Noalhat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noalhat
Image illustrative de l'article Noalhat
Blason de Noalhat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Maringues
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Éric Cabrolier
2014-2020
Code postal 63290
Code commune 63253
Démographie
Population
municipale
247 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 56″ nord, 3° 27′ 25″ est
Altitude Min. 275 m – Max. 356 m
Superficie 5,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Noalhat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Noalhat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noalhat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noalhat

Noalhat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Bruyères, Champfort, la Croix des Ferrats, Drevoux, la Gare, les Maraudons, Mataboul, la Meille, Péricou, le Rouger.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Noalhat
Paslières
Crevant-Laveine, Vinzelles Noalhat
Dorat

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Dore[2].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'axe Puy-Guillaume – Dorat (D 44) ; il existe aussi une D 44B desservant le bourg[2]. Il a existé une gare[3] sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac fermée à tout trafic et déclassée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Noalhat est un petit village rural sur lequel, en 1316, est attesté l'existence d'un prieuré. Géraud du Bois était prieur de Noalhat, fondé de pouvoirs de l'abbaye des bénédictins d'Issoire. En 1693, les révérends pères bénédictins d'Issoire possèdent le droit de justice dans le bourg. En 1723, le prieuré se compose de l'église, du cimetière, d'une grange et du presbytère dont une pièce sert d'auditoire pour la basse justice. Une ferme à colombier est datée de 1730. Sur la carte de Cassini de 1777, le village est signalé avec le signe paroisse sous le toponyme Noailhat.

En 1797, le prieuré est vendu comme bien national et séparé en deux lots distincts : le premier lot comprend le presbytère et des terres, le second lot comprend la grange-étable et un jardin potager longeant le cimetière. Au début du XIXe siècle, le cimetière est transformé en place et une partie de la grange-étable est transformée en logement. A l'emplacement du jardin potager sont construites des écuries. À cette époque l'église est en ruine. Elle sera restaurée de 1852 à 1862 et un clocher sera construit en 1859.

Vers 1880 est construite la voie ferrée et en 1882, une mairie-école.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Noalhat faisait partie du canton de Châteldon jusqu'en mars 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, elle est désormais rattachée au canton de Maringues[4].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Maurice Maubert    
         
mars 2014 en cours Éric Cabrolier[5]    

Aux élections européennes de mai 2014, les électeurs de la commune votent à 39,39% pour la liste du Front national.[réf. nécessaire]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 247 habitants, en augmentation de 8,81 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 315 326 351 330 315 351 360 326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
320 306 301 306 285 302 291 289 281
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292 277 273 229 254 237 204 180 166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
176 158 144 126 149 160 215 232 247
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame fait partie d'un ancien prieuré de bénédictins, composé à l'origine d'un cimetière, un presbytère, une grange-étable et un jardin. L'église est datée de 1690. Elle est restaurée entre 1852 et 1862, et un clocher en arcade est construit en 1859. En 1797, après la Révolution, le prieuré est vendu comme bien national et largement remanié : le cimetière, le jardin et la grange-étable sont respectivement transformés en place, en écurie et en logement. L'église en ruine est restaurée plus tard mais ce n'est que fin XIXe - début XXe qu'elle est de nouveau ouverte au culte.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Noalhat sur Lion 1906 pour l'orientation.
  2. a et b Noalhat sur le Géoportail
  3. Gare de Noalhat sur massifcentralferroviaire.com
  4. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  5. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 2 juin 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .