Assise (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assise.
Assise
Drapeau de Assise
Drapeau
Panorama de la ville d'Assise. La basilique se trouve sur la gauche de la photo, surmontant un portique à colonnes du XVe siècle
Panorama de la ville d'Assise. La basilique se trouve sur la gauche de la photo, surmontant un portique à colonnes du XVe siècle
Noms
Nom italien Assisi
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Umbria.svg Ombrie 
Province Pérouse 
Code postal 06081
Code ISTAT 054001
Code cadastral A475
Préfixe tel. 075
Démographie
Gentilé assisani
Population 28 143 hab. (31-12-2010[1])
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 00″ N 12° 37′ 00″ E / 43.06667, 12.6166743° 04′ 00″ Nord 12° 37′ 00″ Est / 43.06667, 12.61667  
Altitude Min. 424 m – Max. 424 m
Superficie 18 600 ha = 186 km2
Divers
Saint patron San Rufino
Fête patronale 12 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ombrie

Voir sur la carte administrative de la zone Ombrie
City locator 14.svg
Assise

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Assise

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Assise
Liens
Site web http://www.comune.assisi.pg.it

Assise (en italien Assisi) est une ville italienne d'environ 28 100 habitants, située dans la province de Pérouse (Perugia) en Ombrie (Umbria).

Assise est surtout célèbre pour son apogée médiéval et pour être le lieu de naissance et de mort de Francesco Bernardone, plus connu sous le nom de François d'Assise, un des plus grands saints de l'Église catholique romaine. Pour son patrimoine exceptionnel, la ville est classée sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco.

Assise a été le siège de plusieurs rencontres interreligieuses, connues sous le nom de rencontres d'Assise, en 1986, 1993, 2002, et 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Assise est située sur les contreforts du mont Subasio, aménagés en terrasses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux alentours de 1000 av. J.-C., des migrants s'installèrent dans la haute vallée du Tibre, jusqu'à la mer Adriatique, mais aussi dans le voisinage d'Assise. On les appelle Ombriens. Ils vivaient en petites unités fortifiées, sur les hauteurs. Mais à partir de -450, les Étrusques puis, après -295, les Romains, s'emparèrent de la région.

Ces derniers promurent Assise au rang de Municipe en -89. On peut encore voir à Assise les murs de la ville ancienne (qui protégeaient une surface de plus de 50 hectares), le forum (place de la commune), un théâtre, un amphithéâtre et le temple dédié à Minerve (qui est devenu l'église de Santa Maria sopra Minerva, voir les images) Le christianisme est présent à Assise dès 238, sous la tutelle de l'évêque Rufino, martyrisé par la suite. Selon la légende, sa dépouille serait présente dans la cathédrale San Rufino.

Après la chute de l'Empire romain, les Ostrogoths détruisirent la majeure partie de la cité en 545. Assise passe ensuite sous le contrôle des Lombards puis du duché franc de Spolète.

Mais c'est à partir du XIe siècle que commença la splendeur d'Assise. En effet, comme beaucoup de communes italiennes, Assise a connu un apogée médiéval entre le XIe siècle et le XIVe siècle (jusqu'à la peste noire de 1348). Au XIIe siècle, Assise est plutôt gibeline, alors que sa puissante voisine, Pérouse, est guelfe. Les guerres entre les deux cités sont fréquentes et c'est à l'occasion de l'une d'entre elles (La bataille de Ponte San Giovanni) que François d'Assise fut fait prisonnier, enclenchant le processus qui devait le mener jusqu'à la mendicité et la sainteté (fondation de l'ordre religieux masculin des Franciscains).

Cette prospérité de la ville se marque par le fait que c'est au XIIIe siècle que l'urbanisme d'Assise dépasse les murailles antiques, qui sont agrandies en 1260 puis en 1316. Son dynamisme est aussi lié à sa vitalité religieuse puisque, outre François, Assise est aussi renommée pour sainte Claire, sa contemporaine, qui a fondé à son exemple l'ordre religieux féminin des Clarisses. Néanmoins, Assise est soumise rapidement à ses puissants voisins (que ce soit le pape ou les ducs de Milan).

Après l'apogée médiéval, Assise retrouve son calme et participe marginalement à la Renaissance.

Abritant la basilique Saint-François, la ville accueille régulièrement de nombreux pèlerins.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en février 1944, parmi les officiers allemands figure le médecin Valentin Müller[2] commandant militaire de la ville d'Assise qui la fait déclarer « ville hôpital » (Lazarettstadt) par sa hiérarchie et l'évêque Giuseppe Placido Nicolini, pour en évacuer les troupes et éviter les affrontements armés dans la ville. En juin 1944, il fait évacuer 2 000 blessés et le personnel hospitalier pour protéger la ville des bombardements alliés.

Le 27 octobre 1986, à l'initiative du pape Jean-Paul II, se tient la première rencontre d'Assise, où des représentants de toutes les religions du monde prient côte-à-côte pour la paix.

Un tremblement de terre, le 26 septembre 1997 endommagea la ville et particulièrement la basilique Saint-François, où les débris en ciment issus de la réfection du toit de l'église supérieure tuèrent quatre personnes[3] en s'effondrant. Deux années de travaux ont été nécessaires pour la rendre au public et aux fidèles. Des travaux de renforcement et d'injection de résine ont été entrepris pour la consolider. Les fresques de Cimabue ont été rénovées et restaurées à cette occasion, mais le tremblement de terre leur a causé des dommages importants.

Monuments et musées[modifier | modifier le code]

La basilique San Francesco et ses deux églises inférieure et supérieure
François d'Assise recevant les stigmates par Giotto ayant peint les fresques de sa vie - église supérieure d'Assise
Rosace de la cathédrale
Photographie de Domenico Anderson

Assise est avant tout un lieu de pèlerinage et de tourisme de renommée internationale (2e en Italie après Rome) et possède à ce titre des monuments majeurs du XIIIe siècle italien, dont les deux églises superposées sous le vocable de basilique Saint-François (San Francesco) construites au-dessus de son tombeau. La partie inférieure de la basilique (1228-1230) et la partie supérieure (1230-1258) sont toutes deux des églises contemporaines de style gothique, malgré le caractère sombre de la première dû à son insertion dans la roche (Collis Inferni). Le caractère plus éclairé et élevé de la seconde (Colle del Paradiso) marque l'apparition du gothique italien, imprégné des références stylistiques du roman et du gothique français.

Elles sont ornées de nombreuses fresques des premiers maîtres italiens : Cimabue, Duccio di Buoninsegna, Giotto, les Lorenzetti, Simone Martini, etc. Ces fresques sont considérées comme étant le point de départ de la renaissance picturale italienne, et notamment la Vie de Saint François en 28 tableaux, que lui a consacré Giotto dans la nef de la basilique supérieure, dont on peut voir une reproduction ci-contre (la Stigmatisation).

Par contre, la ville Assise, dont l'ensemble urbain a peu changé depuis le Moyen Âge, garde encore des traces romaines sur un ancien temple romain dédié à Minerve le Temple de Minerve et transformé ensuite en l'église Santa Maria sopra Minerva. Sur la même Piazza del Comune se trouve le Palais du Capitaine du Peuple (XIIIe siècle) avec sa tour et le Palais des Prieurs (XIVe siècle).

D'autres églises dans la ville : La Basilica di Santa Chiara, la Chiesa di Santa Maria Maggiore, la Cattedrale di San Rufino (ou Duomo), la Chiesa di Santa Maria delle Rose, la Chiesa Nuova, le cloître San Giuseppe.

À l'extérieur de la ville construite sur un contrefort du mont Subasio, à 400 m, plus loin dans le Val di Spoleto, sur le frazione de Santa Maria degli Angeli (Assise) (it), la basilique Sainte Marie des Anges (basilica Santa Maria degli Angeli) du XVIe siècle, comporte, en son centre, conservées, la chapelle de la Portioncule (Porziuncola) et celle du Transito, ancienne infirmerie où mourut saint François en 1226.

On trouvera également hors de la ville la Chiesa di San Damiano, dans la campagne.

Assise est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial. En effet, la ville est classée depuis 2000 au patrimoine mondial de l'humanité selon les critères culturels (i), (ii), (iii), (iv) et (vi).

La pinacothèque communale a été inaugurée le 21 avril 2007.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2006 2011 Claudio Ricci PdL centre droit
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Armenzano, Capodacqua, Castelnuovo, Costa di Trex, Colle delle Forche, Eremo delle Carceri, Morra, Palazzo, Paradiso, Passaggio d'Assisi, Petrignano d'Assisi, Pieve San Nicolò, Porziano, Rivo torto, Rocca San Angelo, San Damiano, San Gregorio, Santa Maria degli Angeli (Assise) (it), Santa Maria Lignano, San Vitale, Sterpeto, Torchiagina, Tordandrea, Tordibetto

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bastia Umbra, Bettona, Cannara, Nocera Umbra, Pérouse, Spello, Valfabbrica, Valtopina

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Josef Raischl SFO and Andrè Cirino OFM: Three heroes of Assisi in World War II. Bishop Giuseppe Nicolini, Colonel Valentin Muller, Don Aldo Brunacci. (ISBN 88-87021-73-2 M-197[à vérifier : isbn invalide]) [1] [2]
  3. Homélie du cardinal légat Angelo Sodano au cours de la concélébration eucharistique pour la réouverture du culte le dimanche 28 novembre 1999

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]