Vic-le-Comte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vic-le-Comte
Vic-le-Comte
Vic-le-Comte
Blason de Vic-le-Comte
Héraldique
Vic-le-Comte
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Communauté de communes Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Antoine Desforges
2020-2026
Code postal 63270
Code commune 63457
Démographie
Gentilé Vicomtois
Population
municipale
5 189 hab. (2019 en augmentation de 5,17 % par rapport à 2013)
Densité 287 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 38″ nord, 3° 14′ 48″ est
Altitude Min. 331 m
Max. 806 m
Superficie 18,09 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Vic-le-Comte
(ville isolée)
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vic-le-Comte
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vic-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Vic-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vic-le-Comte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vic-le-Comte
Liens
Site web vic-le-comte.fr

Vic-le-Comte est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand et comptait 5 189 habitants au recensement de 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vic-le-Comte est située dans le Val d'Allier, à 19,6 km au sud-est de Clermont-Ferrand[1] et 11,1 km au nord d'Issoire[2] à vol d'oiseau. Une partie du territoire communal est couverte par les Bois de la Comté.

La commune est aujourd'hui composée de deux bourgs : Vic et Longues, ainsi que de plusieurs villages : Lachaux, Enval, Bord, Lépétade, Charbonnier et Brolac.

Elle a fait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes d'Allier Comté Communauté, intégrée dans le Pays du Grand Clermont. Elle est considérée comme le principal pôle de vie du sud de l'agglomération clermontoise.

Neuf communes sont limitrophes de Vic-le-Comte :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée à l'ouest par la rivière Allier.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Vic-le-Comte bénéficie d'un accès autoroutier par l'A75 (sortie 4 depuis Clermont-Ferrand ou sortie 8 depuis Issoire).

Le territoire communal est traversé par les routes départementales suivantes :

  • RD 1 de Mirefleurs à Parent via les lieux-dits Longues et, après un tronc commun avec la RD 225, Lachaux ;
  • RD 49 vers Yronde-et-Buron ;
  • RD 53 vers Pardines ;
  • RD 81 du centre-ville au lieu-dit Enval ;
  • RD 96 du lieu-dit Longues à Corent et Authezat ;
  • RD 116 de Laps au lieu-dit Enval ;
  • RD 225 des Martres-de-Veyre à Manglieu et Ambert via le centre-ville ;
  • RD 229 de Billom à Coudes ;
  • RD 761 contournant la ville par le sud.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les rues de Vic-le-Comte.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Bâtiment voyageurs de la gare
Bâtiment voyageurs de la gare.

Une gare SNCF, située sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac, est implantée au nord-ouest du territoire communal, au lieu-dit de Longues. Elle est desservie uniquement par des TER Auvergne-Rhône-Alpes reliant Clermont-Ferrand à Vic-le-Comte ou Issoire, voire au-delà.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vic-le-Comte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Elle appartient à l'unité urbaine de Vic-le-Comte, une unité urbaine monocommunale[6] de 5 189 habitants en 2019, constituant une ville isolée[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 habitants à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (32,4 %), forêts (19,6 %), zones agricoles hétérogènes (17,5 %), zones urbanisées (15,7 %), prairies (13,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Principaux villages et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Enval

Enval se situe au nord de la commune, dans la vallée du ruisseau de Pignol. La vallée est encaissée, aux versants abrupt et au fond de vallée étroit au niveau du village, si bien que celui-ci est implanté à mi-pente du versant exposé au sud. Le village comprend des constructions troglodytiques profitant de cavités préexistantes et dont l'occupation de certaines remontent à la préhistoire[12]. Le château d'Enval se situe à la sortie ouest du village.

  • Langlade

Langlade se situe à l'est de la commune. Ce village s'implante au pied du puy des Chaumes, sur un léger promontoire dominant le bourg de Vic.

  • Lachaux

Le village de Lachaux est établi en rebord du plateau qui domine la vallée de l'Allier, à l'ouest de la commune. Le village historique s'est développé autour du château du même nom et présente un paysage pittoresque avec des constructions de qualité et une implantation en arc de cercle ouvrant sur la vallée. Celle-ci permet des vues lointaines sur la vallée en contrebas et sur le château de Chadieu situé sur l'autre rive. Cependant, les extensions pavillonnaires récentes au dessus du village nuisent à la qualité paysagère du site.

  • Les Pétades (ou Lepetades)

Situé dans le fond de la vallée du ruisseau de Pignol, à l'aval du village d'Enval, ce hameau est de constitution récente avec une majorité d'habitat pavillonnaire implanté autour des moulins plus anciens qui parsemaient cette partie de la vallée. Les constructions s'égrènent en village rue de part et d'autre de la route départementale 116.

  • Bord

Le hameau de Bord se situe à l'est de la commune, au nord du village de Langlade. Il est essentiellement composé d'anciennes fermes qui reflètent la vocation agricole du territoire.

  • Brolac

Ancien fief implanté au bord du court de l'Allier, à l'ouest de la commune, ce village disposait d'un bac pour traverser la rivière. À l'écart des principaux axes de circulation, l'urbanisation de ce hameau ne s'est pas développée.

  • Charbonnier

Charbonnier est un petit hameau situé à la sortie est de Longues, au bord de l'Allier et en retrait de la route départementale 1.

Autres écarts[modifier | modifier le code]

En dehors des villages et hameaux cités précédemment la commune comprend six écarts (fermes ou habitat isolé) : les Roches, les Basses Chaumes, Largente, Bourbouloux, l'Autard, Granieux (cet écart touche le village d'Enval).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation préhistorique d'époque magdalénienne ont été trouvées sur le territoire de la commune, dans l'abri Durif près du village d'Enval[13],[14],[15],[16] au nord de Vic-le-Comte, en rive droite (côté nord) du ruisseau de Pignols qui conflue avec l'Allier en rive droite à moins de 2 km à l'ouest[17].

Moyen Âge - Aux origines de la Comté[modifier | modifier le code]

Guy II d'Auvergne combattant le roi de France Philippe-Auguste. Chroniques de Saint-DenisBritish Library.

Dès la fin du XIIe siècle des tensions existent entre le comté d'Auvergne et son voisin du nord, le domaine royal. Le comté d'Auvergne se voyant être indépendant et allié des Plantagenêt d'Angleterre, une escalade voit le jour dès 1196 jusqu'à son paroxysme en 1210 entre Guy II d'Auvergne et le roi de France quand la guerre éclate entre les deux États[18].

Malgré une théorique alliance anglaise, le comte Guy II se voit être défait par les armées du roi de France Philippe-Auguste à la suite du siège de Tournoël en décembre 1213 et une majorité de l'Auvergne est annexée par le roi de France. Cependant, un petit territoire central de la Limagne autour de Vic-le-Comte est laissé aux mains de Guy II auquel l'on garantit l'indépendance. Ainsi, le grand comté d'Auvergne est divisé entre une partie désormais sous contrôle royal, la Terre d'Auvergne dont la capitale est Riom, et une petite partie restée indépendante que l'on nomme désormais la Comté et dont la capitale est Vic-le-Comte et où s'installent désormais les comtes d'Auvergne. Une troisième partie de l'ancien comté est le Dauphiné d'Auvergne créé en 1167. La Comté d'Auvergne restera dans les mains comtales jusqu'au mariage de Catherine de Médicis, comtesse d'Auvergne avec le roi de France Henri II en 1533[19],[20].

Le comte d'Auvergne accorde une charte de franchise aux habitants de Vic-le-Comte en 1367. L'administration de la ville est confiée à quatre consuls élus par les habitants.

Bertrand VI de La Tour d'Auvergne et son épouse, Louise de La Trémoille, résolurent de faire construire un couvent de Cordeliers à Vic-le-Comte. La première pierre du couvent est posée le . L'église est consacrée par R. Bertrand d’Audigier, évêque de Bethléem, suffragant du cardinal de Bourbon, le . Jeanne de Bourbon a demandé à être inhumée dans l'église du couvent[21].

De la Renaissance à la Révolution[modifier | modifier le code]

Dans le contexte des Guerres de Religion, dans la lutte qui opposa la Ligue catholique au roi Henri IV, Vic subit un siège de vingt-sept jours et fut conquis par la Ligue le . Une grande partie des Ligueurs étaient de Riom, ce qui entraîna ensuite des combats entre cette ville et celles de Clermont et Monferrand : « Les Clermontois faisaient de fréquentes sorties, et dans leurs courses rapides enlevaient tous ceux qui n'étaient pas des leurs, imposant un rachat considérable ou une rude prison. Des villages surpris et brûlés, des captures successives[22]… ».

Période moderne[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Vic-sur-Allier[23],[24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Vic-le-Comte est membre de la communauté de communes Mond'Arverne Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le siégeant à Veyre-Monton, et par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[25]. De 2002 à 2016, elle était le siège de la communauté de communes Allier Comté Communauté[26].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Clermont-Ferrand, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes. Vic-le-Comte dépendait auparavant du district de Billom en 1793[23] et était chef-lieu du canton de Vic-sur-Aillier, puis Vic-sur-Allier et enfin Vic-le-Comte.

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vic-le-Comte pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015, et de la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[27].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

La ville de Vic-le-Comte est une commune de sensibilité de gauche concernant les élections municipales malgré l'élection de 1995 à 2008 d'un maire UDF (puis UMP). Depuis 2008, les maires successifs sont issus du Parti Socialiste et la municipalité actuelle dispose de deux membres de la gauche radicale issus du Parti communiste français dans l'exécutif[réf. souhaitée].

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Vic-le-Comte, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[28], pour un mandat de six ans renouvelable[29]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29[30]. Les vingt-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 51,10 %, se répartissant en : vingt-trois sièges issus de la liste d'Antoine Desforges (58,45% des suffrages exprimés) et six sièges issus de la liste de Dominique Scalmana (41,54% des suffrages exprimés)[31].

Les sept sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Mond'Arverne Communauté se répartissent en : six sièges issus de la liste d'Antoine Desforges et un siège issu de la liste de Dominique Scalmana[31].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1826 François Rougier    
1826 1831 Jacques-Amable Tixier-Massonnet    
1831 1832 Jean-Baptiste Guyot-Lavaline GR Sénateur du Puy-de-Dôme (1879-1900)[32]
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1856-1904)
1832 1847 François-Xavier Chalus    
1847 1866 Jérôme Guyot-Lavaline   Propriétaire
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1848-1856)
1866 1870 Amable Tixier de Brolac    
1870 1884 Charles Guyot-Lavaline    
1884 1888 Justin Cormier    
1888 1912 Antoine Fabre Rad. Pharmacien
Député du Puy-de-Dôme (1908-1919)[33]
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1904-1919)
         
    Hugues-André Boste Rad. Secrétaire général des Hospices
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1928-1940)
    Alexis Chavarot PCF Agriculteur
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1945-1946)
1947 1974 Marcel Chapelle    
1974 1986 Louis Paulet    
1986 juin 1995 Henri Bertrand PS Enseignant puis principal de collège
juin 1995 mars 2008 Roger Blanc UDF-DL
puis UMP
Éleveur
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1992-1998)
Roland Blanchet PS Retraité
Conseiller général du canton de Vic-le-Comte (1998-2015)
En cours
(au 29 mai 2020)
Antoine Desforges[34] PS Conseiller départemental du canton de Vic-le-Comte

Autres élections[modifier | modifier le code]

En dehors des élections locales (communales et départementales), les voix des électeurs de Vic-le-Comte en faveur du centre et de la droite sont majoritaires pour les autres élections depuis 2017.

Le 5 mai 2022[35], le Parti socialiste a conclu un accord avec la France Insoumise pour les élections législatives 2022. La fédération socialiste du Puy-De-Dôme et des membres de l'exécutif municipal soutiennent la candidate Insoumise issue de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale[réf. souhaitée].

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002 90,34 % Jacques Chirac RPR 9,66 % Jean-Marie Le Pen FN 82,98 % [36]
2007 38,88 % Nicolas Sarkozy UMP 61,12 % Ségolène Royal PS 88,95 % [37]
2012 66,76 % François Hollande PS 33,24 % Nicolas Sarkozy UMP 85,03 % [38]
2017 74,90 % Emmanuel Macron EM 25,10 % Marine Le Pen FN 77,99 % [39]
2022 62,91 % Emmanuel Macron EM 37,09 % Marine Le Pen RN 78,12 % [40]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
2002 63,24 % Jean-Paul Bacquet PS 36,76 % Pierre Pascallon UMP 31,14 % [41]
2007 68,86 % Jean-Paul Bacquet PS 31,14 % Christophe Serre UMP 62,93 % [42]
2012 56,78 % Jean-Paul Bacquet PS 15,81 % Bertrand Barraud UMP 58,91 % [43]
2017 62,28 % Michel Fanget MoDem 37,72 % Bertrand Barraud LR 39,65 % [44]
2022 47,52 % Delphine Lingemann Ens 52,48 % Valérie Goléo NUP 48,42 % [45]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 40,32 % Catherine Guy-Quint PS 14,88 % Brice Hortefeux UMP 45,24 % [46]
2009 24,22 % Philippe Micaelli PS 20,53 % Jean-Pierre Audy UMP 39,58 % [47]
2014 24,18 % Jean-Paul Denanot PS 16,96 % Bernard Monot FN 42,85 % [48]
2019 21,18 % Nathalie Loiseau LREM 19,22 % Jordan Bardella RN 54,49 % [49]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 60,15 % Pierre-Joël Bonté PS 39,85 % Valéry Giscard d'Estaing UDF 65,91 % [50]
2010 72,35 % René Souchon PS 27,65 % Alain Marleix UMP 54,85 % [51]
2015 50,80 % Jean-Jacques Queyranne PS 36,11 % Laurent Wauquiez UMP 60,45 % [52]
2021 49,70 % Laurent Wauquiez UMP 42,56 % Fabienne Grébert EELV 33,55 % [53]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
2004 69,32 % Roland Blanchet PS 30,68 % Claude Perrier UMP 70,08 % [54]
2011 76,66 % Roland Blanchet PS 23,34 % Mickaël Angermann UMP 45,25 % [55]
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élus Battus Participation
2015 60,49 % Antoine Desforges

Jeanne Espinasse

PS 39,51 % Valérie Coudun

Laurent Pradier

LR 50,75 % [56]
2021 82,59 % Antoine Desforges

Jeanne Espinasse

PS 17,41 % Marcel Bougé

Armandine Chabosy

RN 39,75 % [57]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 50,91 % (51,04 %) 49,09 % (48,96 %) 72,27 % [58]
2000 % (73,21 %) % (26,79 %) %
2005 42,69 % (45,33 %) 57,31 % (54,67 %) 72,95 % [59]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 8 février 2016, Vic-le-Comte est jumelée avec[60] :

Ce jumelage est une coopération décentralisée dans la thématique de la culture et du patrimoine.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vic-le-Comte dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école maternelle Elsa-Triolet puis à l'école élémentaire Jacques-Prévert. Ceux du village de Longues commencent à l'école maternelle Sonia-Delaunay puis à l'école élémentaire Marcel-Pagnol[61].

Le collège de la Comté, construit en 1967 et prévu pour accueillir 400 élèves, a été agrandi compte tenu de l'augmentation de la population de la commune (et de l'effectif du collège, qui comptait 457 élèves en 2017[62]) et en vue de l'arrivée de l'imprimerie de la Banque de France pour 2022. Le département du Puy-de-Dôme a investi 1,8 million d'euros pour rénover et agrandir le collège, désormais baptisé « collège de la Comté - Henri-Bertrand », du nom de l'ancien maire de la commune de 1986 à 1995, et qui a été le premier principal du collège de 1967 à 1985[62],[63].

Les lycéens des filières générales et la filière technologique « sciences et technologies du management et de la gestion » (STMG) suivent les cours au lycée Murat, à Issoire, ou pour la filière technologique « sciences et technologies de l'industrie et du développement durable » (STI2D), aux lycées La-Fayette ou Roger-Claustres, à Clermont-Ferrand[64].

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Vic-le-Comte dépend de la cour d'appel de Riom et des tribunaux judiciaire et de commerce de Clermont-Ferrand[65].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[66]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[67].

En 2019, la commune comptait 5 189 habitants[Note 3], en augmentation de 5,17 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0603 0473 3213 2723 1533 2303 1853 1773 151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 0302 9262 8872 7062 7712 7162 7452 6602 506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3462 1972 0931 8321 9612 0871 9782 0902 077
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 4382 6273 1303 7554 1554 4044 6124 5834 796
2015 2019 - - - - - - -
5 0275 189-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[68].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Papeterie de la Banque de France[modifier | modifier le code]

La papeterie qui fabrique le papier des billets émis par la Banque de France est située à Longues dans la commune de Vic-le-Comte. Elle y est installée depuis 1919[69], date de début de sa construction mais elle n'entrera en production qu'en 1923[70]. Auparavant, c'était la papeterie de Biercy, encore appelée papeterie du Gouffre, installée dans la commune de Jouarre dans le département de Seine-et-Marne qui produisait le papier-monnaie de la Banque de France. Cette papeterie fut aménagée entre 1862 et 1865[71] et la Banque de France s'y installe à partir de 1876 afin de compléter la production de la papeterie de Crèvecœur-Marais sur la commune de Jouy-sur-Morin. Lors de la bataille de la Marne durant la Première Guerre mondiale, les Allemands sont à quelques kilomètres de la papeterie de Biercy. La Banque de France décide alors de reprendre en gestion directe la fabrication (papeterie et imprimerie) des billets, jusque-là confiée en partie à des sociétés privées comme celle de la papeterie de Jouy-sur-Morin et surtout de regrouper ces installations dans le centre de la France, en Auvergne, loin des frontières et des grands axes de circulation. C'est ainsi qu'en 1916, deux terrains sont acquis par la Banque de France[72] : l’un à Chamalières, où sera créée l’imprimerie, l’autre à Vic-le-Comte, pour accueillir la papeterie. Le site de Vic-le-Comte sera d'ailleurs préféré à celui de Blanzat dans la vallée de la Veyre[73]. L'usine de Vic-le-Comte va dès lors progressivement remplacer celle de Biercy qu'elle supplantera définitivement en 1933.

La papeterie de la Banque de France emploie aujourd'hui environ 300 personnes[74].

Le projet "Refondation"[75] de la Banque de France, annoncé officiellement en 2016[76], consiste à installer la nouvelle imprimerie et le centre logistique fiduciaire de la Banque de France sur le site de Longues à Vic-le-Comte. Il devrait conduire à la fermeture du site de Chamalières à l'horizon 2026 (prévue initialement pour 2022[77]).

SAS Chouvy Aliments[modifier | modifier le code]

L'usine de fabrication d'aliments pour animaux de ferme Chouvy Aliments est implantée sur la Zone Artisanale des Meules, à l'entrée nord-ouest du bourg de Vic, depuis 1995. C'est cette année que l'entreprise, historiquement implantée au moulin familial au lieu-dit "Enval", fait l'acquisition du terrain où sera plus tard installée l'usine pour y construire un silo de stockage (17 500 T/an). L'usine est construite 3 ans plus tard en 1998 avec une capacité de production de 24 000 T/an. Elle sera agrandie en 2003 pour porter sa capacité de production à 53 700 T/an. En 2012, l'installation d'une deuxième ligne de production et l'agrandissement de la ligne existante permet d'augmenter encore la capacité de production en portant celle-ci à 75 500 T/an. Enfin, la construction en 2015 puis en 2018 de deux nouveaux silos de stockage permet de porter la capacité de stockage à 85 000 T/an puis à 90 000 T/an. En plus de ses deux sites de production situés sur la commune de Vic-le-Comte, l'entreprise dispose également d'un site sur la commune d'Isserteaux (aquaculture en eau douce) ainsi que d'un autre site sur la commune de Charensat (silo de stockage de 2 500 T /an)[78]. L'entreprise compte également trois magasins en dehors de Vic-le-Comte, sur les communes de Rochefort-Montagne, Paulhaguet et Riom-ès-Montagne.

En 2020, l'entreprise Chouvy Aliments employait 50 personnes[79].

Zone Artisanale des Meules[modifier | modifier le code]

Cette zone artisanale est située à l'entrée nord-ouest de Vic, le long de la route départementale 225. Elle s'est développée en deux phases.

Un premier lotissement artisanal a été créé en 1999 par la commune et a connu un succès relatif : les lots ont été commercialisés rapidement mais les implantations d'entreprises ont été plus longues (certains lots ne sont toujours pas bâtis en 2022 tandis qu'un local est vacant). Ce lotissement a été implanté dans le prolongement de deux activités existantes alors (l'entreprise Chouvy et la déchetterie du SICTOM Issoire-Brioude) sur une superficie de 4,5 hectares découpés en 13 lots. Dix activités se sont alors implantées dans cette zone artisanale (garage automobile, station de lavage automobile, enseigne de bricolage, maçonnerie, pépiniériste, promoteur-aménageur, auto-école, contrôle-technique). Les difficultés de développement des activités sur le lotissement sont dues à plusieurs facteurs : nature juridique de la zone sans véritable règlement et avec une procédure de lotissement ancienne, intention spéculative des propriétaires, effet de mitage avec une faible densité des constructions sur les lots[80].

Face à ces difficultés et afin de renforcer l'activité sur le territoire intercommunal, l'ancienne communauté de communes Allier Comté Communauté a souhaité développer, en 2012, une seconde tranche de la zone artisanale selon la procédure de la Zone d'Aménagement Concerté, espérant que celle-ci aurait un effet d'entraînement sur le précédent lotissement. La ZAC se développe sur 6 hectares (contre 11,5 ha initialement, réduits en raison des enjeux agricoles) et elle est découpée en 10 lots représentant une superficie de 4,3 hectares. La ZAC sera créée en 2013[81] mais il faudra attendre 2019 pour que l'ensemble des terrains soit commercialisé et les travaux d'aménagement finalisés[82].

La ZA des Meules compte actuellement plus d'une vingtaine d'entreprises dont la plus importante est l'enseigne de grande surface alimentaire Super U qui emploi 55 salariés en 2020[83].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte
La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte.
Vitrail de l'Ancien Testament
Vitrail de l'Ancien Testament.
Vitrail de la Passion du Christ
Vitrail de la Passion du Christ.

Gisements Magdaléniens d'Enval[modifier | modifier le code]

Dans le village d'Enval (à ne pas confondre avec la commune d'Enval situé près de Volvic) , au pied des falaises de grès, a été découvert en 1929[84] un très important gisement préhistorique daté du Magdalénien (environ 15 000 ans avant le présent), avec des témoignages d'art mobilier (plaquettes gravées de figures animales et humaines). La présence humaine semble avoir été très importante. Plusieurs campagnes d'études ont eu lieu, notamment par Yves Bourdelle (1969-1987) et Frédéric Surmely (2009-2011). Des objets peuvent être vus au musée archéologique de Clermont-Ferrand[12].

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre est connue comme étant la Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte. En fait, la Sainte-Chapelle n'est que le chœur de l'église paroissiale actuelle.

La Sainte-Chapelle est l'ancienne chapelle du château des comtes d'Auvergne dont la construction a été commencée après 1505, date du mariage de Jean Stuart, duc d'Albany et régent d'Écosse, avec Anne de La Tour, comtesse d'Auvergne et de Boulogne, sur l'emplacement d'une chapelle romane. La Sainte-Chapelle reprenait à l'origine le plan de la chapelle haute de la Sainte-Chapelle de Paris avec une nef unique à quatre travées. Elle a été consacrée sous le double vocable de saint Jean-Baptiste et de la Sainte Couronne. Elle a été érigée en collégiale en 1520. Ce monument est un des plus beaux de la Renaissance en Auvergne.

La Sainte-Chapelle possède des verrières qui ont été exécutées entre 1520 et 1525. La verrière placée dans l'axe du chevet reprend le thème traité à la même place dans la Sainte-Chapelle de Paris, l'arbre de Jessé. Le vitrail actuel a été entièrement refait au XIXe siècle. Les vitraux du côté nord représentaient des scènes de l'Ancien Testament. Ceux du côté sud traitent des scènes de la Semaine sainte et de la Passion. Un vitrail, aujourd'hui disparu, représentait le couple de fondateurs agenouillés.

Au-dessous des vitraux se trouve une tribune en encorbellement avec des balustres portant les armes d'Auvergne, de Boulogne et de Stuart. Aux retombées des nervures de la voûte ont été placés, comme dans les autres Saintes-Chapelle, une suite de douze apôtres. Ils ont été réalisés en terre cuite, et refaits en partie.

Au-dessus du maître-autel, des artistes florentins ont sculpté un retable avec des représentations des Vertus théologales (Foi, Espérance, Charité) et cardinales (Justice, Prudence, Tempérance, Force). Les cœurs d'Anne de La Tour et de Jean Stuart, morts en 1524 et 1536, ont été scellés dans l'autel.

La chapelle devient église paroissiale sous le vocable de saint Pierre, en remplacement de l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre qui avait été construite à l'époque romane à l'extérieur de l'enceinte et qui a entièrement disparu. La Sainte-Chapelle est agrandie vers l'ouest en 1840, probablement par l'architecte diocésain Aymon Gilbert Mallay (1805-1883) en lui adjoignant une nef de cinq travées avec collatéraux dans un style reprenant celui du chœur. Des peintres verriers clermontois ont alors réalisé les vitraux de cette partie[85].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

La situation de capitale du comté d'Auvergne a laissé quelques bâtiments classés ou inscrits monuments historiques intéressants[86],[87]. Du château des comtes, il ne reste plus que la porte d'entrée fortifiée[88].

Les autres monuments que compte le commune sont :

  • L'église Saint-Jean-Baptiste, du XIIIe siècle[89].
  • La fontaine de la place du Vieux-Marché[90].
  • Plusieurs maisons en pans de bois et maisons datant du Moyen Âge[91].
  • Le château d'Enval[92] : Situé à la sortie du village d'Enval en direction de l'Allier, ce château a été vraisemblablement construit au début du XVIe siècle et remanié au XVIIIe siècle. Les textes anciens font cependant mention d'un château dès le XIVe siècle tandis que la terre de Val (l'usage de dire "en Val" deviendra "Enval") est citée dès le Xe siècle dans les chartes et le testament d'Etienne II, évêque de Clermont[93]. Sur le cadastre napoléonien de la commune[94] (1830) le château est mentionné sous le nom "de Murat", du nom de la famille de Murat, propriétaire du château à cette période[92]. Le château est privé et ne se visite pas.
  • Le château de Lachaux[95] anciennement La Chalin[93] : situé dans le village de Lachaux au sud-ouest de la commune et dominant l'Allier, le château de Lachaux est situé au centre du village. Il a été construit au XVIe siècle et possède une enceinte quadrangulaire dont il reste deux flanquements carrés et un flanquement circulaire. Le logis se compose de deux retours d'aile de trois niveaux et demi. Le château est privé et ne se visite pas.
  • La chapelle Notre-Dame de Brolac : située dans le hameaux du même nom, cette chapelle a été édifiée au début du XXe siècle en mémoire de la Première Guerre mondiale. Une plaque commémorative des soldats de la Seconde Guerre mondiale et dédiée à la Vierge est placée à l'entrée de l'édifice. La chapelle est construite selon un plan longitudinal et terminée par un chevet plat. Les abords sont clos par un mur dont l'accès est surmonté par une niche abritant une petite statue de la Vierge.
  • Monument aux morts 1914-1918.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La vénus d'Enval a été trouvée le 24 juillet 1970[96] dans un abri sous roche situé au pied de l'escarpement rocheux d'Enval et repris dans une grange aménagée aux dépens de la paroi. Façonnée dans du grès, c'est la plus petite des vénus paléolithiques connues, avec 31 mm de hauteur pour une largeur de 15 mm et une épaisseur de 14 mm. Elle est datée d'environ 13000 ans AP[97],[98]. Elle est visible au musée Bargoin à Clermont-Ferrand[99].

Le Christ de pitié soutenu par saint Jean l'Évangéliste en présence de la Vierge et de deux anges[100]: Pietà avec saint Jean l'Evangéliste et deux anges, sur fond de dorure. Cette peinture à l'huile sur panneau de bois est attribuée (?) à l'école des Frères de Limbourg . En janvier 1985, un brocanteur racheta par hasard un panneau peint à l'abbé Perrein, curé de la commune, qui cherchait à vendre des meubles et peintures stockés et inutilisés pour payer l'installation du chauffage de son église[101]. Y était peint un christ descendu de la croix entouré de la Vierge et Jean l’Évangéliste[101]. Des documents des années 1950 et 1970 décrivent bien ce panneau comme « une peinture sur bois 1 m × 0,6 m, XVIIe repeint sur XVe[101] ». Au moment de la vente, ni l'un ni l'autre ne connaissent ces documents. Il s’avérera après nettoyage de la première peinture, qu'elle couvrait une peinture attribuée alors à Jean Malouel[101]. Après restauration, l'œuvre, devenue Trésor national[101] a été acquise par le Louvre en 2012 grâce au mécénat de l'entreprise AXA, pour 7,8 millions d'euros dont 2,3 millions versés à la commune de Vic-le-Comte au titre d'indemnité transactionnelle[101]. En décembre 2015, Dominique Thiébaut, conservateur au musée du Louvre, a proposé de voir la main des Frères de Limbourg[102] plutôt que celle de Jean Malouel dans la réalisation de cette œuvre. Ce tableau est visible au musée du Louvre, aile Richelieu, département des peintures, salle 834 - le mécénat des ducs de Berry et de Bourgogne.

L'effigie macabre de Jeanne de Bourbon-Vendôme[103], duchesse de Bourbon puis comtesse de Boulogne et d'Auvergne, morte en 1511. Ayant pourvu à sa sépulture dans l'église du couvent des cordeliers de Vic-le-Comte, elle y fit édifier pour elle un mausolée. Au dessus du gisant représentant la défunte se trouvait une seconde sculpture que son troisième mari, François de la Pause, fils de son maître d'hôtel, fit faire à l'occasion de la translation du corps dans le tombeau. Ce haut-relief représente la défunte, de grandeur naturelle, à-demie nue, décharnée et à moitié mangée par les vers. À la Révolution, après la destruction de l'église, cette sculpture fut acquise par la famille Duversin lors de la vente du mobilier du couvent et resta longtemps dans une propriété privée à Vic-le-Comte. Elle fut ensuite vendue à un antiquaire de Lyon avant d'être acquise par le musée du Louvre auprès de Mme veuve Payet en 1899 (comité du 12 janvier 1899, arrêté du 8 mars 1899)[103]. Elle est visible au Musée du Louvre, aile Richelieu, département des Sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des temps modernes, salle 212. Le tombeau lui-même, aujourd'hui disparu, est reproduit dans l'ouvrage de Etienne Baluze : Histoire généalogique de la maison d'Auvergne[104].

Le triptyque de Jean IV de la Tour d'Auvergne et de Jeanne de Bourbon-Vendôme, comtesse de Boulogne et d'Auvergne[105], dit "triptyque de Vic-le-Comte" : ce tableau anonyme peint sur bois représente au centre l'Annonciation, à droite Jeanne de Bourbon-Vendôme, à gauche son mari Jean IV de La Tour d'Auvergne, tous deux à genoux sur un prie-Dieu, le prince ayant Saint-Jean-Baptiste derrière lui, la princesse Saint Jean l'Évangéliste. Le tableau peint en 1497-1498 fut donné au couvent des cordelier de Vic-le-Comte où il fut probablement installé près du tombeau de Jeanne [106]. Le triptyque n'est pas cité dans l'inventaire réalisé par les délégués de la municipalité le 21 décembre 1790. Le Cardinal de Bouillon (Emmanuel Théodose de la Tour d'Auvergne Bouillon) l'avait probablement conservé dans ses collections après que le tableau lui fut présenté par les cordeliers en 1703. Acquis par la Fondation Samuel H. Kress en 1957, il fut donné au Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh aux Etats-Unis où il est conservé depuis 1960.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes traditionnelles de la ville de Vic-le-Comte se blasonnent ainsi : D'or à trois macles de gueules remplies d'argent ; au chef de gueules plain[107].

Blason de la ville de Vic-le-Comte

D'Hozier donne un champ différent : D’argent à trois macles de gueules ; au chef du même.

Blason de la ville de Vic-le-Comte d'après Charles D'Hozier dans l'Armorial Général de France (édit de 1696), 2e volume, Auvergne, folio N°288[108].

Logotype[modifier | modifier le code]

Le logo actuel de la commune est le suivant :

Logo actuel de la commune de Vic-le-Comte

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre Vic-le-Comte et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906.
  2. « Orthodromie entre Vic-le-Comte et Issoire », sur Lion 1906.
  3. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Vic-le-Comte », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  12. a et b Clermont Auvergne Métropole, « Les Collections du musée Bargoin », sur www.clermontmetropole.eu, (consulté le )
  13. [Bourdelle & Merlet 1991] Yves Bourdelle et Jean-Claude Merlet, « Le site d'Enval. Commune de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 88,‎ , p. 109-113 (lire en ligne [sur persee]).
  14. [Surmely et al. 1997] Frédéric Surmely, Laure Fontana, Yves Bourdelle et René Liabeuf, « Nouveaux éléments apportés à l'étude du site magadalénien d'Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme, France) et du peuplement de la Limagne d'Auvergne », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 94,‎ , p. 172-181 (lire en ligne [sur persee]).
  15. [Pales & Saint-Péreuse 1979] Léon Pales et Marie Tassin de Saint-Pereuse, « L'abri Durif à Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme) : II. Gravures et sculptures sur pierre », Gallia Préhistoire, vol. 22, no 1,‎ , p. 113-142 (lire en ligne [sur persee]).
  16. [Delpech 1998] Françoise Delpech, « Note sur la faune magdalénienne de l'abri Durif à Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme)/Note on the Magdalenian fauna of the Abri Durif at Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme) », Paléo, no 10,‎ , p. 303-309 (lire en ligne [sur persee]).
  17. « Vic-le-Comte, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  18. (en) Augustin Thierry, History of the Conquest of England by the Normans : Its Causes, and its Consequences, in England, Scotland, Ireland, and on the Continent, vol. II, Cambridge, Cambridge University Press, , 486 p. (ISBN 978-1-108-03024-3, lire en ligne), p. 239-240.
  19. Bibliothèque de l'École des chartes volume 3 (1842 - page 418)
  20. Jean Anglade, Histoire de l'Auvergne, Paris, Hachette littérature, , 383 p. (ISBN 2-01-000880-4, BNF 34559868), p. 117.
  21. R. P. Jacques Fodéré, « Narration historique et topographique des convens de l'ordre de S. François et monastères Saincte-Claire érigez en la province anciennement appelée de Bourgogne, à présent Sainct-Bonaventure. De la Custoderie d'Auvergne. Du convent de Vic-le-Comte », Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Ferdinand Thibaud imprimeur-libraire, vol. 32,‎ , p. 442-442 (lire en ligne)
  22. André Imberdis, Histoire des guerres religieuses en Auvergne, pendant les XVIe et XVIIe siècles, t. 2, Moulins, Imprimerie de P.-A. Desrosiers, (lire en ligne), p. 226.
  23. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Décret des 25-26 octobre 1792 qui change le nom de la commune de Vic-le-Comte en celui de Vic-sur-Allier.
  25. « CC Mond'Arverne Communauté (No SIREN : 200069177) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  26. « CC Allier Comté Communauté (No SIREN : 246301154) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  27. « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  28. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  29. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  30. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  31. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  32. Fiche biographique de Jean-Baptiste Guyot-Lavaline sur le site du Sénat.
  33. Fiche biographique d'Antoine Fabre sur le site de l'Assemblée nationale.
  34. « Antoine Desforges, nouveau maire de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  35. « Législatives 2022 : les socialistes déchirés au sujet de l'accord avec La France insoumise », sur Franceinfo, (consulté le )
  36. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2002 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle_2002 (consulté le )
  37. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle_2007 (consulté le )
  38. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__PR2012 (consulté le )
  39. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le )
  40. « Election présidentielle 2022 », sur www.resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  41. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2002 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives_2002 (consulté le )
  42. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2007 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives_2007 (consulté le )
  43. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__LG2012 (consulté le )
  44. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le )
  45. « Elections législatives 2022 », sur www.resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  46. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2004 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2004 (consulté le )
  47. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2009 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2009 (consulté le )
  48. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2014 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__ER2014 (consulté le )
  49. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2019 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes-2019 (consulté le )
  50. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2004 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales_2004 (consulté le )
  51. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales_2010 (consulté le )
  52. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2015 (consulté le )
  53. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2021 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2021 (consulté le )
  54. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2004 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Cantonales/elecresult__cantonales_2004 (consulté le )
  55. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2011 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Cantonales/elecresult__cantonales_2011 (consulté le )
  56. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2015 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2015 (consulté le )
  57. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2021 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021 (consulté le )
  58. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 20 septembre 1992 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Referendums/elecresult__referendum_1992 (consulté le )
  59. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 29 mai 2005 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Referendums/elecresult__referendum_2005 (consulté le )
  60. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur France-Diplomatie, Ministère des Affaires étrangères (consulté le ) ; rechercher « Vic le Comte (63270) ».
  61. « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  62. a et b « Inauguration du collège de la Comté Henri-Bertrand », sur ac-clermont.fr, Académie de Clermont-Ferrand, (consulté le ).
  63. Simon Antony, « Inauguration du collège de Vic-le-Comte », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  64. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  65. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le ).
  66. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  67. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  68. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  69. Centre France, « Histoire - Mais pourquoi la Banque de France a-t-elle choisi d'installer son imprimerie à Chamalières (Puy-de-Dôme) ? », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  70. Centre France, « Histoire - Mais pourquoi la Banque de France a-t-elle choisi d'installer son imprimerie à Chamalières (Puy-de-Dôme) ? », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  71. Auteur : Jean-Claude DAUMAS, sous la direction de Pierre LAMARD et de Laurent TISSOT, Intelligence territoriale, N° 4 : Les territoires de l'industrie en Europe (1750-2000) : Entreprises, régulations et trajectoires, Presse universitaire de Franche-Comté, , 472 p. (ISBN 978-2848671789, lire en ligne Accès limité), page 80
  72. Centre France, « Les billets voyagent au gré de la guerre », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  73. Jean-Claude CAMUS, La Fabrication des billets à Chamalières et à Vic-le-Comte: Cent ans d'histoire industrielle, FLAMMARION, , 224 p. (ISBN 2080260960)
  74. Centre France, « Industrie - La Banque de France à l'arrêt à Chamalières et Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  75. « Refondation », sur Banque de France, (consulté le )
  76. « La Banque de France déménagera de Chamalières (63) à l'horizon 2022 », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  77. « Les chiffres clés », sur Banque de France, (consulté le )
  78. « Notre histoire », sur Aliments Chouvy (consulté le )
  79. « CHOUVY ALIMENTS à VIC-LE-COMTE (338383789), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le )
  80. Intervia Etudes - Groupe Merlin et UP2M Consultants, Etude d'impact d'aménagement de la zone d'activités intercommunale à Vic-le-Comte, Vic-le-Comte, , 185 p.
  81. Centre France, « Dossier de la ZAC des Meules" », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  82. Communauté de communes Mond'Arverne Communauté, « Compte-rendu du conseil communautaire du 23 mai 2019 », Compte-rendu du conseil communautaire,‎ , p. 15 (lire en ligne [PDF])
  83. « DISTRIVIC à VIC-LE-COMTE (389115346), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le )
  84. Bourdelle Yves, Merlet Jean-Claude, « Le site d'Enval. Commune de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) », Bulletin de la Société préhistorique française, tome 88, n°4.,‎ , pp. 109-113. (lire en ligne)
  85. « Église Saint-Pierre », notice no PA00092460, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. « Monuments historiques de Vic-le-Comte », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. François Deshoulières, Vic-le-Comte, p. 101-111, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Clermont-Ferrand. 1924, Société Française d'Archéologie, Paris, 1925.
  88. « Ancien palais des Comtes d'Auvergne », notice no PA00092465, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. « Église Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00092461, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. « Fontaine du XVIe siècle », notice no PA00092462, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  91. Pierre Garrigou Granchamp, L'architecture domestique du XIIe au XIVe siècle dans les agglomérations du Puy-de-Dôme. État des questions, p. 241-278, dans Congrès archéologique de France. 158e session. Monuments en Basse Auvergne Grande Limagne. 2000, Société française d'archéologie, Paris, 2003.
  92. a et b « chateau d'Enval à Vic-le-Comte, construit au XVIe siècle », sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le )
  93. a et b Jean-Baptiste FOUILHOUX, Fiefs et châteaux-forts relevant de la Comté d'Auvergne (capitale Vic-le-Comte), Clermont-Ferrand, Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand, , 540 p. (lire en ligne), p. 199
  94. « 51 FI 1476 - Section C d'Enval, 2ème feuille - 1830 - Archives départementales du Puy-de-Dôme », sur Archives départementales du Puy-de-Dôme (consulté le )
  95. « chateau de Lachaux à Vic-le-Comte, construit au XVIe siècle », sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le )
  96. Bourdelle & Merlet 1991, p. 109.
  97. (en) « The Venus of l'abri d'Enval », sur donsmaps.com (consulté en ).
  98. [Bourdelle et al. 1971] Yves Bourdelle, Jacques Virmont et Henri Delporte, « Le gisement magdalénien et la vénus d'Enval, commune de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) », L'Anthropologie, vol. 75, nos 1-2,‎ , p. 119-127.
  99. Centre France, « Enval abrite un site archéologique tenu comme important », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  100. France et les frères Limbourg, Le Christ de pitié soutenu par saint Jean l’Evangéliste en présence de la Vierge et de deux anges., (lire en ligne)
  101. a b c d e et f Eric Bietry-Rivière et Jean Chichizola, « L'incroyable découverte d'un brocanteur entre au Louvre », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  102. Dominique Thiébault, « Enquête sur un chef-d'œuvre », Grande galerie - Le journal du Louvre, n°34,‎ , p. 66-68
  103. a et b France Auvergne, Jeanne de Bourbon Vendôme, duchesse de Bourbon puis comtesse de Boulogne et d'Auvergne (+ 1521), (lire en ligne)
  104. Etienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, tome premier, Lyon, Collection Payet, , 480 p. (lire en ligne), p. 351
  105. (en-US) « Triptych for Jean III de La Tour de Boulogne, comte d’Auvergne, and Jeanne de Bourbou-Vendȏme, Comtesse de Boulogne et d’Auvergne », sur North Carolina Museum of Art, (consulté le )
  106. (en) Colin Eisler, Complete Catalogue of the Samuel H. Kress Collection - European paintings excluding italian, Oxford, The Phaidon Press, , 710 p. (ISBN 0714814539, lire en ligne), p. 250
  107. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le )
  108. Charles-René d'Hozier, Volumes reliés du Cabinet des titres : recherches de noblesse, armoriaux, preuves, histoires généalogiques. Armorial général de France, dressé, en vertu de l'édit de 1696, par Charles d'Hozier. (1697-1709). II Auvergne, 1701-1800, 462 p. (lire en ligne), p. 288