Saint-Jean-Saint-Gervais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean et Saint-Gervais.
Saint-Jean-Saint-Gervais
Église.
Église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Sylvie Jolivet
2014-2020
Code postal 63570
Code commune 63367
Démographie
Population
municipale
121 hab. (2014)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 55″ nord, 3° 22′ 35″ est
Altitude Min. 455 m – Max. 767 m
Superficie 14,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Jean-Saint-Gervais

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Jean-Saint-Gervais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Saint-Gervais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Saint-Gervais

Saint-Jean-Saint-Gervais est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune a la particularité de ne pas avoir de bourg. Autour de l'église, perchée sur un piton granitique isolé, ne se trouvent que la mairie, le cimetière, le presbytère (en ruine), l'ancienne école (maison des associations) . Tous les autres lieux habités sont dispersés par petits hameaux (liste ci-dessous).

Localisation[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Saint-Jean
  • Brenat
  • Chambeyras
  • la Chaux
  • Espessoux
  • Gourdines
  • Lavialle
  • les Menets
  • le Moulin Haut
  • Pruneyre
  • Farigoles
  • Serlandes
  • Morissanges
  • le Courtial

Bitaroux, Chave, Artisone, Piava, Picarou, Lafardeyre, Bouchetel, Lafardeyre, Nérany, Chantegris, Jallat, Combevaly, Combalibot,

les Besseyres, les Rouladoux, les Mines, le Courtinal, l'Age, Plot de La Croix, les Caves, les Coutans, les Pillières, la Buge, les Menets, Suc de Chien, la Mazet, l'Archeneyre, les Tourtres, le Pacheroux, les Pieds Monts, les Chaux, la Roche du Diable, Près Marie, l'Hospital, la Combetros, Gros Pommier, la Pierre, les Tracots, les Pierre Plantées, les Sagnes, Suquet de Ladray, le Suc du chien, le Suquet de Ladrau, les Menets, les Besseyres, les Meuniéres, la Chaux, Ravin Chenillade, la Chaume, Champ de La Grange, les Sagnes, la Garde, les Fargeoux, le pont, la Roche, les Trémoires,

Moulin Hostien, Moulin Gourdine, Moulin Haut, Pont de Cheneux, , source La Combéte, Ruisseau de Lage, Ruisseau des Mines, Rocher Monfaucon,


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque mérovingienne le lieu semble fortifié et abriter un groupe baptismal.

Elle devait être organisée avec plusieurs sanctuaires dispersés autour de son territoire (cf. Lieux et monuments).

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Goulache[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales de 2014 se sont tenues au scrutin majoritaire, sur deux tours, un siège manquant au premier tour. Le taux de participation est de 88,89 % au premier tour et de 63,25 % au second tour[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Roger Faure    
mars 2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Sylvie Jolivet[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 121 habitants, en augmentation de 17,48 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
573 404 618 731 1 163 633 627 617 587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
590 572 557 545 561 553 546 533 526
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
513 507 475 363 315 271 298 248 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
197 160 137 119 95 106 93 103 121
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Baptistère Saint-Jean-Baptiste et basilique Saint-Gervais.
  • Église Saint-Pierre.

Le sanctuaire actuel est fondé sur une base antérieur au XIIe siècle, avec des corniches à modillons et une nef romane à voûtement en plein cintre. Il fut entièrement remanié au XVe ou XVIe siècle. Le clocher fut reconstruit en 2008.

Cette église classée a la particularité à l'instar de l'église d'Auzon ou de la basilique de Brioude de posséder un porche ganivelle qui est une particularité architecturale de la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Résultats des élections municipales de 2014, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 23 juin 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .