Anastase II (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anastase II.
Anastase II
Image illustrative de l'article Anastase II (pape)
Le 50e pape Anastase II
Biographie
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 28 novembre 496
Fin du pontificat 19 novembre 498
Précédent Gélase Ier Symmaque Suivant

Blason

Anastase II fut le 50e pape (496-498).

Romain de naissance, fils d'un dénommé Pierre, il s'agit peut-être de l'Athanase qui fut chargé de lire la lettre du pape Félix au concile de Rome, en 485, et les requêtes de Misène au concile de 495. Son élection se fit le 28 novembre 496, après un interrègne de sept jours.

Dès son élévation au pontificat, il chercha à ramener les monophysites au sein de l'Église et à rétablir la paix au sein de celle-ci. Il envoya à cet effet des légats, les évêques Crescone et Germain, à Constantinople, avec une lettre pour l'empereur Anastase Ier, dans laquelle il exprimait son ardent désir de réunion, et le priait d'y travailler lui-même. Il s'agissait d'obtenir que le nom d'Acace de Césarée, patriarche de Constantinople qui avait écrit l'Hénotique et qui, pour cela avait été excommunié par Felix III, fût enlevé des sacrés diptyques. Le pape pria donc l'empereur, en termes très humbles, de bien vouloir le faire enlever, et de ne pas permettre que, pour une chose si peu importante et qui ne regardait qu'un seul homme, on ne déchire pas plus longtemps la tunique de Jésus-Christ.

Il aurait écrit également à Clovis pour le féliciter de sa conversion (en fait cette lettre est un faux, fabriqué de toutes pièces au XVIIe siècle[1]). À sa mort, l'Église romaine se divisait sur les concessions à faire pour mettre fin au schisme monophysite.

Anastase II régna pendant deux ans, il mourut le 19 novembre 498 et fut enterré à Saint-Pierre. Il fut placé par Dante dans l'Enfer de sa Divine Comédie

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Kavet, Bibl. de l'École des Chartes, 1885, XLVI, 258-59 (source : Catholic encyclopedia).

Liens externes[modifier | modifier le code]