Élections municipales françaises de 2001

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les élections municipales françaises de 2001 se sont déroulées les 11 et 18 mars.

Elles ont été marquées par un fort recul de la gauche au bénéfice de la droite, notamment dans les villes populaires mais aussi par quelques victoires symboliques du Parti socialiste dans des villes traditionnellement conservatrices et bourgeoises, marquant une évolution notable de la sociologie politique française.

Si la majorité des villes de plus de 100 000 habitants reste gérée par la droite, celle-ci ne dirige plus que trois des cinq plus grandes villes de France après la perte de sa majorité en siège dans les villes de Paris et de Lyon.

À l'issue du second tour, la droite contrôle 318 municipalités de plus de 15 000 habitants, contre 259 pour l'ensemble de la gauche.

Sommaire

Dispositions légales concernant les élections municipales[modifier | modifier le code]

Durée du mandat[modifier | modifier le code]

Le mandat des conseillers municipaux est normalement fixé à six ans, selon l'article L. 227 du code électoral. Le mandat des maires élus en 2001 a été prolongé d'un an à cause de la trop grande proximité, en 2007, avec les élections présidentielle et législatives, dont certains redoutaient qu'elle ne créât une « cacophonie électorale ». Les élections municipales suivantes en France se sont donc tenues en mars 2008.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les élections municipales en France sont régies par un scrutin proportionnel avec prime majoritaire, à deux tours pour les communes de 3500 habitants ou plus. Le seuil de maintien au second tour est fixé à 10 % des suffrages exprimés.

Pour les communes de moins de 3500 habitants, les conseillers municipaux sont élus au scrutin majoritaire.

Pour les villes de Paris, Lyon et Marseille, la circonscription n'est pas la ville elle-même, mais les conseillers sont élus par arrondissement.

Participation des ressortissants de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

C'est lors des élections municipales de 2001 que, pour la première fois, les citoyens des pays de l'Union européenne peuvent à la fois élire les conseillers municipaux, et être éligibles à ces postes. Cette disposition était contenue dans l'article 8B du traité de Maastricht.

Cependant, les droits de ces citoyens sont limités par l'article 88-3 de la Constitution du 4 octobre 1958, puisqu'ils ne peuvent prétendre au poste de Maire, ni d'adjoint, et ne peuvent participer aux Élections sénatoriales françaises, fonctions considérées comme participant de la souveraineté nationale.

Pour pouvoir s'inscrire sur la liste électorale complémentaire dans leur commune, les ressortissants européens doivent:

  • Être âgés de 18 ans ou plus au jour de la clôture de révision des listes
  • Jouir de leurs droits civiques à la fois en France et dans leur pays d'origine
  • Avoir leur domicile réel dans une commune française, ou prouver qu'ils y résident de manière continue et effective depuis au moins six mois[1].

Parité Hommes / Femmes[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la faible participation des femmes dans la vie publique française, la révision constitutionnelle du 8 juillet 1999 a complété l'article 3 de la Constitution d'un alinéa qui prévoit, par dérogation au principe d'égalité des citoyens, que « la loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives  » .

Cette disposition a été mise en œuvre pour les élections municipales des communes de plus de 3500 habitants par une modification de l'article L 264 du Code électoral, dont la version applicable aux élections de 2001 disposait que « l'écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un. Au sein de chaque groupe entier de six candidats dans l'ordre de présentation de la liste doit figurer un nombre égal de candidats de chaque sexe ».

Cette réforme a eu un effet important, puisque le nombre de femmes élues dans les conseils municipaux concernés a pratiquement doublé, atteignant désormais 47,5 % des conseillers municipaux.

Toutefois, le mécanisme légal permettait des détournements qui ont abouti à ce que seuls 6,6 % des maires des villes de plus de 3500 habitants soient des femmes[2]. Les dispositions de l'article L 264 du code électoral ont donc été renforcées pour les élections de 2008.

Participation[modifier | modifier le code]

Au premier tour, le 11 mars 2001, le taux d'abstention est relativement élevé : 32,7 % des électeurs inscrits sur les listes électorales, ce qui correspond à une augmentation de 2,1 % par rapport aux élections municipales de 1995. Lors des élections de 2008, le ministère de l’Intérieur a revu ce taux d'abstention à 34,5 %.

Le second tour, une semaine plus tard, voit la participation augmenter (+ 2,2 % par rapport au premier tour), 69,5 % des électeurs inscrits ayant voté. Le taux d'abstention de 30,5 % est donc le même que lors des élections de 1995, mais sensiblement plus élevé que pour les élections antérieures.

Résultats par villes[modifier | modifier le code]

Étiquette politique des maires des communes de plus de 100 000 habitants après les élections municipales de 2001

Villes de plus de 150 000 habitants[modifier | modifier le code]

Ville Population (1999) Sortant(e) Élu(e)
Paris 2 125 246 Jean Tiberi Bertrand Delanoë
Marseille 798 430 Jean-Claude Gaudin
Lyon 445 452 Raymond Barre Gérard Collomb
Toulouse 390 350 Dominique Baudis Philippe Douste-Blazy
Nice 342 738 Jacques Peyrat
Nantes 270 251 Jean-Marc Ayrault
Strasbourg 264 115 Catherine Trautmann Fabienne Keller
Montpellier 225 392 Georges Frêche
Bordeaux 215 363 Alain Juppé
Lille 212 597 Pierre Mauroy Martine Aubry
Rennes 206 229 Edmond Hervé
Le Havre 190 905 Antoine Rufenacht
Reims 187 206 Jean-Louis Schneiter
Saint-Étienne 180 210 Michel Thiollière
Toulon 160 639 Jean-Marie Le Chevallier Hubert Falco
Grenoble 153 317 Michel Destot
Dijon 153 151 Robert Poujade François Rebsamen
Angers 151 279 Jean-Claude Antonini

Villes de plus de 8 500 habitants ayant basculé de gauche à droite[modifier | modifier le code]

