Célestin Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Célestin.
Célestin Ier
Image illustrative de l'article Célestin Ier
Le pape Célestin Ier, 43e pape
Biographie
Naissance Campanie en Italie
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 10 septembre 422
Fin du pontificat 27 juillet 432
Précédent Boniface Ier Sixte III Suivant

Blason

Célestin Ier, 43e pape (422432).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est probablement d'origine campanienne mais nous ignorons la date de sa naissance. Il se fait remarquer comme diacre à Rome et vit un certain temps à Milan auprès d'Ambroise de Milan. Il est élu le 10 septembre 422 pour succéder à Boniface Ier.

Pape énergique, il précise les règles à suivre pour les élections épiscopales afin d'éviter les querelles qui avaient envenimé les débuts du règne de son prédécesseur. Adepte d'une grande fermeté, il souhaite renforcer la discipline des différents épiscopats, ses premières lettres aux évêques de Gaule et d'Italie sont très explicites sur ce sujet.

À propos de l'élection de l'évêque Honorat à Arles, le pape Célestin Ier écrit ainsi en 428 à tous les évêques du sud-est de la Gaule pour leur demander qu'à l'avenir :

« un prêtre ne soit élu, venant d'une autre Église, que dans le cas où aucun clerc de l'Église à pourvoir ne serait jugé digne, ce que nous croyons ne pouvoir se produire. Il faut réprouver le fait de préférer ceux des Églises étrangères, ne pas faire appel à des étrangers de peur que l'on ne paraisse avoir établi une sorte de nouveau collège d'où seraient tirés les évêques ».


Le pape Célestin et le concile œcuménique d'Éphèse[modifier | modifier le code]

Célestin intervient aussi dans les nombreuses querelles dogmatiques de ce temps et condamne le nestorianisme qui distingue dans le Christ deux personnes distinctes. Le pape commence alors par se cantonner dans un rôle d'arbitre entre Nestorius, le patriarche de Constantinople à l'origine de cette doctrine (qui sera ultérieurement proclamée hérétique), et le patriarche saint Cyrille d'Alexandrie, qui vient de l'alerter à ce sujet. Prenant alors une connaissance plus approfondie des thèses hétérodoxes de Nestorius, le pape Célestin soutiendra totalement le patriarche d'Alexandrie et sommera Nestorius de se rétracter, mais en vain. En 430, lors d'un synode tenu à Rome, le pape excommunie Nestorius puis envoie trois légats au concile d'Éphèse (431) pour y représenter Rome et donne mandat à Cyrille d'Alexandrie de mener les débats conciliaires en son nom. Le nestorianisme y sera solennellement condamné ; toutefois, cherchant l'apaisement, les légats pontificaux tenteront de rétablir à nouveau la concorde entre Constantinople et Alexandrie.

Autres actes pontificaux[modifier | modifier le code]

Il agit aussi avec vigueur contre le pélagianisme soutenant dans ce combat saint Augustin en Afrique du Nord et envoyant Germain d'Auxerre et Loup de Troyes en Grande-Bretagne, et Palladius en Irlande (430) puis, à la mort de ce dernier, saint Patrick (432).

Sous son pontificat est construite l'église Sainte-Sabine sur l'Aventin.

La crosse, insigne de l'autorité épiscopale ou abbatiale, est mentionnée, semble-t-il pour la première fois, dans une lettre de Célestin Ier.

Célestin Ier meurt le 27 juillet 432 Sixte III lui succède le 31 juillet.

Il est considéré comme saint par l'Église catholique. Il est fêté le 6 avril.

Il fut, à l'origine, inhumé dans la catacombe de Priscille, à Rome.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

On a de lui des Lettres dans la Collection des lettres des papes de Coustant.