Urbain V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urbain V
Image illustrative de l'article Urbain V
Biographie
Naissance 1310
Château de Grizac, Pont-de-Montvert, France
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 28 septembre 1362
Intronisation 6 novembre 1362
Fin du pontificat 19 décembre 1370
Précédent Innocent VI Grégoire XI Suivant

Blason

Guillaume Grimoard (né en 1310 à Grizac[N 1], Lozère et mort en 1370 à Avignon) devint le sixième pape à Avignon sous le nom d’Urbain V. Originaire des pays de la langue d’oc, comme ses prédécesseurs, natif du Gévaudan dans une famille liée à celle des Sabran, il commença à vivre et à étudier à proximité de la vallée du Rhône[1]. Elzéar, un de ses oncles, était alors prieur de la chartreuse de Bonpas, près d’Avignon[2].

Profès de l’ordre de Saint-Benoît, comme Benoît XII et Clément VI, il fut rapidement chargé des plus prestigieuses abbayes bénédictines de France et de Provence. Mais là s’arrête le parallèle avec ses devanciers. Ni évêque, ni cardinal, il n’a jamais entretenu de relations suivies avec la Curie. Il fut donc totalement étranger aux querelles de clans de l’Antique et Sacré Collège des cardinaux. De plus, sa carrière ne doit rien à l’administration royale française, et ses missions diplomatiques l’ont rendu très proche de l’Italie ; proximité qui entraîna une tentative avortée de retour de la papauté vers Rome.

Il est à l'origine de nombreux développements architecturaux, de missions dans le monde entier et, avec la Guerre de Cent Ans, a eu à participer et arbitrer plusieurs conflits.

Urbain V est le seul des pontifes avignonnais à avoir été porté sur les autels avec le titre de bienheureux. Béatifié en 1870, sous Pie IX, il est fêté par l'Église catholique le 19 décembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

De sa naissance au conclave[modifier | modifier le code]

Naissance et enfance[modifier | modifier le code]

Les restes du château de Montferrand où serait née sa mère
Les armes des Montferrand

Fils aîné de Guillaume II Grimoard[3], seigneur de Grizac, et d'Amphélise (ou Élise) de Montferrand, près de La Canourgue, dans la baronnie de Canilhac[N 2], le futur pape Urbain V est prénommé comme son père. Il naît en 1310[N 3] au château familial de Grizac, situé sur la commune du Pont-de-Montvert près de Mende. Ce château a été construit peu avant sa naissance par son père, chevalier-paysan[4]. Il avait deux frères[3] : Étienne[N 4], et Anglic, futur religieux à l'abbaye de Saint-Ruf de Valence et cardinal. Ce dernier qui a survécu dix-huit ans à Urbain V, meurt le 14 avril 1388 et est enterré à l'église de Saint-Ruf de Valence. Le futur pape avait également une sœur[3], Delphine qui épousa Guillaume de Monyaut.

Guillaume Grimoard fut baptisé en 1310, avec pour parrain Elzéar de Sabran, parent d’Amphélise, comte d’Ariano et régent du royaume de Naples, dont il proclama lui-même la sainteté le 15 avril 1369[5]. Le lien de parenté entre Elzéar de Sabran et Amphélise de Montferrand est sujet à débat. En effet, à la suite du Grand Dictionnaire historique de Louis Moréri, il a longtemps été établi qu'ils étaient frère et sœur[6]. Dans ses Recherches sur la famille de Grimoard et ses possessions territoriales[7], l'abbé Joseph Hyacinthe Albanès remet ce lien en cause. Il semble que les familles de Sabran et de Montferrand (mais aussi de Grimoard) soient parentes et alliées sur plusieurs générations, sans pour autant que Elzéar de Sabran et Amphélise de Montferrand soient frère et sœur ou cousins de premier degré[6]. La tradition rapporte un miracle accompli par Elzéar de Sabran lors de ce baptême. Le petit Guillaume serait né difforme[8]. C'est par la prière que le parrain aurait redonné à l'enfant le visage d'un bébé normal[9].

Élève brillant, Guillaume Grimoard quitta le domicile familial vers l'âge de douze ans pour aller étudier à Montpellier. Sa mère lui dit alors[10] : « Mon fils, je ne te comprends pas, mais Dieu, lui, te comprend ». Trop jeune pour entrer directement à l'université, il fit ses premières études au monastère clunisien de Saint-Pierre-de-Clunezet[11]. Il y resta peut-être deux ans avant de poursuivre ses études en droit à Toulouse[12]. Il y serait resté 4 ans, pour obtenir son titre de bachelier en droit civil[12].

Le moine[modifier | modifier le code]

Après des études de droit, il entra vers 1327[13] dans l'ordre des bénédictins au prieuré du monastère de Chirac (qui devint plus tard le Monastier)[14], où son oncle maternel Anglic — probablement le parrain de son jeune frère — était prieur. Ce monastère, à quelques lieues de Mende, près des bourgs de Chirac et de Marvejols dépendait de la congrégation victorine de Marseille. Son noviciat achevé, il se rendit à Marseille, où il fit sa profession monastique. Durant sa formation, entre Chirac et Marseille, il acheva sa formation universitaire[15]. Il reçoit également, en 1329, son premier bénéfice ecclésiastique, du prieuré de Saint-Mau dans le diocèse d'Auch[15]. Il retourna au Monastier où il reçut l'ordination sacerdotale en 1334[16],[15].

Il devient docteur ès domès (droit canon) en 1342 après une soutenance tenue en l'église Notre-Dame des Tables de Montpellier[14],[17]. Il obtient, par la même une chaire à l'université de Montpellier, où il enseigna et devint un spécialiste renommé du droit. Il se trouvait toujours dans cette ville lorsque se propagea la terrible peste noire de 1348[18]. Cette épidémie causa la mort de 6 cardinaux, et 93 membres de la curie, alors à Avignon. Il semble que le professeur Grimoard a quitté Montpellier durant l'épidémie[18]. Il continue alors sa carrière d'enseignant, sans que l'on ne sache précisément les dates ou les lieux, peut-être à Toulouse, et certainement à Paris[19] et Avignon[20].

La Gallia Christiana nous apprend que Pierre d'Aigrefeuille venant d'être nommé évêque de Clermont (1349), le prit comme vicaire général. Une fois transféré à Uzès, l'évêque garda Guillaume Grimoard à ses côtés. Les traces de ce vicariat sont inexistantes, mais elles démontreraient du lien étroit déjà établi entre les Grimoard et les Aigrefeuille[21].

Demeuré moine noir mais rattaché à Cluny, il fut nommé prieur au diocèse d'Auxerre le 13 février 1352, le pape Clément VI le plaçant à la tête de l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre[22]. C'est durant ses premières années à la tête de l'abbaye qu'il reçoit ses premières missions en tant que légat du pape. Il semble qu'il avait nommé son frère Anglic vicaire général de l'abbaye, pour la gérer durant ses absences[22].

Le pape Innocent VI, qui lui avait souvent confié des missions de légat, le nomma abbé de Saint-Victor, la prestigieuse abbaye marseillaise, le 2 février 1361, après le décès d'Étienne de Clapier[23]. Dans toutes ses charges, il était dit « moult sainct homme et de belle vie, grand clerc et qui moult avait travaillé pour l’Église[24] ».

Le diplomate[modifier | modifier le code]

Conseiller écouté des papes Clément VI et Innocent VI, il se vit confier plusieurs missions diplomatiques en Italie.

Giovanni Visconti, imprudemment nommé archevêque de Milan par Clément VI, voulait se rendre maître de Bologne. Après une campagne militaire qui se solda par la défaite des armées pontificales, le pape fit appel à Guillaume Grimoard qu'il chargea des négociations. Le 6 septembre 1352 il prit au nom du pape possession de Bologne pour la céder ensuite à Visconti contre un paiement annuel. Guillaume Grimoard se vit confier une mission analogue par Innocent VI auprès de Bernabo Visconti le neveu de Giovanni.

Moins d'un an après sa nomination à la tête de Saint-Victor, il reçut le 10 juin 1362 mandat du pape pour de se rendre de toute urgence à Naples. En effet le prince Louis de Tarente, second époux de la reine Jeanne, comtesse de Provence, venait de mourir. Le pape lui demanda de se rendre auprès d'elle pour porter à la jeune veuve de trente-six ans ses instructions. Le 27 juin 1362 il prit le chemin de l'Italie.

Le pape[modifier | modifier le code]

Urbain V, huile sur bois de Simone de Filippo, dit de Crocefissi (vers 1375)
Pinacothèque de Bologne

Élection[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conclave de 1362.

Innocent VI s'éteignit le 13 septembre 1362. Après une neuvaine en l’honneur du pontife défunt, pour procéder à sa succession le conclave ouvrit ses assises le 22 septembre 1362[25]. Au premier tour, avec une majorité de quinze voix, le cardinal Hugues Roger fut élu. Mais le frère de Clément VI refusa cette charge. Le second tour vit alors onze voix se porter sur Raymond de Canillac, autre illustre membre du clan des Roger de Beaufort[26]. C’était insuffisant[N 5].

Le choix d'un prélat étranger au Sacré Collège s'imposa, et le 28 septembre Guillaume de Grimoard fut élu. Sa candidature avait été proposée et soutenue par le cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, sur les conseils de son frère Pierre, l’évêque d’Uzès[N 6]. Pour l'avertir, à Naples, des courriers partirent dans le plus grand secret de peur que les Italiens ne le retiennent.

L'abbé de Saint-Victor prit immédiatement la mer, arriva à Marseille le 27 octobre, et rejoignit seul Avignon, où il arriva alors que la Durance et le Rhône étaient en crue[N 7]. Il fut d'abord consacré évêque car il était simplement prêtre, puis couronné pape le 6 novembre, dans la chapelle du Palais Vieux, par Étienne-Audouin Aubert, cardinal d’Ostie et neveu du pontife défunt[27].

Il choisit alors le nom d'Urbain, qui vient du latin urbanus, autrement dit "de la ville". Il a très tôt été employé comme nom de personne, et Guillaume Grimoard le prit comme patronyme pontifical car, expliqua-t-il, « Tous les papes qui ont porté ce nom ont été des saints »[28].

Six jours plus tard, le souverain pontife nomma son frère Anglic, vicaire général du diocèse d’Avignon[29], et Aymar d'Aigrefeuille devint Maréchal de la Cour pontificale.

Il est considéré comme le premier des papes humanistes et fut particulièrement attaché à la nature, il aurait déclaré à son arrivée au palais des papes : « Mais je n'ai même pas un bout de jardin pour voir grandir quelques fruitiers, manger ma salade et cueillir un raisin[30] ». Ce fut peut-être suite à cette phrase, ou à son manque de jardins tels qu'il les avait connus dans ses Cévennes natales, qu'il entreprit durant son pontificat de coûteux travaux d'extension des jardins[31]. Celui qui jouxtait le palais des papes d'Avignon est toujours nommé « Jardin d'Urbain V[32] ».

Le roi de France auprès du pape[modifier | modifier le code]

Anonyme vers 1350, Portrait de Jean II le Bon, musée du Louvre

Le 16 novembre 1362, Jean II le Bon arriva à Villeneuve-lès-Avignon, à la tête d’un fort détachement armé sous le commandement du Maréchal Boucicaut[N 8].

Quatre jours plus tard, le roi passa le pont Saint-Bénézet pour entrer dans Avignon. Tous les cardinaux étaient là pour l’escorter jusqu’au palais des papes et « le reçut le dit pape Urbain honorablement en consistoire et le détint avec luy à disner[24] ». Dès le 26 novembre 1362, le Souverain Pontife, en présence du roi de France, présida la translation des cendres de son prédécesseur Innocent VI dans la chapelle de la Trinité de l'église de la Chartreuse du Val-de-Bénédiction de Villeneuve-lès-Avignon[33].

Le roi Jean était venu d’abord solliciter le Souverain Pontife pour l’aider à payer sa rançon et ensuite l’entretenir de son désir d’unir son fils Philippe le Hardi à la reine Jeanne. Si le pape acceptait d’ouvrir les caisses de la « Révérende Chambre Apostolique », il lui fit savoir que la souveraine de Naples était déjà promise mais qu’il allait plaider en faveur du jeune duc de Bourgogne[N 9]. Le roi de France décida alors de séjourner jusqu’au printemps sur les bords du Rhône. Il passa son temps entre Villeneuve-lès-Avignon, où il fit commencer la construction du fort Saint-André[N 10], son château de Roquemaure et la cité des papes.

Urbain V, à le voir aussi désœuvré, lui proposa de prendre le commandement d'une croisade[34]. L'idée d'Urbain était excellente : elle permettait de se débarrasser des compagnies qui saignaient le Royaume de France et la cité des papes[35]. Le moment était propice puisque Amurat Ier, le sultan des Turcs ottomans, après un an de siège, venait de conquérir Andrinople dont il voulait faire sa capitale. Le basileus Jean V Paléologue, qui avait vainement fait appel à Louis Ier de Hongrie pour contrer cette avancée, avait dû rendre hommage à l’Infidèle. Le 4 décembre 1362, face à l’urgence des affaires de Castille, Urbain V envoya en légation Guillaume d’Aigrefeuille, le cardinal de Saragosse, auprès de Pierre Ier de Castille, dit Pierre le Cruel[N 11]. Ce dernier venait de tuer son épouse, la sœur de la Dauphine. La Cour de France, outrée par ce meurtre, décida de soutenir Henri de Transtamare, son demi-frère, comme prétendant au trône de Castille.

La venue en Haute Provence de Transtamare n’inspira aucune confiance. En janvier 1363, Urbain V fit commencer les travaux de fortifications de l’abbaye Saint-Victor de Marseille[N 12], tandis que Guillaume de la Garde, archevêque d’Arles, entreprit de faire renforcer les défenses de l’église de Sainte-Marie de Ratis[N 13].

Le 17 avril 1363, Urbain V, après avoir été informé de la victoire de Solaro remportée sur les Visconti, annonça son intention de retourner à Rome[N 14].

Quant à Jean le Bon, il dut revenir sur terre et quitter ses rêves de « croiserie ». Le roi avait appris que Charles le Mauvais et son parent, Jean III de Grailly, Captal de Buch[N 15], s’agitaient et levaient des troupes tant en Normandie qu’en Navarre. Le 3 mai, le monarque décida de rejoindre son château de Vincennes.

Pendant ce temps, escorté par Juan Fernandez de Heredia, le pape était reçu dans la capitale du Comtat Venaissin par le recteur Philippe de Cabassolle, l’évêque Jean Roger de Beaufort et les syndics de Carpentras[N 16].

Le Saint Père notifia officiellement que le 16 mai dernier, Jacques IV de Majorque avait débarqué à Naples à la tête d’une flottille de sept galères et que son mariage avec la souveraine avait été officiellement célébré[N 17]. Puis averti que les Grandes Compagnies descendaient en masse vers le Languedoc par la vallée du Rhône, le 25 mai, il lança un vibrant appel à leurs capitaines afin qu’ils se croisent. L’échec fut total et le pape les excommunia[N 18].

Conflit entre les comtes de Foix et d’Armagnac[modifier | modifier le code]

Entre temps le pape eut à régler un conflit entre Gaston Fébus, comte de Foix, et Jean Ier, comte d’Armagnac, qui se disputaient la suprématie féodale dans le sud de la France. Dès le 3 décembre 1362, il écrivit aux deux comtes pour leur demander d’accepter la médiation de son légat Pierre de Clermont, l'évêque de Cambrai, qu’il leur envoyait. Ce fut lettre morte, puisque le 5 décembre, en milieu d’après-midi, leurs troupes s’affrontèrent à Launac, au nord-ouest de Toulouse, aux limites des comtés de Fezensaguet et de L’Isle Jourdain, loin des domaines respectifs des deux comtes. Ce fut Gaston de Foix qui remporta la victoire et fit prisonnier son rival.

Le 19 décembre, averti de cette bataille et de son issue, Urbain V leur demanda de négocier. Le lendemain, le pape chargea Pierre de Clermont de demander à Gaston Fébus de ne pas abuser de sa victoire. Et le 29 décembre, il envoya un bref à Béatrix, comtesse d’Armagnac, pour l’engager à prendre patience. Elle ne pouvait rien faire d’autre. Le traité de paix entre Gaston Fébus et Jean Ier, ne fut signé, en l’église Saint-Volusien de Foix[36], que le 14 avril 1363. Le comte de Foix, avec les rançons obtenues, devint dès lors le feudataire le plus riche du midi de la France et allait pouvoir continuer à tenir la balance égale entre les rois d’Angleterre et de France pour sa vicomté de Béarn[37].

