Puy-Guillaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puy-Guillaume
Vue générale de Puy-Guillaume.
Vue générale de Puy-Guillaume.
Blason de Puy-Guillaume
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Maringues
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Bernard Vignaud
2014-2020
Code postal 63290
Code commune 63291
Démographie
Gentilé Puy-Guillaumois
Population
municipale
2 704 hab. (2015 en augmentation de 3,13 % par rapport à 2010 Égal )
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 40″ nord, 3° 28′ 29″ est
Altitude Min. 265 m
Max. 590 m
Superficie 25,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puy-Guillaume
Liens
Site web puy-guillaume.fr

Puy-Guillaume est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes près de Thiers.

Les habitants de Puy-Guillaume s'appellent les Puy-Guillaumois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume se trouve au nord-est du département du Puy-de-Dôme[1], à environ 300 mètres au-dessus du niveau de la mer et s'étend sur 25 km2, dans une plaine de moyenne montagne. Elle est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Jusqu'en mars 2015, elle se situait dans le canton de Châteldon ; à la suite du redécoupage des cantons du département, prenant effet lors des élections départementales, elle est désormais rattachée au canton de Maringues[2].

Six communes sont limitrophes[3] :

Communes limitrophes de Puy-Guillaume
Limons Châteldon, Ris
Puy-Guillaume Saint-Victor-Montvianeix
Charnat Paslières
Rose des vents Aigueperse
22 km
Vichy
19 km
Le Mayet-de-Montagne
19 km
Rose des vents
Riom
27 km
N Roanne
47 km
O    Puy-Guillaume    E
S
Clermont-Ferrand
37 km
Thiers
12 km
Saint-Just-en-Chevalet
30 km

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 502 hectares ; son altitude est comprise entre 265 et 590 mètres[4]. Le relief du centre-ville est quasiment plat. La ville n'est pas construite sur une butte ou sur une montagne mais est bâtie à une altitude supérieure de quelques mètres à celle de la Dore qui traverse la ville à l'ouest de la commune[5].

L'altitude de la mairie de Puy-Guillaume est de 286 mètres environ[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Dore, dont le centre-ville est situé en rive droite, ainsi qu'un affluent, la Credogne[3]. Plusieurs ruisseaux traversent également la commune. Les flots de l'Allier coulent à proximité de la commune[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ancienne Route nationale 106 devenue RD 906 en direction de Thiers.

Voies routières[modifier | modifier le code]

D 906 en direction de Vichy.

Puy-Guillaume est traversée par l'ancienne route nationale 106 devenue route départementale 906, un axe routier important reliant Le Puy-en-Velay et Thiers au sud à Vichy au nord. L'autoroute A89 peut être empruntée à Thiers (échangeur 29) et l'autoroute A719 à Vichy.

Les autres départementales assurent un maillage local voire intercommunal : la D 4 en direction de Charnat, la D 44 vers Noalhat et de Dorat, la D 59 reliant le lieu-dit la Féculerie à la commune voisine de Châteldon, la D 63 en direction de Maringues et Limons à l'ouest et de Châteldon à l'est, la D 85, qui relie le lieu-dit Montpeyroux à la commune voisine de Châteldon, la D 114, en direction de l'abbaye de Montpeyroux et de Saint-Victor-Montvianeix, la D 342, ainsi que la D 343 contournant la ville par le sud-ouest.

Ligne ferroviaire[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume possède une gare (non ouverte au service des voyageurs) sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac.

Les gares les plus proches sont à Thiers, à Pont-de-Dore et à Vichy.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Des autocars TER Auvergne-Rhône-Alpes assurent des liaisons routières entre Arlanc, Pont-de-Dore, Thiers et Vichy (ligne 19)[7]. La gare de Vichy permet des correspondances pour Paris, Lyon, Moulins (trains ayant tous pour origine Clermont-Ferrand via Riom).

Elle est également desservie par trois lignes du réseau Transdôme :

  • la ligne 6 (Clermont-Ferrand – Maringues – Puy-Guillaume – Pont-de-Dore), point d'arrêt : Poste ; correspondance à Maringues pour Clermont-Ferrand[8] ;
  • la ligne 55 (Châteldon – Vichy), points d'arrêt : Les Bouchauds, maison de retraite et poste, servant de service scolaire pour les élèves d'établissements scolaires de Vichy et Cusset[9] ;
  • la ligne 56 (Châteldon – Thiers), points d'arrêt : rue Calmette, lotissement des Bouchauds, maison de retraite, place, station Total, Emmaüs, servant de service scolaire pour les élèves d'établissements scolaires de Thiers[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine et quartiers[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La commune est formée d'un centre-ville, d'une extension urbaine continue depuis l'ouverture de la verrerie en 1902 et de plusieurs lieux-dits à l'extérieur de l'agglomération. L'architecture de la ville ne présente que peu d'intérêt patrimonial du fait de son âge.

À l'extérieur du centre-ville s'est dessinée l'ancienne route nationale 106 avec très peu de courbes, voir rectiligne dans l'agglomération.

Inondations entre la commune de Puy-Guillaume et de Limons.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est classé dans la zone de sismicité de niveau 3[11].

Puy-Guillaume est touchée par plusieurs risques[12]: feu de forêt, inondation, phénomène lié à l'atmosphère, rupture de barrage, séisme, transport de marchandises dangereuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg[modifier | modifier le code]

La commune est issue du regroupement des paroisses de Saint-Alyre et de Montpeyroux[PG 1].

Certains habitants vivaient de la batellerie, faisant de la commune un port actif de la Basse-Auvergne, jusqu'au milieu du XIXe siècle. Celui-ci assurait « le transit des bois, du charbon et du vin ». La Credogne, affluent de la Dore, « est doublée d'un bief qui alimente plus de douze moulins »[PG 1].

Les mariniers disparaissent au début du XXe siècle. Une verrerie, implantée en 1902, « donne une nouvelle impulsion à la commune ». Cette usine, toujours ouverte, emploie 315 personnes en 2016[13].

L'abbaye de Montpeyroux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Michel Charasse, homme politique français, a été maire de Puy-Guillaume de 1977 à 2010.

Aux élections municipales de 2014, la liste Union de la gauche de Nadine Chabrier, qui s'est représentée, a été battue au premier par la liste divers gauche de Bernard Vignaud, avec 51,37 % des suffrages exprimés. Ce dernier acquiert dix-huit sièges, dont huit au conseil communautaire. 76,85 % des électeurs ont voté (1 610 votants sur 2 095 inscrits)[14].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Puy-Guillaume comptait 2 612 habitants[15]. Ce nombre étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23. Sa composition est la suivante :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)[14],[16]
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
Union de la gauche « Liste de rassemblement de la gauche républicaine » Nadine Chabrier 5 opposition
Divers gauche « Liste d'union puy-guillaumoise » Bernard Vignaud 18 majorité

À l'issue de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal a désigné six adjoints et seize conseillers municipaux, dont les cinq d'opposition[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977[18] 27 février 2010 Michel Charasse PS[Note 1]
puis DVG
(et RDSE[19],[18])
Conseiller régional d'Auvergne (1979-1987, 1992)[18]
Sénateur du Puy-de-Dôme (1981, 1983-1988, 1992-2010)[19]
Conseiller général du canton de Châteldon (1988-2010)[18]
Vice-président du conseil général (1998-2001)[18]
Ancien ministre du Budget
Président du SIVOM du canton de Châteldon (2009)[18]
27 février 2010 mars 2014 Nadine Chabrier   Première adjointe de Michel Charasse, elle lui succéda lorsque celui-ci fut nommé au Conseil constitutionnel[20]
Conseillère communautaire de la communauté de communes[21]
mars 2014 en cours Bernard Vignaud[22] DVG[14] Président de la communauté de communes entre Allier et Bois Noirs[21] (2014-2016)

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau judiciaire, Puy-Guillaume dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, du tribunal d'instance de Thiers, des tribunaux administratif, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2015, la commune comptait 2 704 habitants[Note 2], en augmentation de 3,13 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
942 1 339 1 187 1 335 1 516 1 639 1 673 1 754 1 809
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 736 1 791 1 845 1 822 1 840 1 885 1 801 1 742 1 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 844 2 154 2 350 2 137 2 251 2 628 2 574 2 325 2 327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
2 413 2 420 2 595 2 707 2 634 2 624 2 668 2 612 2 704
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école maternelle publique Fernand-Roux et l'école élémentaire publique François-Mitterrand[28].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Condorcet, géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, situé dans la commune[28].

Les lycéens se rendent à Thiers, au lycée Montdory pour les filières générales et STMG ou au lycée Jean-Zay pour les filières STL[29] et STI2D[30].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le ville de Puy-Guillaume dispose d'un grand nombre de clubs de sport : un club de football, de rugby, de basketball, de tennis, de judo, de gymnastique et de handball. La ville dispose d'une piscine municipale à l'ouest de la commune[réf. nécessaire].

Plusieurs parcs avec des aires de jeux viennent compléter l'offre de la commune[PG 2].

Économie[modifier | modifier le code]

La plus grande entreprise de Puy-Guillaume en termes d'emplois est la Verrerie. Elle emploie en 2016, plus de 300 employés[réf. nécessaire].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Un air de musique porte le nom de Mazurka de Puy-Guillaume. Celui-ci a été collecté par Jean-François Chassaing (Docteur en ethnologie). Ces airs populaires, généralement sans titre et anonymes, ont souvent été rebaptisés lors de leurs collectes, soit du nom de leur interprète, soit du nom du lieu de collecte[réf. nécessaire].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de la Bâtisse.

Puy-Guillaume compte deux monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[31] et vingt-six lieux et monuments (hors présentation communale) répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[32]. Par ailleurs, elle ne compte aucun objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[33] et 41 objets (hors inventaire supplémentaire) répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[34].

Figurent notamment à l'inventaire général, l'église paroissiale Saint-Barthélemy (XIXe et XXe siècles), remplaçant une chapelle du XVIIe siècle détruite[35], une école de garçons, au 58 rue Joseph-Claussat, construite en 1907[36], un cimetière, de la fin du XIXe siècle[37], un château (XVIe, 2e quart du XVIIIe siècle et XIXe siècle) au lieu-dit de la Mothe[38], le château de la Bâtisse (XVIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles) au lieu-dit de la Bâtisse[39], les pigeonniers sont inscrits aux monuments historiques en 1988[40], l'abbaye de cisterciens ou abbaye de Montpeyroux, fondée en 1126[41] et inscrite aux monuments historiques en 2000[42].

Le prieuré Saint-Alyre-ès-Montagne a été détruit[43].

Un autre édifice château des Audinots[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Puy-Guillaume Blason D'azur à l'ancre de sable, cordée d'or à deux haches du même posées en sautoir.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Charasse est exclu du PS en mai 2008[18].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Puy-Guillaume sur Lion 1906.
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  3. a et b Carte de Puy-Guillaume sur Géoportail.
  4. Répertoire géographique des communes (IGN).
  5. a et b « PLAN PUY-GUILLAUME - Plan, carte et relief de Puy-Guillaume 63290 », sur cartesfrance.fr (consulté le 7 juillet 2017).
  6. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 7 juillet 2017)
  7. « Fiche horaire ligne 19 TER Auvergne-Rhône-Alpes : Vichy – Thiers – Ambert – Arlanc »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], consultée le 13 juin 2017.
  8. « Pont-de-Dore – Puy Guillaume – Maringues – Clermont-Ferrand (ligne 6) » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le 12 avril 2016).
  9. « Châteldon – Puy-Guillaume – Vichy (ligne 55) » [archive du ] [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le 12 avril 2016).
  10. « Châteldon – Thiers (ligne 56) » [archive du ] [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le 12 avril 2016).
  11. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français. Puy-Guillaume n’est pas mentionnée dans les exceptions.
  12. « Puy-Guillaume | Risques majeurs en Auvergne », sur risques.auvergne.pref.gouv.fr (consulté le 7 juillet 2017)
  13. « Le savoir-faire reconnu des personnels verriers », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  14. a, b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 janvier 2016).
  15. « Populations légales 2011 de la commune de Puy-Guillaume », Insee (consulté le 23 janvier 2016).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures du 1er tour », Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 janvier 2016).
  17. « Conseil municipal », Mairie de Puy-Guillaume (consulté le 23 janvier 2016).
  18. a, b, c, d, e, f et g « Michel CHARASSE », Conseil Constitutionnel (consulté le 23 janvier 2016).
  19. a et b « CHARASSE Michel », Anciens sénateurs Ve République, Sénat (consulté le 23 janvier 2016).
  20. « Nadine Chabrier élue maire », La Montagne,‎ , p. 6 (éditions du Puy-de-Dôme).
  21. a et b « Les élus », Communauté de communes Entre Allier et Bois Noirs (consulté le 23 janvier 2016).
  22. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 2 juin 2014).
  23. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 23 janvier 2016).
  24. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  28. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 décembre 2015).
  29. « BAC STL », sur lyceejeanzay.net, Lycée Jean-Zay de Thiers (consulté le 15 avril 2018).
  30. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 avril 2018).
  31. « Liste des monuments historiques de Puy-Guillaume », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Liste des lieux et monuments de Puy-Guillaume répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Liste des monuments historiques de Puy-Guillaume », base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. « Liste des objets à Puy-Guillaume répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. « Eglise paroissiale Saint-Barthélemy », notice no IA00051133, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Ecole primaire (école de garçons) », notice no IA00051132, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Cimetière », notice no IA00051138, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Château », notice no IA00051150, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Château », notice no IA00051142, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Château de la Bâtisse », notice no PA00092255, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Abbaye de cisterciens ou abbaye de Montpeyroux », notice no IA00051149, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Abbaye cistercienne de Montpeyroux », notice no PA00092254, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Prieuré Saint-Alyre-ès-Montagne », notice no IA00051152, base Mérimée, ministère français de la Culture.