Grégoire VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grégoire VI
Image illustrative de l'article Grégoire VI
Biographie
Naissance ? , Cologne
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 1er mai 1045
Intronisation 5 mai 1045
Fin du pontificat 20 décembre 1046
Précédent Benoît IX Clément II Suivant

Grégoire VI (? - Cologne ? , début 1048) né sous le nom de Jean Gratien, fut élu pape le 1er mai 1045 et abdiqua à Sutri le 20 décembre, 1046.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1045 le trône pontifical était occupé par un jeune débauché, Benoît IX ; sa famille, les influents Tusculani, l'y avait placé à la suite d'une élection simoniaque quoiqu'il n'eût pas la moindre vocation.

Comme l'idée lui était venue de se marier, il demanda conseil à son parrain Jean Gratien, archiprêtre de Saint Jean Porte latine, dont la droiture était connue, s'il lui était permis d'abdiquer. Quand on lui eut expliqué qu'il en avait le droit, il offrit à son parrain de lui céder sa place contre une grosse indemnité (peut-être mille ou deux mille livres d'argent). Un peu naïvement Jean Gratien accepta, convaincu qu'il fallait mieux ne pas laisser un pape aussi indigne sur le trône de saint Pierre et il lui succéda sous le nom de Grégoire VI.

Les réformateurs l'accueillirent avec joie et il eut même le soutien de saint Pierre Damien, si strictement légaliste pourtant. L'affaire n'était pas finie: c'est qu'un autre candidat était en lice, Jean, évêque de Sabina, proclamé pape sous le nom de Sylvestre III. Il s'était jadis opposé à Benoît IX, s'était fait élire lui aussi par une élection simoniaque et, bien que finalement vaincu, n'avait pas renoncé à ses prétentions.

Pour compliquer encore davantage la situation, comme Benoît IX, le pape démissionnaire, n'avait pas réussi à obtenir la fille qu'il convoitait, il revint sur son abdication, ce qui faisait désormais trois papes se disputant le siège.

Dans ces conditions, avec un trésor vide et un clergé corrompu, c'était une tâche surhumaine pour Grégoire de mener à bien son désir de réforme, et il ignorait qu'elle devait par la suite être reprise par son secrétaire Hildebrand qui deviendrait le fameux Grégoire VII. Finalement une partie du clergé abandonna alors les trois papes et demanda l'arbitrage du roi de Germanie Henri III qui vint en Italie à l'automne 1046.

À la demande du roi, qui semblait le reconnaître, Grégoire VI convoqua un synode qui s'ouvrit à Sutri le 20 décembre. Il condamna Sylvestre III comme usurpateur, le déclara déchu de ses dignités épiscopale et sacerdotale, et l'enferma dans un couvent pour le reste de ses jours[1]. Avec Benoît IX on fit encore moins de façon: il avait abdiqué et ne possédait donc plus aucun droit. Mais on se retourna ensuite contre Grégoire VI en lui rappelant qu'il avait acheté son trône et n'était donc pas moins simoniaque que les autres, si bien qu'il fut obligé de démissionner, laissant la place à un Allemand, Clément II, l'évêque de Bamberg. Il suivit ensuite Henri III en Allemagne où il mourut bientôt, probablement à Cologne.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La sentence semble par la suite avoir été adoucie selon le BBKL qui nous dit : « Au Synode de Sutri il fut officiellement démis de ses fonctions par Henri III mais put conserver son siège » (traduit de l'allemand).