Sainte-Agathe (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Agathe
Sainte-Agathe (Puy-de-Dôme)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Daniel Balisoni
2020-2026
Code postal 63120
Code commune 63310
Démographie
Population
municipale
180 hab. (2017 en diminution de 11,76 % par rapport à 2012)
Densité 9,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 19″ nord, 3° 36′ 48″ est
Altitude Min. 439 m
Max. 1 091 m
Superficie 18,31 km2
Élections
Départementales Canton de Thiers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sainte-Agathe
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Sainte-Agathe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Agathe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Agathe

Sainte-Agathe (Santa Agata en occitan) est une commune française, située au cœur du parc naturel régional Livradois-Forez dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Agathe se trouve à 12 kilomètres au sud-est de Thiers et à 54 kilomètres de Clermont-Ferrand.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Bonnabaud
  • l'Obarige
  • Raynaud
  • Mas Thermilhat
  • la Bonnetias
  • le Pommier
  • le Suchel
  • Drulhe
  • la Vacherie
  • la Chassagne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont : Celles-sur-Durolle, Escoutoux, Viscomtat, Vollore-Montagne et Vollore-Ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Sainte-Agathe est devenue indépendante en 1869. Auparavant, elle était rattachée à Vollore-Ville. L'église Saint-Pierre est située en hauteur et domine le bourg.

Des habitants de la commune de 1995 à 2001, détiennent un journal contestataire nommé le Groin de Chignore[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1904 1920 Barthélemy Dumas de Vaulx (1870-1920) liste libérale  
1920   Provenchères-Pegheon liste libérale  
         
1930   Gérard Dumas de Vaulx    
         
2001 2014 Régine Dumas    
2014
(réélu en 2020)
En cours
(au )
Daniel Balisoni[2],[3]   Retraité[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 180 habitants[Note 1], en diminution de 11,76 % par rapport à 2012 (Puy-de-Dôme : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
912915875794785776764728632
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
555550487412336325312247231
1990 1999 2006 2007 2012 2017 - - -
229207196194204180---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Auberge « Le Roc Blanc » inaugurée en 2016[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Périodiques », sur Archives départementales du Puy-de-Dôme (consulté le 30 avril 2019).
  2. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 2 septembre 2020).
  4. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 35 (édition du Puy-de-Dôme).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. « __ VOLLORE - MONTAGNE __ GAZETTE DES MONTAGNARDS », sur vollore-montagne.org (consulté le 30 avril 2019).