La Montagne (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Montagne
Image illustrative de l’article La Montagne (journal)

Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion Auvergne
Langue français
Périodicité quotidien
Format format tabloïd
(depuis le 23 janvier 2008)
Genre Presse régionale
Prix au numéro 1,10 
1,80  le dimanche
Diffusion 147 735 ex. (2018[1]- 151 722 payée)
Fondateur Alexandre Varenne
Date de fondation
Éditeur Sté La Montagne SA
Ville d’édition Clermont-Ferrand

Propriétaire groupe Centre France
Directeur de publication Soizic Bouju
ISSN 0767-4007
Site web lamontagne.fr
Supplément

La Montagne est un quotidien régional de la presse écrite française, dont le siège se trouve à Clermont-Ferrand, appartenant au Groupe Centre France. Diffusé en Auvergne et dans une partie du Limousin, ce quotidien a été créé en 1919 par Alexandre Varenne.

Son siège est situé au 45 rue du Clos-Four, à Clermont-Ferrand.

Historique[modifier | modifier le code]

La Montagne est créé en 1919 par l'homme politique socialiste auvergnat, député du Puy-de-Dôme, Alexandre Varenne (1870-1947). Il est, dans les années 1920, le troisième journal local derrière L'Avenir (catholique) et Le Moniteur (bonapartiste puis républicain). La Montagne s'oppose de plus à plus à ce dernier après son rachat par Pierre Laval en 1927 (qui fait évoluer Le Moniteur vers le centre-droit puis vers un soutien au régime de Vichy). Critiquant les régimes totalitaires, La Montagne s'oppose également au gouvernement de Vichy. En raison de la censure, Varenne suspend sa parution en .

Locaux principaux du journal, rue du Clos Four, à Clermont-Ferrand.
Anciens panneaux publicitaires des quotidiens La Liberté et La Montagne.

Contrairement à ses deux concurrents, La Montagne est autorisé à reparaître à la Libération, le alors que les journaux de la zone sud étaient interdits de publication sous l'Occupation[2].

Après près de quatre-vingts années passées dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, rue Morel-Ladeuil, le journal déménage son siège en 2008 à proximité du stade Marcel-Michelin, sur un ancien site Michelin, rue du Clos-Four, en face de La Coopérative de Mai. Les bobines de papier, qui étaient stockées au Brézet, rejoignent le siège social, tandis que les rotatives restent à l'ancienne adresse du siège social, rue Morel-Ladeuil.

Devant la lente érosion qui touche l'ensemble de la presse quotidienne régionale (PQR), le quotidien lance une nouvelle formule en 2002 homogénéisant du coup l'ensemble des titres du groupe, adopte le format tabloïd le , et engage une stratégie de diversification du groupe en parallèle de sa transformation numérique.

Depuis , toutes les pages du journal sont en couleur. Par ailleurs, le prix du journal augmente afin de « garantir l'équilibre économique de l'entreprise »[3].

En 2019, La Montagne fête son 100e anniversaire[4],[5].

Prix du journal[modifier | modifier le code]

Évolution du prix du journal
Du lundi au samedi Le dimanche
2000 F[3] ?
0,76 [3] ?
0,80 [3] ?
0,90 [3] ?
0,95 [3] 1,60 [3]
[3] 1,70 [3]
2018 1,10  1,80 

Le coût de fabrication d'un journal est de 1,04 [3].

Site web[modifier | modifier le code]

Le journal possède un site web depuis l'été 2006 (lamontagne.fr). Contrairement aux principaux autres groupes de presse, sa particularité est que chaque journaliste peut librement alimenter le site avec la mise en ligne de dépêches et photos. En effet, les autres groupes de presse ont adopté un système centralisé avec des rédactions web déconnectées des autres rédactions. L'internaute a également la possibilité d'acheter la version numérique. Le groupe Centre France possède aussi plusieurs sites d'annonces (Centremploi, Centreimmo, Centreautos, Centreofficielles, etc.).

Le site Internet totalise plus de quatre millions de visites mensuelles en moyenne. De nouveaux services sont accessibles après inscription sur le site web : alerte courriel, lettre d'information (gratuite), consultation d'articles d'information locale par abonnement[6].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le journal est diffusé dans les six départements des anciennes régions administratives Auvergne et Limousin. Il est l'unique quotidien régional dans trois d’entre eux, à savoir l'Allier, le Cantal et le Puy-de-Dôme. En Haute-Loire, la plupart des ventes se concentrent dans le secteur de Brioude. Dans le Limousin, il est diffusé dans les départements de la Corrèze et de la Creuse.

Les données de la diffusion de La Montagne sont celles de l'OJD puis de l'ACPM[7].

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2016 2017 2018 2020
Diffusion France payée 189 089 187 836 183 982 178 584 175 432 172 814 162 687 159 495 151 722 143 376
Diffusion totale 197 424 196 108 191 927 186 233 182 600 179 862 168 759 165 390 157 392 147 735
Département 2005 2007 2017
Puy-de-Dôme 75 899 72 743 60 860
Allier 53 464 51 462 41 908
Corrèze 28 846 28 012 24 137
Cantal 23 549 23 079 20 748
Creuse 17 500 17 068 14 378
Haute-Loire 4 522 4 359 3 359
Haute-Vienne 2 227 1 826 -

Ventilation de la diffusion individuelle en 2017 :

  • ventes au numéro : 30 %
  • abonnés par La Poste : 32 %
  • abonnés par portage : 29 %
  • versions numériques individuelles : 3,5 %

Éditions locales[modifier | modifier le code]

Ancienne enseigne d'un point de vente dans le Puy-de-Dôme.

Le quotidien dispose de dix éditions au total, qui couvrent six départements.

Dans la région clermontoise, de 2008 à 2019, on comptait trois éditions différentes : Clermont-Métropole (centre-ville de Clermont-Ferrand), Clermont-Volcans (ISSN 2109-1579) et Clermont-Limagne (ISSN 2109-1587) qui traitent de la proche et de la grande banlieue.

Depuis le , le périmètre des éditions locales du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire est modifié afin de tenir compte des évolutions territoriales (intercommunalités, cantons), et notamment des bassins de vie. L'édition d'Issoire fusionne avec celle de la Haute-Loire et couvre entre autres les communes de l'agglomération d'Issoire, du massif du Sancy et de l'ouest de la Haute-Loire (dont Brioude). Celle de Clermont-Métropole couvre les communes de Clermont Auvergne Métropole, de Mond'Arverne Communauté ainsi que quelques communes de Billom Communauté[8].

Depuis cette date, les dix éditions sont réparties comme suit :

Direction du journal[modifier | modifier le code]

Gouvernance de la société anonyme La Montagne[modifier | modifier le code]

La SA La Montagne est la maison mère du groupe Centre France.

Alain Védrine préside le conseil d’administration depuis le [9].

Soizic Bouju assume les fonctions de directrice générale depuis le Conseil d'administration du [10].

Liste des rédacteurs en chef[modifier | modifier le code]

Dates Rédaction en chef
1925-? Henri Andraud
?-? Maurice Felut
1945-1965 Jean-Antoine Pourtier
?-? André Desthomas
1980-1992[11] Marcel Tourlonias
2004[12]-? Philippe Rousseau
?-2017[13] Jean-Yves Vif
2018[14]-2021 Sandrine Thomas

Depuis [15], Sandrine Thomas s'appuie sur trois rédacteurs en chef adjoints : Julien Bonnefoy, Roland Seguy et Stéphane Vergeade.

Direction éditoriale départementale[modifier | modifier le code]

En décembre 2021, le groupe Centre France annonce la nomination de deux directeurs éditoriaux, rattachés à la directrice générale, Soizic Bouju : Stéphane Vergeade et Thibaud Vuitton[16].

En 2022, des directeurs éditoriaux départementaux sont nommés[17] :

  • Allier : Alexandre Chatenet (par intérim) ;
  • Cantal : Pierre Raynaud ;
  • Creuse : Eric Donzé ;
  • Corrèze : Tanguy Ollivier ;
  • Puy-de-Dôme : Gilles Lalloz ;

En parallèle, pour accompagner les directeurs éditoriaux, deux nouveaux postes sont créés :

  • un chef des informations groupe (fonction occupée par Roland Seguy), qui a pour rôle de coordonner tous les contenus liés à l’actualité chaude, pour des partages en temps courts entre les différents titres et éditions du groupe ;
  • un chef des opérations spéciales groupe (Julien Bonnefoy), dont le rôle est d’anticiper et de coordonner des actions éditoriales au temps long au bénéfice de l’ensemble des titres.

Archives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur acpm.fr.
  2. Bernard Stéphan, « Ce jour de renaissance de La Montagne », La Montagne,‎ , p. 3.
  3. a b c d e f g h i et j « Pourquoi votre journal augmente », La Montagne,‎ , p. 3.
  4. « Le journal La Montagne soufflera ses 100 bougies en 2019 », sur lamontagne.fr.
  5. [vidéo] Disponible sur YouTube.
  6. « Un million de visites sur lamontagne.fr », La Montagne,‎ , p. 3.
  7. « Diffusion de La Montagne », sur acpm.fr (consulté le ).
  8. Sandrine Thomas, « Les éditions du journal La Montagne "papier" évoluent dans le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  9. Groupe Centre France, « Evolution dans la gouvernance de La Montagne », sur www.centrefrance.com,
  10. Groupe Centre France, « Evolution de la direction générale et de la présidence », sur www.centrefrance.com,
  11. La Montagne : 100 ans, 100 unes, 100 plumes, De Borée, (ISBN 9782812926198), p. 64
  12. « Presse Edition :: Philippe Rousseau Directeur des rédactions du groupe Centre France », sur www.presseedition.fr (consulté le )
  13. « Sandrine Thomas, rédactrice en chef de La Montagne », sur La Tribune, 2018-09-13cest08:28:00+0200 (consulté le )
  14. « Groupe Centre France | 12/09/18 : Nomination de Sandrine Thomas », sur centrefrance.com (consulté le ).
  15. Groupe Centre France, « Nominations groupe Centre France Rentrée 2019 », sur centrefrance.com
  16. Groupe Centre France, « Le groupe Centre France crée un comité éditorial et nomme deux directeurs éditoriaux »,
  17. « Une nouvelle étape dans l'organisation éditoriale du groupe », Centre France,
  18. « Journal "La Montagne" Photographies », sur FranceArchives (consulté le )
  19. Centre France, « Deux archivistes indexent et mettent en lignes les photos de La Montagne datant d’après 1955 », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  20. « La communauté d'agglomération clermontoise », sur overnia.bibliotheques-clermontmetropole.eu (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Gauthier et Sophie Leclanché, La Montagne : 100 ans, 100 unes, 100 plumes, Clermont-Ferrand, De Borée, , 253 p. (ISBN 978-2-81292-619-8)
  • Maurice Mandon, Une plume contre Vichy : Jean Rochon (1903-1944) et le journal La montagne sous l'Occupation, 1940-1944, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, , 166 p. (ISBN 978-2-87741-074-8)
  • Pierre Feuerstein, Un journal, des journaux : histoire, grandeur et servitudes d'un journal de province, Nonette, Créer, , 240 p. (ISBN 978-2-90979-720-5)
  • Florence Sage, Le Journal régional "La Montagne" de 1919 aux années 90 : une vie d'information, Paris, , 207 p.
    Mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Albert

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]