Lodève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lodève
Lodève
Vue générale
Blason de Lodève
Blason
Lodève
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
(sous-préfecture)
Arrondissement Lodève
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Lodévois et Larzac
(siège)
Maire
Mandat
Gaëlle Lévêque
2020-2026
Code postal 34700
Code commune 34142
Démographie
Gentilé Lodévois
Population
municipale
7 289 hab. (2021 en diminution de 1,62 % par rapport à 2015)
Densité 315 hab./km2
Population
agglomération
10 002 hab. (2016)
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 57″ nord, 3° 19′ 02″ est
Altitude Min. 117 m
Max. 700 m
Superficie 23,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lodève
(ville-centre)
Aire d'attraction Lodève
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Lodève
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lodève
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lodève
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
Lodève
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative d'Occitanie
Lodève
Liens
Site web lodeve.fr

Lodève (Lodeva, en occitan) est une commune française située dans le nord du département de l'Hérault, en région Occitanie.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par la Lergue, la Soulondres, le Laurounet, le ruisseau du Mas de Mérou et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Lodève est une commune urbaine qui compte 7 289 habitants en 2021. Elle est ville-centre de l'agglomération de Lodève et fait partie de l'aire d'attraction de Lodève. Ses habitants sont appelés les Lodévois ou Lodévoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte
Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique
Maisons au bord de la Soulondre, dominées par la cathédrale Saint-Fulcran.

Lodève se situe dans l'arrière-pays héraultais, à 45 km de sa préfecture, Montpellier, par l'est et à 50 km de Béziers par le sud. Elle est distante d'environ 80 km de la mer Méditerranée et se trouve sur l'axe autoroutier A75 allant vers Millau (Aveyron) à 60 km, Marvejols (Lozère) à 120 km, Aurillac (Cantal) à 210 km, Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) à 280 km et à 330 km de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Le territoire de Lodève (Lodévois) se situe au pied du Massif central (région des Causses) auquel on accède par le Pas de l'Escalette, à 12 km au nord de la ville. La commune est située dans la vallée étroite de la Lergue (affluent du fleuve Hérault), au pied du Causse du Larzac et à 8 km du lac du Salagou. La cité était une étape pour rallier, avant l'ascension du Pas de l'Escalette, la province du Rouergue.

C'est le chef-lieu de l'aire urbaine de Lodève et de l'unité urbaine de Lodève.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Le Bosc, Fozières, Lauroux, Lavalette, Lunas, Olmet-et-Villecun, Les Plans, Poujols, Le Puech, Soubès et Soumont.

Communes limitrophes de Lodève
(Distances : à vol d'oiseau / par la route)[1]
Lauroux (5.72 / 8,33 km)
Les Plans (4.25 / 5,81 km)
Poujols
(3.75 / 6,05 km)
Soubes (4.58 / 5,90 km)
Fozières (3.82 / 5,46 km)
Saint-Privat (8.93 / 13,93 km)
Joncels
(10.06 / 17,38 km)
Lodève Soumont
(2.87 / 5,93 km)
Lunas (10.36 / 14,27 km)
Lavalette (5.82 / 11,10 km)
Olmet-et-Villecun (3.07 / 5,43 km)
Le Puech
(4.12 / 5,65 km)
Le Bosc
(5.77 / 10,83 km)

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen franc, selon une étude s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat méditerranéen et est dans la région climatique Provence, Languedoc-Roussillon, caractérisée par une pluviométrie faible en été, un très bon ensoleillement (2 600 h/an), un été chaud (21,5 °C), un air très sec en été, sec en toutes saisons, des vents forts (fréquence de 40 à 50 % de vents > 5 m/s) et peu de brouillards[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 14 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 998 mm, avec 7,8 jours de précipitations en janvier et 2,8 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Soumont à 3 km à vol d'oiseau[4], est de 15,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 968,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Géologie[modifier | modifier le code]

Bassin permien d'argilite de Lodève.

La géologie de Lodève et de sa région est particulièrement riche. Le bassin permien de Lodève est constitué d'une alternance de couches d'argilites rouges et de niveaux gréseux[8].