  • Aix-en-Provence : commune ayant la particularité d'appartenir au rang des agglomérations de plus de 100 000 habitants. Deuxième ville des Bouches-du-Rhône, derrière la "cité phocéenne" ( Marseille qui, dans le classement des quinze plus grandes villes de France, arrive en seconde position et est respectivement suivie des agglomérations de Lyon, Toulouse et Nice) mais devant la commune d'Arles; qui, de la même façon que Brest, Nantes, Blois, Orléans, Strasbourg, Mulhouse, Quimper, Athis-Mons, Châteauroux, Chambéry, Dunkerque, Tourcoing, Maubeuge, Avignon, Beziers, Pessac ou encore Cergy, avait basculé dans l'escarcelle de la gauche à l'occasion du renouvellement des assemblées municipales de 1989.
  • Agde, une commune que le PS administrait depuis 1989.
  • Andrésy
  • Annonay
  • Anzin
  • Apt, aux dépens du PS.
  • Argenteuil : bastion communiste depuis 1934 emporté par Georges Mothron (RPR).
  • Aubergenville : commune des Yvelines que le Parti socialiste gérait depuis 1989.
  • Auchel, commune du Pas-de-Calais jusque là administrée par le PC.
  • Bagnols-sur-Cèze : une commune administrée par le Parti socialiste à deux reprises ; dans un premier temps de 1977 à 1989, puis de 1995 jusqu'à ce que celle-ci ne retourne dans le giron de la droite en 2001.
  • Beauvais : ville de taille moyenne située dans le département de l'Oise, qui, de la même façon que Brest, Rennes, Montpellier, Chartres, Castres, Cherbourg, Le Creusot, Meaux, Tourcoing, Poitiers, Angers, Villeneuve d'Ascq, Valence, Chambéry, Belfort, Dreux ou encore Evry, avait vu leur organe exécutif bouleversé par l'impressionnante percée du « tout jeune Parti socialiste » (alors âgé de 6 ans) aux élections municipales de 1977.
  • Berck : municipalité du Pas-de-Calais remportée par le PS en 1977.
  • Blois : Jack Lang est battu de 37 voix au second tour par Nicolas Perruchot (UDF) en dépit du maintien de la candidature d'un représentant du Front national
  • Bourg-en-Bresse
  • Brignoles, une municipalité conquise par le parti communiste lors des précédentes municipales de 1995.
  • Castres : ville qui, à deux reprises, a vu la couleur rose prédominer le conseil municipal spécifique à cette commune ; dans un premier temps de 1977 à 1989, puis dans un deuxième temps de 1995 à 2001.
  • Chartres : Jean-Pierre Gorges met fin à 23 ans de domination socialiste sur la ville
  • Cahors : patrie de Léon Gambetta, qui fut également administrée pendant plusieurs décennies par le radical Maurice Faure.
  • Castanet-Tolosan
  • Châteaubriant
  • Châteauroux : une ville que le PS dirigée depuis 1989.
  • Colombes : bastion communiste depuis 1965 emporté par une candidate RPF : Nicole Goueta (ralliée ensuite à l'UMP)
  • Courcouronnes
  • Dieppe, Édouard Leveau met fin à 30 années de gestion communiste dans ce port de Seine-Maritime; une municipalité que le parti communiste avait remportée aux élections municipales de 1971 en même temps qu'Amiens, Arles et Calais.
  • Draguignan
  • Drancy, bastion communiste depuis 1935 emporté dès le premier tour par Jean-Christophe Lagarde (UDF).
  • Épinay-sur-Seine : ville emblématique du Parti socialiste, puisque ce fut dans cette commune que s'était tenu le cinquante-huitième congrès de la SFIO, habituellement désigné « congrès d'Épinay » de juin 1971.
  • Évreux : bastion communiste remporté par Jean-Louis Debré (RPR)
  • Fâches-Thumesnil, municipalité remportée par le PS aux municipales de 1977.
  • Firminy
  • Fondettes
  • Fourmies (aux dépens du PC)
  • Goussainville : une municipalité dans laquelle le Parti communiste se vit renversé par le RPR à l'issue du renouvellement des 13 et 20 mars 1983; le PC est toutefois parvenu à reconquérir cette ville lors des précédentes municipales de 1995, en même temps que Nîmes, Sète (dans le cadre d'une élection municipale partielle en 1996), La Ciotat, Sens et Brignoles.
  • Herblay
  • Hérouville-Saint-Clair
  • La Ciotat
  • La Chapelle-Saint-Luc
  • La Garde : une municipalité que le parti communiste dirigeait depuis 1962.
  • L 'Aigle : aux dépens du PS
  • Lamentin (Guadeloupe)
  • Larmor-Plage
  • La Seyne-sur-Mer
  • La Trinité : commune des Alpes-Maritimes jusque là gérée par le PC.
  • Les Clayes-sous-Bois (ancien bastion communiste)
  • Le Teil
  • Lillebonne
  • Lisieux : défaite d'Yvette Roudy
  • Longjumeau : ville détenue par le PS depuis 1989.
  • Loudéac
  • Lucé
  • Lunel
  • Mâcon
  • Manosque
  • Meylan
  • Miramas
  • Montargis
  • Montauban : Brigitte Barèges fait tomber un bastion socialiste en dépit de la présence au second tour d'un candidat du Front national
  • Montluçon (ancien bastion communiste) élection de Daniel Dugléry
  • Montmagny
  • Meyzieu : une commune dont Jean Poperen, ancien ministre de François Mitterrand durant la première moitié du second septennat présidentiel de celui-ci, fut le maire de 1977 jusqu'à sa mort en 1997.
  • Nîmes : ancienne mairie communiste reconquise par le PCF en 1995 à la faveur d'une quadrangulaire.
  • Oloron-sainte-Marie
  • Orléans : ville centriste gagnée en 1989 par Jean-Pierre Sueur pour le PS
  • Orthez
  • Ostwald
  • Ozoir-la-Ferrière, ville conquise par le PS lors des précédentes municipales de 1995, en même temps que Pontoise, Digne-les-Bains, Tours, Arles, Rouen (la ville de Jean Lecanuet, fondateur du Centre Démocrate en 1965 avant que ce dernier ne soit absorbé par le Centre des Démocrates sociaux lors du congrès de Rennes des 21 et 23 mai 1976, un courant prônant la « démocratie-chrétienne » qu'il dirigea jusqu'en 1982 avant de passer la main à Pierre Méhaignerie, également premier président de l'UDF du 1er février 1978 au 30 juin 1988 ; il présida le conseil municipal de Rouen de 1968 jusqu'à sa mort en 1993), Grenoble ou encore Sarcelles.
  • Passy (Haute-Savoie) : marie oscillant entre les communistes et les personnages politiques sans étiquette (par nature divers droite)[Quoi ?], en raison de la population ouvrière
  • Pélissanne : défaite de Jean-Marie Magnan (PRG) qui administrait cette commune des Bouches-du-Rhône depuis 1973.
  • Pithiviers
  • Parthenay
  • Plaisir
  • Plougastel-Daoulas
  • Plouzané
  • Pontoise : ville conquise par le PS lors des précédente municipales de 1995.
  • Pont-saint-Maxence : où la majorité socialiste, en place depuis 1977, est renversée par une liste d'union de la droite emmenée par Antoine Aubrée
  • Pont-saint-Maxime
  • Portes-lès-Valence
  • Quimper, où la victoire de la droite tourne la page à douze années de gestion socialiste.
  • Roanne (ancien bastion de Jean Auroux)
  • Rognac : une commune des Bouches-du-Rhône qu'administrait le socialiste Georges Batiget depuis trois décennies.
  • Rouen : Pierre Albertini reprend de justesse une ville traditionnellement à droite et conquise par Yvon Robert (PS) en 1995.
  • Saint-André-lez-Lille, remportée par Olivier Henno (UDF) aux dépens du PS.
  • Saint-André-les-Vergers
  • Saint-Benoît (La Réunion)
  • Saint-Brieuc (la ville était gérée par le PSU puis le PS depuis 1962)
  • Saint-Brice-sous-Forêt
  • Saint-Cyr-l'École (ancien bastion communiste)
  • Saint-Claude : municipalité conquise par le Parti communiste lors des précédentes élections municipales de 1995.
  • Saint-Denis (La Réunion)
  • Saintes
  • Saint-Fons
  • Saint-Gaudens
  • Saint-Jean-de-Braye : Jacques Chevalier (UMP) s'empare d'une municipalité qui jusque là était sous la tutelle du parti socialiste.
  • Saint-Louis (La Réunion)
  • Saint-Pierre (La Réunion)
  • Saint-Remy-de-Provence
  • Sélestat
  • Séné
  • Sens
  • Sète (ancienne mairie communiste, mais tenue par l'UDF Yves Marchand de 1983 à l'élection partielle de 1996)
  • Sin-le-Noble (aux dépens du pc)
  • Strasbourg : défaite de l'ancien maire PS Catherine Trautmann face à Fabienne Keller (UDF)
  • Tarbes : défaite de l'ancien maire communiste Raymond Erraçarret face à Gérard Trémège (UMP)
  • Thouars
  • Tonneins
  • Vanves
  • Vienne : Jacques Remiller, conseiller général UDF passé à l'UMP en 2002, parvient à prendre cette ville socialiste depuis 1931
  • Vigneux-sur-Seine
  • Villefranche-de-Rouergue
  • Villeneuve-le-Roi (au détriment du Parti communiste)
  • Villepinte
  • Villers-Cotterêts
  • Vitry-le-François : Jean-Pierre Bouquet (PS), candidat sortant perd le bastion Vitryat face à Michel Biard (UMP).
  • Woippy

Villes de plus de 8 500 habitants ayant basculé de droite à gauche[modifier | modifier le code]

  • Paris : avec 4 000 voix de moins que l'ensemble de la droite mais douze arrondissements sur vingt dont certains furent conquis de haute lutte (IIe, IXe, XIIe arrondissements), Bertrand Delanoë devient ainsi le premier maire de gauche de la capitale.
  • Lyon : avec 10 000 voix de moins que ses adversaires de droite Jean-Michel Dubernard et Charles Millon, Gérard Collomb empoche néanmoins six arrondissements sur neuf et devient le premier maire socialiste de la capitale des Gaules
  • Agen
  • Ajaccio : défaite du bonapartisme municipal devant une liste de gauche sur laquelle figurait le prince Charles Napoléon.
  • Amboise : défaite de Bernard Debré
  • Auxerre : la ville de Jean-Pierre Soisson passe à gauche lors d'une triangulaire avec deux listes de droite
  • Beaumont
  • Bolbec (à la faveur du Parti communiste)
  • Blanquefort : Vincent Feltesse fait basculer la commune à gauche pour la première fois de son histoire.
  • Brétigny-sur-Orge
  • Chambray-lès-Tours
  • Clamart : la ville passe de l'UDF à la gauche avec une liste PS, PCF, et Verts.
  • Cugnaux
  • Cusset : où le communiste René Bardet reprend une municipalité traditionnellement de gauche, conquise par Joseph Bléthon (divers Droite) en 1995.
  • Dijon : François Rebsamen devient le premier maire socialiste de la ville depuis la Seconde Guerre mondiale
  • Épinay-sous-Sénart
  • Éragny: regagné à gauche par Dominique Gillot, secrétaire d'État aux Personnes âgées
  • Lattes : victoire du divers gauche_ Cyril Meunier sur le sortant Michel Vaillat ( UDF-DL).
  • Le Puy-en-Velay
  • Les Lilas
  • L'Isle-sur-la-Sorgue
  • Maubeuge : commune du Nord administrée par le socialiste Alain Carpentier de 1989 à 1995 avant que celui-ci ne soit renversé par Jean-Claude Decagny (UDF), qui, à son tour, sera défait par le socialiste Remi Pauvros à l'occasion de ce scrutin municipal.
  • Onet-le-Château
  • Palaiseau
  • Quimperlé
  • Rochefort
  • Roissy-en-Brie
  • Sevran, qui, très certainement, apparaît comme la seule et unique ville de taille moyenne dans laquelle le Parti communiste est parvenu à faire basculer une formation politique de droite, jusque là majoritaire, dans le camp de l'opposition.
  • Saint-Estève
  • Sainte-Savine
  • Saumur
  • Torcy
  • Tournon-sur-Rhône
  • Tulle : François Hollande reprend une mairie traditionnellement à gauche, emportée par Raymond-Max Aubert (RPR) en 1995
  • Vaires-sur-Marne
  • Villeneuve-sur-Lot
  • Villers-lès-Nancy : Pascal Jacquemin (PS) l'emporte face au sénateur-maire sortant, Jean Bernadaux dans le cadre d'une "pentagonale" (maintien de 5 listes au second tour dont 3 listes de droite, 1 liste de gauche plurielle et 1 liste d'extrême-gauche)).
  • La Motte-Servolex Gérard Perrier (Verts) gagne contre toute attente les municipales avec moins de 60 voix d'avance. La victoire lui est souvent imputée de par la présence de Robert Percevaux (PC), figure emblématique du PC Rhône-Alpes.

