Adrien VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adrien VI
Image illustrative de l'article Adrien VI
Biographie
Nom de naissance Adriaan Floriszoon
Naissance 2 mars 1459
Utrecht,Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Décès 14 septembre 1523 (à 64 ans)
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 9 janvier 1522
Intronisation 31 août 1522
Fin du pontificat 14 septembre 1523
Précédent Léon X Clément VII Suivant

Blason

Adriaan Floriszoon (Adrien Florensz ou Adriaan Florent ), (2 mars 1459, Utrecht, Principauté d'Utrecht au sein du Saint-Empire romain germanique - 14 septembre 1523, Rome, États pontificaux) fut pape du 9 janvier 1522 au 14 septembre 1523 sous le nom d'Adrien VI (en latin Hadrianus VI, en italien Adriano VI), unique pape originaire des Pays-Bas (alors relevant du Saint-Empire romain germanique et donc considéré dernier pape allemand avant Benoît XVI), et dernier pape non-italien avant l’élection de Jean-Paul II en 1978.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

D’origine très modeste, Adrien perd son père, un menuisier d'origine allemande, alors qu’il était encore très jeune. Il semble qu’il fut alors confié par sa mère à un groupe de ‘Frères de la vie commune’ qui lui donnèrent une bonne formation de base, spirituelle (la ‘Devotio moderna’) et intellectuelle. À 17 ans, Adrien entre comme étudiant à l’université de Louvain.

À Louvain : théologien, professeur et recteur[modifier | modifier le code]

Par vocation et compétence, Adrien est d’abord un théologien et professeur de théologie. Il passa la plus grande partie de sa vie à l’Université de Louvain, d’abord comme étudiant et ensuite comme enseignant. Il parcourut toute l’échelle des honneurs académiques. De professeur, il devint recteur en 1493, doyen de l’église Saint Pierre en 1497, de nouveau recteur de l’université en 1501 et chancelier de l’université jusqu’en 1507. Il nous a laissé un commentaire du livre des Sentences de Pierre Lombard et des quodlibet sur des questions théologiques alors débattues. Comme théologien, il se montre solide, orthodoxe mais sans originalité. Adrien était déjà respecté comme homme de Dieu et homme d’études. Il fut également chanoine au chapitre d'Anderlecht.

Précepteur de Charles-Quint[modifier | modifier le code]

En 1507, il est nommé précepteur de l’archiduc Charles d’Autriche, futur empereur Charles Quint, d’abord à Gand (où se trouvait la cour des Pays-Bas bourguignons) et ensuite en Espagne, où Charles-Quint, qui l’estime beaucoup, l’emmène comme principal conseiller lors de son accession sur le trône de Castille (1516). Adrien y est fait archevêque de Tortosa et inquisiteur du royaume d'Espagne, et peu après, Charles-Quint lui obtient le titre de cardinal, avec siège à Utrecht (1517). Il ne semble pas cependant que Adrien soit jamais retourné dans sa ville natale. Jouissant de toute la confiance de l’empereur, Adrien était également vice-roi durant les absences de Charles-Quint. L’austère Flamand au caractère calme et réfléchi était détesté à la cour d’Espagne, en partie parce qu’il s’y était entouré d’hommes de son pays.

Conclave de 1522[modifier | modifier le code]

Le conclave chargé d’élire un successeur à Léon X était une fois de plus divisé en partis intransigeants. La solution fut trouvée en l’élection d’un quasi inconnu, absent du conclave : Adrien Florensz, cardinal d’Utrecht (9 janvier 1522). Un chroniqueur contemporain commenta l’élection ainsi : « Conformément à la décision de Dieu, les cardinaux, jusque là désunis, ont élu contre leur propre gré Adrien de Tortose qui n’était pas présent au conclave. C’est un homme tout simple, qui ne s’est distingué jusqu’ici que par la crainte de Dieu ; à Louvain il ne vivait que de science ». Et encore : « À la nouvelle de son élection, il n’a donné aucun signe de joie, mais a soupiré profondément »[1] Le soutien de l’empereur Charles-Quint contribua certainement à son élection.

Mais à Rome c’était la consternation. Adrien n’y était pas connu, mais, venant du nord de l’Europe c’était sans nul doute un ‘barbare’, un ennemi, un homme de l’empereur. Le fait qu'il ne fût pas Italien fut très mal accepté et les cardinaux regrettèrent vite leur choix. Il surprit également en gardant son nom de baptême : il s’appellera Adrien VI.

Un pontificat court et difficile[modifier | modifier le code]

Pour des raisons politiques diverses, consistant surtout à éviter les invitations pressantes et intéressées des rois de France et d’Angleterre, Adrien mit six mois pour passer d’Espagne à Rome. Il marqua même immédiatement son indépendance vis-à-vis de son ancien élève : pas plus que les souverains de France et d’Angleterre il n’accepta de rencontrer Charles Quint avant de quitter l’Espagne. Le 23 août 1522, il débarque à Livourne, en route pour Rome.

Son style de vie, simple, pieux et austère, impressionne d’abord le peuple romain. Il réduit le nombre de ses serviteurs à quatre (de 100 qu’avait son prédécesseur). Il évite les banquets et se contente d’un plat de viande à sa table. Il se lève la nuit pour réciter l’office divin et se relevait à l’aube pour célébrer la messe. Il interdit le port d’armes dans la ville et en expulse les femmes de mauvaise vie. Au lieu de poètes et de bouffons, il s’entoure de pauvres et de malades. L’édification augmente en même temps que l’inquiétude : il est un reproche vivant pour beaucoup.

Adrien, théologien classique, est cependant intransigeant sur les questions de doctrine. Luther doit être puni pour ses hérésies et interdit d’enseignement (comme décidé à Worms en 1521). Par ailleurs il est le tout premier pape à reconnaître que les sources de l’hérésie et de l’attraction qu’elle suscite sont à trouver dans le désordre même de la curie romaine et le comportement déréglé de nombreux prélats de l’Église. Lors de son premier consistoire, cinq jours après son arrivée à Rome (1er septembre 1522), il est brutal dans son constat : il faut commencer la réforme par Rome même. Adrien s’attaque vigoureusement aux abus (simonie, cumul des bénéfices, etc.), mais il le fait à coups de décrets et ordonnances sans s’entourer suffisamment de soutiens efficaces. Il ne fait rien pour se concilier les sympathies. Même les cardinaux favorables à la réforme de la curie romaine se tournent contre lui : «Il manque d’égards pour le Sacré Collège». [réf. nécessaire]

Adrien, de plus, ne possède en rien les manières élégantes si prisées à Rome. Il ne cherche d’ailleurs pas à être Romain. Il mésestime les chefs-d’œuvre présents dans son palais et commence à les distribuer en cadeaux. Il ne manifeste aucun intérêt pour les arts et la littérature (dont ses prédécesseurs étaient les grands mécènes). Aux yeux de la noblesse romaine, des artistes et de l’"intelligentsia" en général, Adrien reste un ‘barbare inculte’, un 'buveur de bière'. Très rapidement, ce sera le déchaînement contre lui, d’autant plus qu’après avoir limogé les fonctionnaires corrompus de son administration, il s’entoure d’hommes nouveaux, étrangers à Rome et inexpérimentés. Personnellement intègre, il interdit aux membres de sa famille de venir à Rome pour y chercher près de lui faveurs et bénéfices.

Politiquement, ce n’est pas un succès non plus. Ses tentatives faites pour unir les grandes nations chrétiennes d’Europe contre Soliman et les Turcs qui viennent de prendre Belgrade (1521) et menacent la Hongrie et Rhodes, n’aboutissent à rien. Adrien n’a pas l’étoffe d’un chef d’État : les erreurs diplomatiques sont nombreuses. Lorsque, après la chute de Rhodes en 1522 il tente d’imposer une trêve entre les nations chrétiennes (avec menace d’excommunication à la clé) pour faire face au péril turc, il provoque la colère de François Ier qui envahit la Lombardie forçant Adrien à chercher une alliance qu’il ne désirait pas avec les autres souverains, à commencer par l'empereur Charles-Quint.

Tombeau d'Adrien VI par Michel Agnolo da Siena, dans le chœur de l'église Santa Maria dell'Anima, à Rome

Évaluation[modifier | modifier le code]

Ce qui frappe en Adrien VI c’est sa grande dignité et le sens du devoir. Il n’a pas souhaité être pape mais n’a pas songé à le refuser non plus. Un mois après son arrivée à Rome, une épidémie de peste s'y déclara. Très rapidement cardinaux, ambassadeurs et tous ceux qui le pouvaient quittèrent la ville. Adrien VI refusa de les suivre. Vers la fin de sa vie, il lui arrivait d’exprimer un regret à un ami : « Comme on serait mieux si j’étais encore paisiblement à Louvain ! » Il mourut le 14 septembre 1523, dans l’indifférence, sinon l'hostilité, générale. Pour la réforme de l’Église en tout cas, ce fut une occasion manquée. Les bonnes intentions ne suffisent pas. Sur son sarcophage se trouve cette inscription latine : « Proh dolor, quantum refert in quae tempora vel optimi cujusque virtus incidat » ("Quelle douleur de voir la vertu des meilleurs s’exercer en de telles conjonctures!") qui est peut-être une citation de Pline le Jeune.

Anecdote[modifier | modifier le code]

L'impopularité d'Adrien VI est l'objet d'une boutade de Diderot dans l'Entretien d'un père avec ses enfants (paru en 1773). Anecdote avérée ou bien inventée par Diderot, ce dernier rapporte que les Romains avaient fait inscrire sur la porte du médecin du pape (mort peu de temps après son arrivée à Rome) l'inscription suivante : Au libérateur de la patrie. Le philosophe raille ici autant l'incurie des médecins que l'impopularité d'Adrien VI dans cette Rome du XVIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Leclercq: Saints de Belgique, Bruxelles, 1942
  • Fred Bérence: Les Papes de la Renaissance, Paris : Éditions du Sud & Albin Michel, 1966
  • (nl) Michiel Verweij, De paus uit de Lage Landen : Adrianus VI (1459-1523), catalogus bij de tentoonstelling ter gelegenheid van het 550ste geboortejaar van Adriaan van Utrecht[2], Supplementa Humanistica Lovaniensia 27, Leuven : Leuven University Press, 2009, (ISBN 978 90 5867 776 1)
  • (nl) Michiel Verweij, Adrianus VI (1459-1523) : de tragische paus uit de Nederlanden, Antwerpen ; Apeldoorn : Garant, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Citations tirées de Ludwig von Pastor: Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, vol.IX, Paris, 1913, ch. 1 et 2.
  2. De paus uit de Lage Landen sur le site de la Bibliothèque royale de Belgique

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :