Brice de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brice, Saint Brice et Saint-Brice.
Brice de Tours
Saintbrice.jpg

Saint Brice et Saint Martin

Fonction
Évêque de Tours (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Étape de canonisation

Brice de Tours, devenu saint Brice (du latin Sanctus Brictius), est un saint chrétien qui a grandi au monastère de Saint-Martin.

Quatrième évêque de Tours, il succède à saint Martin de Tours.

Mort en 444, fêté le 13 novembre, il est le patron des juges.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

La façade Basilique Saint-Martin de Tours, construite sous l4épiscopat de Brice, au début du Ve siècle.
Basilique Saint Martin de Tours, façade

Moine puis prêtre, il est finalement choisi par Saint Martin, dont il se moque ouvertement, pour le remplacer à sa mort. Brice, à l'inverse de Saint Martin, dont il méprisait la pauvreté voulue, préférait s'entourer de jolies servantes et esclaves, ainsi que de beaux chevaux.

L'entourage de Saint Martin voit d'un mauvais œil ce futur évêque fastueux et beau parleur et lui déconseille vivement ce choix. En vain. Saint Martin répondra : « Si le Christ a supporté Judas, je puis bien supporter Brice. »

Saint Martin meurt en 397, Brice lui succède.

Dans son ouvrage Libellus, l'écclésiaste et biographe de Saint Martin, Grégoire de Tours, met ainsi en évidence la primo-succession de Brice à la mort du Saint martinien, en  :

« [...] post excessum beati Martini [...] Brictius ad episcopatum succedit [...] quartus Brictius ordinatur episcopus. »

— Grégoire de Tours, Libellus, , II, 1 p. 37 et X, 31, 4 p. 528[1].

Au début du Ve siècle, le successeur du Saint patron martinien, en dépit d'une volonté clairement affichée d'éclipser ce dernier, n'en fait pas moins édifier une basilique (la Basilique Saint-Martin de Tours[Note 1]) en lieu et place du tombeau du Saint Patron martinien. Postérieurement, l'ordre de bâtir la construction religieuse permet à Brice de Tours « d'être associé au culte de Saint Martin »[3].

Vers 430, après 33 ans d'épiscopat, Brice scandalise ses ouailles lorsqu'il est accusé d'avoir mis enceinte une de ses servantes. Expulsé manu militari hors de Tours, il va plaider son innocence à Rome, qu’il obtient par ordalie. Un successeur est désigné. Dans les années qui suivent, Justinianus, puis Armentius lui succèdent à la tête de l'évêché tourangeau[1].

Au bout de sept années, Brice revient à Tours et pendant sa halte, la nuit, à quelques lieues de la ville, son successeur meurt. Brice redevient évêque de Tours, assagi cette fois, jusqu’à sa mort en 444.

Il est canonisé et enterré auprès de son bienfaiteur. Mais en 580, Grégoire de Tours fait transférer ses reliques à Clermont-Ferrand, en Auvergne.

Il est le patron des juges, fêté le 13 novembre. En 1002 en cette date eut lieu en Angleterre un massacre de la communauté danoise qui désormais fut nommé Massacre de la Saint-Brice.

Représentation et postérité de Saint Brice en Europe[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À ce titre, l'édifice religieux tourangeau possède, au cœur de sa nef et aux côtés de celui de Saint Pierre, un autel qui est dédié à Saint Brice[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Luce Pietri, « La succession des premiers évêques tourangeaux : essai sur la chronologie de Grégoire de Tours. », dans Luce Pietri et al., Mélanges de l'Ecole française de Rome : Moyen-Age, Temps modernes, vol. tome 94, n°2, (DOI 10.3406/mefr.1982.2668, lire en ligne), pages 554, 564, à fin.
  2. Charles Lelong, « La nef de Saint-Martin de Tours. », Bulletin Monumental, vol. tome 133, no 3,‎ , pages 220 et 227 (DOI 10.3406/bulmo.1975.5491, lire en ligne).
  3. Ewig Eugen, « Le culte de saint Martin à l'époque franque. », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. tome 47, no 144,‎ , page 1 (lire en ligne).
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]