Chaumont-le-Bourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaumont.
Chaumont-le-Bourg
Image illustrative de l'article Chaumont-le-Bourg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Paul Chanal
2014-2020
Code postal 63220
Code commune 63105
Démographie
Population
municipale
237 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 02″ nord, 3° 46′ 20″ est
Altitude Min. 550 m
Max. 860 m
Superficie 8,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Chaumont-le-Bourg

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Chaumont-le-Bourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaumont-le-Bourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaumont-le-Bourg

Chaumont-le-Bourg est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le Bourg, la Fredière, Masselèbre, le Prélat, les Rippes, Sabiot, Tonvic.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont Beurières, Marsac-en-Livradois et Saint-Just.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Comme presque tous les Chaumont de France, il s'agit d'un mont chauve ; issu du latin mons calvus / montem calvum.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'actuelle dénomination a été adoptée à une date inconnue, supposée entre 1882 et 1943. L'ancien nom, Chaumont, est toujours utilisé dans le langage courant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Paul Chanal[1]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 237 habitants, en augmentation de 9,72 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
613 580 616 640 712 660 783 767 708
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697 755 722 740 661 632 613 615 582
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
569 526 501 411 360 348 344 319 276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
212 202 181 172 173 201 215 237 237
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Croix de chemin en pierre du hameau de Masselèbre qui fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 4 décembre 1951[6]. supposée du XIVe ou XVe siècle. Pierre sculptée : christ en croix sur une face, Couronnement de la Vierge à l'Enfant et ange, sur l'autre face, autres personnages sur les faces latérales au pied.
    Classement au titre des monuments historiques en 1951.
  • Divers édifices répertoriés par les Monuments historiques mais non protégés :
    • Chapelle au lieu-dit Masselèbre, construite en 1867.
    • Chapelle Notre-Dame-de-Pitié, construite au XIXe siècle, date inconnue, avant 1837.
    • Ancien prieuré de bénédictins dans le Bourg (Xe, XVIe, XVIIe et XVIIIe, plusieurs fois détruit et reconstruit). Propriété mixte (commune et privée).
    • Diverses autres croix monumentales du XVIe au XIXe siècle.
    • Objets religieux dans l'église

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Divers édifices répertoriés par les Monuments historiques mais non protégés :
    • fontaine du Bourg, 1892, sculptée ;
    • pont de pierre sur un ancien cours de la Dore, au lieu-dit Masselèbre, supposé du XIVe siècle ;
    • puits fermé au lieu-dit Masselèbre, supposé du 1er quart du XXe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux et d'état civil : à partir de 1570 (mairie et archives départementales) - Lacunes aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Dépouillements généalogiques :
    • Baptêmes, mariages et sépultures : 1570-1592 (lacunes).
  • Délibérations municipales depuis :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]