Trézioux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trézioux
Image illustrative de l'article Trézioux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Billom
Intercommunalité Billom Communauté
Maire
Mandat
Hubert Cheminat
2014-2020
Code postal 63520
Code commune 63438
Démographie
Population
municipale
471 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 24″ nord, 3° 28′ 18″ est
Altitude Min. 377 m – Max. 617 m
Superficie 17,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Trézioux

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Trézioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trézioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trézioux

Trézioux est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune de Trézioux est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Badefort, les Banches, Bel-Air, le Bost, Bourchany, la Brousse, les Brugères, le Chalet, Chez Vignal, le Chezal, le Clos, Combas, Cote, le Crochet, Cublas, la Dugne, Espinasse, Fonzilloux, la Garde, Gatignoux, les Gerbauds, la Gérie, Goile (anciennement Gouelle), le Grand Chemin, la Grande Garde, l'Olagnier, l'Orme, Laboureyras, Lachal, Malussat, la Monnerie, Morniche, Paillat, le Replat, les Reynards, le Rouet, les Sablonnières, les Sapins, Talley, le Theil, Trémoulade, les Viarmes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sept communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Trézioux
Neuville Sermentizon Courpière
Bongheat Trézioux
Estandeuil Saint-Dier-d'Auvergne Saint-Flour

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 7 (reliant Courpière au nord-est et la D 997 près de Mauzun), 303 (reliant Bongheat à l'ouest et Saint-Flour à l'est) et 305 (vers Saint-Dier-d'Auvergne) desservent la commune[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1814 Benoît Dugne    
1814 1824 Henri Boniol du Trémont    
1824 1836 Benoît-Joseph Téalier    
1836 1844 Louis-Jean Sablonnière    
1844 1849 Benoît-Joseph Téalier    
1849 1852 Joseph Foulhoux    
1852 1865 Benoît-Joseph Téalier    
1865 1881 Charles Vimal de Fléchac    
1881 1892 Antoine Duclaux    
1892 1900 Joseph Pialoux    
1900 1907 ou au-delà Régis Lavigne    
         
    Lucien Chabanat    
  2001 Pierre Delery    
mars 2001 en cours Hubert Cheminat[2]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 471 habitants, en augmentation de 8,78 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 038 1 715 1 424 1 619 1 510 1 746 1 737 1 750 1 644
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 605 1 580 1 504 1 502 1 472 1 355 1 270 1 203 1 154
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 086 1 044 1 028 768 754 676 633 548 480
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
388 332 276 283 309 341 401 469 471
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école appartient à un regroupement pédagogique avec Saint-Flour l'Étang, elle comprend trois classes : maternelle à Saint-Flour et CP/CE1 et CE2/CM1/CM2 à Trézioux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le patron de la paroisse est saint Saturnin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Trézioux sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 29 octobre 2016).
  2. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 23 juin 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .