Paslières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pallières.
Paslières
Les hameaux de Joub et Bazelet vus depuis Chopine.
Les hameaux de Joub et Bazelet vus depuis Chopine.
Blason de Paslières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Maringues
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Jacques Coudour
2014-2020
Code postal 63290
Code commune 63271
Démographie
Population
municipale
1 556 hab. (2014 Égal )
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 46″ nord, 3° 29′ 53″ est
Altitude Min. 275 m – Max. 800 m
Superficie 27,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Paslières

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Paslières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paslières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paslières

Paslières est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes près de Thiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Paslières est située au nord de Thiers et au sud de Vichy et de Puy-Guillaume, au nord-est du département du Puy-de-Dôme.

Jusqu'en mars 2015, elle faisait partie du canton de Châteldon ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Maringues[1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Bardet
  • Bas de Chabannes
  • Bas Poulet
  • Bazelet
  • Buis
  • Chabannes
  • Chabanny
  • Chabost
  • Chez Barias
  • Chez Colas
  • Chez Darbaud
  • Chez Mangon
  • Coudeyroux
  • Dosges
  • Fagot
  • Gonon
  • Guesles
  • Joub
  • La Bâtisse
  • La Charme
  • Lachaux
  • La Chauprillade
  • La Croix Rouge
  • La Croix Saint-Bonnet
  • La Goutte
  • La Rotte
  • La Tour
  • Lavaure
  • La Vernelle
  • Laville
  • Le Canelier
  • Le Chastel
  • Le Moulin Curaçon
  • Le Moulin d’Auvergne
  • Le Pas-du-Loup
  • Le Petit Bois
  • Les Blanchets
  • Les Buissons
  • Les Charbonniers
  • Les Côtineaux
  • Les Croquants
  • Les Croses
  • Les Farreras
  • Les Ferrats
  • Les Ferriers
  • Les Montagniers
  • Les Morels
  • Les Paccauds
  • Les Peux
  • Les Philippons
  • Les Roux
  • Les Sapins
  • Les Traversières
  • Les Vignettes
  • Ligneres
  • Londant
  • Marette
  • Marnat
  • Miallet
  • Montpeyroux
  • Murat
  • Plachot
  • Ronffet
  • Touzet

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Huit communes sont limitrophes[2] :

Communes limitrophes de Paslières
Puy-Guillaume
Noalhat Paslières Saint-Victor-Montvianeix
Charnat, Vinzelles Dorat Saint-Rémy-sur-Durolle, Thiers

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée, à l'ouest par la Dore, à l'est par le Dorson[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Paslières est traversée par la route départementale 906 (axe Le Puy-en-VelayThiersVichy).

La RD 44 dessert le lieu-dit des Paccauds. La RD 64 dessert les quartiers Est de la commune. La RD 85 dessert Joub et se dirige au nord vers les hauts quartiers de Puy-Guillaume. La RD 325 dessert Touzet[2].

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Paslières est desservie par deux lignes d'autocars :

Réseau Ligne Tracé (et arrêts desservis sur la commune)
TER Auvergne-Rhône-Alpes 19 Vichy ↔ Paslières (La Croix-Saint-Bonnet) ↔ ThiersCourpièreAmbertArlanc[3]
Transdôme 56 ChâteldonPuy-Guillaume ↔ Paslières (cinq arrêts) ↔ Thiers[4]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est classée dans la zone de sismicité modérée[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 2014 Roland Virlogeux    
2014 en cours Jacques Coudour[6]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 556 habitants, en augmentation de 0,32 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 392 1 345 1 412 1 574 1 487 1 833 1 831 1 811 1 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 784 1 834 1 911 1 931 1 957 1 950 1 946 1 911 1 820
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 751 1 723 1 807 1 629 1 521 1 544 1 285 1 130 1 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 092 929 1 007 1 104 1 248 1 362 1 513 1 563 1 556
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Bonnet, hameau de la Croix Saint-Bonnet.
  • église paroissiale Saint-Bonnet (XIIe et XIIIe siècles, clocher reconstruit au XIXe siècle) ;
  • tombeau (1836) de Christophe de Chabrol de Crouzol, ministre de la Marine et ministre des Finances sous la Restauration et maire de Paslières.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de Chabanne (début du XIXe siècle). Bâti vers 1830 par Christophe de Chabrol de Crouzol qui y mourut en 1836. Le château passa à son second fils, le vicomte Victor, mort en 1867 sans enfant. Le château passa à sa sœur Anne Clémence, Madame Marcellin de Pommereau, morte en 1870. Celle-ci le transmit à son fils Maurice qui, en 1872, transforma l'habitation en lui donnant son aspect actuel.
  • Château du Chastel (deuxième moitié du XIXe siècle).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Paslières est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christophe de Chabrol de Crouzol, qui fut député du Puy-de-Dôme et ministre des Finances de Charles X, est mort en 1836 à Paslières. Son tombeau se dresse face à l'église Saint-Bonnet.
  • Elvire Pélissier née Bonvin à Paslières, écrivain auteur de Ténèbres, roman. Paris, La Renaissance du livre 1930 ; Jeux de vilains Mercure de France 1936 qui lui valut le Prix Northcliffe en 1937. Paul Léautaud la cite à plusieurs reprises dans son Journal littéraire

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis :
  • Dépouillements généalogiques :
  • Délibérations municipales depuis :

Divers[modifier | modifier le code]

Pierres du Pas-du-Loup.

Dans le lieu-dit du Pas-du-Loup se trouvent deux pierres dont l'une porte une marque traditionnellement considérée comme une empreinte de loup et l'autre le reste d'une croix qui a été brisée. Selon la légende, saint Bonnet cherchant à construire une église sur le territoire de la commune vint chercher des pierres dans la montagne, armé d'un marteau et de sa crosse épiscopale. Pour l'empêcher de construire l'église sur place, le diable se déguisa en loup et lui proposa le marché suivant : il poserait sa patte sur le rocher ; si Bonnet parvenait à l'écraser de son marteau, le saint ferait comme bon lui semble, mais si son marteau se brisait ou tombait, il lui faudrait construire son église à l'endroit où le marteau s'arrêterait. Le loup posa sa patte sur la pierre ; Bonnet brisa son marteau en la frappant et les morceaux tombèrent plus bas dans la vallée. Bonnet construisit donc son église au lieu-dit qui porte aujourd'hui le nom de la Croix-Saint-Bonnet.

Cette légende explique les armes de la commune de Paslières : coupé, au premier de gueules au loup courant d'argent, au second d'or à la crosse d'azur posée en pal accostée de deux marteaux du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  2. a, b et c Paslières sur le site Géoportail.
  3. TER Auvergne-Rhône-Alpes/SNCF, Fiche horaire 19 Vichy - Thiers - Ambert - Arlanc [PDF], horaires valables du 11 décembre 2016 au .
  4. « Châteldon – Thiers (ligne 56) » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le 30 septembre 2016).
  5. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français. La commune de Paslières n’est pas mentionnée dans les exceptions.
  6. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 2 juin 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .