Palladuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Palladuc
Palladuc
Réserve d'eau du barrage de la Muratte.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Caroline Guélon
2020-2026
Code postal 63550
Code commune 63267
Démographie
Population
municipale
524 hab. (2020 en diminution de 5,59 % par rapport à 2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 20″ nord, 3° 37′ 45″ est
Altitude Min. 587 m
Max. 1 287 m
Superficie 13,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Thiers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thiers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Palladuc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Palladuc
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Palladuc
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Palladuc
Liens
Site web commune-palladuc.fr

Palladuc est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes, près de Thiers.

La commune a été créée en 1908, par démembrement de Saint-Rémy-sur-Durolle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-est du département du Puy-de-Dôme.

Le territoire communal est limitrophe de cinq autres communes (sept en incluant le quintipoint avec Arconsat et Saint-Priest-la-Prugne)[1] :

Communes limitrophes de Palladuc
Saint-Victor-Montvianeix Lavoine (Allier)
Saint-Priest-la-Prugne
(Loire, quintipoint)
Palladuc Arconsat (quintipoint)
Saint-Rémy-sur-Durolle La Monnerie-le-Montel Celles-sur-Durolle

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 491 à 1 293 mètres, le point culminant étant le sommet du puy de Montoncel.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Palladuc est desservie par l'autoroute A89, sortie 30.

Le bourg se situe à cinq minutes de cette sortie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Palladuc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Thiers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (57,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,8 %), prairies (29,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,1 %), zones urbanisées (3,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Forest
  • la Muratte
  • Larmentier
  • le Mas
  • les Bourniers
  • Lomanie
  • les Brousses
  • Pubereau
  • Redevis
  • la Scie de Capiou
  • Sous le Bost
  • La lizolle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La branche aînée de la famille Meaudre fut seigneur de Palladuc dont le dernier le chevalier Rémy Meaudre de Palladuc mourut en émigration à Saint Pétersbourg en 1813. Il n'eut pas de descendance. Cette famille avait quatre branches, les Meaudre de Palladuc, les Meaudre des Gouttes et de Sugny famille encore subsistante, les Meaudre d'Assit disparue et les Meaudre de la Pouyade toujours subsistante.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Palladuc est membre de la communauté de communes Thiers Dore et Montagne[8], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Thiers. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[9]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Thiers, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[8]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de Saint-Rémy-sur-Durolle[11].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Thiers pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[8], et de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[11].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Palladuc, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[12] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[13]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. La totalité des candidats en lice est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 59,86 %[14].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 Thérèse Debatisse    
2001 Serge Perche[15]   Vice-président de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise (2014-2016)[16]
[17] En cours
(au )
Caroline Guélon[18] DVD Responsable communication[19]
Conseillère régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes déléguée au sport en Auvergne[20]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2020, la commune comptait 524 habitants[Note 3], en diminution de 5,59 % par rapport à 2014 (Puy-de-Dôme : +2,74 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 006884862834772604613626531
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2020
467479474498468465542549524
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte de Palladuc sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le ). Couches « Photographies aériennes », « Carte IGN » (opacité 50 %) et « Limites administratives » activées.
  2. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Thiers », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  8. a b et c « Commune de Palladuc (63267) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « CC Thiers Dore et Montagne (No SIREN : 200070712) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  10. « CC de la Montagne Thiernoise (No SIREN : 246300669) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  11. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  12. Article L. 252 du Code électoral.
  13. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  14. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  15. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 13 juillet 2014).
  16. « Le bureau et les commissions », sur le site de la communauté de communes de la Montagne Thiernoise (consulté le ).
  17. « Caroline Guélon-Bévillard installée à la mairie de Palladuc (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  18. « Le conseil Municipal », sur le site de la mairie (consulté le ).
  19. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 31 (édition du Puy-de-Dôme).
  20. « Le Président et l'exécutif », sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.