Sur le site de la Lieude, au bord du lac du Salagou, on peut observer des empreintes de pré-mammifères du Permien, ainsi que des fentes de dessiccation datant également de cette époque.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 2 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Deux ZNIEFF de type 2[Note 1] sont recensées sur la commune[9] :

  • le « cours moyen de l'Hérault et de la Lergue » (976 ha), couvrant 22 communes du département[10] ;
  • le « massif de l'Escandorgue » (7 245 ha), couvrant 7 communes du département[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lodève est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[12],[I 1],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lodève, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[I 2] et 9 840 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lodève, dont elle est la commune-centre[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,8 %), zones agricoles hétérogènes (21,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,3 %), zones urbanisées (14,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %), cultures permanentes (1,2 %), terres arables (1,1 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Lodève est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à deux risques particuliers : le risque minier et le risque de radon[15]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[16].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Lergue. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1992, 1995, 1996, 1997, 2003, 2004, 2006, 2014 et 2015[17],[15].

Lodève est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été approuvé en juin 2013 et court jusqu'en 2022, où il doit être renouvelé. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par deux arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du réglemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 4],[18].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Lodève.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[19]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 66,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59,3 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 974 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 628 sont en aléa moyen ou fort, soit 82 %, à comparer aux 85 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[20],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[21].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 2015[15].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[22].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

L’étude Scanning de Géodéris réalisée en 2008 a établi pour le département de l’Hérault une identification rapide des zones de risques miniers liés à l’instabilité des terrains[23]. Elle a été complétée en 2015 par une étude approfondie sur les anciennes exploitations minières du bassin houiller de Graissessac et du district polymétallique de Villecelle. La commune est ainsi concernée par le risque minier, principalement lié à l’évolution des cavités souterraines laissées à l’abandon et sans entretien après l’exploitation des mines[24].

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Lodève est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a été connue sous les variantes : Loteva 2e s, (Table de Peutinger), Luteva vers 678, sedis Lodove (884), Lotevam (vers 1056), Lutevae (1107).

Le nom vient du gaulois Luteva composé de lut boue et suffixe -eva, soit « la ville bourbeuse ou du marais »[26],[27]. Cette boue serait en fait cette argile appelée argilite, qui fut utilisée dès l'Antiquité pour fabriquer des poteries[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lodève était la capitale des Lutevani, sub-division des Volque, puis devint la cité romaine Luteva. L'oppidum de Luteva constitue un des centres de peuplement de la Celtique méditerranéenne. La cité est élevée au rang de colonie latine[réf. souhaitée].

Comme tous les chefs-lieux des cités gauloises, elle devient le siège d'un diocèse avec des évêques qui se succèdent depuis saint Flour au IIIe siècle jusqu'à la Révolution. Sa cathédrale est devenue l'église paroissiale et son palais épiscopal est devenu la mairie.

Depuis 1987, elle est officiellement l'une des villes-étapes sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle par la route d’Arles.

En 1573, Lodève fut mis à feu et à sang par Claude de Narbonne-Caylus, baron de Faugères et de Lunas, capitaine huguenot, beau-frère de Gabriel de Gep de Ginestet.
Cette cité épiscopale fut un centre textile très actif sous Louis XV. En 1726, le cardinal de Fleury, natif de la cité, lui accorda le monopole de la fourniture en draps pour les troupes royales d'infanterie.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, créée dès et baptisée « société des amis de la constitution ». Avec l’écart grandissant entre le peuple et la monarchie, elle change de nom pour « société des amis de la liberté et de l’égalité »[29].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Lodève accueille des évacués, notamment de la commune d'Esch-sur-Alzette (Grand-Duché de Luxembourg), ainsi que des expulsés originaires d'Alsace-Lorraine.

Dans le contexte de la fin de la guerre d'Algérie, la commune a abrité un hameau de forestage à partir de 1962, à destination de familles de harkis[30]. Un atelier de tissage, devenu atelier de la Savonnerie et rattaché au Mobilier national de Lodève depuis les années 1960, a été créé pour aider les épouses des anciens harkis et utiliser leur savoir-faire[31].

