Innocent VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Innocent.
Innocent VI
Image illustrative de l'article Innocent VI
Biographie
Naissance Beyssac (Corrèze)
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 18 décembre 1352
Intronisation 30 décembre 1352
Fin du pontificat 12 septembre 1362
Précédent Clément VI Urbain V Suivant

Blason

Innocent VI, né Étienne Aubert, à Beyssac en Corrèze, 1282 et mort le 12 septembre 1362. Il est évêque de Noyon et évêque de Clermont, puis pape à Avignon, de 1352 à 1362, comme successeur du pape Clément VI (1342-1352).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille[modifier | modifier le code]

Cardinal Étienne Aubert, futur Innocent VI

Innocent VI est né dans le hameau des Monts, diocèse de Limoges, dans la future commune de Beyssac, dans le sud du Limousin. Le père d'Étienne Aubert, Adhémar Aubert (1265-1303) a pour nom sur les documents, Ademarus Alberti de Pompador. Les Aubert rendent hommage à la seigneurie toute proche de Pompadour. Nous ne connaissons de sa famille aux origines obscures que le grand-père, déjà prénommé Étienne et encore vivant en 1273. Mais, la famille Aubert figure parmi les premiers bienfaiteurs de la Chartreuse de Glandier dès 1220.

En 1352, Guillaume Aubert, neveu du pape, se porte acquéreur de la châtellenie et du château de Bré, près de Lubersac, sur la commune de Coussac-Bonneval en Haute-Vienne.

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Étienne est toutefois issu d'une famille suffisamment aisée pour lui permettre de recevoir une formation de juriste. Il obtient un doctorat en droit canonique à la faculté de Toulouse et enseigne le droit civil dans cette faculté[1]. Ce futur pape est tout d'abord avocat à Limoges, puis devient juge-mage, en la sénéchaussée de Toulouse.

Sa carrière de prélat[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Noyon.

Le futur pape Innocent VI est successivement archidiacre de Cambrai, de Brabant et de Sauvigny en Bourbonnais, archiprêtre de Laurac, dans le Lauragais et prieur de Rouvignac, en Languedoc[2].

Étienne est promu à l'évêché de Noyon, le 23 janvier 1338. Jean-Pierre Besse précise dans son livre Chantilly et Noyon : Si le passage du futur pape Innocent VI sur le siège épiscopal de Noyon fut bref, il n'en honora pas moins grandement le diocèse de saint Éloi.

Deux ans plus tard en 1340, il est appelé au siège de l'évêché de Clermont d'Auvergne.

C'est un homme digne, vivant simplement, un homme de vie intérieure. Il considère que la tâche des évêques est de s'élever sur la montagne de la contemplation après s'être exercé sur le terrain de l'action[2].

Le futur pape Innocent VI est aussi conseiller du roi Philippe VI de France et Pair de France, puis nommé deux ans plus tard cardinal-évêque d'Ostie et.

Son pontificat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Conclave de 1352.
Armes d'Innocent VI sur l'église San-Gines de Madrid
Innocent VI, entouré du cardinal Albornoz et de l'empereur Charles IV, à ses pieds l'archevêque Simone Saltarelli sermonne Michele da Cesena et Guillaume d'Ockham

Innocent VI est pape de 1352 à 1362. Il succède à Clément VI. Il est élu le 18 décembre 1352 et siège comme son prédécesseur à Avignon.

Il mène une politique d'économie après les fastes de son prédécesseur et de la cour pontificale. Entre autres réformes, il ordonne à tous les prélats et autres bénéficiers de se retirer chacun dans leurs bénéfices et d'y résider sous peine d'excommunication.

Ce pape veut lever des décimes en France, mais cela lui est refusé. Le royaume de France, désolé par les guerres malheureuses avec les Anglais, est bien loin de pouvoir fournir des sommes d'argent importantes. Il en fait autant en Allemagne et donna des dispenses à ses légats pour accorder des bénéfices, moyennant finances, aux prêtres, évêques ou autres prélats[3].

C'est un grand réformateur mais souvent brutal : il rappelle les ordres religieux à l'observation de leurs règles, brise les résistances en recourant à la force, emprisonne et condamne au bûcher pour venir à bout des fidèles observants des préceptes du Poverello d'Assise et des Béguins qui vénèrent la mémoire de leur inspirateur, Pierre de Jean Olivi. On raconte même que les bûchers sont si nombreux en Languedoc, Provence et Italie que sainte Brigitte de Suède blâme sévèrement Innocent VI[4].