L'élection dans les grandes villes[modifier | modifier le code]

Aix-en-Provence[modifier | modifier le code]

Maire sortant : Jean-François Picheral (PS) 1989-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix
Maryse Joissains-Masini Divers de droite 6 725 16,45 % 50,69 %
Jean Chorro RPR-DL 5 679 13,89 %
Jean-François Picheral PSGauche plurielle (PCF - Les Verts-PRG-MDC) 13 551 33,15 % 49,31 %
  François-Xavier de Peretti UDF 5 680 13,89 %
Damien Barillier MNR 3 986 9,75 %
  Lucien Ambroggiani Divers gauche 3 320 8,12 %
  Benoît Hubert LCR 1 941 4,75 %

Albi[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Philippe Bonnecarrère (RPR puis DVD) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Philippe Bonnecarrère RPR-UDF-DL 49,28 % 60,35 %
PS/Union de la gauche (PCF-PRG) 28,14 % 39,64 %
Les Verts 8,84 %
Divers gauche 8,76  %
FN 4,96  %

Amiens[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Gilles de Robien (UDF/PR) 1989-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix %
Gilles de Robien Liste de centredroite (UDF/PR - RPR) 20 959 52,05 %
Maxime Gremetz Union de la gauche (PCF-PS-PRG-MDC) 8 481 21,06 %
Christophe Forquier Les Verts 3 587 8,90 %
Lionel Payet MNR 2 205 5,47 %
Philippe Théveniaud RPF 1 918 4,76 %
Bruno Paleni LO 1 427 3,54 %
Yves Dupille FN 1 019 2,53 %
Francis Dollé LCR 675 1,67 %

Angers[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Claude Antonini (PS) 1998-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Claude Antonini «Aimer Angers» Gauche plurielle (PS/PCF/ Les Verts/PRG/MRC) 46,71 % 57,34 %
Dominique Richard UDF/RPR/ DL 34,38 % 42,66 %
Marie-Louise Dupas LO 5,62 %
Motte MNR 5,39 %
Jocelyne Poirrier «Citoyenneté pour tous» (Divers gauche) 4,26 %
Gérard Ducreux «Vivre Angers» (RPF) 3,63 %

Angoulême[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Georges Chavanes (UDF) 1989-1997 et Philippe Mottet (UDF) 1997-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Philippe Mottet Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 49,59 % 59,29 %
Jean-Claude Viollet PS/Union de la gauche (PCF-MRG) 34,17 % 40,72 %
Jacques Dutheil Les Verts 6,51 %
Alain Mousnier MNR 4,38 %
Jean-Pierre Courtois LO 2,75 %
Michel de Bœuf LCR 2,60 %

Annecy[modifier | modifier le code]

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix % Sièges
Bernard Bosson Liste de centredroite (UDF/FD-RPR) 5 934 41,8 % 7 233 48,9 % 34
Excoffier Gauche plurielle (PS - Les Verts - PCF - PRG - MDC) 4 570 32,21 % 5 597 37,9 % 8
Divers de droite 1 570 11,07 % 1 935 13,1 % 3
Front National 933 6,5 %
MNR 592 4,17 %
Extrême gauche 588 4,1 %
  • Premier tour:Inscrits: 27540 Exprimés: 14187
  • Second tour:Inscrits: 27540, Exprimés: 14765

Argenteuil[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Roger Ouvrard (PCF) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Roger Ouvrard Union de la gauche (PCFPS-MDC-PRG) 34,60 % 41,64 %
Alima Boumediene-Thiery Les Verts 7,57 %
Georges Mothron RPR-UDF-DL 34,30 % 51,08 %
Micheline Bruna FN 14,31 % 7,28 %
Patrice Crunil LO 5,64 %
Homar Slaouti LCR 3,58 %

Arles[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Paolo Toeschi (PS) 1998-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Hervé Schiavetti Liste “Arles Ensemble” (PCF dissident) 33,04 % 52,31 %
Paolo Toeschi PS - PCF 22,88 %
Vernet RPR-UDF-DL 22,89 % 37,43 %
Scifo CPNT 11,49 % 10,26 %
Viterbi Les Verts 4,52 %
Bouchikni Divers gauche 2,84 %
Leclerc Extrême gauche 2,34 %

Arras[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Marie Vanlerenberghe (UDF-FD) 1995-2001

  • Premier tour
Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Marie Vanlerenberghe Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 48,50 % 44,09 %
Barbier PSUnion de la gauche (PCF) 35,25 % 55,91 %
Hélène Flautre Les Verts 8,34 %
Vilette Divers de droite 4,05 %
Alexandre MDC 3,85 %

Aubervilliers[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jack Ralite (PCF) 1984-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix %
Jack Ralite Gauche plurielle (PCF-PS- Les Verts-PRG-MDC) 3 163 30,72 % 3 807 34,59 %
Thierry Augy (UDF-RPR) 2 442 23,72 % 3 557 32,32 %
Jean-Jacques Karman «Faire mieux à gauche» (PCF dissident) 2 705 23,56 % 2 911 26,45 %
Raymond Labois UDF/FD dissident 1 127 10,95 % 731 6,64 %
Danielle Clause Extrême gauche 212 2,06 %
Michel Jouannin LO 627 6,09 %
Laurent Golon « 100 % à Gauche » LCR 298 2,89 %
  • Second tour
  • Premier tour: Inscrits : 22 771 Votants : 10 938 Exprimés : 10 295
  • Second tour: Inscrits : 22 771 Votants : 11 408 Exprimés : 11 006

Auch[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Claude Desbons (PS) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix % Sièges
Claude Bétaille Gauche plurielle (PS-Les Verts-PCF-PRG) 4 997 55,09 % 28
Daguin DL-RPR- UDF 2 994 33,01 % 5
Jean Falco Extrême gauche 1 079 11,9 % 2

Maire élu: Claude Bétaille (PS)

Auxerre[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean Garnault 1998-2001 (RPR)

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Guy Ferez PSUnion de la gauche (PCF-PRG-MDC) 28,49 % 42,52 %
Les Verts 10,68 %
RPR-UDF-DL 24,49 % 31,70 %
Divers de droite 23,38 % 25,78 %
FN 6,16 %
Claudine Lafaye Divers de droite 4,45 %
PT 2,36 %

Avignon[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Marie-Josée Roig RPR 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix
Marie-Josée Roig RPR-UDF-DL 16 348 49,81 % 63,61 %
Élisabeth Guigou Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts-PRG-MDC) 10 349 31,53 % 36,39 %
Thibaut de La Tocnaye FN 2 914 8,87 %
José Rodriguez Divers gauche 1 255 3,82 %
André Bonnet MNR 850 2,58 %
Maurice Augustin Divers de droite 757 2,30 %
Marie-Josée Prunet PT 347 1,05 %

Beauvais[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Walter Amsallem (PS) 1977-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Walter Amsallem PS 28,57 % 47,37 %
Aury PCF 13,04 %
Caroline Cayeux Liste de centredroite (RPR-UDF-DL) 24,85 % 47,37 %
Néhorai Divers de droite 10,33 % 9,18 %
Isoré MNR 8,05 %
Pruvost FN 6,66 %
Gairin PS diss. 4,25 %
Laporte Extrême gauche 2,34 %

Belfort[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Pierre Chevènement 1989-1997 et Jackie Drouet 1997-2001 (MDC)

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Pierre Chevènement Union de la gauche (MDC-PS-PCF-PRG) 40,02 % 55,29 %
Fousseret Les Verts 9,35 %
Grudler RPR/DL-UDF 19,23 % 44,71 %
Munnier FN 8,65 %
Lajeanne MNR 5,66 %
Belot LO 4,66 %
Grasselet Extrême gauche 1,68 %

Besançon[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Robert Schwint (PS) 1977-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Jean-Louis Fousseret PS - Union de la gauche (PCF - PRG - MRC) 31,71 % 55,3 % 43 (22 PS, 9 Verts, 6 société civile, 3 PCF, 3 DVG)
Éric Alauzet Les Verts 16,05 %
Jean Rosselot RPR - MPF 19,23 % 44,7 % 12 (7 RPR/UMP, 4 DL/UDF, 1 MPF)
Nicole Weinman DL 11,17 %
Sophie Montel FN 7,25 %
Jean-Philippe Allenbach Parti fédéraliste 4,08 %
Jacques Vuillemin DVG 3,99 %
Marie-France Roche LO 3,83 %
Agnès Belin MNR 2,66 %

Beziers[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Raymond Couderc (UDF/PR-DL) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix %
Raymond Couderc DL-RPR-UDF 14 113 50,48 %
Jean-Claude Gayssot Gauche plurielle (PCF-PS-PRG-MDC) 9 716 34,75 %
Francine Lopez-Commenge FN 1 974 7,06 %
Jean-Pierre Hortoland Les Verts 1 103 3,94 %
Yves Untereiner MNR 1 051 3,75 %

Blois[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jack Lang (PS) 1989-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jack Lang Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts-PRG-MDC) 34,63 % 45,09 %
Nicolas Perruchot UDF/NC-DL 26,41 % 45,31 %
Jacques Chauvin RPR 13,36 %
Peyrecave FN 17,47 % 9,61 %
Petit-Hassan « 100 % à Gauche » LCR 8,13 %

Bobigny[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Bernard Birsinger (PCF) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix
Bernard Birsinger Gauche plurielle (PCF-PS-Les Verts-MDC-PRG) 65,08 %
Marchenoir MNR 18,21 %
Bonhomme Union de l`opposition (UDF-RPR-DL) 16,71 %

Bordeaux[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Alain Juppé (RPR) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix % Sièges
Alain Juppé "Bordeaux nous rassemble"(RPR-UDF-DL) 30 025 50,96 % 50
Gilles Savary Gauche plurielle (PSPCF - PRG - MDC) 11 775 19,99 % 7
Pierre Hurmic Les Verts 5 652 9,59 % 3
Jacques Colombier Front National 2 969 5,04 % 1
Denis Teisseire Divers gauche 2 204 3,74 %
Karfa Diallo Divers gauche 2 181 3,70 %
Monique Nicolas LCR 1 431 2,43 %
Denis Lacoste LO 1 178 2,00 %
Alain Audebert "Ici Bordeaux"( RPF dissident) 1 024 1,74 %
Jean Jametti "Bordeaux-sécurité"(MNR) 479 0,81 %

Bourges[modifier | modifier le code]

Tête de liste Parti 1er tour
Voix % Sièges
Serge Lepeltier Union de la droite (RPR-UDF-DL) 13 052 50,2 % 37
Jean-Claude Sandrier Gauche plurielle (PCF-PS-Les Verts) 11 624 44,7 % 11
Cordat LO 1 325 5,1 % 1

Brest[modifier | modifier le code]

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix % Sièges
François Cuillandre "Brest en avant toute !" PSGauche plurielle (PCF/ Les Verts/PRG/MDC) 19 648 45,85 % 25 401 57,55 % 44
Yannick Marzin "Ensemble, changeons de cap" (UDF/RPR/DL) 15 164 35,39 % 18 733 42,44 % 11
Hubert Casel "Brest à gauche autrement" LCR 3 028 7,07 %
Olivier Morize "Brest sécurité, moins d'impôts, moins d'immigration" MNR 2 373 5,54 %
André Cherblanc "Lutte ouvrière à Brest" LO 2 029 4,74 %
Roger Calvez "Pour la défense de la commune et de la laïcité" Extrême gauche 608 1,42 %

Caen[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Marie Girault (UDF/PR) 1983-2001

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Brigitte Le Brethon Liste de centredroite (UDF/PR - RPR - DL) 42,24 % 57,92 %
Louis Mexandeau PSUnion de la gauche (PCF-PRG-MDC) 20,73 % 42,08 %
Jean-Pierre Viaud Les Verts 8,48 %
Xavier Lecoutour Divers gauche 9,04 %
Blaise Hersent-Lechartreux Parti du vote blanc 8,07 %
Étienne Adam Extrême gauche 5,29 %
Eric Pinel Front National 3,68 %
Pierre Casevitz LO 2,43 %

Cahors[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Bernard Charles (PRG) 1989-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix
Michel Roumégoux UDF/RPR/ DL 51,14 %
Bernard Charles Gauche plurielle (PS/PCF/ Les Verts/PRG/MRC) 48,86 %

Cambrai[modifier | modifier le code]

Maire sortant: François-Xavier Villain (apparenté RPR) 1992-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix %
François-Xavier Villain Union de la droite (RPR/UDF/DL) 8 690 63,87 %
Pierre-Alain Douay PSGauche plurielle (PCF/ Les Verts/PRG/MDC) 3 211 23,60 %
Jean-Denis Dancourt Divers de droite 982 7,22 %
Albert Ponthieu MNR 722 5,31 %

Châlons-en-Champagne[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Bruno Bourg-Broc (RPR) 1995-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix
Bruno Bourg-Broc Union de la droite (RPR/UDF/DL) 50,80 %
Barberousse PCF 19,89 %
Berthiot PS 19,09 %
Mothe FN 10,22 %

Chambéry[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Louis Besson (PS) 1989-1997 et André Gilbertas (divers app. PS) 1997-2001

Tête de liste Parti 1er tour
Voix
Louis Besson PS - Gauche plurielle 50,56 %
Dullin DL/UMP-RPR-UDF 49,44 %

Châteauroux[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Yves Gâteau (PS) 1989-1995

Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-François Mayet RPR-UDF-DL 46,13 % 52,54 %
Jean-Yves Gâteau PSGauche plurielle (PCF- Les Verts-MDC) 45,80 % 47,45 %
Arroyo PRG 8,07 %

Cherbourg-Octeville[modifier | modifier le code]

Principaux candidats 
Tête de liste Parti 1er tour 2d tour
Voix % Voix % Sièges
Bernard Cazeneuve Gauche plurielle (PS - Les Verts - PCF - PRG) 5 975 48,98 % 6 998 55,09 % 34
Jean Lemière RPR-UDF-DL 4 675 38,32 % 5 697 44,91 % 9
Régine Mrowka Liste “Ouvrière” (LO) 1 083 8,88 %
Charles Valot “Tous tout simplement” (Sans étiquette) 466 3,82 %
  • Premier tour. - Inscrits : 23 759. Votants : 12 781. Exprimés : 12 199. Participation : 53,79 %. Abstention : 46,21 % .
  • Second tour. - Inscrits : 23 759. Votants : 13 204. Exprimés : 12 685. Participation : 55,57 %. Abstention : 44,43 % .

Clermont-Ferrand[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Serge Godard 1997-2001 et Roger Quilliot PS 1973-1997

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Serge Godard PSGauche plurielle (PCF- Les Verts-PRG-MDC) 15 599 43,46 % 57,57 %
Alain Laffont LCR 3 077 8,57 %
Paule Oudot Union de la droite (UDF-DL-RPR) 5 907 16,45 % 21,65 %
Michel Fanget UDF dissident 5 207 14,50 % 20,78 %
Claudine Lafaye Divers de droite 2 149 5,98 %
Abel Poitrineau MNR 2 101 5,85 %
Daniel Séguy LO 1 852 5,15 %

Dijon[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Robert Poujade (RPR) 1971-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
François Rebsamen PSGauche plurielle (PCF - Les Verts - PRG) 42,16 % 52,14 %
Jean-François Bazin RPR - UDF - DL 39,76 % 47,85 %
Charles Cavin FN 5,70 %
Pierre Pertus MDC 5,56 %
Lucien Perron PT 1,55 %
Jacqueline Lambert LO 2,58 %
Nadine Gillaizeau MNR 2,69 %

Drancy[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Gilbert Conte (PCF) 1997-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Jean-Christophe Lagarde UDF-RPR-DL 50,84 %
Gilbert Conte Gauche plurielle (PCF-PS- Les Verts-PRG-MDC) 41,35 %
Valdenebro LO 7,81 %

Dunkerque[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Michel Delebarre PS 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Michel Delebarre PSGauche plurielle (PCF- Les Verts-PRG-MDC) 14 913 49,86 % 55,64 %
Franck Dhersin RPR - UDF - DL 9 250 30,93 % 31,87 %
Philippe Eymery MNR 3 947 13,19 % 12,49 %
Jacques Volant LO 1 795 6,00 %

Grenoble[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Michel Destot (PS) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Max Micoud RPR - UDF - DL 13 323 34,68 % 51,04 %
Michel Destot Gauche plurielle (PSPCF - PRG - MDC) 11 475 29,87 % 48,95 %
Pierre Kermen Les Verts - «GO Citoyenneté» DVG 7 596 19,77 %
Hugues Petit Front National 2 769 7,20 %
Roland Calmel LO 1 298 3,37 %
Roseline Vachetta LCR 1 016 2,64 %
Jean-Pierre Doujon PT 939 2,44 %

La Rochelle[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Maxime Bono (PS) 1999-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix Sièges
Maxime Bono PSGauche plurielle (PRG - PCF - Les Verts) 15 190 67,36 % 43(PS 16,PRG 12,PCF 9,Verts 4,DVG 2)
Philippe Chastenet UDF 3 366 14,93 % 4
André Rougé RPR 2 302 10,21 % 2
Gilles Bredillot MNR 1 080 4,79 %

La Roche-sur-Yon[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jacques Auxiette (PS) 1977-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Boursier Divers gauche 14,41 %
Jacques Auxiette Gauche plurielle (PS-Les Verts-PCF-PRG) 53,50 %
Couturier UDF-DL-RPR 32,19 %

Le Havre[modifier | modifier le code]

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Antoine Rufenacht RPR - UDF - DL 46,10 % 57,87 %
Daniel Paul Gauche plurielle - (PCF-PS) 23,11 % 42,13 %
Paul Dhaille PRG (PS dissident) 10,84 %
Philippe Fouché-Saillenfest MNR 6,47 %
Jean-François Touzé FN 5,30 %
François Leroux LCR 3,86 %
Éric Donfu DVG 3,48 %
Zimmermann Extreme gauche 0,84 %
  • Premier tour. Taux de participation était de 54,41 %, soit 45,59 % d'abstention.
  • Second tour. Taux de participation était de 55,51 %, soit 44,49 % d'abstention.

Le Mans[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Robert Jarry MGP (PCF dissident) 1977-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Jean-Claude Boulard Gauche plurielle (PSMGP - PCF - Les Verts - PRG - MDC) 25 481 47,58 % 29 515 51,65 % 42
Jean-Marie Geveaux RPR - UDF - DL 23 181 43,28 % 27 628 48,35 % 13
François Garcia LO 2 784 5,20 %
Pierre-Jean Bodiger Front National 2 112 3,94 %
  • Premier tour: Inscrits: 93151 Exprimés: 53558 Votants: 55579
  • Second tour: Inscrits: 93151 Exprimés: 57143

Lille[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Pierre Mauroy (PS) 1972-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Martine Aubry PSGauche plurielle (PCF-PRG - MDC) 18 767 34,52 % 49,60 %
Eric Quiquet Les Verts 8 437 15,52 %
Christian Decocq Union de la droite (RPR - UDF - DL) 11 967 22,01 % 37,54 %
Philippe Bernard Front National 6 271 11,53 % 12,86 %
Nicole Baudrin LO 2 954 5,43 %
Alain Bienvenu (RPF) 2 533 4,65 %
Nicolas Taquet LCR 1 793 3,29 %
Farid Sellani Divers gauche 1 242 2,28 %
Martine Montagne PT 393 0,72 %

Limoges[modifier | modifier le code]

Tête de liste Liste 1er tour
Voix Sièges
Alain Rodet PSUnion de la gauche (PCF-ADS-PRG-MDC- Ecolo) 25 143 53,05 % 44 (30 PS/DVG, 8 PC, 4 Ecolo, 2 ADS)
Beatrice Martineau (RPR-UDF) 9 150 19,31 % 6 (5 RPR/UMP, 1 UDF)
Jean-Louis Pages Les Verts 3 586 7,57 % 2
Philippe Pauliat-Defaye DVD 3 553 7,50 % 2
Antoine Orabona MNR 2 743 5,79 % 1
Claudine Roussie LO 1 772 3,74 %
Daniel Clerembaux LCR 1 450 3,06 %

Lons-le-Saunier[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jacques Pélissard (RPR) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Jacques Pélissard RPR-UDF-DL 61,82 %
Yves Colmou Gauche plurielle (PS-PCF- Les Verts-MDC-PRG) 38,17 %

Lorient[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Norbert Métairie (PS) 1998-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Norbert Métairie PS/Gauche plurielle (PCF-Les Verts-UDB) 47,26 % 58,8 %
RPR-UDF-DL 29,29 % 41,1 %
DL dissident 8,97 %
MNR 6,50  %
Divers gauche 7,96  %

Lyon[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Raymond Barre (UDF) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Gérard Collomb PSGauche plurielle (Les Verts-PCF-PRG-MDC) 32,95 %
Michel Mercier Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 24,44 %
Charles Millon Divers de droite 23,10 %
LCR 3,92 %
Autres 3,28 %
LO 1,85 %
Divers de droite 1,60 %
De Gaulle Front National 6,94 %
PT 0,52 %
Ecologistes 0,43 %
Le Gallou MNR 0,46 %
Divers gauche 0,21 %
UDF diss. 0,27 %

Marseille[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Claude Gaudin |UDF/PR 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
René Olmeta Gauche plurielle (PSPCF - Les Verts - PRG - MDC) 62 418 30,20 % 69 815 39,21 %
Jean-Claude Gaudin UDF-PR/RPR 82 234 39,79 % 86 472 48,57 %
Bruno Mégret MNR 21 579 10,44 % 21 745 12,21 %
Front National 15 113 7,31 %
Extrême gauche 8 628 4,17 %
Divers gauche 9 446 4,57 %
Divers de droite 7 260 3,51 %

Metz[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Marie Rausch (UDF/CDS) 1971-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Dominique Gros Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts) 22,80 % 35,91 %
Jean-Marie Rausch UDF-DL 36,98 % 46,78 %
Marie-Jo Zimmermann RPR 16,13 % 17,31 %
Thierry Gourlot FN 6,27 %
Jean-Christophe Legrand Divers de droite 5,95 %
Étienne Hodara LO 4,21 %
Jacques Marchal MNR 3,42 %
Daniel Delrez PRG 2,94 %
Di Batista PT 1,30 %

Montauban[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Roland Garrigues (PS) 1994-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Brigitte Barèges Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 9 098 42,56 % 51,41 %
Roland Garrigues Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts-PRG-MDC) 9 849 46,07 % 44,66 %
Magnani FN 2 431 11,37 % 3,93 %

Montpellier[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Georges Frêche (PS) 1977-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Georges Frêche PS – “Union de la gauche”(PCF - PRG - MDC) 38,76 % 56,34 %
Les Verts 12,54 %
Liste de centredroite (RPR - UDF - DL) 17,72 % 43,65 %
Extrême gauche 8,08 %
Divers de droite 8,34 %
Front National 7,49 %
MNR 4,03 %
Ecologistes 3,04 %

Montreuil[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Pierre Brard (PCF) 1984-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Jean-Pierre Brard "Montreuil solidaire" Gauche plurielle (PCF-PS-MDC) 7 907 38,90 % 8 772 42,59 % 38
Patrick Petitjean "Montreuil-Ville-Ouverte" (Les Verts) 4 100 20,17 % 5 924 28,76 % 8
Marie-France Attia Liste de centredroite "Montreuil renouveau" (RPR - UDF-DL) 3 424 16,85 % 3 792 18,41 % 5
Michel Bouiges "Montreuil sécurité" (MNR) 2 326 11,44 % 2 108 10,23 % 2
Annie Rieupet (LO) 961 4,73 %
François Mailloux « 100 % à Gauche » (LCR) 895 4,40 %
Christel Keiser "Démocratie communale" (PT) 713 3,51 %
  • Premier tour. Inscrits: 44635 Votants: 21327 Exprimés: 20326
  • Second tour. Inscrits: 44635 Votants: 21228 Exprimés: 20596

Mulhouse[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Marie Bockel (PS) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Marie Bockel Gauche plurielle (PS-PCF- Les Verts-PRG-MRC) 45,08 % 52,35 %
Bernard Stoessel Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 22,61 % 26,40 %
Gérard Freulet MNR 20,11 % 21,25 %
Patrick Binder FN 6,80 %
Ruch Extrême gauche 5,40 %

Nancy[modifier | modifier le code]

Maire sortant: André Rossinot (UDF/Parti Radical) 1983-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
André Rossinot Liste de centredroite (UDF/Radical-RPR-DL) 10 961 42,74 % 50,81 %
Jean-Yves Le Déaut Gauche plurielle (PSPCF - Les Verts - PRG - MDC) 6 750 26,32 % 35,78 %
Françoise Hervé Divers de droite 4 368 17,03 % 13,41 %
Philippe Louis GE 1 521 5,93 %
Christiane Nimsgern LO 1 156 4,50 %
Isabelle Gérard LCR 889 3,46 %

Nanterre[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jacqueline Fraysse (PCF) 1988-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jacqueline Fraysse Gauche plurielle (PCF-PS-MDC) 44,52 % 45,29 %
Creuzet Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 33,31 % 38,51 %
Demercastel Les Verts 15,85 % 16,20 %
Vilotic Extrême gauche 1,83 %
Schweizer «100 % à Gauche» (LCR) 4,49 %

Nantes[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Marc Ayrault (PS ) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Hélène Defrance LO 4 650 5,52 %
Jean-Marc Ayrault PSGauche plurielle (PCF - Les Verts - PRG - MDC) 46 212 54,94 %
Jean-Luc Harousseau Liste de centredroite (RPR-UDF-DL) 28 721 34,14 %
Pierre Péraldi MNR 1 981 2,35 %
Philippe Bruneau Front National 2 543 3,02 %

Nevers[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Didier Boulaud (PS) 1993-1995

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Didier Boulaud Gauche plurielle/PS (PCF-Les Verts-PRG-MRC) 48,61 % 53,23 %
Morel UDF-RPR- DL 36,37 % 46,76 %
Lemoine LO 8,68 %
Mechin Divers gauche 6,34 %

Nice[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jacques Peyrat (RPR) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Patrick Mottard Gauche plurielle (PSPCF - Les Verts - PRG - MDC) 28 581 28,57 % 45 916 41,31 %
Jacques Peyrat (RPR exFN) Liste de centredroite (RPR-UDF-DL-MPF) 37 256 37,25 % 49 440 44,48 %
Marie-France Stirbois FN 11 981 11,98 % 15 788 14,20 %
Jacqueline Mathieu-Obadia Divers de droite 8 026 8,02 %
Joseph Ciccolini Divers gauche 4 789 4,79 %
Jean Icart MEI - Divers de droite 4 723 4,72 %
Xavier Caittucoli MNR 3 025 3,02 %
Alain Roullier Régionaliste niçois 1 640 1,64 %

Nîmes[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Alain Clary (PCF) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Alain Clary Gauche plurielle (PCFPS- Les Verts-MDC-PRG) 34,28 % 44,33 %
Jean-Paul Fournier Liste de centredroite (RPR-UDF-DL) 34,09 % 55,67 %
Lucien Ruty FN 9,54 %
Élizabeth Pascal MNR 5,85 %
Jean-François Detrie Ecologistes/DVG 5,71 %
Jacky Sagnard Divers droite 4,61 %
Christophe Jalaguier "Les 500" (Divers gauche) 2,46 %
Paul Raynaud Divers droite 1,79 %
Abdelkader Maada « Citoyens à part entière » (divers) 1,67 %

Niort[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Bernard Bellec (PS) 1985-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Bernard Bellec PSGauche plurielle (Les Verts-PCF-PRG-MDC) 47,92 % 51,05 %
Garcia Liste de centredroite (RPR-UDF-DL) 38,45 % 48,95 %
Veyssière PT 8,82 %
Jean-Romée Charbonneau FN 4,81 %

Orléans[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Pierre Sueur (PS) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Pierre Sueur PS 42,53 % 47,57 %
Serge Grouard RPR-UDF-DL 44,01 % 52,42 %
PCF 8,96 %
LO 4,50 %

Paris[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean Tiberi (RPR) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix % Voix
Bertrand Delanoë PSUnion de la gauche (PCF - PRG - MDC) 193 726 31,31 % 48,6 %
Yves Contassot Les Verts 76 441 12,35 %
Philippe Séguin Liste de centredroite (RPR - UDF-DL) 159 279 25,74 % 33,4 %
Jean Tiberi Divers de droite 86 147 13,92 % 15,2 %
Divers de droite 28 626 4,63 % 2,8 %
Charles De Gaulle Front National 21 500 3,47 %
Jean-Yves Le Gallou MNR 13 908 2,25 %
LO 12 932 2,09 %
Autres 8 688 1,40 %
LCR 7 363 1,19 %
Ecologistes 4 785 0,77 %
PT 3 093 0,50 %
Extrême gauche 1 809 0,29 %
Divers gauche 481 0,08 %

Pau[modifier | modifier le code]

Maire sortant: André Labarrère (PS) 1971-1995

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
André Labarrère PSUnion de la gauche (PCF - PRG) 56,67 %
Patrick De Stampa Liste de centredroite (RPR - UDF - DL) 25,39 %
Elisabeth Belaubre Les Verts 12,97 %
Jacques Henriot FN 4,97 %

Périgueux[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Yves Guéna 1971-1997 et Xavier Darcos (RPR) 1997-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Xavier Darcos Liste de centredroite (RPR-UDF-DL) 59,73 %
Michel Moyrand Union de la gauche (PS-PCF-Les Verts-PRG) 33,51 %
Daniel Géry FN 6,77 %

Poitiers[modifier | modifier le code]

Principaux candidats
Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Jacques Santrot Gauche plurielle (PS - Les Verts - PCF - MRG) 48,38 % 53,00 % 38
Élisabeth Morin Liste de centredroite (RPR - UDF - DL) 41,94 % 47,00 % 11
Ludovic Gaillard Liste “Ouvrière” (LO) 5,33 %
Nadine Courilleau Liste “Citoyenne” (LCR) 4,35 %

Privas[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Amédée Imbert (DL) 1979-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix Voix
Michel Valla (DL-RPR) 1 904 50,25 %
Yves Chastan Gauche plurielle (PS) 1885 49,75 %

Taux de participation était de 66,22 %, soit 33,78 % d'abstention

Reims[modifier | modifier le code]

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Adeline Hazan Gauche plurielle (PS-PCF-Les Verts-MRG-MDC) 34,84 % 48,41 % 14
Jean-Louis Schneiter DL-UDF 30,04 % 51,58 % 45
Jean-Claude Thomas RPR 23,75 %
Thomas Rose LO 5,33 %
Anthony Smith LCR 3,55 %
Jean-Pierre Catte DVD 2,46 %

Rennes[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Edmond Hervé (PS) 1977-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Edmond Hervé “Rennes ensemble avec Edmond Hervé” (PS-PCF-Les Verts-UDB-PRG) 25 654 44,64 % 32 991 48
Loïck Lebrun “Rennes, l'élan 2001” (UDF/RPR/DL) 18 395 32,01 % 24 660 13
Patrick Mainguené Motivé-e-s (DVG) 4 725 8,22 %
Françoise Bagnaud “Tous et Toutes Ensemble à Gauche” 2 324 4,04 %
Raymond Madec LO 2 811 4,89 %
Brigitte Neveux “Rennes fait front” (FN) 1 545 2,69 %
Pierre Janton “Entente nationale pour plus de sécurité et moins de gaspillage” (MNR) 1 027 1,79 %
Jean-Paul Tual “Services publics, démocratie communale, laïcité et droits ouvriers” 984 1,71 %

Roubaix[modifier | modifier le code]

Maire sortant: René Vandierendonck (UDF/CDS puis PS) 1994-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
René Vandierendonck Gauche plurielle (PS-PCF-PRG-MRC) 29,54 % 43,21 %
Slimane Tir Les Verts 10,49 %
Arnaud Verspieren Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 20,39 % 34,05 %
Guy Cannie FN 12,81 % 14,42 %
Yves-Pascal Renouard Divers de droite 10,10 % 8,33 %
Yann Phelippeau MNR 6,15 %
Myriam Croenne « Roubaix 100 % à Gauche » (LCR) 4,39 %
Rachid Rizoug "Alternative Citoyenne" (DVG) 3,44 %
Djamel Kerrouche Divers gauche 2,67 %

Rouen[modifier | modifier le code]

Maire sortant : Yvon Robert (PS) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Pierre Albertini Liste de centredroite (UDF - RPR - DL) 35,55 % 51,25 %
Yvon Robert PS – “Union de la gauche”(PCF - PRG - MDC) 34,84 % 48,75 %
Guillaume Grima Les Verts 10,37 %
Dominique Chaboche FN 4,04 %
Hubert de Bailliencourt Divers de droite 3,17 %
Alain Paubert Liste « Rouen 100 % à Gauche » LCR 2,38 %
Gisèle Lapeyre LO 2,96 %
Patricia Nodjiadjim Liste “action infirmières” (Divers) 2,91 %
Gilles Pennelle MNR 3,78 %

Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Patrick Braouezec (PCF) 1991-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Patrick Braouezec Gauche plurielle (PCF-PS- Les Verts-PRG-MDC) 53,00 %
Nicol Liste de centredroite(RPR - UDF - DL) 13,42 %
Galvaire MNR 15,61 %
Julien LO 6,03 %
Bourquin LCR 5,34 %
Chevreau Extrême gauche 2,36 %
Trigory Divers de droite 4,24 %

Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Maire sortant : Michel Thiollière (UDF) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix Sièges
Michel Thiollière Liste de centredroite (UDF-RPR-DL) 17 952 37,44 % 44,95 % 44
Gérard Lindeperg Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts-PRG-MDC) 17 197 35,01 % 42,80 % 13
Charles Perrot FN 8 927 17,41 % 12,24 % 2
Edmond Hubé Divers de droite 2 863 5,60 %
Bakha Bakina Divers gauche 2 330 4,54 %

Saint-Nazaire[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Joël-Guy Batteux (MDC ex PS) 1983-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Joël-Guy Batteux Gauche plurielle (MDC -PS - PCF-Les Verts-UDB-PRG) 53,44 %
Danièle Richard UDF/RPR 23,68 %
Joël Gicquiaud DL- RPF 7,20 %
Jean-Claude Saint-Arroman LO 6,99 %
Closquinet Divers gauche 6,02 %
Le Roux Extrême gauche 2,68 %

Strasbourg[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Catherine Trautmann (PS) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Fabienne Keller Liste de centre droit (UDF/RPR - DL) 29,50 % 50,85 %
Catherine Trautmann PSGauche plurielle (PCF - Les Verts - PRG - MDC) 29,10 % 40,42 %
Petitdemange PS dissident et divers de gauche 12,11 % 8,73 %
Spieler Régionalistes, Divers de droite, MPF 9,21 %
Wehr FN 7,50 %
Dwiazdzinski Liste “Action et Initiative Républicaines" (Divers) 6,23 %
Hoffmann Extrême gauche 1,05 %
Robert LO 2,78 %
Meyer LCR 2,04 %
Bennmann Divers de droite 0,48 %

Tarbes[modifier | modifier le code]

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Gérard Trémège DL-UDF 29,66 % 50,06 %
Calvo RPR 8,6 %
Raymond Erraçarret Gauche plurielle - (PCF-PS-Les Verts-MRG) 40,38 % 49,93 %
Doubrère RPR dissident 8,25 %
Barrère MNR 5,34 %
Zuéras LCR 4,06 %
Meunier LO 3,71 %

Toulouse[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Dominique Baudis (UDF/CDS) 1983-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Philippe Douste-Blazy Liste de centredroite (UDF/FD - RPR - DL) 49 356 41,56 % 55,12 %
Simon François PSGauche plurielle (PCF - PRG - MDC) 33 173 27,83 % 44,87 %
Amokrane Salah Motivé-e-s (DVG) 14 759 12,38 %
Marie-Françoise Mendez Les Verts 7 343 6,16 %
Serge Laroze Front National 4 798 4,03 %
Aline Pailler « 100 % à Gauche » LCR 2 904 2,44 %
Jean-Pascal Serbera MNR 3 162 2,65 %
Robert Roig LO 1 992 1,67 %
Gérard Fourré-Labro Divers de droite 1 077 0,90 %
Dupin PT 436 0,37 %

Tourcoing[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Jean-Pierre Balduyck (PS) 1989-2001

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Pierre Balduyck PSUnion de la gauche (PCF-PRG) 38,32 % 44,92 %
Simone Scharly Les Verts 7,87 %
Christian Vanneste Union de la droite (RPR-UDF-DL) 29,57 % 39,75 %
Christian Baeckeroot Front National 20,53 % 15,33 %
André Hibon (RPF) 3,70 %

Tours[modifier | modifier le code]

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean Germain Union de la gauche”(PSPCF - PRG - MDC) 16 356 41,27 % 21 688 53,48 %
Charles Fournier Les Verts 2 904 7,33 %
Renaud Donnedieu de Vabres Union de l`opposition (RPR - UDF - DL) 14 390 36,31 % 18 868 46,52 %
Jean Verdon FN 1 879 4,74 %
David Martin Écologiste 1 079 2,72 %
Louise Alaux MNR 977 2,46 %
Étienne Cherblanc LO 1 038 2,62 %
Sylvain Fauvinet LCR 614 1,55 %
Yves Héricier PT 398 1,00 %
  • Premier tour: Inscrits : 75021. Votants : 40896 Exprimés : 40095
  • Second tour: Inscrits 75021. Exprimés : 41011 Exprimés : 39635

Valence[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Patrick Labaune (RPR) 1995-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Patrick Labaune Union de l'opposition (RPR - UDF - DL) 13 128 58,88 %
Michèle Rivasi Gauche plurielle” (PSPCF - Les Verts - PRG - MDC) 7 756 34,78 %
Jean Tinlan MNR 522 2,34 %
Romain Roustan FN 889 3,98 %

Villeurbanne[modifier | modifier le code]

Maire sortant: Gilbert Chabroux 1990-1997/1998-2001 et Raymond Terracher 1997-1998 (PS)

Tête de liste Liste 1er tour 2d tour
Voix Voix
Jean-Paul Bret Gauche plurielle (PSPCF- Les Verts-PRG-MDC) 39,70 % 46,09 %
Rendu Union de l'opposition (RPR-UDF-DL) 18,80 % 23,95 %
Vial MNR 16,26 % 15,20 %
Morales Divers gauche 13,58 % 14,75 %
Bruneau LO 6,44 %
Joubert-Laurencin UDF diss. 3,88 %
Guiglion Divers gauche 1,34 %

Vitry-sur-Seine[modifier | modifier le code]

Maire sortant : Alain Audoubert (PCF) 1996-2001

Tête de liste Liste 1er tour
Voix
Alain Audoubert Gauche plurielle (PCF-PS- Les Verts-PRG-MDC) 56,12 %
Rindzunski DL-UDF 16,84 %
Aubert RPF-RPR 15,10 %
Poupardin LCR 8,60 %
Auclerc PT 3,33 %

Résultats par familles politiques[modifier | modifier le code]

Élus municipaux dans les communes de plus de 3500 habitants

Gauche (PC, PS, Verts)[modifier | modifier le code]

  • Parti communiste

Déjà dans une posture délicate lors du précédent scrutin municipal de 1995, qui avait vu la gestion d'un certain nombre de ses fiefs lui être retirée comme ce fut le cas du Havre (qui incontestablement apparaît comme la perte la plus importante pour le Parti communiste, du fait qu'il s'agit d'une municipalité qui, durant plusieurs décennies, était perçue comme le bastion communiste le plus vaste de France), de Thionville, Chalon-en-Champagne, Saint-Quentin, Garges-les-Gonnesse, Corbeil-Essonnes ou encore Bourges, le Parti communiste perd d'une part, un grand nombre de municipalités qu'il était parvenu à conquérir en 1995 (Nîmes, La Ciotat, Sète, Sens, Brignoles, Goussainville) et, dans un même temps plusieurs fiefs qu'il dirigeait depuis plusieurs décennies et dans certains cas depuis plus d'un demi-siècle (Argenteuil, Drancy, Dieppe, Colombes, Evreux, Tarbes, Montluçon, La Garde, Les Clayes-sous-Bois, Vigneux-sur-Seine, Miramas, Villeneuve-le-Roi, Saint-Cyr-l'École).

Les gains de Sevran ou d'Arles (aux dépens du Parti socialiste) ne suffisent pas pour renverser l'effondrement progressif du « communisme municipal », une tendance déjà commencée depuis le scrutin de 1983 (perte de Nîme, Reims, Saint-Étienne, Béziers, Sète, Grasse, Sèvre, Saint-Quentin, Roncq, Épernay, Rosny-sous-Bois, Montfermeil, Franconville, Goussainville, Poissy, Levallois-Perret, Fontenay-le-Fleury, Montargis, Sarcelles, Villeparisis, Orange, Joinville-le-Pont, Neuilly-Plaisance, Beaucaire, Orange, Montereau-Fault-Yonne, Arles, Antony) et confirmée en 1989 avec la perte d'Amiens.

  • Parti socialiste

Le Parti socialiste, quant à lui, perd au total 23 villes de plus de trente mille habitants (en comptabilisant les gains), alors que plusieurs personnalités du parti subissent une défaite cuisante. Ainsi, Catherine Trautmann, ministre de la Culture, ne se voit pas réélire à Strasbourg, tout comme Jack Lang, ministre de l'Éducation nationale, à Blois. En Avignon, Élisabeth Guigou, ministre des Affaires sociales, échoue face à la maire sortante, Marie-Josée Roig. Martine Aubry, qui avait quitté le gouvernement en 2001 pour se consacrer à sa campagne, ne devient maire de Lille qu'avec 49,6 % des voix (et un taux d'abstention de 53 %) dans cette ville historiquement acquise aux socialistes. Les victoires dans plusieurs villes comme Ajaccio, Auxerre (nettement aidée par la présence de deux candidats de droite au second tour), Dijon, ou Salon-de-Provence, et plus encore à Paris et Lyon, ne contrebalancent pas les pertes enregistrées.

Le « parti de la rose » conserve cependant les municipalités de Montpellier (sous les commandes de George Fraîche depuis 1977), Brest, Nantes (toutes les deux remportées par le PS aux élections municipales de 1989), Rennes, conquise par le PS en 1977, La Rochelle, ville qui avait basculé dans l'escarcelle de la gauche à l'occasion des élections municipales de 1971 de la même façon que Pau qui demeure sous administration socialiste, Besançon, Clermont-Ferrand, la ville capitale de la région Auvergne, qui fut administrée pendant près d'un quart de siècle par Roger Quilliot (de 1973 à 1997), Mulhouse, ville du Haut-Rhin qu'administre Jean-Marie Bockel depuis 1989, Charleville-Mézières, que le Parti socialiste contrôle depuis la Libération, Tours, municipalité de plus de 100 000 habitants, qu'avait ravie Jean Germain lors du précédent scrutin de cet nature (en 1995) aux dépens du maire sortant RPR, Jean Royer, Belfort, fief de Jean-Pierre Chevènement, Nevers, administrée par l'ancien premier ministre Pierre Bérégovoy de 1983 à 1993, avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours, un mois après la débâcle historique de la gauche aux élections législatives des 21 et 28 mars qui eut comme conséquence immédiate l'avènement d'une seconde cohabitation (« un raz- de-marée bleu marine-bleu ciel auquel ont survécu une cinquantaine de députés socialiste » qui poussa une majorité de ténors d'un parti s'apprêtant alors à fêter ses 22 ans à mettre le maire de Nevers au premier plan de cette défaite fracassant de la gauche ; l'ancien premier ministre, qui, quelques semaines avant de commettre un tel acte, apparaissait comme un homme profondément seul, désemparé par le fait que l'ensemble des personnalités clefs du parti socialiste avaient désormais choisi d'ignorer l'ancien locataire de Matignon) ; le Parti socialiste garde de justesse la gestion de Grenoble, une agglomération de plus de 100 000 habitants qui, de la même façon que Roubaix, Tourcoing, Epinal, Lunéville, Villemomble, Chalon-sur-Saône, Avignon, Carcassonne, Douai, Chambéry, Les-Pavillons-sous-Bois, Coulommiers, Nemours, Tarascon, Meaux, Pessac, Pontivy, Suresnes, Talence, Hazebrouck, Saint-Omer, Verdun, Hem, Lys-les-Lannoy, Vauvert, Saint-Malo, Granville, Brest, Nantes ou encore Le Chambon-Feugerolles, avait vu son exécutif passer du rose au bleu lors des municipales de 1983 avant qu'elle ne réintègre le giron du parti socialiste aux municipales de 1995, Le Mans où Robert Jarry (PCF dissident) passe la main au socialiste Jean-Claude Boulard.

Le Parti socialiste démontre encore une fois son enracinement profond à Limoges où Alain Rodez, maire sortant PS en fonction depuis 1990, est, de la même façon qu'en 1995, reconduit dans son fauteuil de bourgmestre dès le premier tour (tout comme Jean-Marc Ayrault à Nantes) dans une ville à forte influence communiste acquise à la gauche depuis 1912. Demeurent également dans la sphère du PS les communes de Cherbourg, La Rochelle, Villeneuve d'Ascq, Tourcoing, Dunkerque, Chambéry, Niort, Poitiers, Abbeville, Boulogne-sur-Mer, Béthune, Lens, La Roche-sur-Yon, Villiers-le-Bel, Charleville-Mézières, Pau, Evry, Digne-les-Bains, Le Creusot, Alençon, etc.

  • Les Verts

Les Verts, eux, progressent de manière importante dès le premier tour du scrutin et entrent dans les conseils municipaux de grandes villes[3]. Ils emportent Saumur. À Besançon, ils obtiennent plus de 16 % des voix. Cela confirme un rééquilibrage du rapport de force dans la gauche plurielle, où Les Verts émergent[4].

À Paris et Lyon, leur ralliement à la liste PS est un facteur important dans la victoire de la liste de gauche.

Extrême gauche (LO, LCR)[modifier | modifier le code]

  • Lutte ouvrière

Lutte ouvrière a présenté 128 listes dans 109 villes différentes, qui ont recueilli 4,37 % des suffrages, soit 120 347 voix[réf. nécessaire]. LO obtient ainsi 33 élus dont 11 femmes, dans 22 villes différentes, sans fusionner ses listes au second tour avec la gauche plurielle.

  • Ligue communiste révolutionnaire

La Ligue communiste révolutionnaire a « présenté » ou « soutenu » (selon ses termes) 91 listes[réf. nécessaire], commune avec différents partenaires (associatifs…) intitulées « 100 % à gauche », « Tous Ensemble à Gauche » ou encore « À Gauche Autrement ». Elle a obtenu 4,52 %, soit 93 182 voix. Au premier tour, ces listes ont obtenu 26 élus[réf. nécessaire]. Plusieurs listes ont ensuite fusionné avec des listes de la gauche plurielle, y compris conduites par le MDC de Jean-Pierre Chevènement. À noter que malgré la présence de la LCR, certaines de ces listes ont refusé l'appellation "extrême gauche", comme la liste "À Gauche Autrement" de Lyon.f

Droite (RPR, UDF, DL)[modifier | modifier le code]

La droite parlementaire compense les défaites qu'elle a subies à Lyon et Paris par des gains importants: elle remporte quarante municipalités supplémentaires de plus de 15 000 habitants (sur 583 au total) en plus de celles qu'elle contrôlait déjà, et ravit à la gauche plusieurs villes de 30 000 habitants, parmi lesquelles :

Elle conserve enfin les villes de Toulouse, Marseille et Nice avec la victoire des listes menées par Philippe Douste-Blazy dans la première (55 % des suffrages), par Jean-Claude Gaudin dans la seconde (48,5 % des suffrages, soit un total de 61 sièges, sur 101, au conseil municipal) et par Jacques Peyrat dans la dernière (44,48 % des suffrages).

Extrême droite nationaliste (FN, MNR)[modifier | modifier le code]

En 1995, les candidats du Front national ou du MNR avaient emporté les villes de Toulon, Marignane, Orange puis Vitrolles en 1997.

En 2001, Jean-Marie Le Chevallier, maire de Toulon (ex-FN) est battu dès le premier tour, n'obtenant que 7,78 % des suffrages. Hubert Falco (UDF) reprend la ville pour la droite avec 68,73 % des voix contre la députée socialiste Odette Casanova (31,27 %).

Le maire d'Orange Jacques Bompard (FN) est réélu dès le premier tour et celui de Marignane, Daniel Simonpieri (MNR), au second tour avec 62,52 % des suffrages, contre 37,48 % pour Guy Martin (DL).

À Vitrolles, Catherine Mégret (MNR) est d'abord réélue avec 45,32 % des voix contre 44,07 % pour Dominique Tichadou (PS, Gauche plurielle) mais son élection est par la suite invalidée. Elle sera finalement battue par Guy Obino (PS) en 2002.

Diversité[modifier | modifier le code]

Au moins huit maires métropolitains des minorités ont été élus ou réélus en 2001 dans des communes de moins de 5 000 habitants :

  • Auguste Senghor (neveu de Léopold Sédar Senghor), maire du May-sur-Èvre (Maine-et-Loire, 3 891 habitants) depuis 1989 (au conseil municipal depuis 1983)[5]
  • Xavier Cadoret (né Karim Kadouri au Maroc), à Saint-Gérand-le-Puy (Allier, 1 029 habitants), devenu maire en 1991 à la suite du décès de son prédécesseur, réélu en 1995 et en 2001[6]
  • Kaddour Derrar, depuis 2001 maire divers gauche de Condette (Pas-de-Calais, 2 675 habitants), que son prédécesseur avait désigné comme son dauphin avant les municipales
  • Pierre Pluton, maire UMP d'Évry-Grégy-sur-Yerre (Seine-et-Marne, 2 060 habitants) depuis 2001[7]
  • Ahmed Abdelkader, maire divers gauche de Ceilhes-et-Rocozels (256 habitants) depuis 1995, réélu en 2001, jusqu'à sa démission en octobre 2005[8]
  • Mahfoud Aomar maire (sans étiquette) de Guerchy (Yonne, 600 habitants) depuis 2001[9]
  • Jean-Claude Gautry, maire de Paroy (Seine-et-Marne, 198 habitants) depuis 2001[7]

Youssef Hamami, maire PS de Boviolles (91 habitants) depuis 1995, s'est retiré entre les deux tours en 2001 à la suite d'un incident à caractère raciste[10]. Par le passé, il y avait déjà eu, également dans des petites communes rurales, Kofi Yamgnane (PS), d'origine togolaise, à Saint-Coulitz depuis 1989, ne s'est plus représenté en 2001, Gaston Monnerville (radical), guyanais, à Saint-Céré de 1964 à 1971 et Raphaël Élizé (SFIO), martiniquais, à Sablé-sur-Sarthe de 1929 à l'occupation nazie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : articles LO. 227-1 et art LO. 227-2 du Code électoral
  2. Source : http://www.femmes-egalite.gouv.fr/grands_dossiers/dossiers/vie_politique/vie_politique_bilan.htm
  3. Dominique Andolfatto, Fabienne Greffet, Laurent Olivier, Les Partis politiques : quelles perspectives ?, Éditions L'Harmattan, juillet 2002, 268 p.  (ISBN 9782296277083), p.  121 [lire en ligne]
  4. Karlin Elise, « Gauche: les Verts dans le fruit », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 23 mars 2014)
  5. « Auguste Senghor se présente à Saint-Briac-sur-Mer », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 1er mars 2008)
  6. Ghislaine Buffard, « Ils voient en moi un maire, pas un étranger », Aujourd'hui en France,‎ (consulté le 7 janvier 2008)
  7. a et b « Naissance du Comité des élus ultramarins de métropole », RFO,‎ (consulté le 3 mars 2008)
  8. Arnaud Chabé, « Six conseillers démissionnent, le maire aussi : élections en vue », Midi libre, 16 novembre 2005
  9. Annuaire des Mairies de l'Yonne (89) De EIP/ Les Éditions Céline
  10. « La sale affaire de Boviolles » (consulté le 7 janvier 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]