Saint-Hilaire (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.
Saint-Hilaire
L'église Saint-Hilaire.
L'église Saint-Hilaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Sainte-Florine
Intercommunalité Communauté de communes Auzon Communauté
Maire
Mandat
Dominique Ceres
2014-2020
Code postal 43390
Code commune 43193
Démographie
Population
municipale
168 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 54″ nord, 3° 26′ 18″ est
Altitude Min. 519 m
Max. 884 m
Superficie 14,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Saint-Hilaire est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • ecclesia Sancti Hilari.

La première mention du village de Saint Hilaire apparaît à travers l’indication des terres de son église dans un texte du XIe siècle. Il est question de la donation d'un manse de la proche villa de Bonjorn réalisée au profit du chapitre de Brioude par Ebrard, soussigné d'un certain Pons Bompar[1].

L'édifice transformé au XIXe siècle est de structure romane. Bien que remanié, il garde d'intéressants éléments architecturaux (frises et linteau en bâtière typique du bâti roman auvergnat).
Ce prieuré était avant 1376 « une annexe » de celui d'Azérat, tous deux dépendant de la Casa-Dei.

  • Ancien château de Valivier

Ruines.
Ancien fief relevant de celui de Saint-Bonnet de Novacelles.
Arrière-fief du duché d'Auvergne.

  • À la fin du Moyen Âge, certains seigneurs de Saint-Hilaire semblent avoir une filiation avec les Lespinnasse, seigneurs de Valz.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-Hilaire[2].

Différentes graphies[modifier | modifier le code]

Mont Hilaire après la Révolution.

  • saint-Alary en 1379
  • Saint-Ilarii supra Alzonium en 1397
  • Saint-Alaire prés d'Auzon
  • Saint-Ylerus en 1480

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Hilaire Blason Coupé : au premier recoupé émanché d'or et de sinople, au second parti au 1 d'azur à un étui de crosse d'argent et au 2, de gueules à une tête de lion d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
(avant 2001) mars 2008 Roland Rivière UDF-DL Conseiller général de 1992 à 1998
mars 2008 2014 Marie-Claire Gaudriault    
2014 en cours
(au 28 août 2014)
Dominique Ceres[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 168 habitants, en diminution de -10,64 % par rapport à 2009 (Haute-Loire : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
763 880 880 872 875 884 839 811 917
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
849 863 786 701 792 752 706 676 657
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
606 575 495 423 401 370 340 316 285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
251 217 200 205 197 190 192 173 168
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Hameaux et Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Baraque d'Hostalier
  • Bize, Bisa
  • Blanchet, Blanchier, * Il ne reste guère de traces du Moulin à eau qui était situé sur le Blanchet.
  • Bonjour, Villa Bonjorn
  • Bouzerat
  • Chastrette,Chastretas.
  • Courtille, Villa Courtillas
  • Croix de l'Arbre
  • Mazelet, lo mas
  • Escros
  • Espeluche, Espelucas
  • Freycenet, Fragsinetum, Fraxeneto, Frayssonet-l'hôpital.
  • Le Pin, Decima de Pinu.
  • La Roche
  • Solier
  • Theynat, Caisanago(Taisnago), Talnago.
  • Ancien domaine de Vallivier : François D'Auty, Seigneur de Vallinier. Dantil Guillaume, écuyer pour son père François (fils de Henri Dantil) perçoit la dime Valigner[8].Anti-Ligonnez François ecuyer fils d'henri, idem[9].
  • Boussat, Ladray, Estrade, Chambvert, Bize, Lierme, Combore, Lavau, Michavé, Malaure, Chabrandes, Combas, Valivier, Grangeon, Pindeloup, Loche, Aubespie, Pinates.
  • Moulin Chambevert, Moulin Mazele, Moulin De Marion,
  • Les bois Noirs, Valivier, Védrine le Cerf
  • Vedrines Villa Vidrinas, La roche, Le Cendier, Le Petit Mazet, Les renardes, Le Savé, La Draille.
  • Le Brugéras, La Griffounière, Les Charraux, Les Versants, L'Estrade, Champ Dorat, Bois de Chênes, Les Sagnes, Le Mas, Le Mazelet, Les Chenaux, Combe de Bas, Les Palettes, Pré Grand, Les Costes, Les Rabides, Près Vernière, Combe d'Estéve, Combe Chaude, Les Roches, L'Adrit, Les Plaux, Combe La Gerbe, Le Darna, La Chabane, Les Sagnats, Pré Marie, La Prade, La Baraque, Combe Desset, Les Garets, La Garde, Sur La Fontaine, Combe de Bœuf, La Fouan, Les Lattes, Les Pavettes, Les Fiavins, Les Buis, Les Charreaux, Les Chaussades, Pra Redon, Pré Jean, Les Pinatets[10].
  • Pont de Pelavit
  • Ruisseau de Blanchet, L'Auzon, Ruisseau des Poules, Le Chastan ...
  • La Croix du Pouget, croix du solier
  • mine 1, Mine 2

Il serait fort utile de constituer ici, la liste des noms de lieux provenant du cadastre napoléonien. Cette liste aura comme intérêt d'aider les toponymistes et historiens qui s'intéressent à ce terroir. La liste ci-dessous concerne le cadastre actuel. (Avis aux chercheurs)

  • Baraque Sabatier, Baraque Sabagniet , La Baraque Robert, Cofolent, loco Coudado, Villa Confollent, combe (loc.det.), Mansus de combas, Baraque de Chasytrette, La Baraque du Pin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. N°8, Liber de Honoribus, Doniol, 1863, p. 32
  2. Saint-Hilaire sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  3. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Elect. d'Issoire, 1684. (r. 503, p. 256.)
  9. Elect. Issoire;1670, r. 499, p.762.
  10. Toponymes IGN et Cadastre


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :