-time-to-create-a-real-european-democracy/
  13. « Les élections européennes se tiendront du 23 au 26 mai 2019 », sur Le Vif, (consulté le 24 janvier 2018).
  14. a et b « Quelles sont les dates des prochaines élections ? », sur www.service-public.fr (consulté le 22 mai 2019)
  15. DÉCISION DU CONSEIL EUROPÉEN relative à l'examen, par une conférence des représentants des gouvernements des États membres, des modifications des traités proposées par le gouvernement espagnol en ce qui concerne la composition du Parlement européen, sans convocation d'une Convention ratifiée le 1er décembre 2011, selon le Parlement européen Parlement: le processus de ratification de dix-huit députés supplémentaires prend fin, 1er décembre 2011
  16. « Certains États membres auront moins d’eurodéputés en raison de l’évolution démographique : Certains pays membres de l’UE devraient voir leur nombre d’eurodéputés diminuer considérablement alors que d’autres comme la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne verraient le nombre de leurs députés européens augmenter, selon une nouvelle proposition consultée par EURACTIV », sur EURACTIV, euractiv.fr, (consulté le 28 juin 2018).
  17. a et b (en) Maïa de La Baume, « MEPs debate who inherits British seats : One (utopian) idea is the creation of a pan-European list » [« Les députés européens débattent de l'attribution des sièges britanniques : une idée (utopique) serait de créer une liste pan-européenne »], sur Politico, politico.eu, (consulté le 12 avril 2017).
  18. (en) guntram B. Wolff et Robert Kalcik, « Is Brexit an opportunity to reform the European Parliament? », Policy Contribution, no 2,‎ (lire en ligne [PDF])
  19. Conseil européen, « The European Council establishes the composition of the European Parliament » [« Le Conseil européen établit la composition du Parlement européen »], sur Conseil européen & Conseil de l'Union européenne, www.consilium.europa.eu, (consulté le 29 juin 2018).
  20. Pourcentage de sièges dont la redistribution serait nécessaire à assurer l'égalité de représentation.
  21. Les deux députés européens supplémentaires pourraient représenter les Irlandais d'Irlande du Nord. (en) « Support for giving extra Irish MEP seats to Northern Ireland : Calls to give the Republic of Ireland's extra seats in the European Parliament to Northern Ireland after Brexit have received support from a Fine Gael MEP. » [« Soutien à l'attribution des membres irlandais du Parlement européen supplémentaires à l'Irlande du Nord : les appels à attribuer les sièges supplémentaires au Parlement européen de la république d'Irlande à l'Irlande du Nord, après le "Brexit" a reçu le soutien d'un membre (Fine Gael) du Parlement européen. »], sur bbc.co.uk, (consulté le 29 juin 2018).
  22. Réservés à d'éventuels futurs États membres. Aurélia Abdelbost, « Comment seront élus les eurodéputés en 2019 ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2018).
  23. « Article 14 », sur Traité de Lisbonne (consulté le 24 janvier 2018).
  24. a b et c « Listes transnationales, ce n’est pas encore gagné pour Emmanuel Macron », sur Contexte, (consulté le 24 janvier 2018).
  25. « Le Parlement européen rejette le principe des listes transnationales pour les européennes », sur Le Monde, (consulté le 11 février 2018).
  26. (en) « MEPs vote to shrink European Parliament after Brexit », sur POLITICO, (consulté le 24 janvier 2018).
  27. a et b http://www.politico.eu/article/brexit-delay-how-britain-would-vote-in-the-european-election/.
  28. « Elections watchdog budgets £829,000 for EU election despite Brexit », sur Mail Online, .
  29. Smith, « Farage FURIOUS at ‘plot to keep UK in EU’ after secret £1m European election fund REVEALED », sur Express.co.uk, .
  30. « Labour should prepare for the 2019 European elections - LabourList », sur LabourList - Labour's biggest independent grassroots e-network, .
  31. « LOI n° 2018-509 du 25 juin 2018 relative à l'élection des représentants au Parlement européen », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 20 mai 2019).
  32. Union Européenne. « Traité sur l'Union européenne », art. 17 § 7 [lire en ligne] « En tenant compte des élections au Parlement européen, et après avoir procédé aux consultations appropriées, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose au Parlement européen un candidat à la fonction de président de la Commission. Ce candidat est élu par le Parlement européen à la majorité des membres qui le composent. Si ce candidat ne recueille pas la majorité, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose, dans un délai d'un mois, un nouveau candidat, qui est élu par le Parlement européen selon la même procédure. »
  33. Wieland: ‘Spitzenkandidat genie is well and truly out of the bottle’, Euractiv 11 May 2016
  34. Spitzenkandidat system here to stay, MEPs warn capitals, EU Observer 23 January 2018
  35. Union européenne. « Résolution du Parlement européen du 13 février 2019 sur l’état du débat sur l’avenir de l’Europe », art. 50 [lire en ligne]« [Le Parlement européen] souligne que, lors de l’investiture du président de la Commission, des consultations appropriées avec le Parlement sont d’une importance capitale, étant donné que, après les élections, il déterminera le candidat qui pourra être soutenu par une majorité de ses membres et transmettra les résultats de ses délibérations internes au Conseil européen; rappelle que le candidat doit avoir été désigné comme tête de liste par l’un des partis politiques européens et avoir fait campagne pour le poste de président de la Commission au cours de la période précédant les élections européennes »
  36. « Commission Européenne : Jean-Claude Juncker ne sera pas candidat à sa propre succession », France Inter, (consulté le 17 janvier 2018).
  37. (en) « Europe’s conservatives nominate Manfred Weber for EU top job », sur Politico, (consulté le 23 janvier 2019).
  38. Taylor, « Europe’s conservative (non) choice », sur POLITICO, .
  39. Aymone Lamborelle et Ioan Bucuras, « How the Spitzenkandidaten process will work ahead of 2019 elections », sur euractiv.com, .
  40. « Elections européennes : l’Allemand Manfred Weber investi chef de file des droites », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2018).
  41. Brzozowski, « Sefcovic abandonne la course à la présidence de la Commission », sur euractiv.fr, .
  42. (en) « Race is on for Commission president in 2019 », sur Politico, .
  43. The race to succeed Juncker begins, Euractiv 17 January 2018
  44. « Maroš Šefčovič withdraws from Socialist race for Commission top job », sur POLITICO, .
  45. « A Madrid, LRM scelle le principe d’une « coalition » avec les libéraux et démocrates européens », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018).
  46. (en-US) « Liberals to present slate of candidates for top EU jobs », POLITICO,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018).
  47. (en) « Procedure for 2019 Green leading candidates », sur European Greens (consulté le 29 septembre 2018).
  48. (en) Joshua Posaner, « European Greens pick favorites for European Commission president », sur Politico, (consulté le 23 janvier 2019).
  49. Stam, « Chez les Verts, trois Spitzenkandidaten pour un duo », sur euractiv.fr, .
  50. (en) « Four Greens enter race to become European Green Party leading candidates », sur European Greens (consulté le 29 septembre 2018).
  51. Patrick Franjou, « Écologie politique en Europe, après un automne prometteur », Multitudes,‎ , p. 72 (lire en ligne, consulté le 17 avril 2019)
  52. « Concurrence de la droite aux élections européennes : le CRE et l'ENL désignent leurs Spitzenkandidaten », sur Le Taurillon, .
  53. (en) Georgi Gotev, « Salvini gets ready for Spitzenkandidaten battle », sur euractiv.com, (consulté le 23 janvier 2019).
  54. « EBU - EBU signs agreement with European Parliament on coverage of European Elections », sur www.ebu.ch.
  55. (en) « European Parliament and Eurovision sign partnership for European Elections », sur europeansting.com, (consulté le 23 janvier 2019).
  56. « Actualité économique, Bourse, Banque en ligne - Boursorama », sur www.boursorama.com (consulté le 15 mai 2019)
  57. a et b Alexandra Brzozowski et Zoran Radosavljevic, « Premier débat sans entrain pour les Spizenkandidaten », sur euractiv.com, (consulté le 15 mai 2019)
  58. (en) « EU candidates face off in live debate a week before polls », sur The Public's Radio, (consulté le 15 mai 2019).
  59. a b c d e f g h i et j « Le dernier débat fait ressortir les clivages entre les candidats à la présidence de la Commission », sur euractiv.com (consulté le 18 mai 2019).
  60. « Élections européennes. Revivez le grand débat entre candidats à la présidence de la Commission », sur Ouest France,
  61. a b c d e et f http://www.ouest-france.fr/elections/europeennes/debats-entre-candidats-la-presidence-de-la-commission-une-esquisse-d-opinion-publique-europeenne-6352032
  62. http://www.francetvinfo.fr/elections/europeennes/elections-europeennes-l-apre-bataille-pour-etre-president-de-la-commission_3445823.html
  63. a b c et d http://www.rtbf.be/info/monde/detail_que-peut-on-retenir-du-debat-des-candidats-a-la-presidence-de-la-commission-europeenne?id=10221978
  64. http://www.euractiv.fr/section/elections/news/les-tetes-de-liste-europeennes-se-liguent-contre-la-droite/
  65. http://www.la-croix.com/Monde/Europe/Commission-europeenne-candidats-presidence-saffrontent-timidement-2019-05-16-1201022203
  66. « Pourquoi le déroulement des élections européennes est-il si particulier ? », sur RTBF Info, (consulté le 23 mai 2019)
  67. Élections européennes 2019
  68. Le Figaro
  69. http://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/26/elections-europeennes-2019-les-verts-europeens-saluent-des-resultats-au-dela-des-esperances_5467608_3210.html
  70. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-parlement-europeen-pose-ses-conditions-pour-le-choix-du-successeur-de-juncker-20190528
  71. http://www.rtl.fr/actu/international/les-actualites-de-12h30-europeennes-emmanuel-macron-negocie-les-postes-a-bruxelles-7797722842
  72. http://www.lesechos.fr/monde/europe/apres-les-elections-macron-se-replace-au-centre-du-jeu-politique-europeen-1024791
  73. http://www.afp.com/fr/infos/334/nominations-la-tete-de-lue-epreuve-de-force-entre-les-chefs-detat-et-le-parlement-doc-1gz54k8
  74. a et b http://www.levif.be/actualite/belgique/angela-merkel-et-emmanuel-macron-croisent-le-fer-sur-les-spitzenkandidaten/article-belga-1145991.html?cookie_check=1559067364
  75. http://www.theguardian.com/world/2019/may/28/replacing-juncker-tusk-eu-top-jobs-barnier-vestager-weber
  76. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-pen-a-bruxelles-des-mardi-soir-pour-tenter-de-constituer-un-super-groupe-souverainiste-20190528
  77. http://www.liberation.fr/depeches/2019/05/27/le-projet-d-integration-europeenne-est-mort-dimanche-selon-s-bannon_1730049
  78. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/pologne-le-pis-reste-a-l-ecart-de-l-alliance-d-extreme-droite-au-parlement-europeen-20190605
  79. http://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/06/l-atterrissage-delicat-des-elus-macronistes-au-parlement-europeen_5472347_3210.html
  80. (en) Guy Verhofstadt, « Our new group in the @Europarl_EN has chosen a new name: Renew Europe We're stronger than ever & have the unique chance to shape Europe. There is a lot of work ahead of us. We are inspired to build a free & fair Europe. », sur @guyverhofstadt, 2019t05:59 (consulté le 12 juin 2019)
  81. « Parlement européen: le groupe du RN et de la Ligue devient «Identité et démocratie» », sur FIGARO, (consulté le 13 juin 2019)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]