Croisade d’Alexandrie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Croisade d'Alexandrie.

L’appel à se croiser lancé conjointement par le pape et le roi de France avait motivé quelques monarques de la chrétienté. Le premier à répondre fut Valdemar IV Atterdag, roi du Danemark[38]. Le second fut Pierre Ier de Lusignan[39], roi de Chypre. À la mi-mars 1363, il quitta Gênes et se dirigea vers Avignon en passant par la route du front de mer. Il arriva dans la cité des papes le 29 mars 1363[40].

Jean II ayant appris par Urbain V « que messire Pierre de Lusignan, roi de Chypre et de Jérusalem, devait venir en Avignon et avait passé mer, si dit le roi de France qu’il attendroit sa venue, car moult grand désir avoit de lui voir, pour les biens qu’il en avoit ouï recorder et la guerre qu’il avoit faite aux Sarrasins, car voirement avoit le roi de Chypre pris nouvellement la forte cité de Satalie[24] », l’attendit à Avignon avec le Maréchal Jean Ier le Meingre, dit « Boucicaut », pour prendre la croix.

Deux jours après, le vendredi saint, Urbain V renouvelait son solennel appel à tous les rois et princes chrétiens[N 19]. Il désignait Jean le Bon comme Capitaine général de la croiserie et le cardinal de Périgord comme son légat[N 20].

Lors d’un banquet, Urbain V plaça le roi Jean à son côté. Comme celui-ci priait le roi de Chypre de s’asseoir près de lui, Pierre de Lusignan lui dit : « Très cher Sire, il ne m’appartient pas de seoir jouxte vous, qui estes le plus noble roy des crestiens, car, au regart de vous, je ne suis qu’ung vostre chevalier[24] ».

Le 31 mai, Pierre Ier de Lusignan quitta Avignon et remonta vers l’Europe du Nord pour convaincre d’autres princes chrétiens de Flandre et du Brabant de se joindre à eux[41]. Il fut de retour à Avignon le 22 juillet, accompagné de Jean le Bon. Les deux rois s’installèrent dans la « noble maison de Saint-Ouen[N 21] ». Le roi de Chypre avait peu à peu convaincu le roi de France de changer l’objectif de leur « croiserie ». Le port d’Alexandrie fut dès lors préféré à Andrinople[39] et le Souverain Pontife, lui-même, donna son aval à la défense des saintes affaires du roi Pierre[N 22].

À l’approche de l’hiver, on parlait toujours du « saint voyage » quand Jean II apprit que son fils Louis, prisonnier sur parole des Anglais à Calais, avait fui. Il dut quitter de toute urgence l’Hôtel du Dauphin à Villeneuve-lès-Avignon. Le 14 novembre, le roi de France fit étape dans la ville du Saint-Esprit et regagna les pays de langue d’Oïl.

Le 1er décembre 1363 une vague de froid s’abattit sur tout le pays[N 23]. Jean le Bon fut surpris par ce froid glacial à Amiens où il avait réuni les États Généraux de langue d’Oïl[N 24]. À leur clôture, le roi annonça qu’il allait retourner en Angleterre se constituer prisonnier en lieu et place de son fils Louis[N 25].

La défection du roi de France n’empêcha point cette « croiserie » d’avoir lieu. Elle ne fut que retardée jusqu’en 1365. Cette année-là, le 30 juin, d’Avignon, Urbain V écrivit au roi de Chypre, pour hâter son départ de Venise vers l’Égypte. Il venait d’embarquer avec ses troupes vers Rhodes et Alexandrie. Aux côtés du roi se trouvaient, entre autres, Jean de la Rivière, chancelier du roi de France, Philippe de Mézières, chancelier du roi de Chypre[N 26], le vicomte de Turenne, Guillaume III Roger de Beaufort, et Gantonnet d'Abzac, neveu du patriarche de Nicosie. Avec eux, près de huit mille croisés étaient prêts à aller combattre les Infidèles à Alexandrie[N 27].

Le port égyptien fut pris le 10 octobre[N 28] et ses installations portuaires consciencieusement pillées durant une semaine[39]. Ce que ne savait pas Urbain V qui, le 15 octobre, écrit à Marco Cornaro, le doge de la Sérénissime. Dans sa lettre, il se plaignit des difficultés qu’éprouvaient les croisés pour se rendre de Venise à Chypre ou Rhodes.

An de grâce 1364 : froid, criquets, peste, routiers et Charles le Mauvais[modifier | modifier le code]

La peste, dite encore « mal contagieux »

Les mois de janvier, février et mars 1364 furent extrêmement froids. Le Rhône fut pris par la glace[42] et les charrettes pouvaient le traverser. Ces grandes gelées, qui détruisirent oliviers et vignes, compromirent toute récolte d’olives et de vin. L’été fut marqué par un événement inattendu dans la région d’Arles et d’Avignon. Dès la fin juillet, le sirocco apporta une nuée de sauterelles en Provence et en Italie. Le nuage était si grand que le ciel en fut obscurci et que les insectes dévastèrent les céréales et les vignes[N 29].

Et à la fin août, il y eut la peste à Avignon. Fuyant le « mal contagieux » qui ravageait la cité papale, Urbain V se réfugia à Carpentras. Pour accélérer les travaux de fortifications de la ville, il fit donner jusqu’à cinq sous par jour aux ouvriers qui travaillaient sur les remparts. Le Comtat Venaissin n’était pas seul menacé par les Grandes Compagnies. Le 21 novembre 1364, au nom d’Urbain V, Philippe de Cabassolle, patriarche de Jérusalem, adressa une lettre à l’official de Sisteron et au prieur des dominicains de la Baume, les informant des exactions commises par les routiers. Le pape ordonna aux ecclésiastiques de contribuer aux charges nécessaires à la défense du pays.

Alors que sévissaient les premiers froids, deux personnalités arrivèrent dans la cité des papes. La première fut Charles le Mauvais qui avait voulu s'opposer militairement au couronnement de Charles V et dont les troupes venaient d'être écrasées à Cocherel et, le 24 novembre 1364, Urbain V put informer Charles V que son beau-frère de Navarre, réfugié à Avignon, se disait prêt à traiter[N 30]. La seconde fut le cardinal Pierre Roger de Beaufort. À la demande du pape, il venait de quitter l’Italie pour rejoindre Avignon.

L’affaire de la « Vinea Vespalis »[modifier | modifier le code]

Ce fut après le passage des criquets qu’Anglic Grimoard et Jean Pellegrin, le jardinier pontifical, firent planter une immense « muscadière », aux portes d’Avignon, à Champfleury, sur l’emplacement du cimetière des pestiférés de 1348. Le pape ne jugea pas cela suffisant. Il fallait pourvoir immédiatement à l’approvisionnement du palais épiscopal de son frère.

Dans Avignon, une vigne avait été épargnée par le froid et les criquets. Elle avait pour nom « Vinea Vespalis[N 31] » et appartenait aux chanoines du diocèse. Le 11 juillet 1364, de Pont-de-Sorgues, où il s’était installé, Urbain V autorisa son frère Anglic Grimoard, après conseil du Chapitre de son Église et nonobstant une ordonnance impériale, à disposer à sa volonté, à Avignon, de ce vignoble.

Au début de l’année 1365, Anglic Grimoard donna procuration à Isnard Garin et à Sicard du Fresne pour modifier le privilège de l’évêque d’Avignon et de son Église sur la « Vinea Vespalis ». Le 25 mars 1365, Sicard du Fresne, en tant que procureur épiscopal, désigna trois juifs pour estimer ce vignoble. Enfin le 10 juillet, par bulle, le pape autorisa son frère à exempter ses feudataires des charges de la « Vinea Vespalis ». Pour résumer, le Souverain Pontife avait dépossédé de ses vignes le chapitre capitulaire d’Avignon pour les octroyer à son frère cadet[43].

Visite de l’empereur Charles IV de Luxembourg au pape[modifier | modifier le code]

Charles IV de Luxembourg

Le 25 mai 1365, l’empereur Charles IV de Luxembourg, à la tête d’un somptueux cortège et d’une imposante armée, descendit la vallée du Rhône. Il vint en Provence pour se faire sacrer roi des deux Bourgognes en la cathédrale Saint-Trophime d’Arles[44]. Depuis Dijon, il était accompagné par le duc de Bourgogne.

Le 23 mai, Charles de Luxembourg s’arrêta à Montélimar, et arriva à Avignon le lendemain de l’Ascension[45]. Il était escorté par Guillaume de Melun, archevêque de Sens, Pierre Aycelin de Montaigut, évêque de Nevers, Guillaume de Dormans, chancelier du Dauphiné, et Bertrand de Loupy[46], gouverneur de la même province.

L’empereur et Philippe le Hardi proposaient au pape que les Grandes Compagnies, qui s’étaient installées dans la vallée du Rhône et menaçaient Avignon, soient dirigées vers la Hongrie, sous la conduite de l’Archiprêtre Arnaud de Cervole, pour soutenir la lutte de Louis Ier contre l’envahisseur turc[N 32]. Le pape accueillit avec enthousiasme cette proposition. L’empereur s’installa avec sa suite dans Tour Campane.

On note une élévation significative des dépenses de bouche pour recevoir l'empereur à Avignon. Raymond André, un officier chargé des achats de la cuisine, dépense du 22 au 29 mai 1365, 837 livres, alors que ce poste oscillait entre 74 et 73 livres les semaines précédentes. Les comptes indiquent que cette somme fut consacrée à l'achat de 4 bœufs, 9 veaux, 39 moutons, 49 chevreaux, 139 brochets, 82 barbues, 116 carpes, 16 tanches. Ces vivres complétaient les provisions faites le mois précédent en prévision de la visite impériale. Avaient été stockés 21 bœufs gras, 177 moutons, 100 chevreaux, 28 oies, 54 chapons et 300 poules vivantes. S'y ajoutaient un lot de poissons vivants en provenance du Lyonnais, convoyé dans un bateau par Étienne Faget, chanoine de Saint-Dié[47].

La boisson ne fut pas en reste. Pour la venue de Charles IV, l'un des bouteillers du pape, Barthélémy Maderne, se rendit à Pont-de-Sorgue le 12 mai pour acheter du vin. Les comptes que furent consommés 29 tonneaux de vin ordinaire et 5 tonneaux de vin de Beaune pris sur la provision du pape. Le service impérial nécessita d'augmenter les récipients nécessaires, des tonneaux aux brocs et aux pichets, en passant par les verres et les gobelets. Le palais des papes de Sorgues fournit 1 000 gobelets de verre et 1 000 autres en métal pour le palais d'Avignon[47].

Le lendemain de la Pentecôte, couronne en tête et sceptre en main, l’empereur assista à la messe pontificale. Le jour suivant, le 2 juin, il quitta la cité papale pour Arles où il fut couronné roi pour la vigile de saint Boniface[N 33]. L’empereur revint à Avignon le 6 juin et en repartit trois jours plus tard[N 34]. Il avait obtenu du pape, suite à la mort de Ludovic de la Torre, patriarche d’Aquilée, la nomination comme nouveau patriarche du suève Marquand de Randeck, évêque d’Augsbourg, homme possédant une grande expérience des armes.

Le pape et Avignon menacés par Bertrand du Guesclin[modifier | modifier le code]

En France le désordre le plus total régnait. Les Routiers démobilisés erraient à travers le territoire, vivant sur le pays traversé où ils pillaient et trucidaient. Par une bulle de 27 février 1364, Urbain V, qui les avait déjà excommuniés, accorda une indulgence plénière à ceux qui engageraient la lutte contre eux[N 35].

Après la paix de Guérande, les Bretons démobilisés après des années de guerres, les pillages et les meurtres perpétrés par les Grandes Compagnies devinrent plus qu’inquiétants. La bulle pontificale du 25 mai 1365, faisant obligation aux Capitaines des routiers de se croiser avec leurs troupes pour aller guerroyer contre les Infidèles, resta sans effet. Le cardinal de Beaufort proposa au pape de lancer l’excommunication contre ces routiers. Espérant toujours dans la promesse de l’empereur et du duc de Bourgogne, Urbain V préféra n’en brandir que les foudres[N 36].

Bulle en plomb du pape Urbain V, (1362-1370), diamètre 40 mm

Entre temps, le pape, par lettre bullée, avait convoqué le concile des trois provinces ecclésiastiques de Provence : Arles, Aix et Embrun[48]. Le lieu choisi fut Apt où Raimond Savini, le prince-évêque de la ville, avec sa vie fastueuse et le relâchement de ses mœurs, était le parfait exemple de la dérive de l’Église romaine[49].

Le 4 mai 1365, le troisième dimanche après Pâques, le concile commença à tenir ses assises au couvent des cordeliers. Urbain V se déplaça lui-même à Apt, le 22 octobre 1365. Il se rendit sur le tombeau d’Elzéar de Sabran, accompagné des seuls cardinaux Pierre Roger de Beaufort et Hugues de Saint-Martial. Le pape voulait bénir le vitrail de la cathédrale Sainte-Anne[N 37] où il était représenté avec son parrain. Ce vitrail était l’œuvre du maître verrier Audibert Chacharelli[50].

Puis le Souverain Pontife se rendit à Marseille, pour bénir cette fois les fortifications de l’abbaye Saint-Victor et consacrer le nouvel autel[N 38]. L’évêque Guillaume Sudre l’informa alors que Bertrand Du Guesclin avait pris la tête des routiers et rassemblait une « Longue Route » en Bourgogne pour descendre la vallée du Rhône[N 39]. Les promesses de Charles IV et de Philippe le Hardi n’avaient pas été tenues. Le pape demanda aux édiles marseillais de lui envoyer cent cinquante arbalétriers. Mais le 12 novembre 1366, alors que les Grandes Compagnies campaient devant Avignon, il attendait toujours ces renforts[N 40].

Les Grandes Compagnies menées par le « Dogue Noir » étaient sur la rive droite du Rhône où elles furent rejointes par les troupes d’Henri de Transtamare[N 41].

Gros d'argent à l'effigie d'Urbain V
Florin d'or à l'effigie d'Urbain V

Le maréchal d’Audreheim, aide de camp de Bertrand du Guesclin, obtint une audience. Au cours de celle-ci, il demanda au pape l’absolution des péchés que les routiers allaient commettre en Castille au service d’Henri de Transtamare et 200 000 francs[51]. Cette somme fut négociée et réduite de moitié. Mais le 13 novembre 1365, le Trésorier du Comtat imposa les communes du Venaissin de 540 florins forts pour payer les gens d’armes protégeant Avignon et fit lever, en janvier 1366, une taille exceptionnelle de 5 000 florins destinée à couvrir la part pontificale achetant le départ des Routiers. Le 23 novembre, Urbain V écrivit d’ailleurs au cardinal Raymond de Canillac pour s’en justifier : « D’innombrables gens d’armes, appelés compagnons, sortant du royaume de France et partant en guerre, disaient-ils, contre les infidèles, avaient envahi la Sénéchaussée de Beaucaire et menaçaient d’entrer en ennemi dans le Venaissin, ce qui leur était facile, si les habitants de ce comté ne leur versaient pas un subside. Pour éviter de très graves périls et de très gros dommages, nous avons donné mission d’emprunter, au nom des dits habitants, la somme de 5 000 florins d’or et de la remettre à ces Routiers, ainsi que l’ont déjà fait les habitants des pays voisins ».

Aussi le 17 novembre, pour faire déguerpir les Grandes Compagnies, Urbain V[52], au nom de la ville d’Avignon, emprunta 17 000 florins aux banquiers de la cité des papes[N 42]. Trois jours plus tard, par bulle, il charge Philippe de Cabassolle, Recteur du Comtat, de recouvrir 30 000 florins auprès du clergé provençal[N 43]. La rançon put être remise au Breton le 22 novembre et le souverain pontife y joignit son absolution. La cité des papes était sauve[N 44].

Dès que la « Longue Route » des Grandes Compagnies eut quitté les rives du Rhône, une somptueuse ambassade envoyée par la Seigneurie de Florence se présenta devant Avignon. Parmi les émissaires se trouvait Boccace. Les Florentins étaient à Avignon afin d’implorer le pardon pontifical pour avoir traité avec John Hawkwood et sa Compagnie de Saint-Georges[N 45].

Projet de retour à Rome[modifier | modifier le code]

Depuis 1360, une nouvelle constitution avait été établie à Rome. Appliquée et défendue par une milice populaire, la « Felix Societas Balestriorum et Pavesotarum », dont les capitaines étaient membres du gouvernement, elle avait chassé les nobles, rétabli l'ordre et tenu à distance les « compagnies d'aventure[53] ». Aussi quand le 22 mai 1363, Urbain V, reçut une délégation d'ambassadeurs romains, il leur avait déclaré :

« Notre retour à Rome, nous le souhaitons et nous ne tarderons pas à l'effectuer, si des empêchements de la plus haute importance ne nous retenaient ici. Mais nous l'espérons, le Très Haut lèvera les obstacles[54]. »

En effet, en Italie même, la situation évoluait. Le 2 mars 1364, le légat Androin de la Roche signait avec Barnabò Visconti un traité lui rachetant Bologne pour 500 000 florins alors que le Grand Sénéchal de Naples, Nicola Acciajuoli, traitait pour 100 000[55]. Au printemps 1364, le cardinal Gil Albernoz, qui n’était plus légat qu’en Toscane, souhaitait rentrer. Urbain V refusa tout en lui confiant la légation du Royaume de Naples et de la Trinacrie[56]. Dès sa prise de fonction, le cardinal d’Espagne nomma son neveu Gomez Albernoz Capitaine Général et Réformateur de Justice du Royaume[57].

Après ce traité, le retour prévisible à Rome n’enthousiasmait que modérément la Cour pontificale qui avait vite oublié Bertrand du Guesclin et ses Grandes Compagnies. À tel point qu’Urbain V décida de frapper un grand coup en menaçant d’excommunication Jean de Bussières, abbé de Cîteaux, s’il continuait à approvisionner la Cour pontificale d’Avignon en Clos Vougeot. Le bruit courait, en effet, que les cardinaux se refusaient d’aller à Rome où ils ne retrouveraient pas un tel cru[N 46].

En juin 1364, Urbain V put donc écrire à l’empereur Charles IV : « Non seulement nous avons le désir mais encore la ferme détermination de visiter la cité des Apôtres ». Pour préparer son installation, le pape adressa un bref à l'évêque d'Orvieto, le 13 novembre 1365, afin de remettre en culture les jardins du Vatican, planter des vignes et des fruitiers et faire réparer le mur de clôture[58]. À la même époque, il écrivit au cardinal Albornoz pour qu'il protège son architecte Gaucelin de Pradalhe qu'il envoyait à Rome afin de faire toutes les restaurations nécessaire à sa venue et à celle des cardinaux[59].

Mais il fallut pourtant encore attendre pour que la situation dans la péninsule devînt favorable. À la fin de l’été 1366, à Avignon, il était de plus en plus question du retour à Rome[N 47]. Le pape avait à nouveau écrit dans ce sens à l’empereur, le 14 septembre 1366, ainsi qu’au roi de France Charles V et à Marco Cornero, le Doge de la Sérénissime[N 48]. Un jour après, il avait informé de sa décision Galeazzo Visconti, tandis que le peuple de Rome, le 19 septembre, apprit la nouvelle du haut des chaires de toutes ses églises.

Deux victoires militaires confortèrent la décision pontificale. Celle d’Ugolino de Montemarte, Capitaine du cardinal Gil Albernoz qui, le 22 septembre, battit la Compagnie de Saint-Georges de John Hawkwood l’obligeant à s’enfuir du Patrimoine de Saint-Pierre. Puis celle de Gomez Albernoz, à la fin du mois, qui écrasa les troupes d’Ambrogio, le bâtard de Visconti, sur la terre d’Otrante. Mais l’automne passe et l’hiver arrive sans que le convoi pontifical ne se forme à Marseille.

Dernière visite à Montpellier[modifier | modifier le code]

Le cloître Saint-Benoît, fondation d'Urbain V, devenu de nos jours la cour d'honneur de la Faculté de médecine de Montpellier

Avant son départ pour Rome, le pape voulut revoir une dernière fois son université de Montpellier. Au début janvier 1367, il en prit la route, suivi des cardinaux de Boulogne, de Canillac, de Tarragone et de Saragosse. Il fut accueilli à Castelnau-le-Lez par le clergé sous la conduite de Pierre de la Jugie, archevêque de Narbonne. À partir de là, le cortège pontifical fut escorté par les officiers du roi de France et du roi de Navarre ainsi que par les consuls de la ville.

Ceux-ci abritaient le pape sous un dais à huit bâtons garni de vingt-quatre clochettes d’argent et orné d’écussons aux armoiries pontificales et à celles de Montpellier. À l’entrée de la ville, Urbain V fut accueilli par Louis Ier d’Anjou. Le cortège pontifical, après un arrêt à l’Hôtel de la Ville se dirigea vers l’église de Notre-Dame des Tables. Puis après une collation, le pape visita l’église de Saint-Germain en construction. Il apostropha l’architecte en ces termes : « J’avais mandé de bâtir une église et vous n’avez fait qu’une chapelle ».

Le 30 janvier, en présence du pape, l’archevêque Pierre de la Jugie célébra la première messe en l’église Saint-Germain sur l’autel où avait été placé un tabernacle d’argent dans lequel était enchâssée une image de la Vierge en argent doré offerte par le pape. Le 14 février, Urbain V dédicaça la nouvelle église Saint-Germain dont il consacra le maître-autel à Notre-Dame, à Notre-Seigneur et à saint Benoît. Dans les absidioles, à droite un autel est dédicacé à saint Blaise et à gauche à saint Germain. Cette cérémonie fut suivie d’une messe chantée pontificalement. Puis du 15 février au 7 mars, le pape désigna de nouveaux évêques à Cahors, Maguelone et Nîmes. Le 8 mars 1367, il quitta Montpellier pour retourner à Avignon escorté par les consuls et les notables de la ville. Il était maintenant prêt à partir pour Rome[60].

Retour à Rome[modifier | modifier le code]

Enluminure dans Miscellanea historica représentant le Pape (le blason sur le bateau est le sien) et ses deux cardinaux lors du voyage vers Rome
Rome, qui rendit le monde bon
avait coutume de posséder deux soleils
qui éclairaient l'une et l'autre route
celle de la terre et celle de Dieu

Dante[61]
Bibliothèque Nationale, f° 18, Ms italien 81
Fresque de Johannes Rosenrod, dans l'église de Tensta (Upland), datée de 1437, représentant Brigitte de Suède et Urbain V
Une rose d'or pontificale

Urbain V avait, bien avant son élection, considéré que le pape devait siéger à Rome et non ailleurs. Au cours de ce printemps 1367, le mercenaire John Hawkwood et sa compagnie de Saint-Georges, passés du côté pontifical, défirent les troupes à la solde de Pérouse. Ce qui permit au cardinal Gil Albornoz d’enlever à cette cité les villes d’Assise, Nocera et Galdo[N 49], « terres d’Église »[62]. Un calme relatif étant apparu en Italie à la suite de ses succès militaires, le pape estima pouvoir s'installer à Rome. Cela imposa un déplacement complet de la cour avec ses services, ses archives et son approvisionnement.

Le temps du départ pontifical approchant, le roi Charles, opposé par principe au retour à Rome, fit une dernière tentative en envoyant une ambassade conduite par le comte d’Étampes. Après avoir descendu la Saône et le Rhône, elle fut reçue par Urbain V le 22 avril 1367. Le pape notifia aux Français que son départ aurait lieu dans une semaine. Le chancelier de l'Université de Paris se lance alors, dans la salle du consistoire, dans un dialogue non improvisé dans lequel il mit en scène le roi et le pape.

« Seigneur, où allez-vous ?
- Je vais à Rome.
- Pour vous faire crucifier une seconde fois[63] ? »

Le 30 avril, tenant sa promesse, en dépit de ces pressions, le pape quitta Avignon pour retourner à Rome[64]. Son cortège s’arrêta d'abord à Pont-de-Sorgues où il coucha deux nuits au château pontifical[58].

Urbain V quitta cette cité le 1er mai 1367, pour passer la Durance à Bonpas et coucher à Noves. De là, le 2 mai, il se dirigea avec toute sa Cour vers le port de Marseille. Il fit étape à Orgon, le lendemain, puis entra à Aix-en-Provence, le 4 mai. Deux jours plus tard, le cortège pontifical arriva au grand port où l’attendaient les galères venues de Naples, de Rhodes, de Gênes, d’Ancône et de Pise[58].

Le 6 mai 1367, en attendant de s'embarquer, le pape consacra cardinal un jeune homme de vingt-huit ans, Guillaume d'Aigrefeuille, homonyme de son oncle. La flotte quitta Marseille le 19 mai 1367. En tête du convoi se trouvait le Grand Maître de l’Hôpital, Raymond Béranger, sur sa célèbre galère noire. Urbain V, en compagnie des cardinaux Pierre Roger de Beaufort et Guillaume de la Jugie, était monté sur une galère vénitienne, envoyée par le doge Marco Cornero[65]. Il était protégé par cinq galères rouges des Chevaliers de Rhodes.

Le 25 mai, la galère pontificale fit escale à Gênes[66]. Puis le 2 juin, le convoi relâcha à Porto-Pisano. Le pape fut accueilli le 3 juin à Corneto par Albornoz, cardinal-évêque de Sabine, qui le conduisit ensuite à Viterbe au milieu d'une foule enthousiaste[N 50]. Albornoz ne survit guère à ce jour de gloire et mourut deux mois plus tard le 24 août 1367[58]. Le pape arrivait à Orvieto où il fut salué par Nicola Orsini, comte de Nola et Recteur de la cité, qu’accompagnait Nicola Spinelli da Giovinazzo, le Garde des Sceaux du royaume de Naples[N 51].

L’entrée triomphale d’Urbain V dans Rome ne se fit que le 16 octobre[66]. Nicolas d'Este, marquis de Ferrari, ouvrait le cortège à la tête de mille cavaliers. Amédée VI de Savoie tenait la bride du cheval du pape et derrière lui, à cheval, Rudolphe de Camerino tenait l'étendard de l'Église déployé au-dessus de la tête d'Urbain V[58]. Le pape et ses cardinaux étaient aussi accompagnés par Nicola Spinelli et Nicola Orsini. Ce dernier, en cette occasion, avait été nommé Recteur du Patrimoine. En dépit de la satisfaction d’avoir atteint son but, la différence avec Avignon était trop criante et Urbain V ressentit comme un malaise[67]. Les cardinaux maugréaient.

Le seul à afficher une joie sans détour fut Pétrarque. Il en fit part à son ami Francisco Bruni :

« Jamais mes paroles n’ont égalé ce que je pense de ce pontife. Je lui ai fait des reproches que je croyais justes, mais je ne l’ai pas loué comme je voulais. Mon style a été vaincu par ses mérites. Ce n’est point l’homme que je célèbre, c’est cette vertu que j’aime et que j’admire avec étonnement. »

Une des premières personnes à demander audience au pape fut Brigitte Birgersdotter, comtesse de Suède[68]. Urbain V ne put que lui accorder l’entrevue demandée. Mais pour diminuer la rudesse prévisible de cet entretien, il sollicita la présence à ses côtés du cardinal de Beaufort plus armé que lui, par son séjour italien, pour répliquer à cette religieuse. En fait, elle venait réclamer au pape la reconnaissance pontificale pour l’ordre du Saint-Sauveur qu’elle avait fondé en 1346, deux ans après la mort de son mari. Il promit à Brigitte de l’autoriser à fonder deux monastères distincts, pour les femmes et les hommes, à Vadstena, suivant la règle de saint Augustin[N 52].

Le 1er janvier, Pierre Ier de Lusignan, Capitaine Général de la croisade en Égypte était arrivé à Rome qui lui avait réservé un accueil triomphant. Ce fut au cours de l’audience que lui accorda Urbain V que le roi de Chypre annonça officiellement la victoire des chrétiens sur les infidèles d’Alexandrie. Le pape exulta.

Puis le 17 mars, se fut au tour de la Reine Jeanne de se rendre à Rome auprès du pape. Et pour Lætare, le quatrième dimanche de Carême, tandis que Nicola Spinelli était armé chevalier par le roi de Chypre, Urbain V avait remis la rose d'or[69] à Jeanne de Naples[N 53], distinction attribuée pour la première fois à une femme. Le pape lui dit : « Je te donne, ma chère fille, cette rose à la couleur pleine de joie, au parfum exaltant et dont la forme est l’image même de la félicité. »

Certains prirent pour un geste de galanterie ecclésiastique cet acte politique qui marquait le soutien pontifical à la reine-comtesse dont les États de Provence étaient menacés par le frère du roi de France. Aux membres du Sacré et Antique Collège qui s’étonnaient de cette distinction remise à une Dame et qui vantaient les mérites de roi de Chypre, victorieux en croisade, Urbain V répliqua : « On n’avait jamais vu non plus l’abbé de Marseille devenir pape ! »

Louis d’Anjou et Bertrand du Guesclin attaquent la Provence[modifier | modifier le code]

Bertrand du Guesclin,
le « Dogue Noir de Brocéliande »,
excommunié par Urbain V

Profitant du départ du pape, Louis d’Anjou, dont les sénéchaussées étaient infestées par les Compagnies de routiers, décida de les regrouper. Sur la rive droite du Rhône, les plus avertis craignirent que le frère du roi de France utilisât ces soudards à des fins toutes personnelles. C’était le sentiment de Philippe de Cabassolle, le recteur du Comtat Venaissin. Averti du passage dans les différents diocèses languedociens d’une multitude de gens d’armes, le 11 juillet 1367, il annonça au pape la menace que faisaient peser ces « societates » sur les frontières occidentales du Comtat et de la Provence[N 54]. Le recteur, inquiet, ordonna à Pons Bernard, Capitaine de Carpentras, de fermer les portes des remparts de sa ville et d’élever des murs de terres du château de Serres jusqu’à la Porte d’Orange.

Urbain V, qui passait l’été à Viterbe dans la forteresse construite par le cardinal Albornoz[58], prit cette menace très au sérieux. Face à la volonté évidente de Louis d’Anjou d’envahir la Provence et d’occuper le Comtat, le pape demanda aux Provençaux de rester fidèles à la reine Jeanne par une lettre bullée datée du 30 juillet.

Au fil des jours, la menace se précisa. Vers la mi-septembre, sur ordre de l’Angevin, les capitaines des routiers firent mouvement vers la vallée du Rhône. Enfin le 25 septembre, Olivier de Mauny[N 55] et ses troupes s'installèrent à Beaucaire en compagnie du duc. Ils s’y cantonnaient dans l’attente de la venue de Bertrand du Guesclin, toujours prisonnier du Prince Noir à Bordeaux.

L’affaire fut jugée si grave à Rome que le 27 septembre 1367, une bulle d’Urbain V excommunia tous ceux qui apporteraient aide aux routiers. D’autant que le pape jugeant Raymond d’Agoult incapable comme sénéchal de Provence, se sentit obligé, le 11 décembre, de donner son sentiment à la comtesse-reine : « Nous croyons qu’il conviendra à ton honneur et état et nous te suggérons d’un conseil paternel ». Il lui proposa de le remplacer par Guillaume Augier de Forcalquier, le sire de Viens[N 56].

Des bruits de mauvais augures traversèrent le Rhône. Dans la sénéchaussée de Beaucaire la rumeur courait que, le 7 février précédent, Bertrand du Guesclin, de passage à Montpellier, avait regroupé tous ses Capitaines routiers[N 57]. Ce fut là qu’il apprit que le duc d’Anjou et son cousin Olivier de Mauny l’espéraient à Nîmes. Le Breton décida de les rejoindre en compagnie du maréchal Arnould d'Audrehem[N 58].

Il fallait se préparer à la guerre. Elle fut déclenchée le 26 février 1368 quand Louis d’Anjou donna ordre aux troupes placées sous le commandement de du Guesclin d’envahir la Provence. Le Sénéchal de Beaucaire, Amiel des Baux, organise leur passage sur l’autre rive du Rhône grâce à des ponts de barques[N 59]. La réaction de Raymond d’Agoult, sénéchal de Provence, se faisant attendre, personne ne fut surpris d’apprendre que, le samedi 4 mars 1368, Bertrand du Guesclin avait mis le siège devant Tarascon[70],[N 60]. Au cours de celui-ci, Béranger de Raymond, chevalier d’Avignon, fut tué, tandis que Louis de Trian, vicomte de Tallard, Bernard d’Anduze, seigneur de la Voulte, et Foulques d’Agoult, furent fait prisonniers.

Avant qu’ils ne menacent Avignon, Philippe de Cabassolle fit immédiatement entamer des négociations préliminaires avec les Capitaines de Louis d’Anjou. Un accord fut passé le 23 mars. Pour détourner les Bretons de la cité pontificale, les Avignonnais avaient accepté de leur payer 37 000 florins avec la promesse d’en verser immédiatement 5 000. Pour recouvrir cette créance, Bertrand du Guesclin, dès le lendemain, délégua Janequin le Clerc, son procureur anglais, auprès du banquier avignonnais, André de Tis, mandant de Michel de Baroncelli qui avançait la somme. Mais dans le même temps les Sociétés à la solde du duc d’Anjou mirent pieds dans le comté de Provence.

Statue de Charles V, roi de France, au palais des papes

Le 3 avril, le pape dépêcha un émissaire au roi Charles V[71]. Il était chargé de lui remettre des lettres dénonçant l’agression de son frère contre la Provence, comté de leur parente Jeanne de Naples, ainsi que le scandale de cette invasion sans cause, sans prétexte et sans déclaration de guerre. Pour bien se faire comprendre Urbain V menaçait même le roi de France d’une réplique menée par une coalition contre la Sénéchaussée de Beaucaire et le Dauphiné. Deux jours plus tard, le Doge de Gênes reçut un bref pontifical lui enjoignant de ne pas soutenir les attaques dirigées de la France contre la Provence.

Le Sénéchal Raymond d’Agoult, qui avait enfin levé des troupes, se porta au secours de Tarascon et d'Arles, assiégées depuis le 23 mars par messire Bertrand. Au cours de ce siège, Guiraud de Simiane, Arnaud de Villeneuve et Isnard de Glandevès, seigneur de Cuers, furent faits prisonniers. La rencontre des deux armées eut lieu devant cette cité le 11 avril.

Luquet de Girardières, le lieutenant du sénéchal, se heurta au « Dogue Noir »[N 61], qui à la tête de ses troupes attaque la cavalerie provençale. L’affrontement se solda par la déroute des troupes fidèles à la reine Jeanne.

La débâcle des nobles provençaux imposait de mettre en place des mesures rapides pour éviter le désastre. Les États de Provence se réunirent d’urgence le 21 avril, à Aix-en-Provence, et chargèrent Louis de Trian, libéré après rançon, de prendre la défense de la capitale du comté. Pendant ce temps, une bulle pontificale, datée du 18 avril, porta condamnation des Avignonnais qui ravitaillaient les Bretons assiégeant Tarascon. Tandis que le 27 du même mois, Urbain V se vit obligé de rassurer par lettre la reine Jeanne. Le pape lui confirma qu’il ne se laisserait jamais abuser par les mensonges de ses adversaires et l’exhortait à secourir et aider ses très fidèles provençaux.

Ce ne fut pas pour inquiéter les Français et les Bretons. Leur seul problème, pour l’instant, était de transférer de nouveaux renforts sur la rive provençale du Rhône, le pont de barques mis en place par Amiel des Baux ayant cédé. Il fut réglé le 20 mai, Louis d’Anjou ayant débauché Rainier Grimaldi, seigneur de Monaco, qui remonta le Rhône pour assurer le passage des derniers routiers de du Guesclin. Deux jours plus tard Tarascon capitula[72].

L’incapacité du sénéchal de Provence ayant miné la confiance, même dans le Comtat, il fallut une bulle pontificale, datée du 26 mai, pour remettre les esprits en place. Urbain V ordonna à tous les nobles comtadins de suivre à la lettre les directives données par le recteur Philippe de Cabassolle.

Bataille de Céreste et révolte des Laborieux[modifier | modifier le code]

Face à une telle agression, toute la Provence s'inquiéta. Le 5 juin 1368, le Conseil de Ville de Sisteron, instruit des sévices de Bertrand du Guesclin, décida de suivre l’exemple des cités voisines qui fermèrent leurs portes « en criant que le diable venait ». Le Conseil statua que tous ceux qui refuseraient de monter la garde aux remparts ou qui abandonneraient leur poste sans qu’ils en aient eu l’ordre seraient passibles d’une amende de 100 marcs d’argent ou auraient une main ou un pied coupé[N 62].

Le 12 juin, le sénéchal de Provence se dit informé que « Bertrandus de Cliquino »[N 63] - comprendre Bertrand du Guesclin - se dirigeait avec ses compagnies vers Barjols, Flayosc et Draguignan.

Mais le mercredi 5 juillet, elles se trouvaient devant Aix défendue par le vicomte de Tallard. Et pendant que les Bretons mettaient le siège avec leurs machines de guerre, Raymond d’Agoult, fils du sénéchal, en profitait pour faire attaquer Aigues-Mortes afin de bloquer les arrières français[N 64]. L’archevêque d’Arles, Guillaume de la Garde, s’étant ouvertement déclaré pour Louis d’Anjou, fut mis en accusation pour trahison et crime. Le sénéchal donna ordre à son lieutenant Luquet de Girardières de se saisir du temporel de l’archevêque.

La Tour de l'Hôpital, vestige des remparts d'Apt qui firent reculer Mosenhor Bertran de Cliquin

Les Bretons, tout en continuant à ravager la province convoitée par le frère du roi, envisageaient une jonction avec les troupes de Grimaldi à Nice. Certaines compagnies se dirigèrent déjà vers la côte. De plus on disait qu’Olivier du Guesclin, le frère de Bertrand, s'en allait vers les Baronnies pour s’installer dans cette région où s’entremêlaient les terres adjacentes dauphinoises et provençales. Il installa, en effet, ses troupes dans les fiefs baronniards de la maison des Baux[N 65].

Confirmation fut donnée le 18 juillet 1368 quand Raymond d’Agoult leva quatre cent lances[N 66], la fine fleur de la noblesse provençale, pour traverser le Luberon et rejoindre la vallée du Calavon. Les Bretons avaient évité d’attaquer Apt car la ville était trop bien protégée par ses remparts et ses bouches à feu, trente bombardes garnies « per lo passage de Mosenhor Bertran de Cliquin »[N 67]. Immédiatement les lances du Sénéchal se lancèrent à la poursuite de cette « Longue Route ».

Arrivée en vue du village de Céreste[73], l’avant-garde du sénéchal traversa le village et se trouva face aux Routiers. Les cavaliers provençaux se lancèrent à l’attaque. Ils furent secoués, malmenés, bousculés et taillés en pièces aux cris de « Notre-Dame Guesclin » ! Ce fut à nouveau une cuisante défaite.

Le 9 août, Raymond, le prince d’Orange, mit sa ville en état d’alerte. Le 20 août, Perrin de Savoie et le Bâtard de Comminges, qui avaient quitté les Baronnies où se cantonnait Olivier du Guesclin, traversaient le fleuve au pont du Saint-Esprit. Ils avaient averti le Prince d’Orange qu’ils ne feraient que passer sur ses terres[N 68]. Ce qui ne les avaient point empêché de mettre à sac le village de Sainte-Cécile dans la vallée de l’Aigues.

Nobles massacrant des paysans révoltés
Paysans massacrant un noble

Le passage des Sociétés de « Mosenhor de Cliquin » avait laissé le pays exsangue. Tout avait été ravagé. Des villages, hameaux, bastides et écarts avaient été mis à sac, brûlés ou vidés de leurs provisions. Dans le Comtat, les impositions pontificales[N 69] qui arrivaient à la suite de ces exactions et pillages provoquaient une émotion qui se mua bien vite en rébellion armée des « Laborieux »[74].

C’était tout un peuple qui s’insurgeait. La répression des nobles provençaux fut terrible. Dans chaque hameau et village nombre de paysans furent pendus pour l’exemple, d’autres enterrés vifs, enfin certains furent tout bonnement broyés sous des meules de moulins. Leurs femmes et leurs filles furent violées.

À Montefiascone, les nouvelles des évènements de Provence firent l’effet d’une catastrophe. Bien que coincé entre sa sympathie pour la cause française et son écœurement face aux exactions commises par le frère du roi en Provence, Urbain V ne balança point. Une bulle datée du 1er septembre 1368 excommunia Bertrand du Guesclin et sa clique. Elle fut totalement occultée en France. Immédiatement Charles V fit intervenir les cardinaux du parti français pour la faire annuler. Urbain V ne céda pas et l’excommunication fut rendue publique le 14 septembre[N 70].

Croisade contre les Visconti et réception à Rome de deux empereurs[modifier | modifier le code]

Barnabò Visconti contre lequel Urbain V prêcha la croisade

Au printemps 1368, Charles IV de Luxembourg quitta Prague, sa capitale, et entreprit sa dernière calata, cette visite si redoutée des cités de la péninsule. Officiellement, il arrivait pour le couronnement d’Élisabeth de Poméranie, sa quatrième épouse, mais surtout pour tenter de reprendre en main la situation en Toscane.

Craignant peu l’empereur, au cours du mois d’avril, Barnabò Visconti et Can Signorio, seigneur de Vérone, avaient envahi la région de Mantoue[75]. Le 30 mai, Urbain V décréta Visconti coupable de révolte contre l’Église et prêcha la croisade contre lui. Le pape avait alors espoir que Charles de Luxembourg en prît la tête.

L'empereur arrivé d’ailleurs à Padoue le 17 mai 1368. Le 12 juin, il s’installa à Figheruola où il fut rejoint par le cardinal Anglic de Grimoard à la tête des troupes pontificales puis par celles de la reine Jeanne. Pétrarque, lui-même quitta Arqua pour se rendre à Udine auprès de Charles IV, et participer à la guerre que l’Empire allait faire aux Visconti. Urbain V nomma son frère Anglic légat à la place du cardinal Androin de la Roche. Mais le 27 août 1368, pour se débarrasser de l’affaire milanaise, l’empereur conclut une trêve avec Barnabò Visconti[76].

C'est encore à Montefiascone que le pape apprit les nouveaux ravages causés par les condottieres italiens. Barnabò Visconti s'était retourné contre la Toscane qu'il avait dévastée et désolée, son gendre John Hawkwood – le Faucon des Bois – avait pillé et mis à sac Ravenne. Urbain V n’appréciait ni ce pays qui lui était étranger sinon étrange, ni les Italiens avec leurs combinaziones. Il le fit savoir à son frère Anglic, qui venait de le rejoindre. Choqué, autant par la vie qui lui était faite en Italie que par la volonté française de mettre la main sur la Provence en son absence, il lui fit part de son intention de retourner à Avignon et de lui confier la direction des États pontificaux italiens[76].

Ce fut sans doute pourquoi, le 22 septembre 1368, quand il désigna les nouveaux membres du Sacré et Antique Collège, sur les huit incardinés, un seul était d’origine italienne. Le tollé à Rome fut général. Ces aigres récriminations prennent un ton plus feutré quand l’empereur germanique arriva avec toute sa suite[N 71]. Urbain V le reçut dans la résidence d’été à la mi-octobre et agréa la demande de Charles pour couronner son épouse impératrice[N 72]. Le 21 octobre, les deux Vicaires du Christ rejoignirent ensemble Rome pour la cérémonie du sacre. Elle déroula ses fastes le 1er novembre. Puis l’empereur fit négocier une nouvelle trêve avec les Visconti jusqu’au début du mois de mai 1369.

Le 15 avril 1369, profitant de l'accalmie, Urbain V proclame saint son parrain Elzéar de Sabran en la basilique Saint-Pierre de Rome[77], en présence de Louis de Sabran, sénateur de Rome[N 73].

Urbain V recevant à Rome Jean V Paléologue, empereur de Constantinople

À la fin avril, la trêve avec Milan ne fut pas prorogée. Le pape et les Visconti étaient à nouveau en « grande discorde et guerre ». Et la Compagnie de Saint-Georges de John Hawkwood recommença à ravager les États pontificaux[N 74],[75]. Ce fut pourtant le moment que choisit Jean V Paléologue, empereur de Constantinople, pour se rendre en Italie auprès du pape. Le besoin urgent d’une aide des chrétiens d’Occident aux chrétiens d’Orient face aux Turcs l’avait poussé à abjurer sa foi. Il le proclama solennellement le 18 octobre 1369 dans l’église du Saint-Esprit à Rome mettant théoriquement fin au schisme[N 75]. Cette initiative isolée eut peu de succès dans ce qui restait de son empire et les « armées franques » n’étant pas venues à son aide la grande union des chrétiens n’eut jamais lieu.

Ayant passé l’hiver à Rome, Urbain V rejoignit ensuite sa résidence au début de l’été 1370. Au cours de celui-ci, le pape apprit la révolte de Pérouse. Inquiet, il choisit de quitter Montefiascone pour se réfugier à Viterbe. À son tour la ville fut menacée par les Pérugins venus l’assiéger avec la Compagnie de Saint-Georges. Le 4 août, les Napolitains firent céder Pérouse qui avait reçu le renfort des Milanais, des Florentins, des Romains et des Vénitiens.

Retour à Avignon et décès[modifier | modifier le code]

Le pape, lassé, prit alors la décision publique de retourner en Avignon[N 76]. Informée, Brigitte Birgersdotter lui jeta un sort : « S’il retourne au pays où il a été élu pape, il recevra rapidement un coup ou une gifle tels que ses dents se serreront et grinceront. Sa vue sera obscurcie, il pâlira et tout son corps en frémira (…) »[78]. Ce que lui promettait la comtesse suédoise lui sembla peu à côté de ce qu’il subissait en Italie. Le 26 juin 1370, dans une bulle datée de Montefiascone, Urbain V informa les Romains de son retour en Avignon[79] :

Le Petit Palais
Livrée cardinalice d'Anglic Grimoard où mourut Urbain V
Saint-Victor de Marseille,
l'abbaye où repose Urbain V
Gravure de son tombeau marseillais

« Nous ne doutons pas, chers fils de Rome, qu’après vous être réjouis de notre présence, vos cœurs ne s’attristent en apprenant l’éloignement de votre père. Vous craignez que les Pontifes romains, nos successeurs, ne renoncent à venir à Rome, en voyant qu’au lieu d’y fixer notre séjour, comme vous l’espériez, nous y sommes resté fort peu de temps. Cet évènement, nous le déplorons ; mais, pour votre consolation, pour l’instruction de ceux qui vivent aujourd’hui ou qui viendront après nous, nous affirmons à nos successeurs, au monde, à la postérité que nous n’avons pas été troublé pendant les trois ans passés au milieu de vous. En nous proposant de passer la mer avec l’aide du Seigneur, nous avons la pensée d’être utile à l’Église universelle et au pays ou nous allons. Notre cœur reste au milieu de vous. Éloigné, nous vous soutiendrons comme si vous nous étiez présents. C’est pourquoi nous vous prions, nous vous ordonnons de vous consoler de notre départ, ainsi que des hommes pleins de force et de sagesse. Gardez la paix et la concorde, faites en sorte que notre ville persévère dans ces bons sentiments et s’améliore même, afin que, si nous ou nos successeurs avons la pensée de revenir à Rome pour de justes raisons, nous n’en soyons pas détournés par les troubles qui pourraient y régner. »

La reine Jeanne donna immédiatement mission à Nicola Spinelli, le nouveau sénéchal de Provence[N 77], de préparer le retour pontifical. À sa demande, parti de Marseille, Estève Brandis accostait le 5 septembre à Corneto avec ses trente-quatre galères. Urbain V, épuisé par la vie que lui avaient faite les Italiens depuis son arrivée, rembarquait vers la Provence. Le 16 septembre, le pontife arriva au Vieux Port et rejoignit Avignon, par petites étapes, onze jours plus tard.

Épuisé, Urbain V décida, pour se reposer, de se rendre à Châteauneuf, où les vendanges battaient leur plein. Puis, à la fin de septembre, un peu remis, le pape fit une visite à Carpentras, où il fut reçu par l’évêque Jean Roger de Beaufort et le recteur Philippe de Cabassolle[N 78].

Une de ses premières décisions fut de nommer un nouveau recteur du Comtat en la personne d'Étienne Aubert, abbé de Saint-Allyre. Puis il voulut mettre un terme à la lutte frontalière qui perdurait entre les troupes provençales et celles du Dauphiné alliées aux Bretons d’Olivier du Guesclin. Pour cela, il monnaya une trêve. Elle fut signée le 19 décembre 1370 entre Nicola Spinelli, sénéchal de Provence, et Amiel des Baux, sénéchal de Beaucaire. La « Longue Route » des Bretons quitta la région.

Le jour même de la signature de la trêve, le pape, tourmenté par la maladie de la pierre, s’éteignit à Avignon[80] dans la Livrée de son frère. Il fut d'abord inhumé à Notre-Dame des Doms à Avignon. Ayant souhaité que son corps soit enseveli à la manière des pauvres à même la terre, puis réduit en cendres et que ses ossements soient portés à l'église abbatiale de Marseille, le 31 mai 1372, sous la direction de son frère, le cardinal Anglicus, ses restes furent exhumés du tombeau de la cathédrale avignonnaise[81] et transférés à Saint-Victor. Le 4 juin 1372, sa dépouille fut accueillie par l'abbé Étienne Aubert, Recteur du Comtat, et le cardinal Guy de Boulogne prononça son éloge funèbre[82]. Dans l'abbaye, son tombeau de style gothique flamboyant, aujourd'hui disparu, fut commandé par Grégoire XI et exécuté par le lapidaire Joglarii[54]. À Montpellier une cérémonie grandiose en sa mémoire eut lieu la même année à la veille de Noël. Le tombeau du pape à Saint-Victor a disparu sans doute durant les troubles révolutionnaires. En lieu et place du tombeau, dans le chœur de l'abbaye, a été placé en 1980 un moulage de celui qui se trouvait sur le cénotaphe de l'ancienne église de Saint-Martial à Avignon[83]. Le cercueil qui était cerclé de fer et couvert de velours n'a pas été retrouvé[84].

Ses réalisations[modifier | modifier le code]

Réalisations architecturales[modifier | modifier le code]

Guillaume Grimoard fut un homme d'étude surtout préoccupé de développer la culture et la science tant des étudiants que des moines qui lui avaient été confiés « pour assurer leur foi orthodoxe et donner un intérêt profond à leur vie[85] ». Devenu pape, il enrichit considérablement la bibliothèque pontificale qui contient un grand nombre d'ouvrages d'histoire du droit, de théologie et de philosophie. Sa déclaration d'intention sur la nécessité du savoir et de la connaissance nous est connue :

« Je souhaite que les hommes instruits abondent dans l'Église de Dieu. Tous ceux que je fais élever et que je soutiens ne seront pas ecclésiastiques, j'en conviens. Beaucoup se feront religieux ou séculiers, les autres resteront dans le monde et deviendront père de famille. Eh bien ! quel que soit l'état qu'ils embrasseront, dussent-ils même exercer des professions à travaux manuels, il leur sera toujours utile d'avoir étudié[86]. »

Urbain V, si préoccupé des intérêts spirituels, se montra très généreux pour financer de nombreux travaux.

Il profite de sa position pour favoriser l'enseignement par la fondation de plusieurs « studia », sortes de maison d'études supérieures destinées à préparer les jeunes gens aux universités notamment à Trets, Manosque, Saint-Germain-de-Calberte[N 79], Saint-Roman-de-Codières, etc.

Il œuvra à la création de plusieurs collèges universitaires (Orange, Cracovie[87] en 1364, Vienne[88] en 1365), d'une école de musique à Toulouse. Mais ce fut surtout l'université de Montpellier, fortement ébranlée par les pestes et le passage des routiers, qui bénéficia de sa mansuétude.

En Avignon et en Comtat Venaissin[modifier | modifier le code]

Urbain V fit réaliser des jardins jouxtant le palais des papes et construire la Roma, une longue galerie à un étage, perpendiculairement à la Tour des Anges. Pour cette réalisation, l'architecte fut Bertrand Nogayrol et le pape fit décorer cette galerie, de nos jours disparue, par Matteo Giovanetti, noté Matthieu Janet dans les registres pontificaux[89].

De plus il donna une nouvelle impulsion au vignoble de Châteauneuf, qui faisait partie de l'État d'Avignon, en ordonnant qu’y fut planté du raisin muscat[90].

Article détaillé : Vins des papes d'Avignon.

Sous son pontificat, en 1363, l'enceinte sud-ouest de Malaucène fut remise en état. Une inscription signale cette restauration au-dessus de la « Porte Chaberlain » :

« L'an de Notre Seigneur 1363, sous le pontificat de Noutre Seigneur le pape Urbain, cette porte fut faite par ordre des seigneurs Philippe, Recteur, et Jean, Capitaine du Comté Venaissin, et par les soins de Guillaume Chaberlain[91]. »

En Gévaudan[modifier | modifier le code]

Urbain V statufié depuis 1874 devant la cathédrale de Mende

Très proche de ses origines gévaudanaises[92], et il eut à cœur, tout au long de sa vie pontificale, de favoriser son pays. Ceci se traduisit en particulier par un enrichissement de l'actuelle Lozère en édifices religieux et en voies d'accès. C'est ainsi qu'il fit édifier une église à La Canourgue, une église paroissiale à Grizac son village natal, des embellissements au prieuré de Chirac et un pont à Quézac sur lequel fut construite une chapelle. Sur ses ordres furent fondées les églises collégiales de Quézac, en 1365[93], et de Bédouès, en 1363[94]. Cette dernière, où il a été baptisé, fut fortifiée, pour accueillir le tombeau de ses parents.

S'étant réservé l'évêché de Mende pour des raisons économiques, il en affecta les revenus à la construction de la cathédrale Notre-Dame et Saint-Privat, en remplacement de la cathédrale primitive. La cathédrale précédente ne fut pas détruite, mais plutôt magnifiée.

Il fit restaurer le prieuré de Grizac, situé sur la paroisse de Bédouès, et cette seigneurie se vit, de plus, exemptée de tout impôt devenant ainsi une terre franche. Ce privilège, conservé jusqu'au XVIIIe siècle, fut accordé par le roi Charles V, en remerciement au pape.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Yves Renouard, analysant son action apostolique et universitaire a expliqué : « Sa bonté et son désir de diffuser la science se manifeste par ses générosités à l'endroit de bon nombre d'abbayes dont celle du Mont-Cassin et des principales Universités : il aime à fonder, auprès de celles-ci, des collèges qui accueilleront des étudiants pauvres »[95]. Ce fut dans ce cadre que, afin d'aider ses jeunes compatriotes, il fonda à Montpellier, en 1360, le collège des Douze-Médecins[96], placé sous l'invocation de Saint-Matthieu, pour des étudiants en médecine issus du Gévaudan[30]. Cet attachement à la médecine s'explique, en partie, par son amitié avec l'un des pères de la chirurgie, Guy de Chauliac. Puis en 1364, il fonda le collège des SS. Benoît et Germain, destiné à accueillir les étudiants en théologie, droit canon et arts libéraux.

Il fonda l'université de Cracovie en 1364, la faculté de théologie de Padoue, un collège à Bologne et réforma les statuts des universités de Paris, d'Orléans et de Toulouse[28].

Afin d'aider à l'instruction des jeunes de son pays (le Gévaudan), il fonda à Saint-Germain-de-Calberte un « studium », sorte de séminaire avant l'heure, entièrement réservé aux moines[97]. Les étudiants devaient ensuite se rendre à Avignon pour y passer leur examen. Dans le même esprit, il fit de l'abbaye de Saint-Roman près de Beaucaire un studium et la fit fortifier.

Missions[modifier | modifier le code]

Il favorisa les missions des îles Canaries, et redressa le premier évêché de Pékin[98], nommé alors Khanbalik[99] érigé par Jean XXII, où il envoya Guillaume de Prato accompagné de douze frères mineurs. C'est aussi à Urbain V que l'on doit l'envoi de missionnaires en Dalmatie, Moldavie, Valachie, Bulgarie, Crête, Arménie, Scythie, Russie, Scandinavie et Afrique du Nord[28].

Béatifications et canonisation[modifier | modifier le code]

La canonisation la plus marquante de son pontificat est celle d'Elzéar de Sabran, son parrain, qui fut célébrée le 15 avril 1369 à Rome[100]. Il canonisa également Pons de Lauzière, prieur de Saint-Martin-de-Colombe, dans le diocèse de Lodève[101].

C'est par deux bulles en 1369 et en 1370, qu'il prescrit de commencer le procès en canonisation de Charles de Blois. Ce dernier peut-être saint au XIVe siècle mais la bulle a disparu, il fut ensuite béatifié par Pie X en 1904[102].

Économie[modifier | modifier le code]

Avignon fut un grand centre de consommation qui fit vivre l'agriculture dans les régions proches et est un partenaire important du commerce européen. Urbain V créa donc des officiers spécialisés dans les régions (par exemple Languedoc ou Bourgogne) missionnés pour négocier et ramener tel ou tel produit ou denrée[103]. Ils visitaient les centres de productions, étaient assidus aux foires. Cette pratique permit d'économiser sur les marges des marchands qui convoyaient habituellement les produits jusqu'à Avignon.

En 1363, à Avignon, Francesco, fils de Marco Datini[104], un toscan originaire de Prato, en dépit de l'annonce du départ d'Urbain V, jugea opportun de développer son affaire de négoce. Il s’associa avec Niccoli di Bernardo pour vendre, auprès de la Cour pontificale, des articles venus des villes lombardes et toscanes. Son succès commercial fut tel qu'en moins de deux décennies, il devint le plus grand et le plus riche marchand d'Europe occidentale.

Article détaillé : Francesco di Marco Datini.

La même année, le pape donna licence au maître confiturier Auseta de s'installer à Apt. Deux ans plus tard, en 1365, quand il se rendit sur le tombeau de son parrain Elzéar de Sabran, le confiturier aptésien lui offrit des « fruits confits au raisiné »[105]. C'est la première mention de la fabrication des « confitures sèches » dans la cité provençale.

En date du 18 mars 1368, de Rome, Urbain V rendit publique un bulle pour préserver l'activité économique d'Avignon après son départ[106]. Afin d'éviter toute récession, il chargea ses cardinaux Raymond de Canillac et Jean de Blauzac, en accord avec le recteur Philippe de Cabassolle, d'accorder libertés et privilèges aux artisans. Les premiers cités étaient les marchands et négociants en laine, qui devaient être exemptés de taille, les seconds, les meuniers, qui avaient le droit d'installer des moulins sur les berges de la Sorgue et de la Durance[107]. Ce que ne put empêcher le pape fut la crise de surproduction des vins en pays d'Apt. Les volumes que lui et ses cardinaux faisaient venir étaient tels que le départ d'Avignon d'Urbain V puis de Grégoire XI provoqua un marasme économique jusqu'en juin 1396[108].

Sa béatification[modifier | modifier le code]

Gisant d'Urbain V à Avignon

Avant son départ pour Rome, Grégoire XI, pour atténuer la peine des Provençaux et des Comtadins, avait profité de son séjour en l’abbaye de Saint-Victor pour ordonner une enquête sur la « fama de sanctitate » de son prédécesseur. Durant des mois, les notaires pontificaux recueillirent des milliers d’attestations décrivant par le menu les miracles et les guérisons attribués à Urbain V. Cette enquête fut interrompue en 1379, pour être reprise en 1390 sur ordre de Clément VII, le premier pape avignonnais du Grand Schisme.

Les premières demandes[modifier | modifier le code]

Entre 1372 et 1376, Louis d’Anjou, décida de financer de ses propres deniers les frais de procès en canonisation de son beau-père Charles de Blois. Sur sa lancée, il fit instruire celui du défunt pape Urbain V et de Delphine, « la femme de saint Elzéar, comte d’Ariano ». Un nouveau procès en canonisation fut demandé par Valdemar IV de Danemark et promis par le pape Grégoire XI dès 1375. Mais la crise du Grand Schisme qui secoua l'église catholique eut tôt fait de le stopper. Ainsi c'est seulement le 10 mars 1870 qu'il fut déclaré bienheureux par le pape Pie IX[109].

Les demandes modernes[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, une association, « Les Amis du Bienheureux Urbain V », s'est constituée pour promouvoir la cause de sa canonisation.

Les faits marquants de son pontificat[modifier | modifier le code]

Le 22 septembre 1362, les vingt cardinaux du Sacré Collège entrèrent en conclave.

Article détaillé : Conclave de 1362.

En 1363, Urbain V s'attribua le choix et la nomination des évêques ayant un revenu de plus de 200 florins et de tous les abbés dont le revenu excédait 100 florins[110].

Le 18 septembre 1366, Urbain V nomma pour la première fois en consistoire des cardinaux. Cette promotion en comprit trois : Anglic de Grimoard, son frère, Guillaume Sudre et Marco de Viterbe.

Le 12 mai 1367, avant son départ pour Rome, Urbain V décida pour la seconde fois de remettre le chapeau de cardinal. Il y eut un seul promu : Guillaume d'Aigrefeuille le Jeune qui devint cardinal-prêtre de Saint-Étienne au Mont-Cœlius.

Le 22 septembre 1368, Urbain V, lors de sa troisième promotion de cardinaux, désigna : Arnaldo Bernardi (ou Bertrandi)[111], Philippe de Cabassolle, Simon Langham, Bernard du Bosquet, Jean de Dormans, Étienne de Poissy (ou Paris), Pierre de Chinac (ou de Bagnac) et Francesco Thebaldeschi.

Le 7 juin 1370, Urbain V procéda à sa quatrième et ultime nomination de cardinaux. Cette promotion n’en compta que deux : Pierre d’Estaing et Pietro Corsini.

Hommages[modifier | modifier le code]

Des villes[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes qu'il avait côtoyées lui ont depuis rendu hommage. Ainsi, en 1874 une statue à son effigie a été érigée sur le parvis de la basilique-cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende. La place où elle se situe porte depuis son nom. À Avignon, le palais des papes possède un jardin qui porte son nom et qui est un des hauts lieux du festival, une polyclinique porte aussi le nom d'Urbain V[N 80]. Une rue de Marseille a été appelée de son nom et un gisant a été placé dans la crypte de Saint-Victor. La ville de Montpellier, où il a fait une partie de ses études, a également baptisé une rue en son honneur.

Des hommes[modifier | modifier le code]

Bien que pape français, qui plus est pape d'Avignon, Urbain V a tout de même gagné le respect des Italiens influents. Ainsi Pétrarque, peu enclin au compliment envers la France, ce « pays de barbares »[94], montra une grande admiration envers ce pontife :

« Ô grand homme, sans pareil dans notre temps, et dont les pareils, en tous temps, sont trop rares. »

— Pétrarque[112]

L'opinion de Sainte Brigitte :

« De même ce pape Urbain est du bon or qui peut servir à bien, mais il est entouré des soins de ce monde[113]. »

Et celle de Jean de Noyal, chroniqueur et abbé de Saint-Vincent de Laon:

« Il remist sur l'estude, qu'estoit déchue dou tems son devancier ; il pourveust aux clercs et à personnes qui le valoient, desquels il avoit grande connaissance par la volonté de Dieu et la bonne intelligence qu'il mettoit. Il étoit de moult sobre vie et de bon exemple à tous ceux qui conversoient avec lui[114]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Chroniques contemporaines
  • J. Froissart, Chroniques, texte et notes de Kervyn de Lettenhove. Bruxelles (t. IV à VIII), 1868. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • J. Froissart, Chroniques, texte et notes de Siméon Lucé. Paris (t. IV à VIII), 1873-1874. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • G. Villani, puis M. Villani et F. Villani, Cronica e Istorie Fiorentine. Florence, 1823.
  • Bertrand Boysset (1365-1415), Chronique de Garoscus Veteri et Bertrand Boysset, manuscrit de la Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras.
  • L. Bonnement, "Mémoires de Bertrand Boysset. Contenant ce qui est arrivé de plus remarquable particulièrement à Arles et en Provence depuis 1372 jusqu’en 1414", dans Le Musée. Revue arlésienne, historique et littéraire, 1876 -1877. Document utilisé pour la rédaction de l’article
Études générales
  • Étienne Baluze, Prima Vita Urbani V, in Vitae paparum Avenionensium, sive collectio actorum veterum, vol. I. Paris, 1693.
  • Tessier, Histoire des souverains pontifes qui ont siégé dans Avignon. Avignon, 1774.
  • Joseph Fornery, Histoire ecclésiastique et civile du comté Vénaissin et de la ville d'Avignon. Avignon, Roumanille, 1741.
  • J. B. Christophe, Histoire de la papauté pendant le XIVe siècle avec des notes et des pièces justificatives, t. I et II. Paris, 1853. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • J.-B. Joudou, Histoire des souverains pontifes qui ont siégé à Avignon. Avignon, t. I et II, 1855.
  • Guillaume Mollat, Les papes d’Avignon (1305 – 1378), Limoges, 1949 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • G. Mollat, Les papes d'Avignon. Paris, Letouzey & Ané, 1950.
  • B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, (1309 – 1376). Étude d’une société. Paris, Éd. de Boccard, 1962? Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • D. Paladilhe, Les papes en Avignon. Paris, Librairie Académique Perrin, 1975. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • B. Guillemain, Les papes d’Avignon (1309 – 1376). Paris, Éd. du Cerf, 2000 (ISBN 2 204 05895 5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Y. Renouard, La papauté à Avignon. Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2004 (ISBN 2 87747 7487) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Études particulières
  • Joseph Hyacinthe Albanés, Recherches sur la famille de Grimoard. Mende, Imprimerie Privat, 1866. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Hyacinthe Albanés, Entrée solennelle du pape Urbain V à Marseille en 1365. Marseille, Librairie ancienne de Boy-Estellon, 1865, numérisé par Gallica[115] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • G. de Rey, Les Saints de l'église de Marseille. Marseille, Marius Olive, 1885. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Maurice Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V, Paris, 1888 (= Bibliothèque de l'école des hautes études, fasc. 76), numérisé par Gallica[116] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • E. Déprez, Sur les documents relatifs aux rapports de Charles V avec les papes Urbain V, Grégoire IX et Clément VII, Annuaire de l’École Pratique des hautes études, 1898.
  • Louise Guiraud, Les Fondations du pape Urbain V à Montpellier : le monastère Saint-Benoît et ses diverses transformations depuis son érection en cathédrale en 1536. Montpellier, J. Martel Aîné, 1891.
  • L. H. Labande, "Bertrand du Guesclin et les États pontificaux de France", dans Mémoires de l’Académie du Vaucluse, t. IV, 1904. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • R. Michel, "La défense d’Avignon sous Urbain V et Grégoire XI", dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, vol. 30, no 1-30, 1910.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Théolas, Le vitrail d'Apt et le retour de la papauté à Rome. Avignon, Seguin, 1924. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • V. L. Bourrily, "Duguesclin et le duc d’Anjou en Provence (1368)", dans Revue Historique, T. 152, 1926. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • M. Chaillan, La vieille église de Saint-Victor de Marseille et le pape Urbain V. Marseille, Tacussel, 1929. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • P. Lecacheux et G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V (1362-1370) se rapportant à la France extraites des registres d’Avignon et du Vatican. Paris, 1955.
  • J. Glénisson et G. Mollat, Correspondance des légats et vicaires généraux : Gil Albornoz et Androin de la Roche (1353-1367). Paris, 1964.
  • J.-C. Devos, "L’abbaye Saint-Victor au temps d’Urbain V", dans Provence Historique, 16, fasc. 65, 1966. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Rémy Palanque, Le diocèse de Marseille. Paris, Letouzey & Ané, 1967. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • H. Bresc, La correspondance de Pierre Amielh, archevêque de Naples puis d’Embrun (1363 – 1369). Paris, C. N. R. S., 1972. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • A.M. Hayez, J. Mathieu et M.F. Yvan, Urbain V (1362-1370). Lettres communes, Paris-Rome, 1985.
  • Paul Amargier, Urbain V, un homme, une vie. Marseille, Société des médiévistes provençaux, 1987 (162 pages) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Antoine de Rosny, Urbain V : un pape du Gévaudan, 1310-1370. – Mende : Conseil général de la Lozère, coll. « Patrimoine », 2005. 35 p., 23 cm. – (ISBN 2-9512302-7-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, Via Romana. Versailles, 2010 (ISBN 978-2-916727-65-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le village de Grizac était situé dans la paroisse de Fraissinet-de-Lozère, avant qu'Urbain V ne l'érige en paroisse. Il est depuis la Révolution française situé sur la commune du Pont-de-Montvert. On retrouve parfois la graphie Grisac, bien que Grizac se rencontre plus fréquemment.
  2. La famille Montferrand est une famille noble du Gévaudan, voir les baronnies du Gévaudan
  3. Même si cette date de 1310 est le plus souvent retenue, il existe tout de même une petite incertitude qui pourrait situer cette naissance en 1309.
  4. C'est un descendant d'Étienne Grimoard qui a racheté et restauré le château.
  5. En 1179, Alexandre III avait publié une bulle imposant les deux tiers des voix du conclave pour l’élection du pape.
  6. Le nouveau pape, un protégé du clan des Roger de Beaufort, devait une bonne partie de sa carrière à Pierre d’Aigrefeuille. Lors de ses nominations aux évêchés de Clermont et d’Uzès, il l’avait à chaque fois désigné comme son Vicaire général.
  7. De retour de Naples, le nouveau pontife débarqua à Marseille et prit le grand chemin d’Avignon par les Pennes, Salon, Orgon, Saint-Andiol et Noves. La Durance étant en crue, il fit appel à un batelier qui réussit à lui faire passer sans encombre cette dangereuse rivière. Lui et ses aides reçurent ensuite du pape une gratification de quinze florins.
  8. Le roi Jean et le Dauphin avaient quitté Paris à la fin août 1362 pour rencontrer le pape Innocent VI. Leur déplacement ayant duré deux mois, ils furent accueillis par Urbain V.
  9. La Reine Jeanne avait 37 ans et le duc de Bourgogne 20 ans. Au lendemain de son élection, le 7 novembre 1362, Urbain V avait fait parvenir deux lettres à la reine Jeanne. La première lui donnait l’autorisation générale d’épouser un cousin au troisième ou au quatrième degré. La seconde – secrète – autorisait son mariage avec l’Infant Jacques IV de Majorque. Matteo Villani, dans sa « Cronica », dit que le Souverain Pontife donna son accord « à condition que le prince demeurât dans le Royaume, prêtât le serment et payât le cens dû à l’Église et que la reine, qu’il y exhorterait, y consentit ». Le 29 novembre, un nouveau courrier partit donc vers Naples où le pape expliquait à la reine l’utilité de ne point « troubler ses cousins de France » par un refus, chose qui pourrait être « nuisible pour sa personne et pour le royaume de Sicile ». Au cours du mois de décembre, Jeanne fit répondre par son secrétaire Nicola d’Alife. Elle rappelait l’interdit jeté par l’Église sur ces mariages consanguins (!) et concluait « Après tous les mariages sont libres et je ne vois pas pourquoi ils devraient cesser de l’être au détriment de ma liberté ».
  10. Les travaux du fort Saint-André, sous la direction de Jean de Loubières, allaient durer six ans. L’architecte pontifical résidait à Villeneuve-lès-Avignon où le roi de France l’avait installé dans l’ancien Hôtel du cardinal Arnaud de Via qu’avait racheté le Dauphin Humbert II le 29 mars 1343. Cette somptueuse résidence qui faisait face à celle du cardinal du Pouget dans la ruelle qui montait au mont Andaon avait dès lors pris le nom d’Hôtel du Dauphin. Ce dernier avait fait orner ses murs de fresques dont la plus remarquable est celle de « Saint Georges combattant le dragon ».
  11. Pierre le Cruel était marié à Blanche de Bourbon, sœur de Jeanne, l’épouse du Dauphin. Pour mieux filer le parfait amour avec sa maîtresse Padilla, il l’avait faite occire à Jerez.
  12. Un immense chantier est ouvert. Pierre Boquier, bibliothécaire-archiviste des bénédictins de Marseille est choisi comme comptable et directeur des travaux. Au maximum du chantier, on estime à 200 le nombre d'ouvriers employés. Les travaux de Saint-Victor de Marseille durèrent deux ans et le pape y consacra les revenus de la prévôté et de l’archidiaconé de Valence.
  13. Sainte-Marie de Ratis ou Sainte-Marie-de-la-Mer étaient les noms médiévaux de l’actuel village camarguais des Saintes-Maries-de-la-Mer.
  14. Le 4 mars 1363, Urbain V avait excommunié Barnabò Visconti et prêché contre lui la croisade. Le 6 avril, les troupes du potentat de Milan étaient battues à Solaro tandis que son fils Ambrogio le Bâtard était fait prisonnier. Dès qu’il apprit cette victoire, le pape délégua dans les États italiens son ambassadeur Nicola Spinelli pour annoncer son intention de faire la paix afin de retourner à Rome. Ce fut dans ce but qu’il chargea, le 1er mai, le cardinal Gil d’Albernoz des discussions préliminaires à un traité.
  15. Fils de Jean II de Grailly, originaire d’une famille savoyarde fixée en Aquitaine et de Blanche de Foix, fille du comte Gaston 1er de Foix. Cousin de Gaston Fébus, Jean III de Grailly était fiancé à Jeanne de Navarre, sœur du Mauvais.
  16. Le Conseil de Ville, pour la décoration des rues de Carpentras, l’achat de blé et des vins pour le banquet pontifical, dépensa de 7 livres, 186 sous et 4 deniers (Archives municipales de Carpentras. CC 152 f ° 59-61).
  17. Le mariage par procuration avait été célébré le 14 décembre 1362. Urbain V avait alors fait parvenir à Naples ses lettres d’assentiments le 8 février 1363. Le 24 du même mois, il dépêchait des émissaires pontificaux à travers tout le Royaume avec mission de recommander le prince consort aux barons et au peuple napolitain. Le lendemain, le pontife informait Louis 1er de Hongrie du mariage de sa cousine fait avec son assentiment.
  18. Dans le courant du mois de mars 1363, des Grandes Compagnies avaient ravagé la région de Montpellier sans soulever la moindre réaction de Jean le Bon. Malgré le remplacement de Jean de Souvain par Robert de Rabastens comme sénéchal de Beaucaire, le danger que faisaient régner ces routiers resta ubiquitaire. À tel point que, le 29 août, Urbain V écrivit à Arnould d’Audreheim pour excuser l’absence, à la prochaine réunion des États du Languedoc à Nîmes, de Pierre d’Aigrefeuille, évêque d’Uzès, et d’Anglic de Grimoard, Vicaire Général d’Avignon. Le pape invoqua comme prétexte que ces deux prélats étaient « occupés par ses affaires ».
  19. Lors de ce vendredi 31 mars 1363, Urbain V autorisa son frère Anglic de Grimoard, Grand Vicaire d’Avignon, à recevoir des fidèles de ses cités et diocèse « les usures, rapines et biens mal acquis, de les relever de l’excommunication et de convertir l’argent en subsides pour la Terre Sainte ». Il le chargea de transmettre, sous deux mois, à la Révérende Chambre Apostolique la décime accordée à Jean le Bon pour la croisade. Le 2 avril, le jour de Pâques, le roi de Chypre quittait Avignon pour aller recruter dans toutes les Cours d’Europe pour le « sainct passage d’oultre-mer » qui avait été fixé au 1er mars 1365.
  20. En prévision de son départ Jean le Bon nomma alors le Dauphin « Lieutenant Général en toutes les parties de la langue d’Oïl ».
  21. La noble maison de Saint-Ouen (villa Clipiacum) était le siège de l’Ordre de l’Étoile. Il semblerait donc qu’elle ait eu une succursale à Avignon.
  22. Le port égyptien faisait concurrence à Famagouste, le grand havre chypriote. Porte de l’Orient, l’île de Chypre était un maillon essentiel dans l’économie marchande des flottes européennes. Comme l’a analysé J. C. Hocquet « Chypre grâce à sa position avancée dessinait à son profit la géographie des itinéraires commerciaux dans les eaux de la Méditerranée ». Ses salines, propriétés domaniales des Lusignan, permettaient notamment aux nefs de se lester de sel gros (le sel du Roy), le plus apprécié au Moyen Âge, en échange de sel fin (le sel de la Reine).
  23. Les grandes gelées de décembre 1363 détruisirent oliviers et vignes. À partir de l’année 1364, il y eut pénurie générale d’huile d’olive et de vin.
  24. Les États d’Oïl avaient été convoqués précisément le 1er décembre 1363. Le roi fit adopter par les trois ordres un impôt permanent de trois francs par feu. C’était une première dans la fiscalité française.
  25. Jean le Bon quitta Amiens le 10 décembre 1363 en compagnie de Jean d’Artois et du Maréchal Boucicaut. Il partit de Boulogne pour Douvres où il débarqua le 2 janvier 1364 avec une cagnotte de 100 000 écus pour ses faux-frais. Il arriva le 15 à Londres où Édouard III serinait sa Cour en répétant que de sa vie il n’avait rencontré prince plus loyal que son « frère Jean de France ».
  26. Dès l’âge de vingt ans, lors du combat de Smyrne, Philippe de Mézières s’était fait remarquer par sa bravoure. Pierre Ier de Lusignan lui avait alors demandé de le suivre à Chypre. Il y avait été nommé chancelier en 1352 puis ambassadeur en Europe.
  27. Malgré l’interdiction pontificale de commercer avec Alexandrie, théoriquement en vigueur depuis 1314, les Républiques Maritimes y faisaient faire régulièrement escale à leurs convois. Les capitaines vénitiens ou génois savaient « qu’il y avait beaucoup d’épices qui les attendaient » ainsi que du sel pour lester leurs galées. La Sérénissime République de Venise, qui avait acheté à Clément VI le droit de commercer avec l’Égypte, était entrée en conflit dès 1351 – 1352 avec la Superbe République de Gênes. Par un traité signé le 1er juin 1355, les deux Républiques s’étaient partagé la Méditerranée. Le port d’Alexandrie, en dépit du séisme qui avait fait totalement effondrer son antique phare en 1349, était devenu un concurrent redoutable pour Famagouste, le grand port chypriote sous protectorat génois.
  28. Une flotte de quelque cent soixante-cinq navires arriva à Alexandrie le 7 octobre 1365 et le 9, l'offensive terrestre était lancée
  29. C’est la première invasion historiquement connue de sauterelles en Provence. Les chroniques de l’époque parlent d’une « espèce de grillets » ou de « langoustes ».
  30. Les plénipotentiaires de Charles V et du Mauvais, à la suite des pourparlers d’Avignon, signèrent à Paris une trêve le 6 mars 1365. En mai, les deux rois contresignèrent cet accord de paix.
  31. Ce vignoble intra-muros jouxtait Notre-Dame des Miracles et avait comme centre l’actuel Plan-de-Lunel.
  32. Juan Fernandez de Heredia fut immédiatement délégué à Toulouse pour en informer Charles V qui y séjournait.
  33. Charles IV fut couronné le 4 juin par l’archevêque Guillaume de la Garde, en présence des prélats et abbés des archidiocèses d’Arles, Aix et Embrun, du Sénéchal Raymond d’Agoult, du comte Amédée VI de Savoie, de Jean de Bourbon, oncle de Charles V, et de Raymond V des Baux, prince d’Orange. Cet événement marque le début de la « Chronique de Garoscus Veteri et Bertrand Boysset ». Nous y apprenons que l’empereur entra à Arles par le portail de la Cavalerie.
  34. Arrivé à Strasbourg le 30 juin 1365, Charles IV de Luxembourg confirma à la Reine Jeanne qu’en se faisant couronner à Arles il n’avait pas voulu aller à l’encontre des droits de sa vassale sur son comté de Provence. Mais désormais l’empereur fit frapper monnaie avec à l’avers le sigle de sa double royauté d’Arles et de Bohème.
  35. Les indulgences plénières avaient été instituées dès la fin du XIe siècle pour les seuls croisés allant en Terre Sainte. Depuis, elles avaient été détournées amplement de leur but initial. Les premiers à engager le combat contre les compagnies de routiers furent les paysans excédés par leurs rapines. Ils se firent atrocement massacrer. Urbain V fit alors savoir que seuls auraient droit à sa bénédiction les engagements conduits ou dirigés par la noblesse.
  36. Déjà le 5 avril 1365, après la paix signée à Paris, Urbain V avait indulgencié ceux qui empêcheraient les Routiers de piller le pays. D’autre part, le pape demandait aux évêques « d’unir leurs forces contre les ennemis de Dieu et des hommes » et retirait leurs privilèges aux villes, villages, châteaux et monastères qui, par couardise, pactiseraient avec les Routiers ou les accueilleraient. Cette seconde bulle, consécutive à la paix de Guérande, n’ayant eu aucun effet, le pape menaça les Grandes Compagnies d’excommunication.
  37. Depuis son élection en 1362, Urbain V avait favorisé et généralisé le culte de sainte Anne d’Apt.
  38. Les travaux de l’architecte pontifical Rastin avait duré deux ans et transformé à tel point l’abbaye Saint-Victor que, un siècle plus tard, le roi René la considérait comme « la clef du port et de la ville de Marseille ». Ses deux tours, sur la face nord, et ses quatre puissants contreforts, formant tourelles sur la nouvelle abside, en faisait un bastion défensif de premier ordre.
  39. Au soir de la bataille d’Auray, Bertrand du Guesclin qui guerroyait pour Charles de Blois, avait été fait prisonnier par Jean de Chandos. Celui-ci l’avait détenu en Guyenne. Il venait d’être libéré par le Prince Noir, le 28 octobre 1365, après que le Maréchal Boucicaut eut versé sa rançon. Pour conduire les Grandes Compagnies vers la Castille, Charles V avait donné au Breton 40 000 florins puis 32 000 francs sur la décime concédée par le pape sur les diocèses de France. Il prenait le relais de l’Archiprêtre qui, au cours des mois de mai et juin 1365, avait tenté de les faire passer en Hongrie. Mais Arnaud de Cervole s’était heurté à la Décapole et avait échoué à Metz, Strasbourg et Bâle. L’arrivée de Charles IV à la tête de l’armée impériale avait fait débander les Routiers.
  40. Guillaume Sudre, évêque de Marseille, ordonna alors à son viguier et à ses baillis de contraindre, par voix de héraut, les Marseillais à se mettre en état de guerre dans les quatre jours sous peine de sévères sanctions. Son écuyer, Philippe Tournier, fut délégué pour cette mobilisation générale.
  41. Pour inciter Henri de Transtamare à suivre Bertrand du Guesclin en Castille, les États Généraux de Provence, réunis à Aix, décidèrent de lui verser 10 000 florins tout en lui remettant un troupeau de bêtes à cornes de 2 000 têtes, 10 000 setiers de blé et 2 000 setiers de vin (soit 18 500 hl de blé et 37 000 hl de vin).
  42. Il y avait, entre autres, Luccio degli Abbate qui prêta 6 000 francs ; le florentin Jacopo Buonacursi, 400 francs, et les frères Michele et Giovanni de Baroncelli respectivement 1 000 et 400 francs Ces deux banquiers avignonnais étaient les fils de Francesco de Baroncelli, successeur de Rienzo à Rome. Il avait été chassé du pouvoir par une émeute populaire. Cette famille était originaire de Florence où Giotto avait orné le maître-autel de leur chapelle dans l’église Sainte-Croix.
  43. Mais le danger passé, le peu d’allant du clergé pour mettre la main à l’aumônière contraignit Urbain V à réitérer ses instructions le 21 mars 1366.
  44. La venue des Grandes Compagnies de Bertrand du Guesclin avait mis en évidence la faiblesse des défenses avignonnaises. Dès le départ des derniers Routiers, le fustier Andreù Férigolet fut chargé de poser d’urgence les dernières portes en bois des remparts. Il passa commande à son confrère Guilhem Vial pour lui fournir les différents étais et poutres nécessaires. La première livraison eut lieu le 27 février 1366. Elle permit de construire la nouvelle Porte Aiguière et celle de la Tour. L’ensemble des travaux fut achevé en 1368.
  45. Malgré son amour pour Naples et les Napolitaines, Boccace ne s’était pas toujours entendu au mieux avec son ami Nicola Acciajuoli. Il avait trouvé judicieux d’aller séjourner le plus souvent à Florence où la Seigneurie appréciait aussi bien le diplomate que l’écrivain. La mort du Grand Sénéchal, le 8 novembre 1365, n’avait rien changé à ses habitudes.
  46. Pétrarque, lui-même, considérait que : « L’obstination des cardinaux à ne pas retourner à Rome trouve son origine dans la qualité des vins de Beaune. C’est qu’en Italie il n’y a pas de vin de Beaune et qu’ils ne croient pas mener une vie heureuse sans cette liqueur ; ils regardent ce vin comme un second élément et comme un nectar des dieux ».
  47. Dès la trêve signée avec Visconti, Urbain V avait donné ordre de remettre en état les jardins pontificaux et d’entreprendre la restauration de la basilique Saint-Pierre. Sa décision fut confortée, le 20 juillet 1366, quand il reçut en audience Gomez Albernoz, envoyé par son oncle le cardinal d’Espagne et la Reine Jeanne. Il était venu lui faire le rapport de la situation politique en Italie où Nicola Spinelli œuvrait à la constitution d’une Ligue anti-viscontienne tant au niveau national qu’international. Elle fut opérationnelle à la mi-septembre. Le pape annonça alors à ses cardinaux son retour imminent à Rome.
  48. Le Doge de Venise se vit remettre le bref pontifical par le légat Audrouin de la Roche. Pour préparer le retour du pape le cardinal demanda à Marco Cornero le libre passage dans tous les ports de la Sérénissime d’un convoi de deux cents amphores de vin devant transiter par les marches d’Ancône. Les nefs étaient jaugées par amphore et vingt amphores correspondaient à environ douze tonneaux métriques.
  49. Aujourd'hui Galdo est un hameau de Sicignano degli Alburni.
  50. Corneto est nommé de nos jours Tarquina.
  51. Après la mort de Nicola d’Alife, Garde des Sceaux du Royaume, sur les conseils d’Urbain V, en décembre 1366, la Reine Jeanne avait octroyé cette charge à Nicola Spinelli da Giovinazzo, qui était déjà Promoteur du Royaume auprès de la Cour pontificale.
  52. Urbain V lui accorda cette faveur en 1370. Née en 1303, à Finsta, Brigitte Birgersdotter, fille du gouverneur de l’Uppland, avait été mariée en 1318 à Ulf Gudmarson, comte de Néricie dans le diocèse de Licope. Devenue veuve, la Suédoise fonda l’ordre de Saint-Sauveur et vint à Rome, lors du Jubilé de 1350, pour le faire reconnaître par le Souverain Pontife. Elle s’y installa dans l’espoir de la fin du séjour avignonnais.
  53. Ce chef-d’œuvre de l’orfèvrerie, qui pesait entre trois cents et trois cent cinquante grammes, était traditionnellement fabriqué par les joailliers de Sienne. Ornée de pierres précieuses et des perles, une rose d’or était estimée aux environs de deux cents florins. Celle de la Reine Jeanne fut déposée l’année suivante à la basilique Saint-Pierre de Rome. Un exemplaire de ce joyau est conservé au musée de Cluny à Paris, c'est la plus ancienne conservée au monde Musée de Cluny, orfèvrerie et ivoires, sélection des œuvres
  54. Le terme « societates » (sociétés) désignait les groupes constitués allant de l’organisation d’un quartier à une compagnie de Routiers.
  55. Olivier de Mauny, pour ses bons et loyaux services, fut fait capitaine général de Normandie et devint chambellan de Charles VI.
  56. Raymond d’Agoult, troisième Sénéchal de Provence issu de la famille comtale de Sault, garda non seulement ses hautes fonctions mais devint Amiral du royaume de Naples pour les mers du Levant et fut chargé de conduire des ambassades pour la reine Jeanne en Italie et en Espagne.
  57. Bertrand du Guesclin, rançon payée, avait été libéré 27 décembre 1367 par le Prince Noir et avait immédiatement quitté Bordeaux.
  58. Arnould d’Audrehem (1305-1370) était devenu le bras droit de du Guesclin.
  59. Louis, duc d’Anjou, pour ses œuvres, fut qualifié « d’exacteur, mais viril et intelligent ». Il avait nommé Amiel des Baux, Sénéchal de Beaucaire, en remplacement de Gui de Prohins, le 23 avril 1367. Le Bâtard succédait ainsi à son père Agoult et à son demi-frère Bertrand.
  60. L'importance de Tarascon était devenue primordiale à partir du XIIe siècle. Son emplacement stratégique en faisait le verrou de la basse vallée du Rhône. En effet, le contrôle de la navigation avait une importance capitale à une époque où les routes étaient peu praticables et peu sûres. De cette époque, date l'établissement, à proximité immédiate du premier château, de familles nobles ainsi que de marchands et commerçants. La ville, qui faisait face à Beaucaire, siège de la Sénéchaussée, fut ceinte alors de remparts et une première réfection du château entreprise à la fin du XIIIe siècle.
  61. Héros incontournable de nos livres d’Histoire de France, le futur connétable de France, tout comme l’Archiprêtre et les Tard-Venus, eût un goût particulier pour rançonner et piller Avignon et la Provence. Si Innocent VI, pour voir déguerpir ces Routiers accepta toujours de leur payer tribut, Urbain V fut heureusement moins souple avec Bertrand du Guesclin.
  62. Ces renseignements sont contenus dans le « Livre Vert », un des rares documents municipaux conservés depuis le XIVe siècle. Le 9 juin 1368, le Conseil de Ville de Sisteron, qui avait engagé des gens d’armes piémontais (tramontanos) assista à la montre. Francheschino Bolleris, bayle (bailli) et Capitaine de Sisteron, seigneur de Roccasparvera, présenta aux syndics Jean Baudoin et Pierre Autard, les 25 brigands placés sous le commandement des connétables Jacques Brutini de Rivoli et Jean Ruelle de Savillon. Moyennant leur solde, ceux-ci s’engageaient pour un mois à défendre la ville et à ne pas en sortir sous peine d’amende. Le Conseil rappela qu’il est le seul habilité à louer des compagnies et à les passer en revue en compagnie du bailli.
  63. Seul Froissart le nomme Bertrand du Guesclin. En Bretagne, il était désigné comme Bertrand de Gueaqûi, tandis que les différentes chroniques qui font état de ses faits d’armes l’appellent indifféremment Glacquin, Claquin, Gleaquin, Glyaquin, Glesquin, Gleyquin, Cliquin ou Claiquin.
  64. Aigues-Mortes, malgré son début d’ensablement, était le port français le plus utilisé sur la façade méditerranéenne. Il avait complètement supplanté celui de Saint-Gilles, fondé au début du XIIe siècle, par Raymond IV de Toulouse.
  65. Il s’agissait des villages d’Alauzun, Aulan, Autanne, Beaumont-le-Vieux, Briançon et son péage de la Gabelle, Mison, Montbrun, Plaisians, le Poët-en-Percip, la Roche-sur-Buis, la Rochette-du-Buis, Saint-Léger, Vercoiran et Villefranche-le-Château, fiefs de Raymond des Beaux, gendre de Guillaume III Roger de Beaufort.
  66. Une « lance » formant alors un équipage était composée de trois hommes : le cavalier, son écuyer et son valet de pied, l’armée provençale regroupait mille deux cent hommes, mais non de mille deux cent combattants.
  67. Apt était une ville-close c’est-à-dire une cité fortifiée derrière ses remparts pour se mettre à l’abri des « pilleries, roberies, larcins et autres maléfices faits par le temps de guerre ». La cité julienne était protégée par ses vingt-sept tours qui abritaient chacune une compagnie de huit arbalétriers, soit un total de deux cent seize hommes de traits.
  68. Louis d’Anjou devant intervenir contre les Anglais en Guyenne, Agenais, Rouergue et Quercy voulut étoffer les troupes des barons occitans. Il fit revenir dans ses Sénéchaussées, qui avaient payé si cher leur départ, non seulement les compagnies de Perrin de Savoie et d’Amanieu d’Ortigue, mais aussi celles du Petit Meschin, de Bosonet de Pau et de Noli Pevalhon.
  69. Le 8 août 1368, Urbain avait rappelé urbi et orbi que tous les Comtadins devaient solder les garnisons que son Capitaine des Armes avait fait retrancher dans les châteaux et les places fortes.
  70. Ce qui a fait affirmer à certains qu’Urbain V n’avait excommunié qu’à demi-mot le Breton, ses commanditaires et ses affidés. Il n’en était rien puisque le pontife jetait en même temps l’interdit – la plus lourde sanction ecclésiastique – sur les villes et les châteaux où se trouvaient les agresseurs du comté de Provence, et défendait à tous, nobles, princes ou rois de l’accueillir et d’avoir désormais recours aux services du Breton et de ses sbires sous peine de sanctions identiques. Dans un siècle où la religion scandait toutes les heures de la vie on comprend quelles pouvaient être les conséquences d’une telle sanction qui interdisait toutes messes ou tous sacrements. Son usage fut aussi rare que redouté.
  71. La cité de Florence, se sentant menacée par la « calata » impériale, fit venir d’urgence pour la défendre Giovanni Malatacca de Reggio, un des meilleurs capitaines de la Reine Jeanne. À la fin décembre 1368, la reine dépêchait auprès du pape ses conseillers Nicola Spinelli et le logothète Napoléon Orsini pour traiter au nom de Florence avec l’empereur. Un accord fut conclu en février 1369 entre les parties et Florence s’en tira en versant une forte amende à Charles IV.
  72. Charles IV avait été couronné empereur du Saint Empire Romain Germanique en 1355 par le cardinal-légat Pierre-Bertrand du Colombier.
  73. Le neveu d’Elzéar, Louis de Sabran, comte d’Ariano, fils aîné de Guillaume de Sabran, avait été nommé sénateur de Rome par Urbain V pour cette année 1369.
  74. Les exactions de John Hawkwood, le gendre de Barnabò Visconti, dans le domaine pontifical italien ne prirent fin qu’en novembre 1370.
  75. L’empereur de Constantinople déclara : « Moi, Jean Paléologue, empereur fidèle en Christ et modérateur des Romains, illuminés par les clartés du Saint-Esprit, voulant pourvoir au salut de mon âme, suis venu à la sainte ville de Rome, pour visiter le très saint père seigneur Urbain V, pape par la providence divine pour reconnaître et promettre la Foi catholique professée, tenue et enseignée par la sacro-sainte, romaine et universelle Église afin d’obéir en perpétuelle observance de ladite foi, pleinement et efficacement, aux ordres du susdit seigneur pape et de ses successeurs pontifes romains… ».
  76. Avignon désigne ici l'état pontifical et non la ville, d'où la désignation de « en Avignon ».
  77. Ce fut le 1er août 1370 que la reine Jeanne nomma Nicola Spinelli di Giovinazzo, maître rational auprès de la Cour d’Aix, sénéchal de Provence tout en lui conservant sa charge de Grand Chancelier du royaume de Naples.
  78. Cette réception pontificale coûta la bagatelle de 208 florins 4 sous à la capitale du Comtat (Archives Municipales de Carpentras, CC. 156, f° 44 et 44 v°).
  79. Sur la moitié du blason de cette commune se trouve celui d'Urbain V. Avant de s'installer à Grizac, les Grimoard venaient de Saint-Germain-de-Calberte.
  80. (fr) Présentation de la polyclinique

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Renouard, op. cit., p. 43.
  2. Dominique Paladilhe, op. cit., p. 216.
  3. a, b et c Généalogie de la famille de Grimoard
  4. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], p. 771
  5. Florian Mazel, La noblesse et l'église en Provence fin Xe-début XIVe, L'exemple des familles d'Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques,‎ 2002 (ISBN 2-7355-0503-0), p. 529
  6. a et b Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 23-24, Via Romana 2010
  7. Disponible sur Gallica
  8. Nous lisons dans l'Histoire des monstres depuis l'antiquité jusqu'à nos jours d'Ernest Martin (Paris, Reinwald, 1880), à la page p. 222, ce récit que l'auteur attribue à Cangiamila : « Amphibisia, parente d'Elzéar et épouse de Grimoalde, était une dame de distinction. Un jour, elle mit au monde un être monstrueux, agité de mouvements continuels, qui effrayaient tous ceux qui s'approchaient de lui ; il n'avait rien d'humain, et d'un autre côté rien non plus de bestial. On ne pouvait, en un mot, le comparer à aucun animal connu. Elzéar, l'ayant examiné, fut vivement touché de l'infortune qui frappait ainsi ses parents ; il se mit à adresser une fervente prière au ciel. Aussitôt cette masse informe de chair revêtit un aspect superbe et poussa un cri. Les amis s'en approchèrent et, se joignant à la famille, se prosternèrent afin de rendre un solennel hommage à la toute-puissance divine ; on prédit qu'il arriverait un jour au pontificat, et il devint, en effet, pape sous le nom d'Urbain V. »
  9. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 26-28, Via Romana 2010
  10. Paul Amargier, Urbain V, un homme, une vie (1310-1370), Marseille, Société des médiévistes provençaux,‎ 1987, p. 20
  11. Histoire des diocèses de France, Montpellier, édition Beauchènes, 1976, p. 65-68
  12. a et b Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 35-38, Via Romana 2010
  13. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 42, Via Romana 2010
  14. a et b http://site.acgc.free.fr/fichiers/urbain.pdf Document PDF sur la vie de Guillaume Grimoard
  15. a, b et c Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 57, Via Romana 2010
  16. J. B. Christophe, p. 536
  17. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 59, Via Romana 2010
  18. a et b Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 61-62, Via Romana 2010
  19. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 66, Via Romana 2010
  20. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 68, Via Romana 2010
  21. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 72, Via Romana 2010
  22. a et b Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 75-90, Via Romana 2010
  23. Yves Chiron, Urbain V, le bienheureux, p. 90-92, Via Romana 2010
  24. a, b, c et d Cf. Froissard.
  25. Comme l’a expliqué J. Heers, lors d’un conclave « Tous les cardinaux le savent bien, le résultat ne traduit pas forcément un rapport de forces bien étudié ; tant de manœuvres, d’ententes savamment ourdies échouent lorsque tous se retrouvent ensemble et peuvent parler. Ce qui compte, ce sont les complots le jour même, la façon de persuader, de faire peur en montrant les dangers de tel choix, en rappelant des précédents fâcheux. On cause beaucoup, en dehors des séances, lors des interruptions, dans la journée, le soir plus encore et même la nuit ». J. Heers, Précis d’histoire du Moyen Âge, Paris, 1966.
  26. J. B. Christophe, p. 334-335. Raymond de Canillac est un parent de Hugues Roger et de son frère, l'ancien pape Clément VI mort dix ans plus tôt.
  27. Buffière, op. cit., p. 773. Urbain V fit du cardinal Étienne-Ardouin Aubert (1354 – 1363), dit le cardinal de Maguelonne, son Camerlingue.
  28. a, b et c Daniel Bréhier, op. cit., p. 71.
  29. Son frère le nomma cardinal le 18 septembre 1366, en fit l’évêque suburbicaire d’Albano, le 17 septembre 1367, quand il le rejoignit en Italie, puis son Vicaire à Bologne un an plus tard. Urbain V ne songea pas à grandir sa famille. Aucun des siens ne fut promu aux prélatures, si ce n’est son frère Anglic, et un de ses cousins, Bernard de Châteauneuf, qu’il fit évêque de Saint-Papoul. J.B. Christophe p. 356-357
  30. a et b Buffière, op. cit., p. 774
  31. (fr) Les « vergers » de la papauté d'Avignon : Avignon, Pont-de-Sorgues et Villeneuve (1316-1378), thèse d'Élydia Barret, École nationale des chartes 2004
  32. Baluze, op. cit. parle au sujet du jardin d'Urbain V de « viridarium miræ pulchritudinis ».
  33. histoire de la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Villeneuve-lès-Avignon.
  34. Histoire de France 1305-1364 (Volume 4 of 19) par Michelet, Jules, 1798-1874 (voir page 87 sur 152)
  35. Georges Minois, La guerre de cent ans, Perrin 2008, p. 192.
  36. J.B. Christophe, p. 552-553
  37. P. Lecacheux, et G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V, no 127, no 147 et 148, no 156 et M. Prou, Relations politiques du pape Urbain V, p. 16 et 17.
  38. J. B. Christophe, p. 539
  39. a, b et c "La croisade chypriote contre Alexandrie" - Point de vue islamique plaçant le rôle de Pierre Ier au-dessus de celui de Urbain V dans cette envie croisade - site de ressources islamique en langue française
  40. Pierre Ier de Lusignan, arriva à Avignon, le mercredi des Cendres. Il était tout auréolé de la gloire d’avoir, quelques mois plus tôt enlevé aux Turcs la place forte de Satalie, en Asie Mineure. Comte de Tripoli, il avait été couronné roi de Chypre du vivant de son père Hugues IV, le 24 novembre 1358. Ce dernier l’avait préféré à son aîné Gui, prince de Galilée. Le roi Hugues s’était ensuite éteint le 10 octobre 1359. Louis de Mas Latrie, Histoire de l'Île de Chypre sous le règne des princes de la Maison de Lusignan, Paris, Imprimerie Impériale,‎ 1852-1861 (lire en ligne) (OCLC 156109086).
  41. J. B. Christophe, p. 547
  42. étude du climat depuis le Xe siècle
  43. Ces transactions d’importance occupent plusieurs feuillets de la « Gallia Christiana Novissima » du chanoine Albanès.
  44. Histoire générale, physique et civile de l'Europe: depuis les dernières années du cinquième siècle jusque vers le milieu du dix-huitième, De La Cépède (Bernard Germain Etienne de La Ville sur Illon), M. le comte de La Cépède, Publié par P.J. de Mat, 1826
  45. Froissart dans sa Chronique relate : « Il y fit une entrée magnifique, revêtu des insignes impériaux. Le pape et les cardinaux l’accueillirent avec de grandes démonstrations d’honneur et de joie ».
  46. Guy Allard - Les gouverneurs et les lieutenans généraux au gouvernement de Dauphiné, Grenoble, Jean Verdier impr., 1704 (réed. H. Gariel, Grenoble, 1864, p. 176).
  47. a et b Anne-Marie Hayez, À la cour pontificale d'Urbain V
  48. Le concile d’Apt regroupa dix-huit prélats des archevêchés d’Arles, Aix et Embrun. Les pères conciliaires étaient les évêques Raimond Savini d’Apt, Géraud de Sisteron ; Pierre Fabre de Riez ; Pierre d’Aynard de Senez ; Étienne Digna de Vence ; Laurent «le Peintre » de Nice ; Bertrand de Séguret de Digne ; Guillaume de la Voûte de Toulon ; Guillaume Sudre de Marseille ; Jean Revol d’Orange ; Jean Maurel de Vaison ; Jacques Artaud du Tricastin et Jean Roger de Beaufort de Carpentras. S’étaient faits représenter : Anglic de Grimoard d’Avignon, Amédée de Grasse, Guillaume Fournier de Gap, Raymond Diaconis de Fréjus et Bernard de Saint-Jacques de Glandevès. Il était présidé par les archevêques Guillaume de la Garde d’Arles ; Bertrand de Châteauneuf d’Embrun ; Jean de Peisson d’Aix et le Recteur du Comtat, Philippe de Cabassolle, évêque de Cavaillon et Patriarche de Jérusalem. Cf. Abbé É. Rose, Études historiques et religieuses sur le XIVe siècle ou Tableau de l’Église d’Apt sous la Cour papale d’Avignon, Avignon, 1842.
  49. Histoire de l'église de France, 1856, page 28.
  50. Henri Théolas, op. cit., p. 17 à 20. La cathédrale Sainte-Anne d'Apt et son vitrail du XIVe siècle.
  51. (fr) J. B. Christophe, p. 551
  52. Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Fayard 1980, p. 308
  53. Yves Renouard, op. cit., p. 47.
  54. a et b Daniel Bréhier, Notre-Dame des Doms, Éd. Beaulieu, Art et Tradition, Lyon, 2002, p. 73.
  55. Le Grand Sénéchal n’était plus en odeur de sainteté en Avignon depuis que Pierre Amielh de Brénac, légat à Naples, avait écrit au cardinal Anglic Grimoard : « L’Acciajuoli a toujours soin et fait en sorte que l’eau soit troublée et que Madame ait toujours besoin de lui et de ses conseils. Nous le savons tous mais il n’y a personne qui ose dire mot et il y a eu déjà quatre fois des altercations avec moi, en présence de tout le Conseil royal, et surtout parce qu’il s’agissait des donations excessives de la Reine qui est très pauvre et qui n’a pas de quoi payer le cens. Il a tant fait que l’affaire demeure presque désespérée. Et pourtant tous sont d’avis que si la délibération du comte de Nola [Nicola Orsini] avait été exécutée pour la perception et la conservation des revenus la Reine serait dans l’abondance », H. Bresc, op. cit..
  56. Depuis les « Vêpres siciliennes » marquant l’expulsion en 1282 des Angevins de l’île, il avait fallu une astuce pour conserver au royaume de Naples le titre de Sicile. On considérait qu’il y avait une Sicile insulaire, baptisée Trinacrie (pour sa forme triangulaire), qui était laissée en pâture aux hérétiques et aux Aragonais, et une Sicile péninsulaire bastion des guelfes et donc des intérêts pontificaux. Pierre Amielh de Brénac avait suggéré à Urbain V : « Considérant les affaires du roi, de la duchesse Jeanne, du Grand Sénéchal et vu que tout le monde semble nous ramener aux temps infâmes du roi André, l’opinion commune est que notre situation ne pourra avoir remède que si Votre Sainteté envoie ici quelque grand légat sous lequel la Reine puisse gouverner », H. Bresc, op. cit..
  57. C’étaient les charges que s’était attribuées Jaime de Majorque. La décision du nouveau légat provoqua une révolution de palais. Le 23 avril 1364, l’archevêque de Naples écrivit au pape : « Les querelles s’aggravent ces jours-ci entre nosseigneurs les princes au point que, le jour de vendredi saint et le jour de Pâques, il y a eu tant de matières à scandales qu’il faudrait de longs jours pour les apaiser et qu’il en reste des traces. Et cependant, à ce qu’il parait, les discussions portent seulement sur ce que le roi ne doit pas avoir un pennon. Mais on s’en occupe, d’un côté et de l’autre, avec tant d’acharnement que s’il s’agissait de toute la couronne. Aussi, bien que je ne vaquasse qu’à mes affaires, laissant les travaux de forge aux forgerons, comme je l’ai écrit ailleurs à Votre Sainteté, j’ai été obligé, à cause du danger et des requêtes instantes de Madame la Reine, que j’ai vu pleurer douloureusement de ces choses, de m’en occuper pendant plusieurs jours et de m’y laisser rentrer, bon gré mal gré, sans savoir, Dieu m’en est témoin, où mettre les pieds », H. Bresc, op. cit..
  58. a, b, c, d, e et f http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/brigitte/index.htm CHAPITRE XXVIII / 98
  59. Henri Théolas, op. cit., p. 7 à 10.
  60. Jean-Pierre Thomas Mémoires historiques sur Montpellier et le département de l'Hérault, Paris, 1827, p. 106 à 109.
  61. Dante, Purgatoire, chant XVI.
  62. Histoire de Français, par J. C. L. Simonde De Sismondi, page 67.
  63. Bernard Guillemain, op. cit., p. 132.
  64. Cours d'histoire des états européens de Frédéric Schoell, Maximilien Samson Frederic Schoell, Franz Xaver Zach, Freiherr von Franz Xaver Zach, page 120
  65. Une caricature du XIVe siècle conservée au Musée Calvet d’Avignon montre le pape Urbain V et les deux cardinaux, embarqués sur la même galère. enluminure Enluminure représentant le voyage du pape
  66. a et b Cours d'histoire des états européens de Frédéric Schoell, Maximilien Samson Frederic Schoell, Franz Xaver Zach, Freiherr von Franz Xaver Zach, page 120 à 122
  67. Élie Faure, dans son Histoire de l’Art, a décrit ainsi la décrépitude de l’Urbs au XIVe siècle : « Rome était une ville morte. Quelques milliers de misérables au milieu des cirques envahis par la ronce et l’ortie, des aqueducs rompus, des thermes éventrés. Mais ici rien de vivant ».
  68. Patrimoine littéraire européen: anthologie en langue française, De Jean-Claude Polet, Claude Pichois, Collaborateur Jean-Claude Polet, Publié par De Boeck Université, 1995, ISBN 2-8041-2077-5, 9782804120771
  69. http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/brigitte/index.htm CHAPITRE XXIX, 120
  70. Michel Hebert, Tarascon au XIVe siècle, histoire d'une communauté urbaine provençale. Aix en Provence, Édisud, 1979(ISBN 2-85744-033-2), page211
  71. Émile G. Léonard, Les Angevins de Naples. Paris, Presses universitaires de France, 1954, p. 26
  72. J.-B.-M. Joudou, Histoire des souverains pontifes qui ont siégé a Avignon, Fischer, 1855
  73. É. Baratier, (sous la direction de.), Histoire de la Provence. Toulouse, Privat, 1969, p. 193.
  74. Les Archives municipales de Carpentras (CC. 154, f° 3) indiquent précisément «rebellione quam faciebant laboratores ». C’était le nom donné tant aux gens de la campagne, qu’aux journaliers et aux artisans.
  75. a et b Histoire d'Italie pendant le Moyen Âge, de Heinrich Leo et Louis Dochez, traduit par Louis Dochez, publié par Parent-Desbarres. Paris, 1837, p. 670
  76. a et b Histoire générale, physique et civile de l'Europe: depuis les dernières années du cinquième siècle jusque vers le milieu du dix-huitième, De La Cépède (Bernard Germain Etienne de La Ville sur Illon), M. le comte de La Cépède, Publié par P.J. de Mat, 1826, p. 37
  77. voir la "Famille de SABRAN - de SIGNES"
  78. http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/brigitte/index.htm CHAPITRE XXIX, 133
  79. http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/brigitte/index.htm CHAPITRE XXIX, 132
  80. Pour plus de détails, voir page 5 du Document PDF
  81. À côté du palais des papes : (fr) informations
  82. Dominique Paladilhe, op. cit., p. 238.
  83. Jean Boissieu, Éric Arrouas, Saint-Victor, une ville, une abbaye, p. 36. Marseille, Jeanne Laffitte, 1986 (ISBN 978-2-86276-134-3)
  84. Joseph Bérenger, Saint-Victor, secunda Roma. Marseille, Imprimerie marseillaise, 1927, p. 152-153
  85. Yves Renouard, La papauté à Avignon, p. 43.
  86. Dominique Paladilhe, op. cit., p. 237.
  87. Urbain V fonde l’Université de Cracovie ASV, Reg. Vat. 251, f. 354r
  88. Urbain V fonde l’université de Vienne ASV, Reg. Aven. 159, ff. 522v-523r; ASV, Reg. Vat. 254, f. 84rv
  89. Daniel Bréhier, op. cit., p. 72.
  90. Robert Bailly, Histoire de la vigne et des grands vins des Côtes-du-Rhône, Avignon,‎ 1978
  91. Urbain V, quand il était encore Guillaume de Grimoard, abbé de Saint-Victor, était venu à Malaucène pour visiter l'abbaye du Groseau, chère à Clément V, au cours du mois de septembre 1359. Le seigneur Philippe est Philippe de Cabassolle, recteur du Venaissin, le seigneur Jean, Juan Fernandez de Heredia, Capitaine des Armes du Comtat. Michel Brusset, Malaucène, aspects de l'histoire entre Ventoux et Ouvèze, Carpentras,‎ 1981, p. 101, ISBN 2 901448 04 6
  92. Guetteurs du temps, la basilique-cathédrale de Mende, Sylvain Marcillac, 1996, p. 11
  93. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 777
  94. a et b Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 778
  95. Y. Renouard, op. cit., p. 44.
  96. De douze, les étudiants ne furent rapidement plus que huit.
  97. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 779
  98. Page 1 du Document PDF
  99. Bernard Guillemain, op. cit., p. 89.
  100. Histoire de l'église gallicane: dédiée à Nosseigneurs du clergé, Jacques Longueval, Pierre Claude Fontenay, Pierre Brumoy, Guillaume François Berthier, p. 154, disponible sur Google Books
  101. Dictionnaire de la noblesse de France, François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, p. 583, disponible sur Google Books
  102. Noel Maurice Denis Boulet, "La canonisation de Charles de Blois", dans Revue d'histoire de France, 1942, disponible sur Persée.fr
  103. Jean Favier, Les papes d'Avignon. Paris, Fayard 2006 p. 355.
  104. Francesco di Marco Datini s'était installé à Avignon dès 1358.
  105. Henri Théolas, op. cit., p. 24. et abbé Rose, op. cit., p. 644.
  106. Archives municipales d'Avignon, boîte Pintat, 15/480.
  107. Michel Hayez, Éviter la récession économique, souci des papes Urbain V et Grégoire XI au départ d'Avignon, in Avignon au Moyen Âge, textes & documents, IREBMA, Faculté de Lettres d'Avignon, 1989, p. 97-98.
  108. Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône. Avignon, A. Barthélemy, 2000. ISBN 2-87923-041-1, p. 31.
  109. Information du diocèse d'Avignon
  110. Bernard Guillemain, op. cit., p. 52.
  111. Arnaldo Bernardi, patriarche d’Alexandrie, mourut avant son incardination.
  112. Th. Roussel, Le pape Urbain V et Pétrarque, Bulletin de la société d'agriculture de la Lozère, 1858, pp. 374-383
  113. Revelationes, L. IV, 137.
  114. Dominique Paladilhe, op. cit..
  115. Entrée solennelle du pape Urbain V à Marseille en 1365
  116. Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 18 août 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.