Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Billom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Billom
Maisons médiévales en centre-ville.
Maisons médiévales en centre-ville.
Blason de Billom
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Billom
Intercommunalité Billom Communauté
Maire
Mandat
Jean-Michel Charlat
2016-2020
Code postal 63160
Code commune 63040
Démographie
Population
municipale
4 759 hab. (2014)
Densité 281 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 11″ nord, 3° 20′ 18″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 563 m
Superficie 16,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Billom

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Billom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billom

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billom
Liens
Site web billom.fr

Billom est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

La ville de Billom est au centre de la région naturelle nommée Toscane auvergnate, et peut être considérée comme la capitale de cette dernière. Elle fut notamment à l'époque médiévale une ville marchande importante mais également universitaire par la présence d'une université (studium).

Géographie

Localisation

La ville de Billom est située au contact de la plaine de la Limagne et des monts du Livradois.

Neuf communes sont limitrophes (comprenant, à l'ouest, une frontière sur quelques mètres avec Saint-Georges-sur-Allier)[1] :

Communes limitrophes de Billom
Chauriat
Chas
Espirat Reignat,
Glaine-Montaigut
Saint-Georges-sur-Allier Billom Égliseneuve-près-Billom
Saint-Julien-de-Coppel Montmorin

Hydrographie

Elle est traversée par la rivière Angaud.

Voies de communication et transports

Voies routières

Billom est accessible par la route départementale 997, axe de Clermont-Ferrand à Ambert, correspondant à l'ancienne route nationale 497 classée dans les années 1930 et reversée au département dans les années 1970.

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 9 (vers Montmorin), 9c, 14 (vers Montmorin par Champortat), 151 (desservant le village de Tinlhat), 212 (direction Pérignat-sur-Allier et Cournon-d'Auvergne ou Thiers), 218 (desservant le centre-ville), 218a (rue des Réserves), 229 (direction Vic-le-Comte et Lezoux), 339, 339a, 997a (traversée du centre-ville) et 997b (portion de la route de Clermont)[1].

Transports en commun

Elle est desservie par la ligne 23 du réseau Transdôme (Clermont-Ferrand – Vertaizon – Billom)[2].

Urbanisme

Logement

En 2014, la commune comptait 2 383 logements, contre 2 186 en 2009. Parmi ces logements, 82 % étaient des résidences principales, 2,2 % des résidences secondaires et 15,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 72,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 26,5 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 62,2 %, en hausse sensible par rapport à 2009 (59,3 %). La part de logements HLM loués vides était de 7,3 % (contre 8,3 %)[a 2].

Risques naturels et technologiques

Histoire

Antiquité

  • Le nom de Billom pourrait venir de « Biliomagus », nom formé à partir du celte magus signifiant « marché », le préfixe bilio pouvant signifier « bois ». Billom serait ainsi un « marché du bois ».
  • Billom était situé sur le parcours de la voie romaine qui relie Lyon à Bordeaux et qui passe par Clermont (des bornes milliaires ont été retrouvées). Aucun élément n'atteste la présence d'un vicus à Billom à l'époque gallo-romaine. En revanche, les villae sont nombreuses dans la campagne alentour.

Moyen Âge

Un atelier monétaire est attesté à l'époque mérovingienne. C'est la première mention certaine de l'existence d'un vicus.

Renaissance et époque moderne

Le collège des Jésuites fut porté sur le devant de la scène en 1762, lors du bannissement de France de l'ordre religieux et de la mise sous séquestre de ses biens. Une perquisition a révélé la présence du « typus religionis », un immense tableau[Note 1] qui montre le pape et les Jésuites à la barre d'un navire symbolisant le monde. Cette pièce sera utilisée lors du procès contre les Jésuites. Capucins, Jésuites, Bénédictines, Visitandines, nombreuses confréries, chanoines de Saint-Cerneuf, religieux qui gèrent l'hôpital général, Billom est avant tout une ville où les religieux sont nombreux au Moyen Âge et à l'époque moderne. Ceci lui vaudra le nom de « Billom le Saint ». Deux processions importantes se déroulent tous les ans : la procession du Précieux Sang et la procession des Pénitents noirs. Pendant la période révolutionnaire, ce fameux « précieux sang » fut analysé par les Révolutionnaires soucieux de discréditer la religion chrétienne. Le sang était en fait de l'essence d'origine végétale[réf. nécessaire].

