Prato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prato (homonymie).
Prato
Vue de Prato et de son campanile
Vue de Prato et de son campanile
Noms
Nom italien Prato
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Prato 
Maire Roberto Cenni
2009-2014
Code postal 59100
Code ISTAT 100005
Code cadastral G999
Préfixe tel. 0574
Démographie
Gentilé pratesi
Population 188 011 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 929 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 48″ N 11° 05′ 54″ E / 43.88, 11.0983343° 52′ 48″ Nord 11° 05′ 54″ Est / 43.88, 11.09833  
Altitude Min. 65 m – Max. 65 m
Superficie 9 745 ha = 97,45 km2
Divers
Saint patron Saint Etienne
Fête patronale 26 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Prato

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Prato

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Prato
Liens
Site web http://www.comune.prato.it/

Prato est une ville de la province de même nom dans la Toscane.

C'est une ville qui vit essentiellement de ses activités de production du textile et de son commerce, située à une vingtaine de kilomètres au nord de Florence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Historiquement, Prato possède encore ses fortifications médiévales comme beaucoup de villes toscanes. Durant la Renaissance italienne elle a subi le joug de la famille Médicis qui en a massacré la population afin de montrer son courroux aux habitants de Florence, ce qui leur a permis de revenir au pouvoir dans la cité du lys sans combattre.

Aux alentours de Prato se trouve toujours la Villa médicéenne de Poggio a Caiano que l'on peut visiter. La création de cette bâtisse ouvrira, en architecture, le dialogue entre la demeure et le jardin, modèle dont s'inspireront entre autres les artisans du grand siècle français qui créeront le château de Vaux-le-Vicomte près de Paris.

Enfin, Prato est connue pour avoir été, toujours durant la Renaissance, une place financière européenne de tout premier plan. C'est dans cette ville que Francesco di Marco Datini a inventé la lettre de change pour que les commerçants puissent traverser l'Europe sans risque de se faire détrousser. Cela a été très utile notamment pour le commerce avec les pays de la Hanse du nord de l'Europe et les grandes villes de foire.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités nées ou liées à Prato[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Palazzo pretorio

Le centre ville de Prato est ceint de remparts médiévaux et contient l'ensemble des monuments principaux :

  • Il Duomo (la cathédrale) et son campanile sur la place du même nom. La cathédrale de style romano-pisan est remarquable par sa facture. Elle possède une chaire extérieure dédiée au Sacro Cingolo, c'est-à-dire la Sainte-Ceinture de la Vierge Marie donnée par elle à saint Thomas. La chaire est recouverte de la Danse des Putti, une œuvre sculptée par Donatello. À l'intérieur se trouvent des fresques de Paolo Ucello. Et, sur la place, une statue représentant Giuseppe Mazzoni (ici, à droite du campanile)

« [...] Beau manteau que ce Mazzoni ! Beau manteau de marbre. Le rembourrage d'étoupe et de crin lui fait les épaules larges et carrées. Beau manteau, il n'y a pas à dire, sans un bouton manquant. Le sculpteur était vraiment un tailleur remarquable. »

— Maladetti Toscani de Curzio Malaparte, traduit de l'italien par Georges Piroué, Éditions Le livre de Poche, p.78, 1970

  • Le Palazzo Datini, palais du riche banquier et marchand
  • L'église San Domenico et son joli cloître planté d'oliviers
  • L'église Santa Maria delle Carceri (Sainte-Marie des prisons), située près du château, et qui fut édifiée sous les ordres de Laurent de Médicis. Elle constitue un tournant dans l'architecture religieuse par sa forme constituée de deux nefs égales (croix grecque) et d'une coupole centrale permettant un éclairage remarquable.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2004 juin 2009 Marco Romagnoli Démocrates de gauche  
juin 2009 en cours Roberto Cenni Centre-droit  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Borgonuovo, Cafaggio, Canneto, Capezzana, Casale, Castelnuovo, Chiesanuova, Coiano, Figline di Prato, Filettole, Fontanelle, Galcetello, Galceti, Galciana, Gonfienti, Grignano, I Ciliani, I Lecci, Il Cantiere, Il Guado, Il Soccorso, Iolo, La Castellina, La Conca, La Dogaia, La Macine, La Pietà, La Querce, Le Badie, Le Caserane, Le Fonti, Le Fornaci, Maliseti, Mazzone, Mezzana, Narnali, Paperino, Pizzidimonte, Reggiana, San Giorgio a Colonica, San Giusto, San Paolo, Santa Cristina a Pimonte, Santa Lucia, Santa Maria a Colonica, Sant'Andrea, Sant'Ippolito, Tavola, Tobbiana, Viaccia, Vergaio.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Agliana (Pistoia), Calenzano (Florence), Campi Bisenzio (Florence), Carmignano, Montemurlo, Poggio a Caiano, Quarrata (Pistoia), Vaiano.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés

Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente était de 28.402 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 11 882 - 6,32 %
2 Drapeau de l'Albanie Albanie 4 646 – 2,47 %
3 Roumanie Roumanie 2 806 – 1,49 %
4 Drapeau du Pakistan Pakistan 1 957 – 1,04 %

La communauté chinoise (en provenance de la province du Zhejiang) est la principale communauté étrangère de la cité et la troisième d’Europe après Londres et Paris. Les citadins chinois enregistrés étaient déjà un peu plus de 10 000 en 2007, plus les réguliers sans résidence ; soit une estimation d’environ 20 000 (10 % des habitants)[2], en constante augmentation.

Sports[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]