Augustonemetum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Augusta Nemetum, actuelle Spire
Augustonemetum
Clermont-Ferrand
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Commune Clermont-Ferrand/Ceyrat/Royat/Chamalières
Département Puy-de-Dôme
Coordonnées 45° 46′ 59″ nord, 3° 04′ 56″ est
Altitude 321 à 602 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Augustonemetum
Augustonemetum
Histoire
Époque Rome antique

Augustonemetum ou Civitas Arvernorum est le nom de la ville gallo-romaine qui se situait sur une partie de l'agglomération de la ville actuelle de Clermont-Ferrand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Augustonemetum signifie : sanctuaire d'Auguste. La ville a donc été nommée en référence à un sanctuaire érigé à la gloire de l'empereur romain Auguste[1].

Historiographie[modifier | modifier le code]

Occupation[modifier | modifier le code]

Restes de pavés à côté du goudron : présence à Mozac de l'ancienne voie romaine entre Augustonemetum et Avaricum

Augustonemetum est une ville neuve[2] qui aurait été créée au cours du Ier siècle av. J.-C.[1].

Le forum de la ville romaine est placé au sommet de la butte de Clermont, à l'emplacement des actuelles cathédrale et place de la Victoire[3]. Sa population est alors estimée au IIe siècle de 15 000 à 30 000 habitants, ce qui fait d'elle une des villes les plus peuplées de la Gaule romaine[4][réf. insuffisante]. La phase d'expansion d'Augustonemetum se termine au milieu du IIIe siècle.

Ensuite la ville se replie fortement et se fortifie autour du forum[5]. À partir du IVe siècle, la population n'est plus estimée qu'à environ 700 habitants[6],[4][réf. insuffisante]. Elle est alors entourée de cinq portes, qui existeront durant tout le Moyen Âge[6][réf. insuffisante]. Les restes de la ville antérieure sont réduits à l'état de petits faubourgs comme celui de Fontgiève, voire abandonnés. Néanmoins, le tracé des cardo et decumanus maximus, ainsi que le tramage des rues romaines en découlant, a survécu partiellement jusqu'à nos jours, où certaines rues et voies en forment la continuation directe, notamment en centre-ville[7].

Seulement deux siècles après sa création, la ville changera de nom pour devenir Arvernis (du nom du peuple gaulois habitant la région[réf. souhaitée]).

Monuments publics[modifier | modifier le code]

Le théâtre de Montaudou[modifier | modifier le code]

Augustonemetum était doté d'un théâtre. On a mis au jour des murs courbes en 2005.

Les thermes[modifier | modifier le code]

Le temple de Vasso Galate[modifier | modifier le code]

Portion du Mur des Sarrasins, vestige actuel du temple de Vasso-Galate.

Le temple de Vasso Galate était un temple dédié au dieu Vasso Galate, à proximité de Jaude ; ses ruines sont présentes rue Boireau sous le nom de Mur des Sarrasins[8].

Grégoire de Tours, dans son Histoire des Francs, parle d'un temple nommé Vasso Galate chez les Arvernes et il en donne une description succincte, sans mentionner toutefois sa localisation. Il aurait était détruit par Chrocus, roi des Alamans.

Il est actuellement considéré par les travaux archéologiques, et ce depuis les travaux de Pierre-François Fournier[9] que le Vasso Galate est le temple situé rue Rameau à Clermont-Ferrand et dont les vestiges sont également nommés « mur des Sarrasins » ou « temple de Jaude ». La confusion provient en partie de l'expression Veniens vero arvernus que l'on peut traduire par « Venant en Auvergne » ou par « Venant à Clermont », en effet, à l'époque de Grégoire de Tours, Clermont-Ferrand était nommée « Arvernis ». D'autres éléments viennent entretenir le doute. Ainsi le terme « Jaude » désignant le quartier où se trouvent les ruines clermontoises serait apparenté à « Galate » via une forme médiévale « Jalde »[10].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Augustonemetum et son environnement[modifier | modifier le code]

Les villae gallo-romaines autour d'Augustonemetum[modifier | modifier le code]

Les villae gallo-romaines situées dans le territoire proche d'Augustonemetum était nombreuses, notamment dans la plaine de la Limagne. Le marbre était un matériau très utilisé[11].

Le site de Trémonteix[modifier | modifier le code]

Sur le site du futur éco-quartier de Trémonteix, au nord de Clermont-Ferrand, en contrebas des Côtes de Clermont, les fouilles préventives ont mis au jour en 2010-2011 des vestiges gallo-romains et médiévaux d'un grand intérêt : un sanctuaire privé composé de deux temples (fana)[12], datant vraisemblablement du IIIe siècle, est trouvé dans un bel état de conservation ; ce sanctuaire est associé à un établissement agricole.

Au cours du IVe siècle, le site est abandonné et devient une nécropole. Au Moyen Âge, avant le XIIe siècle, un village paysan s'installe dans le vallon de Trémonteix[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.augustonemetum.fr/News/Info-74/La-fondation.html
  2. http://www.augustonemetum.fr/News/Info-67/Ou-sont-les-gaulois.html
  3. http://www.augustonemetum.fr/News/Info-435/Le-forum.html
  4. a et b Histoire de Clermont-Ferrand, Pierre Laporte.
  5. Hélène Dartevelle, « Le forum d'Augustonemetum », sur http://www.augustonemetum.fr/ ; site du collectif de recherche scientifique Augustonemetum
  6. a et b Évolution géographique de Clermont-Ferrand, Corinne Dalle et Jean-Michel Viallet, Archives départementales du Puy-de-Dôme.
  7. Hélène Dartevelle, Christian Le Barrier, « La voirie d'Augustonemetum », sur http://www.augustonemetum.fr/ ; site du groupe de recherche scientifique Augustonemetum
  8. Hélène Dartevelle, « Le Vasso Galate », sur http://www.augustonemetum.fr/
  9. Pierre-François Fournier, « Le monument dit Vasso de Jaude à Clermont-Ferrand », Gallia, 1965.
  10. D’après Pierre-François Fournier, dans André-Georges Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Bouhdida éditeur, (ISBN 2-903377-15-4), p. 28.
  11. Dousteyssier, Segard et Trément 2004.
  12. Site de l'Association pour la sauvegarde des Côtes de Clermont-Ferrand-Chanturgue.
  13. Kristell Chuniaud, Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand. Carnet de fouille archéologique à Trémonteix, coédition Éditions Reflets d’ailleurs - Inrap, 2012, 64 p., ill. (ISBN 9782918593249)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Michel Provost et Christine Mennessier-Jouannet (dir.), Clermont-Ferrand, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Carte archéologique de la Gaule » (no 63/1), , 290 p. (ISBN 978-2-87754-030-8)
  • Frédéric Trément, « La cité arverne à l'époque romaine », dans Daniel Martin, L'identité de l'Auvergne, Nonette, Créer, (ISBN 2-909797-70-8), p. 194-217

Publications spécialisées[modifier | modifier le code]

  • Hélène Dartevelle, Christine Mennessier-Jouannet et Nathalie Arbaret, « La capitale des Arvernes, une histoire en boucle », dans Olivier Buchsenschutz et alii, L'Âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Paris-Tours, Association Française pour l'Étude de l'Âge du Fer, coll. « Revue archéologique du Centre de la France - Suppléments » (no 35), (lire en ligne), p. 293-315
  • Bertrand Dousteyssier, Maxence Segard et Frédéric Trément, « Les villae gallo-romaines dans le territoire proche d’Augustonemetum – Clermont-Ferrand », Revue archéologique du centre de la France, t. 43,‎ , p. 115-147 (ISSN 1951-6207, lire en ligne)
  • Julien Ollivier et al., « Les maisons du Haut-Empire de la rue de l’Oratoire à Augustonemetum / Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du centre de la France, t. 55,‎ (ISSN 1951-6207, lire en ligne)

BSR[modifier | modifier le code]

  • Bilan scientifique de la région Auvergne, 2007, Clermont-Ferrand, Ministère de la Culture et de la Communication,
  • Bilan scientifique de la région Auvergne, 2008, Clermont-Ferrand, Ministère de la Culture et de la Communication,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]