Par ailleurs, de 1863 à 1981, la ville était située à l'aboutissement de la ligne ferroviaire Vias - Lodève. Sa gare a depuis été détruite et remplacée par un centre commercial.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Lodève, ancien palais épiscopal.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1693 1719 Alexis de Mongenel    
1722 1724 Joseph de Mongenel    
1733 1736 Jean d'Icher Delpon    
1736 1739 Jean Vinas    
1740 1766 Fulcran Belliol    
1789 1790 Fulcrand Gros    
1791 1791 JB Vinas    
1791 1801 Jean Vaillé    
1801 1802 Pierre Rabejac    
1802 1805 Augustin Fabreguettes    
1806 1812 Jean-Marie Victor Belliol    
1813 1815 Brunier    
1815 1816 Guillaume Rouaud    
1819 1823 Louis Cauvy    
1823 1824 Pierre Gauffre    
1824 1830 Jacques Gov    
1830 1830 Pierre Gauffre    
1830 1831 Pascal Pierre    
1831 1832 Joseph Couzin    
1832 1845 Alexis-Gaspard Barbot    
1845 1848 Bérard aîné    
1848 1849 Jules André    
1849 1860 Lacas Scoevola    
1861 1870 Jules Teisserenc    
1870 1874 Eugène Arrazat    
1874 1877 Lucien Vitalis    
1877 1878 Hector Teisserenc    
1878 1884 Léon Lubac    
1884 1884 Crouzet   Docteur
1884 1886 Antoine Peyre    
1886 1888 Barberat    
1888 1896 Jacques Fulcran Pascal Hugounenq   Pharmacien, Président du Conseil général de l'Hérault, Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 Septembre 1897
1896 1900 Aimé Journet    
1900 1925 Joseph Railhac   Avocat, Conseiller général (1910-1926), Député (1924-1926)
1925 1941 Joseph Maury   Pharmacien
1941 1944 Paul Touvel    
1944 1944 Emmanuel Jourdan    
1944 1947 Antonin Beaumes    
1947 1948 Ernest Lavagne    
1950 1959 Joseph Maury    
1959 1967 Paul Coste-Floret    
1967 1971 Marcel Bouissac    
1971 juin 1995 Daniel Mallet    
juin 1995 mars 2008 Robert Lecou    
mars 2008 2017 Marie-Christine Bousquet    
2017 2020 Pierre Leduc    
2020 en cours Gaëlle Lévêque    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lodève est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 7289 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 9067 4498 3179 0569 91911 20810 47710 71811 238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12 76511 86410 5719 46410 52810 1859 5329 0608 416
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 2007 3957 6686 5086 6297 0206 1356 2426 426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 8697 5567 9108 3787 6026 9007 4007 3347 361
2014 2019 2021 - - - - - -
7 3817 4777 289------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[34] 1975[34] 1982[34] 1990[34] 1999[34] 2006[35] 2009[36] 2013[37]
Rang de la commune dans le département 9 8 9 10 16 18 20 21
Nombre de communes du département 343 340 343 343 343 343 343 343

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

Le musée Fleury à Lodève.
  • Le festival international de poésie Les Voix de la Méditerranée, fondé et dirigé par Maïthé Vallès-Bled de 1998 à 2009[38], regroupe des poètes et musiciens de tout le bassin méditerranéen.
  • Les expositions estivales organisées par le Musée de Lodève, de premier ordre. Ces expositions sont l'occasion de présenter l'œuvre d'un artiste (exposition Théo van Rysselberghe[39] en 2012) ou un courant artistique (De Chirico et la peinture italienne de l'entre-deux guerres[40] en 2003) ; c'est aussi l'occasion de monter une exposition à partir d'une collection privée ou publique (Chefs-d'œuvre de la collection Oscar Ghez — Discernement et engouements[41] en 2007).

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 3 586 ménages fiscaux[Note 5], regroupant 7 603 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 16 560 [I 7] (20 330  dans le département[I 8]). 30 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 6] (45,8 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 14 % 17,1 % 13,6 %
Département[I 10] 10,1 % 11,9 % 12 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 4 199 personnes, parmi lesquelles on compte 67,7 % d'actifs (54,1 % ayant un emploi et 13,6 % de chômeurs) et 32,3 % d'inactifs[Note 7],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Lodève[Carte 3],[I 12]. Elle compte 3 104 emplois en 2018, contre 2 910 en 2013 et 2 880 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 318, soit un indicateur de concentration d'emploi de 133,9 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 46,4 %[I 13].

Sur ces 2 318 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 1 463 travaillent dans la commune, soit 63 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 71,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,4 % les transports en commun, 19,5 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

743 établissements[Note 8] sont implantés à Lodève au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 9],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 743 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
62 8,3 % (6,7 %)
Construction 101 13,6 % (14,1 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
221 29,7 % (28 %)
Information et communication 16 2,2 % (3,3 %)
Activités financières et d'assurance 16 2,2 % (3,2 %)
Activités immobilières 24 3,2 % (5,3 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
82 11 % (17,1 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
146 19,7 % (14,2 %)
Autres activités de services 75 10,1 % (8,1 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 29,7 % du nombre total d'établissements de la commune (221 sur les 743 entreprises implantées à Lodève), contre 28 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[42] :

  • Ramond Et Compagnie, commerce de gros (commerce interentreprises) de combustibles et de produits annexes (36 209 k€)
  • Societe Languedocienne D Amenagements SA - Sla, construction de réseaux électriques et de télécommunications (11 761 k€)
  • Alimentation Sante Collective, autres services de restauration n.c.a. (3 627 k€)
  • Autocars Du Pays Lodevois, transports routiers réguliers de voyageurs (2 014 k€)
  • Alimentation Sante Retail, restauration de type rapide (894 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans le « Soubergues », une petite région agricole occupant le nord-est du département de l'Hérault[43]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 10] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 200 89 18 23
SAU[Note 11] (ha) 412 310 409 257

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 200 lors du recensement agricole de 1988[Note 12] à 89 en 2000 puis à 18 en 2010[45] et enfin à 23 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 88 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 67 % de ses exploitations[46],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 412 ha en 1988 à 257 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 2 à 11 ha[45].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Les armoiries de Lodève se blasonnent ainsi : d'azur à la croix cantonnée au premier d'une étoile, au deuxième d'un croissant, au troisième d'une lettre L capitale, au quatrième d'une lettre D capitale, le tout d'or, sur le tout d'azur à une fleur de lys aussi d'or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 5 mètres de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  5. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  6. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  8. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  9. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  10. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  12. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[44].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Lodève » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Lodève » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Hérault » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Lodève » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Hérault » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Lodève » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Lodève » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Hérault » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Distances vers : Poujols, Soubes, Fozières, Saint-Privat, Soumont, Le Bosc, Le Puech, Olmet-et-Villecun, Lavalette, Lunas, Joncels, Les Plans et Lauroux, publié sur le site fr.distance.to (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Lodève et Soumont », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Soumont » (commune de Soumont) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Soumont » (commune de Soumont) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  8. Le Sud du Massif Central
  9. « Liste des ZNIEFF de la commune de Lodève », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF le « cours moyen de l'Hérault et de la Lergue » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF le « massif de l'Escandorgue » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Lodève », sur Géorisques (consulté le ).
  16. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  17. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur herault.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  18. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  19. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  20. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  21. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Lodève », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  23. « Étude Scanning de Géodéris », sur piece-jointe-carto.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  24. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque minier.
  25. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le ).
  26. Frank R. Hamlin et abbé André Cabrol, Les noms de lieux du département de l'Hérault : Dictionnaire Topographique et Étymologique, , 415 p. (ISBN 2-904624-00-7, lire en ligne), p. 213
  27. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance, 2001, art. luto-, luteuo-, page 178.
  28. étape 5 Lodève
  29. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 415.
  30. Abderahmen Moumen, Du camp de transit à la cité d'accueil, in Fatima Besnaci-Lancou et Gilles Manceron (dir.), Les harkis dans la colonisation et ses suites, préface de Jean Lacouture, Ed. de l'Atelier, février 2008, (ISBN 978-2-7082-3990-6).
  31. Bernard Durieu, Tapis d'Algérie en Lodévois - héritage d'un art populaire, éd. Dommens, Penzénas, 1997, (ISBN 978-2-9104-5738-9).
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  34. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. Le site internet de la ville de Lodève donne des précisions sur le programme et les dates.
  39. http://www.museedelodeve.fr/expositions/expositions-passees/theo-van-rysselberghe.html
  40. http://www.museedelodeve.fr/expositions/expositions-passees/historique-complet-des-expositions.html
  41. http://artisteslr.fr/illustrations/download/lodeveoscar.pdf
  42. « Entreprises à Lodève », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  43. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  44. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  45. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Lodève - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  46. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Hérault » (consulté le ).
  47. a b c d e f g h i et j Belles régions de France, Août-septembre-octobre 2012, p. 71.
  48. a et b « Ancienne cathédrale, actuelle église paroissiale Saint-Fulcran », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  49. « Eglise Saint-Pierre-aux-Liens », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  50. Collectif, 36 000 cicatrices. Les monuments aux morts de la Grande Guerre, Paris, Editions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, , 97 p. (ISBN 978-2-7577-0495-0), p.84.
  51. Notice no PA00103488, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. Notice no PA00103490, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. Laissez-vous conter Lodève, p. 9, brochure disponible sur le site de la communauté de communes Lodèvois et Larzac.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Appolis 1952] Émile Appolis, Le jansénisme dans le diocèse de Lodève au XVIIIe siècle, Albi, Impr. Coopérative du Sud-Ouest,
  • [Appolis 1951] Émile Appolis, Le diocèse civil de Lodève : un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : étude administrative et économique, Albi, Impr. Coopérative du Sud-Ouest, , 675 p.
  • [Bayard 2014] Marc Bayard et Ivonne Papin-Drastik, Lodève et la manufacture de la Savonnerie : une histoire à partager, Paris, Mare & Martin Arts, , 105 p.
  • Constant Blaquière, Histoire des Évêques de Lodève ; Plantavit de La Pause. (1910)
  • [Blaquière 1913] Constant Blaquière, Histoire l'ancien diocèse de Lodève d'après les visites pastorales : (XVIIe - XVIIIe siècle), Montpellier, Librairie Louis Valat, , 258 p. (lire en ligne)
  • [Derrieu 2011] Bernard Derrieu, Lodève : au vingtième siècle, Lodève, Charte Lodévois-Larzac, , 159 p.
  • [Martin 1900] Ernest Martin, Cartulaire de la ville de Lodève dressé d'après des documents inédits pour servir de preuves à l'histoire de la ville de Lodève depuis ses origines jusqu'à la Révolution, Montpellier, Serre et Roumégous, , 494 p. (lire en ligne)
  • [Martin-1 1900] Ernest Martin, Histoire de la ville de Lodève depuis ses origines jusqu'à la Révolution : Des origines aux guerres de religion, t. 1, Montpellier, Serre et Roumégous, , 393 p. (lire en ligne)
  • [Martin-2 1900] Ernest Martin, Histoire de la ville de Lodève depuis ses origines jusqu'à la Révolution : Des guerres de religion à la Révolution, t. 2, Montpellier, Serre et Roumégous, , 503 p. (lire en ligne)
  • [Paris-1 1851] H.-G. Paris, Histoire de la ville de Lodève, de son ancien diocèse et de son arrondissement actuel, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, t. 1, Montpellier, Typographie et lithographie de Bohem, , 421 p. (lire en ligne)
  • [Paris-2 1851] H.-G. Paris, Histoire de la ville de Lodève, de son ancien diocèse et de son arrondissement actuel, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, t. 2, Montpellier, Typographie et lithographie de Bohem, , 407 p. (lire en ligne)
  • HG Paris, Histoire de la ville de Lodève, de son ancien diocèse et de son arrondissement actuel, Montpellier, Boehm,
  • Romain Wagner, Des carriers hettangeois à travers l'Histoire, Quarto d'Altino, 2015, 176 pages. (ISBN 978-2-9527697-9-2).

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]