Vollore-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vollore-Montagne
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Vollore-Montagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Thiers
Canton Thiers
Intercommunalité Communauté de communes Thiers Dore et Montagne
Maire
Mandat
Jean-François Delaire
2014-2020
Code postal 63120
Code commune 63468
Démographie
Population
municipale
305 hab. (2014 en diminution)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 09″ nord, 3° 40′ 28″ est
Altitude Min. 620 m
Max. 1 267 m
Superficie 21,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Vollore-Montagne

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Vollore-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vollore-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vollore-Montagne

Vollore-Montagne est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vollore-Montagne est entourée de forêts. Elle est située à l'est du parc naturel régional du Livradois-Forez, sur le versant ouest des monts du Forez qui sont la frontière naturelle entre le Puy-de-Dôme et la Loire (département). À 20 km au sud-est de Thiers, le bourg est à 846 m d'altitude et la commune étale ses 40 hameaux sur 21,22 km2, avec un dénivelé de 640 m (620 m d'altitude pour la section du Sopt et 1 260 m pour le Lit de la Vierge).

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Archimbaud, Bellevue, Bois Jardin, Bois Sugier, Bouchetel, Bourdillon, Bournier, Chez Treize, Derbize, Fafournoux, Goutte Marloux, Lavort, Lodigerie, la Bourletie, la Burie, la Chevalerie, la Côte, la Grangette, la Guelle, la Jalerie, la Loge, la Mandie, la Sagne, le Buys, le Pertuis, le Pont de Rossias, le Povet, le Sopt, le Verdier, les Gorcias, les Raillères, Marsal, Montbout, Montchoisy, Mousset, Pamole, Rossias, Ricondu, Sagne-Cros, Sugier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine[1], l'une des quatre grandes voies stratégiques romaines partant de Lugdunum (Lyon) traversait l'Auvergne en passant par Vollore.

Avant la Révolution française, le bourg actuel s'appelait La Chapelle-Trinquart (en 1647, Gilbert-Gaspard de Montmorin de Saint-Hérem, seigneur de Vollore, fit une fondation importante : celle de la chapelle de Sainte-Agathe, qui prit ultérieurement le nom de chapelle Trinquart car elle fut construite le long du vieux chemin de Vollore à Bourdillon en un lieu complètement isolé dit Trinquart) et faisait partie de la paroisse de Vollore, qui en 1790 fut morcelée en deux communes Vollore-Ville et Vollore-Montagne[2]. Les limites actuelles de la commune ont été fixées par décret impérial du 01/02/1813[3].

Les 8 et 9 juillet 1944, des combats entre une patrouille allemande de SS et un groupe de résistants ont entraîné la mort de 17 personnes [4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2014 Jean-François Delaire[5]
mars 2008 Bernard Giraud
1971 - mars 2008 Jean Guelon[6]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 305 habitants, en diminution de -7,58 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 330 3 125 1 559 830 1 004 1 010 1 023 946 944
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
903 785 859 909 939 930 870 857 835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
858 818 806 776 761 704 678 609 649
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
651 623 520 450 397 371 355 308 305
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Densité moyenne (hab/km2)
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
28,0 29,4 24,5 21,2 18,7 17,5 16,7
Sources : Insee, RP1968 à 1990 dénombrements - RP1999 et RP2006 exploitations principales.
Densité moyenne de la France Métropolitaine au 01/01/2009 : 114,8.
Densité moyenne du Puy de Dôme au 01/01/2009 : 78,2
Population par sexe et âge en 2006
Hommes  % Femmes  %
Ensemble 174 100,0 181 100,00
0 à 14 ans 28 16,1 27 14,9
15 à 29 ans 19 10,9 24 13,3
30 à 44 ans 26 14,9 26 14,4
45 à 59 ans 47 27,0 42 23,2
60 à 74 ans 33 19,0 33 18,2
75 à 89 ans 19 10,9 27 14,9
90 ans ou plus 2 1,1 2 1,1
0 à 19 ans 32 18,4 39 21,5
20 à 64 ans 100 57,5 90 49,7
65 ans ou plus 42 24,1 52 28,7
Source : Insee, RP2006 exploitation principale.

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

La vallée des Darots.
  • Site panoramique de Pierre Pamole [11].
  • L'arbre du Diable [12].
  • Les bornes armoriées du XIVe siècle[13] et les bornes royales [14].
  • Le lit et le pas de la Vierge [15].
  • La barque des morts [16].
  • La pierre des Tourtes (qui aurait aussi bien pu s'appeler Rockburger ) [17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dans le dictionnaire des anciennes familles d’Auvergne d'Ambroise Tardieu (1884), il est fait état d'un Jehan de Bourdillon issu d'une très ancienne famille qui tire son nom du lieu de Bourdillon, situé dans les montagnes d’Auvergne. (À l'époque le « village » de Bourdillon était sur les terres de Vollore et depuis la Révolution française il est sur la commune de Vollore-Montagne).
  • Dans son livre Les vies des hommes illustres et grands capitaines français, Pierre de Bourdeille dit « Brantôme mentionne Jehan de Bourdillon avec les qualifications de sire de Bourdillon et de très grand seigneur. C'était un chevalier qui devint célèbre en prenant part à un grand tournoi qui eut lieu près de Lyon sous le roi Charles VIII de France l'Affable, dont il fut nommé chambellan (c'est-à-dire chargé du service de la chambre du souverain). En 1494, il accompagna le roi au cours de la première guerre d'Italie. À la mort de Charles VIII, en 1498, l'on ne sait s'il resta au service de Louis XII de France, son successeur ? ».

Loisirs[modifier | modifier le code]

La commune de Vollore-Montagne est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez. L'on peut y pratiquer le quad, la moto (cross, enduro, trial), l'équitation (école et randonnées), le VTT, le tennis ( deux courts communaux gratuits), la pêche à la ligne et bien entendu la randonnée pédestre sur des sentiers magnifiques.

Tous les ans, le C.O.V.M. (Comité d'organisation de Vollore-Montagne) renoue avec la tradition en organisant le premier samedi de carême une Bannière avec Fougard pour honorer les nouveaux habitants et les nouveaux mariés (traditionnellement ces festivités se déroulaient le premier dimanche de carême - dit dimanche des Brandons.

Le lundi de Pâques le C.O.V.M. organise sa traditionnelle Tripe et le dimanche de Pentecôte a lieu la Virée des Druides, randonnées pédestre et VTT, organisée par l'Amicale Laïque La Montagnarde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]