Puy-Guillaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Puy-Guillaume
Vue générale de Puy-Guillaume.
Vue générale de Puy-Guillaume.
Blason de Puy-Guillaume
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Maringues
Intercommunalité Communauté de communes entre Allier et Bois Noirs
Maire
Mandat
Bernard Vignaud
2014-2020
Code postal 63290
Code commune 63291
Démographie
Gentilé Puy-Guillaumois
Population
municipale
2 633 hab. (2013 Égal )
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 40″ Nord, 3° 28′ 29″ Est
Altitude Min. 265 m – Max. 590 m
Superficie 25,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puy-Guillaume

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puy-Guillaume
Liens
Site web puy-guillaume.fr

Puy-Guillaume est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Puy-Guillaume s'appellent les Puy-Guillaumois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume se trouve au nord-est du département du Puy-de-Dôme[1], à environ 300 mètres au-dessus du niveau de la mer et s'étend sur 25 km2, dans une plaine de moyenne montagne. Elle est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Jusqu'en mars 2015, elle se situait dans le canton de Châteldon ; à la suite du redécoupage des cantons du département, prenant effet lors des élections départementales, elle est désormais rattachée au canton de Maringues[2].

Six communes sont limitrophes[3] :

Communes limitrophes de Puy-Guillaume
Limons Châteldon, Ris
Puy-Guillaume Saint-Victor-Montvianeix
Charnat Paslières

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Barias
  • Beau Rivage
  • Bel Aire
  • Chabetout
  • Champhigne
  • Chenevière
  • Chez Barel
  • Chez Bonhomme
  • Chez Chicodier
  • Chez Cottard
  • Chez Claude
  • Chez Guillot
  • Chez Michaud
  • Chez Perrot
  • Chez Perrin
  • Chez Pourrat
  • Chez Tout Seul
  • Coquelon
  • Crozes
  • Darbize
  • Dolat
  • Duret
  • Genestoux
  • Goutte Chabrol
  • Goutte Chiprière
  • Grand Bois
  • Grand Paquier
  • Grand Vigne
  • la Bâtisse
  • la Boule
  • la Croix
  • la Motte
  • la Pique
  • la Planche
  • la Roche
  • la Tour
  • le Petit Bois
  • le Noyer d'Auvergne
  • les Baraques
  • les Bardins
  • les Layats
  • les Marquaires
  • les Odinots
  • les Piottes
  • les Potences
  • Montpeyroux
  • Moulin Blanc
  • Moulin de la Croix
  • Moulin de la Tuile
  • Moulin de la Papeterie
  • Moulin du Theil
  • Moulin Gourdolle
  • Moulin Neuf
  • Puy-Guillaume
  • Soalhat
  • Saint-Alyre
  • Terre Dieu

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 502 hectares ; son altitude est comprise entre 265 et 590 mètres[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Dore, dont le centre-ville est situé en rive droite, ainsi qu'un affluent, la Credogne[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune se caractérise par de fortes amplitudes thermiques. L’été est chaud (il n'est pas rare de dépasser les 40 °C), mais marqué par des orages qui peuvent être assez violents. L’hiver est moyennement froid. Généralement, le temps est sec et ensoleillé. Malgré sa faible altitude, il neige pendant l'hiver.

La pluviométrie est l’une des plus faibles de la France avec 590 mm de précipitations par an. Les pluies provenant de l'ouest sont arrêtées par la chaîne des Puys (d'où les sources, comme celle de Volvic). L’ensoleillement est de 2 175 heures par an en 2010, ensoleillement en constante progression depuis une dizaine d'années.

Relevé météorologique de Puy-Guillaume
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3 5 8 12 15 15 11 8 3 3 7
Température moyenne (°C) 3,5 5 8 10 14 18,5 23 22 16,5 13 7 5,5 12,2
Température maximale moyenne (°C) 7 9 13 15 20 25 30 27,5 23 18 11 8 17,5
Source : Météo moyenne MSN[5]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

D 906 en direction de Vichy.

Puy-Guillaume est traversée par la route départementale 906, un axe routier important reliant Le Puy-en-Velay et Thiers au sud à Vichy au nord. L'autoroute A89 peut être empruntée à Thiers (échangeur 29).

Les autres départementales assurent un maillage local voire intercommunal :

  • la D 4, en direction de Charnat,
  • la D 44, en direction de Noalhat et de Dorat ;
  • la D 59, qui relie le lieu-dit la Féculerie à Châteldon ;
  • la D 63, en direction de Maringues et Limons à l'ouest et de Châteldon à l'est ;
  • la D 85, qui relie le lieu-dit Montpeyroux à la commune voisine de Châteldon ;
  • la D 114, en direction de l'abbaye de Montpeyroux et de Saint-Victor-Montvianeix ;
  • la D 342 ;
  • la D 343, contournement sud-ouest de la ville.

Ligne ferroviaire[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume possède une gare (non ouverte au service des voyageurs) sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac.

Les gares les plus proches sont à Thiers, à Pont-de-Dore et à Vichy.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Des autocars TER Auvergne assurent des liaisons routières entre Arlanc, Pont-de-Dore, Thiers et Vichy[6]. La gare de Vichy permet des correspondances pour Paris, Lyon, Moulins (trains ayant tous pour origine Clermont-Ferrand via Riom).

Elle est également desservie par trois lignes du réseau Transdôme :

  • la ligne 6 (Clermont-Ferrand – Maringues – Puy-Guillaume – Pont-de-Dore), point d'arrêt : Poste ; correspondance à Maringues pour Clermont-Ferrand[7] ;
  • la ligne 55 (Châteldon – Vichy), points d'arrêt : Les Bouchauds, maison de retraite et poste, servant de service scolaire pour les élèves d'établissements scolaires de Vichy et Cusset[8] ;
  • la ligne 56 (Châteldon – Thiers), points d'arrêt : rue Calmette, lotissement des Bouchauds, maison de retraite, place, station Total, Emmaüs, servant de service scolaire pour les élèves d'établissements scolaires de Thiers[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est classé dans la zone de sismicité modérée[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, la liste Union de la gauche de Nadine Chabrier, qui s'est représentée, a été battue au premier par la liste divers gauche de Bernard Vignaud, avec 51,37 % des suffrages exprimés. Ce dernier acquiert dix-huit sièges, dont huit au conseil communautaire. 76,85 % des électeurs ont voté (1 610 votants sur 2 095 inscrits)[11].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Puy-Guillaume comptait 2 612 habitants[12]. Ce nombre étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23. Sa composition est la suivante :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)[11],[13]
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
Union de la gauche « Liste de rassemblement de la gauche républicaine » Nadine Chabrier 5 opposition
Divers gauche « Liste d'union puy-guillaumoise » Bernard Vignaud 18 majorité

À l'issue de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal a désigné six adjoints et seize conseillers municipaux, dont les cinq d'opposition[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977[15] 27 février 2010 Michel Charasse PS[Note 1]
puis DVG
(et RDSE[16],[15])
Conseiller régional d'Auvergne (1979-1987, 1992)[15]
Sénateur du Puy-de-Dôme (1981, 1983-1988, 1992-2010)[16]
Conseiller général du canton de Châteldon (1988-2010)[15]
Vice-président du conseil général (1998-2001)[15]
Ancien ministre du Budget
Président du SIVOM du canton de Châteldon (2009)[15]
27 février 2010 mars 2014 Nadine Chabrier   Première adjointe de Michel Charasse, elle lui succéda lorsque celui-ci fut nommé au Conseil constitutionnel[17]
Conseillère communautaire de la communauté de communes[18]
mars 2014 en cours Bernard Vignaud[19] DVG[11] Président de la communauté de communes entre Allier et Bois Noirs[18]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau judiciaire, Puy-Guillaume dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, du tribunal d'instance de Thiers, des tribunaux administratif, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 633 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
942 1 339 1 187 1 335 1 516 1 639 1 673 1 754 1 809
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 736 1 791 1 845 1 822 1 840 1 885 1 801 1 742 1 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 844 2 154 2 350 2 137 2 251 2 628 2 574 2 325 2 327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 413 2 420 2 595 2 707 2 634 2 624 2 668 2 675 2 612
2013 - - - - - - - -
2 633 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école maternelle publique Fernand-Roux et l'école élémentaire publique François-Mitterrand[23].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Condorcet, géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, situé dans la commune[23].

Les lycéens se rendent à Thiers, au lycée Montdory pour les filières générales et STMG ou au lycée Jean-Zay pour la filière STI2D[24].

Sports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Puy-Guillaume dispose d'un grand nombre de clubs de sport : un club de football, de rugby, de basketball, de tennis, de judo, de gymnastique et de handball.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puy-Guillaume compte deux monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[25] et vingt-six lieux et monuments (hors présentation communale) répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[26]. Par ailleurs, elle ne compte aucun objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[27] et 41 objets (hors inventaire supplémentaire) répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[28].

Figurent notamment à l'inventaire général :

  • l'église paroissiale Saint-Barthélemy (XIXe et XXe siècles), remplaçant une chapelle du XVIIe siècle détruite[29] ;
  • une école de garçons, au 58 rue Joseph-Claussat, construite en 1907[30] ;
  • un cimetière, de la fin du XIXe siècle[31] ;
  • un château (XVIe, 2e quart du XVIIIe siècle et XIXe siècle) au lieu-dit de la Mothe[32] ;
  • le château de la Bâtisse (XVIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles) au lieu-dit de la Bâtisse[33] ; les pigeonniers sont inscrits aux monuments historiques en 1988[34] ;
  • l'abbaye de cisterciens ou abbaye de Montpeyroux, fondée en 1126[35] et inscrite aux monuments historiques en 2000[36].

Le prieuré Saint-Alyre-ès-Montagne a été détruit[37].

Autre édifice :

  • Château des Audinots.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Charasse est exclu du PS en mai 2008[15].
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Puy-Guillaume sur Lion 1906.
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  3. a et b Carte de Puy-Guillaume sur Géoportail.
  4. Répertoire géographique des communes (IGN).
  5. Prévisions Météo Puy-Guillaume, Puy-de-Dôme (63290) - MSN Météo.
  6. Conseil régional d'Auvergne et SNCF, Guide régional des transports du 15 décembre 2013 au 5 juillet 2014, relation 13 « Vichy – Thiers – Ambert – Arlanc ».
  7. « Pont-de-Dore – Puy Guillaume – Maringues – Clermont-Ferrand (ligne 6) » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 12 avril 2016).
  8. « Châteldon – Puy-Guillaume – Vichy (ligne 55) » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 12 avril 2016).
  9. « Châteldon – Thiers (ligne 56) » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 12 avril 2016).
  10. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français. Puy-Guillaume n’est pas mentionnée dans les exceptions.
  11. a, b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 janvier 2016).
  12. « Populations légales 2011 de la commune de Puy-Guillaume », Insee (consulté le 23 janvier 2016).
  13. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures du 1er tour », Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 janvier 2016).
  14. « Conseil municipal », Mairie de Puy-Guillaume (consulté le 23 janvier 2016).
  15. a, b, c, d, e, f et g « Michel CHARASSE », Conseil Constitutionnel (consulté le 23 janvier 2016).
  16. a et b « CHARASSE Michel », Anciens sénateurs Ve République, Sénat (consulté le 23 janvier 2016).
  17. « Nadine Chabrier élue maire », La Montagne,‎ , p. 6 (éditions du Puy-de-Dôme).
  18. a et b « Les élus », Communauté de communes Entre Allier et Bois Noirs (consulté le 23 janvier 2016).
  19. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 2 juin 2014).
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 23 janvier 2016).
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  23. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 décembre 2015).
  24. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 21 août 2016).
  25. « Liste des monuments historiques de Puy-Guillaume », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Liste des lieux et monuments de Puy-Guillaume répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Liste des monuments historiques de Puy-Guillaume », base Palissy, ministère français de la Culture.
  28. « Liste des objets à Puy-Guillaume répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « Eglise paroissiale Saint-Barthélemy », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Ecole primaire (école de garçons) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Château de la Bâtisse », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Abbaye de cisterciens ou abbaye de Montpeyroux », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Abbaye cistercienne de Montpeyroux », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Prieuré Saint-Alyre-ès-Montagne », base Mérimée, ministère français de la Culture.