Innocent VI fait fortifier Avignon, enceinte toujours visible de nos jours

L'humaniste italien Pétrarque en marque toute son indignation dans une lettre qu'il écrit à Nérico Furli, son ami. Écrivant à l'empereur Charles IV du Saint-Empire lui-même, il lui dit : Je ne sais ce que tu as promis par serment au pape qui t'a fermé le chemin de Rome. Tu fuis comme si tu avais volé le diadème rapto diademate. Sur quoi, il s'écrie : O infamie ! ô traité honteux ! ...[3].

Innocent VI fonde la chartreuse Notre-Dame-du-val-de-Bénédiction à Villeneuve-les-Avignon en 1356[5]. Il la fit décorer de fresques par Matteo Giovanneti. Mais, en 1358, il est même obligé de vendre argenterie et bijoux personnels pour permettre à l'Église de survivre.

Il tente de ramener la papauté à Rome, et pour cela, il envoie le cardinal Gil Álvarez Carrillo de Albornoz, archevêque de Tolède, en Italie, afin de pacifier les États pontificaux, ce qu'il fait brillamment. Il essaie de recouvrer le patrimoine de l'Église en Italie, mais malgré les efforts de son légat le cardinal Albornoz, il échoue en partie.

Il vit en assez bon accord avec les puissances temporelles. Cependant le portrait que Pierre Ozarius en a laissé dans sa Chronique, n'est point fort avantageux. On lui reproche comme à Clément VI d'avoir trop favorisé ses parents[1], mais avec cette différence que les siens lui font honneur et qu'il n'en fut pas de même de ceux de Clément VI[6].

Innocent VI a d'ailleurs toutes les qualités d'un bon pape. C'est aussi un homme ami des lettres et des lettrés, de mœurs régulières et économe dans sa maison, qualités assez rares parmi les pontifes de cette époque. C'est aussi un ami de la justice, plein de charité[6].

Les malheurs de la France excitent vivement sa sensibilité. Il la cache si peu que les Anglais après la bataille de Poitiers en font des plaisanteries. Le père Berthier cite que celle-ci n'est, selon lui, ni spirituelle ni décente : Le pape, disent-ils, est devenu français, mais Jésus-Christ est tout Anglais...[6].
Il est néanmoins pour beaucoup dans la signature du traité de Brétigny, signé le 8 mai 1360, près de Chartres), entre Édouard III d'Angleterre et Jean II le Bon. Cet accord permet une trêve de neuf ans dans la guerre de Cent Ans.

En dehors des préoccupations françaises et romaines, Innocent doit faire face à la menace des grandes compagnies, dans le sud du royaume, et plus particulièrement en Languedoc. C'est pour cette raison qu'il fait fortifier Avignon d'une enceinte, toujours visible de nos jours[1].
En décembre 1360, la Compagnie des Tard-venus, prend Pont-Saint-Esprit situé à une cinquantaine de km au nord d'Avignon. Le pape négocie encore leur départ à prix d'or.

Il a fondé à Toulouse pour vingt quatre boursiers le collège de Saint-Martial. Il accorda à la faculté de théologie de cette ville tous les privilèges dont jouissait l'université de Paris sujet de jalousie pour celle-ci qui tâcha de s'y opposer en disant que jusqu'alors les papes n'avaient égalé aucune université à celle de Paris[7].

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Tombeau du pape Innocent VI à la Chartreuse du Val de Bénédiction

Innocent VI meurt le 12 septembre 1362, à Avignon, et est inhumé en la Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction à Villeneuve-les-Avignon[8].

Ses obsèques sont célébrées avec plus de pompe que celles de son prédécesseur. Mais le cérémonial ne change point. Elles durent neuf jours, le temps de la neuvaine, selon l'usage établi. Le corps commence d'abord par être exposé durant deux jours, du 12 au 14 septembre, dans la grande chapelle du palais des papes à Avignon ; il y est veillé la nuit par une garde d'honneur et dans la journée des prêtres célèbrent des messes pour le repos de l'âme du pape défunt. Le 14, le cercueil est alors transporté à la cathédrale Notre-Dame des Doms d'Avignon ; à dater de ce jour commence la neuvaine. Le 22 septembre ont lieu les funérailles solennelles pour le transport du cercueil de Notre-Dame des Doms à la chartreuse Notre-Dame-du-val-de-Bénédiction à Villeneuve-lez-Avignon : c'est là en effet que Innocent VI avait demandé à être inhumé, et dès le mois de décembre 1361 il avait chargé Bertrand Nogayrol, son architecte, de lui édifier un monument et un mausolée qui avait été placé dans la chapelle de la Sainte-Trinité. Pour ces obsèques ont lieu les mêmes distributions d'argent que pour son prédécesseur, aux ordres mendiants et aux hôpitaux, de robes noires aux fonctionnaires pontificaux. La décoration semble avoir été la même, puisque nous trouvons les mêmes achats de drap cendal (de soie) blanc, rouge et noir, mais nous ne pouvons savoir en quoi elle consistait. Elle devait pourtant être assez riche, puisque les frais furent supérieurs à ceux des obsèques de Clément VI[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c France Dictionnaire encyclopédique, par Philippe Le Bas, p.583.
  2. a et b Étienne Aubert, élu pape sous le nom d'Innocent VI
  3. a et b Les crimes des papes, depuis S. Pierre jusqu'à Pie VI; par Louis de La Vicomterie de Saint-Samson, Louis Marie Prudhomme, p.393.
  4. Innocent VI, pape d'Avignon
  5. Fondation de la chartreuse du Val de Bénédiction
  6. a, b et c Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique, par Louis Mayeul, Chaudon, p.29.
  7. Histoire universelle de l'Église Catholique, par René François Rohrbacher, Auguste-Henri Dufour, p.373.
  8. histoire de la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Villeneuve-lès-Avignon, Gard.
  9. Les funérailles de Clément VI et d'Innocent VI d'après les comptes de la Cour Pontificale

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chroniques contemporaines
  • J. Froissart, Chroniques, texte et notes de Kervyn de Lettenhove, Bruxelles (T. IV à VIII), 1868.
  • J. Froissart, Chroniques, texte et notes de Siméon Lucé, Paris (T. IV à VIII), 1873 - 1874
  • J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel (1326-1361), texte et notes de J. Viard et E. Deprez, T. I et II, Vol. 1, 1326-juillet 1342, Vol. 2, Août 1342-1361, Société de l’Histoire de France, Paris, 1904-1905
  • G. Villani, puis M. Villani et F. Villani, Cronica e Istorie Fiorentine, Florence, 1823.
Études générales
  • É. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, sive collectio actorum veterum, Vol. I et II. Paris, 1693.
  • J. F. Fornéry, Histoire ecclésiastique et civile du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, Avignon, 1741.
  • Tessier, Histoire des souverains pontifes qui ont siégé dans Avignon, Avignon, 1774.
  • J. B. Christophe, Histoire de la papauté pendant le XIVe siècle avec des notes et des pièces justificatives, T. I & II, Paris, 1853.
  • J. B. Joudou, Histoire des souverains pontifes qui ont siégé à Avignon, Avignon, T. I et II, 1855.
  • Guillaume Mollat, Les papes d’Avignon (1305 – 1378), Limoges. 1949
  • Y. Renouard, La papauté à Avignon, Paris. 1954
  • B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, (1309 – 1376). Étude d’une société, Paris. 1962
  • D. Paladilhe, Les papes en Avignon, Paris. 1975
  • B. Guillemain, Les papes d’Avignon (1309 – 1376), Paris. 1998
Études particulières
  • A. Cherest, L’Archiprêtre, épisodes de la guerre de Cent Ans au XIVe siècle, Paris, 1879.
  • M. Faucon, Prêts faits aux rois de France par Clément VI, Innocent VI et le comte de Beaufort, Bibliothèque de l’école des chartes, T. XL, pp. 570 – 578, 1879.
  • A. Coville, Arnaud de Cervole, in L’armée à travers les âges, 2e série, Paris, 1900.
  • E. Déprez, Les funérailles de Clément VI et d’Innocent VI d’après les comptes de la Cour pontificale, Mélanges d’archéologie et d’histoire, Vol. 20, n°1-20, 1900.
  • L. H. Labande, L’occupation de Pont-Saint-Esprit par les Grandes Compagnies (1360 – 1361), Revue historique de Provence, 3, 1901.
  • Louis Bruguier-Roure, Un prétendant au trône de France dans la vallée du Rhône en 1360 : le roi Gianinno di Francia, Mémoires de l’Académie du Vaucluse, T. VI, 1906.
  • R. Michel, La construction des remparts d’Avignon au XIVe siècle, Congrès archéologique de France, 1909.
  • G. Biscaro, Les relations des Visconti de Milan avec l’Église. L’archevêque Jean, Clément VI et Innocent VI, Archivio storico lombardo, 1919-1928.
  • E. Vincent, Les tombeaux des papes limousins d’Avignon, Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 1950.
  • P. Gasnault, et M. H. Laurent, Innocent VI (1352-1362). Lettres secrètes et curiales, publiées ou analysées d’après les registres des archives vaticanes, Paris, 1959.
  • J. Glénisson et G. Mollat, Correspondance des légats et vicaires généraux : Gil Albornoz et Androin de la Roche (1353-1367), Paris, 1964.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :