La Canourgue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Canourgue
Image illustrative de l'article La Canourgue
Blason de La Canourgue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton La Canourgue
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac-Lot-Causse
Maire
Mandat
Jacques Blanc
2014-2020
Code postal 48500
Code commune 48034
Démographie
Gentilé Canourgais
Population
municipale
2 119 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Population
aire urbaine
2 991 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 01″ N 3° 12′ 56″ E / 44.43361, 3.21556 ()44° 26′ 01″ Nord 3° 12′ 56″ Est / 44.43361, 3.21556 ()  
Altitude Min. 521 m – Max. 1 008 m
Superficie 104,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Canourgue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Canourgue
Liens
Site web www.la-canourgue.com

La Canourgue (en occitan ou catalan La Canorga) est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Canourgais.

La commune de La Canourgue est labellisée Village étape depuis 2006.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Gévaudan sur l'Urugne (petit affluent du Lot) au pied du Causse de Sauveterre que la commune absorbe en grande partie.

Le hameau de 'la Capelle, autrefois commune indépendante sur le causse de Sauveterre, a été rattaché à La Canourgue[1].

Depuis 1973, La Canourgue est associée avec les anciennes communes d'Auxillac, La Capelle et Montjézieu ce qui fait de La Canourgue une commune dont la superficie est importante (10 429 hectares, soit pratiquement la superficie de la ville de Paris).

Histoire[modifier | modifier le code]

"Urbs Canonica"

Héraldique[modifier | modifier le code]

La Canourgue

Le blasonnement de La Canourgue est : parti : au premier mi-parti d'azur aux deux fleurs de lys d'or, au second d'argent au lévrier de sable courant en bande, colleté d'or

Le lévrier de l'une des huit baronnies du Gévaudan, à savoir celle de Canilhac dont La Canourgue faisait partie[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de La Canourgue[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1821 Jean-François Pascal    
1821 1835 Frézal Cordesse    
         
1852 1860 Jean-François Frézal Cordesse    
         
1971 2001 Jacques Blanc UMP Député de Lozère (1978-2001)
Président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon (1986-2004)
2001 2008 Henri Blanc UMP Conseiller général du canton de la Canourgue depuis 1988
2008 en cours Jacques Blanc UMP Sénateur de la Lozère (2001-2011)
Président de la Communauté de communes Aubrac-Lot-Causse

Canton[modifier | modifier le code]

La commune est le chef-lieu du canton éponyme, qui dépend de la circonscription de la Lozère dont le député est Pierre Morel-A-L'Huissier (UMP, maire de Fournels et conseiller général du canton de Fournels).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 119 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 900 1 893 1 979 1 829 1 850 1 969 1 890 1 728 1 856
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 695 2 158 2 045 1 831 1 839 2 015 1 838 1 820 1 821
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 640 1 692 1 601 1 426 1 297 1 246 1 235 1 239 1 144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 179 1 237 1 850 1 804 1 817 1 922 2 076 2 108 2 120
2011 - - - - - - - -
2 119 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de Saint-Frézal

Le bourg est traversé par des canaux et a conservé un centre historique constitué de rues étroites et de bâtiments historiques.

Bâtiments et lieux publics remarquables[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La pouteille (à base de pieds de porc et de viande de bœuf) et les manouls (à base de tripes de mouton) sont deux spécialités culinaires de La Canourgue. Il existe même une Confrérie de la pouteille et du manouls.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute A75 ainsi que par la gare de Banassac - La Canourgue sur la ligne des Causses.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de La Canourgue est jumelée avec :

Personnes célèbres[modifier | modifier le code]

Nés à La Canourgue
Liés à la commune

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Capelle sur CommunesGenWeb.org
  2. Explications sur le site de la commune
  3. D'après FranceGenWeb.org
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]