Création du tribunal de commerce (un des premiers en France). Il sera confirmé par Charles IX en 1569 et Henry IV en 1594. Il sera actif jusqu'en 1999.

Billom fut effectivement du Moyen Âge à l'époque moderne une ville commerciale. Elle produisait notamment des cordages à partir du chanvre, cordages très utilisés pour équiper les bateaux de la marine royale.

Billom décline au XVIIe et au début du XVIIIe siècle. La ville est très touchée par les crises frumentaires de 1693-94 et 1709.

Le déclin de Billom se poursuit au XIXe siècle après l'abandon du chanvre. La culture de l'ail se développe après 1850.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Époque contemporaine

  • XIXe siècle : Arrivée du train en 1875. Création en 1886 de l'école militaire préparatoire des enfants de troupe de Billom (fermée en 1963).

Billom est aujourd'hui dans la zone d'influence de l'agglomération clermontoise. Située à une trentaine de minutes de Clermont, elle bénéficie de la périurbanisation.

Elle bénéficie d'un superbe centre médiéval, du dynamisme notamment culturel de ses habitants, de la beauté des paysages vallonnés qui l'entourent (« la Toscane auvergnate »), et ceci aux portes de Clermont-Ferrand.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

À l'élection présidentielle de 2002, Jacques Chirac a recueilli 87,29 % des suffrages exprimés, avec une participation de 82,39 %[3] ; mais depuis 2007, le Parti socialiste recueille la majorité des voix dans la commune (59,76 % pour Ségolène Royal, battue au niveau national, 88,40 % de participation[4]) et en 2012, avec François Hollande (65,81 % des voix et 86,01 % de participation[5]).

Aux élections législatives, Alain Néri remporte l'élection en 2002 (60,19 %, participation 64,71 %[6]) et en 2007 (67,54 %, participation 65,19 %[7]) à l'époque où l'ancien canton de Billom appartenait à la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme. Le redécoupage des circonscriptions législatives de 2010 place le canton dans la cinquième circonscription, où en 2012, André Chassaigne, élu dans la circonscription, a recueilli 70,60 % des suffrages exprimés, avec un taux de participation de 56,80 %[8].

Aux élections européennes, arrivent en tête, pour la commune, Catherine Guy-Quint (37,09 % en 2004)[9], Jean-Pierre Audy (22,10 % en 2009)[10] et la liste FN avec 19,86 % en 2014[11]. Pour ces trois élections, les taux de participation ont été inférieurs à 50 %.

Aux élections régionales de 2004, les électeurs billomois ont voté à 57,73 % pour Pierre-Joël Bonté (71,30 % de participation[12]), élu à la tête du conseil régional d'Auvergne, mais décédé en cours de mandat et remplacé par René Souchon, qui s'est représenté en 2010 avec 72,73 % des voix dans la commune et un taux de participation plus faible (57,78 %)[13]. Les 6 et 13 décembre 2015, Jean-Jack Queyranne a recueilli 50,51 % des suffrages exprimés contre 31,69 % pour Laurent Wauquiez, élu président de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes, avec une participation de 62,56 %[14].

Aux élections municipales de 2008, le maire Pierre Guillon a été élu au second tour avec 47,97 % des voix et avait acquis 21 des 27 sièges au conseil municipal, avec un taux de participation de 69,89 %[15]. Il fut le seul candidat à se représenter en 2014, avec un taux de participation de 53,54 %[16].

Pierre Guillon étant décédé en cours de mandat en octobre 2015[17], une élection municipale partielle a été organisée les 24 et 31 janvier 2016. La liste Front de Gauche menée par Jean-Michel Charlat remporte l'élection au second tour.

Administration municipale

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1983 Yves Guillon SFIO-PS Conseiller général
mars 1983 mars 1989 Louis Guet DVD  
mars 1989 juin 1995 Yves Guillon PS Conseiller général
juin 1995 mars 2001 Michel Glass SE Médecin
mars 2001 4 octobre 2015
(décès[17])
Pierre Guillon[18] PS Fonctionnaire, attaché administratif,
conseiller général (2008-2011)
5 février 2016[19] en cours Jean-Michel Charlat PCF  

Rattachements administratifs et électoraux

Au niveau administratif, Billom était chef-lieu de district en 1793, puis chef-lieu de canton depuis 1801[20].

Au niveau électoral, le canton de Billom dépendait de la deuxième circonscription[Quand ?], puis de la cinquième circonscription à la suite du redécoupage des circonscriptions législatives de 2010. Depuis les élections départementales de 2015, Billom devient bureau centralisateur.

Au niveau judiciaire, Billom dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel et de la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, des tribunaux administratif, d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[21].

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 4 759 habitants, en augmentation de 2,63 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 763 5 110 5 186 5 188 4 746 4 467 3 993 4 437 4 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 591 4 598 3 946 4 336 4 211 4 097 4 569 4 380 4 251
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 275 4 041 4 005 3 527 3 588 3 634 3 699 3 607 3 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 300 3 704 3 968 4 092 3 968 4 246 4 575 4 632 4 759
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (28,4 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (24,4 %) et au taux départemental (26,6 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,31 %) est supérieur au taux national (51,59 %) et au taux départemental (51,57 %).

Pyramides des âges en 2014 en pourcentage
Commune de Billom[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,3 
90 ans ou +
6,7 
75 à 89 ans
13,5 
14,5 
60 à 74 ans
16,1 
21,2 
45 à 59 ans
19,2 
18,9 
30 à 44 ans
17,9 
15,6 
15 à 29 ans
13,2 
21,7 
0 à 14 ans
16,1 
Département du Puy-de-Dôme[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
75 à 89 ans
10,6 
16,4 
60 à 74 ans
16,8 
20,6 
45 à 59 ans
20 
19,3 
30 à 44 ans
17,9 
19 
15 à 29 ans
17,4 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement

Billom dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école maternelle publique du Beffroi et l'école élémentaire publique Guyot-Dessaigne[26],[B 1].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège public du Beffroi[26], géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, puis au lycée René-Descartes à Cournon-d'Auvergne pour les filières générales et STMG ou à Clermont-Ferrand, aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D[27].

La commune possède un ensemble scolaire privé Notre-Dame, composé de l'école maternelle, de l'école élémentaire ainsi que d'un collège[26].

Économie

Emploi

En 2014, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 2 776 personnes, parmi lesquelles on comptait 75 % d'actifs dont 64,2 % ayant un emploi et 10,8 % de chômeurs[a 5].

On comptait 1 639 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 1 796, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 91,2 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

1 582 des 1 796 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 88,1 %) sont des salariés[a 7]. 30,1 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises

Au , Billom comptait 332 entreprises : 28 dans l'industrie, 49 dans la construction, 107 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 61 dans les services aux entreprises et 87 dans les services aux particuliers[a 9].

L'entreprise Auvergne Nature, installée dans la commune, est spécialiste des bassins aquatiques et des baignades naturelles.

En outre, elle comptait 379 établissements[a 10].

Tourisme

La commune comptait, au , un camping non classé avec 38 emplacements[a 11] mais aucun hôtel[a 12].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Un visage dans le quartier médiéval
Un visage dans le quartier médiéval.
Maison du Boucher
La maison du Boucher (XVe siècle).

Patrimoine religieux

Patrimoine civil

La ville de Billom comporte un quartier médiéval :

  • Maisons des Bouchers, du Chapitre, des Échevins (XVe siècle) ;
  • Maison du Doyen (XVIe siècle) ;
  • Maison du Bailly (XVe et XVIe siècles) ;
  • Beffroi du XVIe siècle ;
  • Les jardins de La Croze (XIXe siècle).

Patrimoine naturel

La commune est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Ce tableau se trouve aux Archives Nationales.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

Insee

  • Dossier complet sur le site de l'Insee, consulté le 11 septembre 2017 :
  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2014.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2014.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  11. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  12. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .

Site de la mairie

  1. « Vie scolaire » (consulté le 25 janvier 2016).

Autres sources

  1. a et b Carte de Billom sur Géoportail.
  2. « Horaires TRANSDÔME 2017/2018 », Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 16 septembre 2017).
  3. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  4. Résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  5. Résultats de l'élection présidentielle de 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  6. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  7. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  8. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  9. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  10. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  11. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  12. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  13. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  14. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  15. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  16. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  17. a et b « Le maire de Billom, Pierre Guillon, est décédé ce matin », sur lamontagne.fr, (consulté le 5 octobre 2015).
  18. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 22 juin 2014).
  19. « Compte rendu du conseil municipal du 5 février 2016 » [PDF], Mairie de Billom (consulté le 26 mars 2016).
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 25 janvier 2016).
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. « Évolution et structure de la population en 2014 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 11 septembre 2017).
  26. a, b et c « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 janvier 2016).
  27. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).