Job (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Job.

Job
Job (Puy-de-Dôme)
Vue de Job.
Blason de Job
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
François Dauphin
2014-2020
Code postal 63990
Code commune 63179
Démographie
Gentilé Joviens
Population
municipale
1 021 hab. (2015 en diminution de 5,55 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 01″ nord, 3° 44′ 46″ est
Altitude Min. 492 m
Max. 1 631 m
Superficie 42,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Job

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Job

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Job

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Job

Job est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes, adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez. Ses habitants sont appelés les Joviens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Job est située à 642 mètres d'altitude.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Job est limitrophe des communes suivantes : Ambert, Bertignat, La Forie, Saint-Pierre-la-Bourlhonne, Valcivières et Vertolaye dans le département du Puy-de-Dôme, Chalmazel-Jeansagnière, Saint-Bonnet-le-Courreau et Sauvain dans le département de la Loire.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 4 268 hectares ; l'altitude varie entre 492 et 1 631 mètres[1].

Le point culminant des monts du Forez se trouve à 1 634 mètres au lieu-dit Pierre-sur-Haute, sur le territoire de la commune de Sauvain[2].

Job bénéficie d'un espace naturel diversifié qui va du bocage du bassin d'Ambert, aux hautes chaumes des crêtes du Forez, en passant par de vastes forêts de sapins pectinés exploitées en futaie jardinée.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Job est traversée par de nombreux cours d'eau dévalant les montagnes environnantes. La Dore passe par la commune dans sa partie basse, le long de la départementale 906.

Les ruisseaux majeurs traversant la commune, et affluents de la Dore en rive droite sont, du nord de la commune au sud de la commune :

  • Le ruisseau le Vertolaye prenant source sur les flancs de la vallée du Fossat, est la réunion de sources descendant de la Croix du fossat, de la Montagne de Monthiallier et de Pierre-sur-Haute : il se jette dans la Dore sur la commune éponyme de Vertolaye.
  • Le ruisseau des Fraisses prenant source par le regroupement de plusieurs sources naissant au milieu des sapins pectinés de la Montagnette : celui-ci passe dans le hameau des Fraisses , descend non loin des abords de Cruxiol avant de venir terminer sa course et rejoindre la Dore au pont de Chantelauze.
  • Le ruisseau de Pailhat prenant sa source au creux de la vallée de la Jacine à plus de 1 300 mètres d'altitude, dévale le cirque ayant pour limites le mont Cornillon, le col du Chansert et le mont Chouvet, avant d'atteindre Pailhat, puis Clamoux. Il passe ensuite à la sortie du centre-bourg de Job direction le hameau de Chantemerle. Il s'enfonce dans la vallée le long du Moulin de la Cour, passe sous le hameau de Chantemerle, et continue à descendre avant de se jeter dans la Dore au hameau Le Coin.
  • Le ruisseau de la Volpie quant à lui, prend sa source quelque part au dessus des villages de La Visseyre et de La Badin, il forme une cascade non loin des Rochers de la Volpie, puis descend vers le village du même nom, passe à travers Courtine, la Marleyre, avant de se réorienter quelque peu au nord vers les Chabriers. Il continue à descendre le long du hameau de Vialette, puis finit par se jeter dans la Dore au pont de Péchadoire.

De nombreux anciens moulins sont toujours présents le long de ces cours d'eau.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Job est typique de la moyenne montagne. Les influences océaniques restent majeures, mais la commune connaît aussi des influences continentales. En effet, parfois en hiver, la burle (vent du nord) souffle et peut faire descendre la température jusqu'à −20 °C tandis que le vent du sud, apportant le redoux, peut faire fondre la neige en très peu de temps. La commune est donc située à la confluence de plusieurs schémas climatiques.

La forte variation d'altitude sur la commune joue un rôle important quant aux différences climatiques. On peut assister à une forte amplitude thermique d'une manière générale entre le bas de la commune et les sommets. Globalement, il fait plus froid en altitude, cela se traduit par des températures moyennes plus basses, conduisant ainsi à de nombreuses chutes de neige qui n'ont pas lieu dans la vallée.

À l'inverse, en hiver, lorsque les nuages disparaissent, une phénomène d'inversion thermique apparaît parfois : la température peut être très négative dans la vallée en bord de Dore (admettons −8 °C à 500 mètres d'altitude ) et positive en montagne (admettons +4 °C au dessus de 1 400 mètres d'altitude).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La rue des Peux
Entrée du village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune recouvre plusieurs hameaux : Reyrolles, Pailhat, Partilles, la Borie, les Beaux, le Moulin de la Cour.

Logement[modifier | modifier le code]

Ruelle de Job.

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 712, alors qu'il était de 684 en 1999[3].

Parmi ces logements, 60,8 % étaient des résidences principales, 25,0 % des résidences secondaires et 14,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,9 % des appartements[4].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 84,1 %, en hausse importante par rapport à 1999 (77,0 %)[5].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune est incertaine. La version officielle, reprise dans le blason choisi par la commune, fait dériver le nom de Job de jove ablatif latin de Jupiter, le b s'étant substitué au v ; d'où le Jove Imperat (ce qui signifie par Jupiter je commande) du blason.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1975, à l'occasion des travaux d'aménagement, les restes d'un important habitat gallo-romain ont été mis au jour. Une grande quantité de tessons de céramiques a été trouvée : anses, cols, couvercles, pieds de marmites tripodes. Parmi eux, des fragments de céramiques marquées de sceaux ou de poinçons sont caractéristiques des décorateurs de moules de Gaule centrale de la seconde moitié du IIe siècle[6].

Avant la Révolution existaient deux paroisses indépendantes, qui se sont réunies en une seule commune : Job et la Tour-Goyon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Joseph Combe-Chevaleyre    
mars 2008 mars 2014 Antoine Rolhion    
mars 2014 en cours François Dauphin[8]   2e vice-président de la communauté de communes Ambert Livradois Forez[9]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Job relève du tribunal d'instance de Thiers, du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand, de la cour d'appel de Riom, du tribunal pour enfants de Clermont-Ferrand, du conseil de prud'hommes de Clermont-Ferrand, du tribunal de commerce de Clermont-Ferrand, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand et de la cour administrative d'appel de Lyon[10].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 6 avril 2013, Job n'est jumelée avec aucune commune[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 1 021 habitants[Note 1], en diminution de 5,55 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6692 5042 8042 7653 2533 1213 3603 3513 085
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 0052 9252 7972 8042 5782 6692 5382 5482 552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4402 0952 0481 6531 6211 6201 4251 3321 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1431 0789679469971 0511 0561 0641 034
2015 - - - - - - - -
1 021--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Job est située dans l'académie de Clermont-Ferrand.

Elle administre une école élémentaire communale de 80 élèves (année 2012-2013)[16].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 978 €, ce qui plaçait Job au 15 902e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[17].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 637 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,9 % d'actifs dont 70,5 % ayant un emploi et 4,4 % de chômeurs[18].

On comptait 170 emplois dans la zone d'emploi, contre 150 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 450, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 37,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'un emploi pour trois habitants actifs[19].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Job comptait 83 établissements : 38 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, deux dans l'industrie, quinze dans la construction, vingt dans le commerce-transports-services divers et huit étaient relatifs au secteur administratif[20].

En 2011, cinq entreprises ont été créées à Job[21], dont trois par des autoentrepreneurs[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle des Peux.
Station hertzienne de Pierre-sur-Haute.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Tourniac, Un mégalithe à sauvegarder: le dolmen présumé de Job (Puy-de-Dôme), Groupe de recherches archéologiques Livradois - Forez, 1978

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Carte[Laquelle ?] de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN).
  3. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  4. LOG T2 - Catégories et types de logements sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  5. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  6. G. Voissier, « Le site gallo-romain du Colombier à Job », Bulletin du Groupe de recherches archéologiques et historiques du Livradois-Fores, n° 3, 1981.
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  9. « Elus », Communauté de communes Ambert Livradois Forez, (consulté le 25 juin 2017).
  10. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 6 avril 2013).
  11. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 avril 2013).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. « Puy-de-Dôme (63) > Job > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 avril 2013).
  17. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  18. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  19. EMP T5 - Emploi et activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  20. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010 sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  21. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011 sur la fiche de la commune, [lire en ligne].
  22. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011 sur la fiche de la commune, [lire en ligne].
  23. « Dolmen de Pierre Cuberte », notice no PA00092145, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Burlurut, Le château de Job, le Gonfanon n°4, Argha