Urbain IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pantaléon (homonymie).
Urbain IV
Image illustrative de l'article Urbain IV
Biographie
Nom de naissance Jacques Pantaléon
Naissance 1195
Troyes
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 29 août 1261
Intronisation 4 septembre 1261
Fin du pontificat 2 octobre 1264
Pérouse
Précédent Alexandre IV Clément IV Suivant

Blason

Urbain IV, né Jacques Pantaléon (Troyes, ca. 1195Pérouse, 2 octobre 1264), est pape du 29 août 1261 à sa mort. Il était le fils d'un savetier de Troyes.

Il est clerc à la cathédrale vers 1210, prêtre et prédicateur vers 1215, attaché à l'évêque de Laon en 1216, docteur en théologie en 1220.

Il devient archidiacre de Laon en 1238, de Liège en 1241. Il est évêque de Verdun de 1253 à 1255. En 1255, le pape Alexandre IV le nomme patriarche de Jérusalem.

Il est élu pape le 29 août 1261. Un mois plus tôt, le 25 juillet 1261, Michel VIII Paléologue a repris Constantinople aux Croisés. Son chapelain est le mathématicien Campanus de Novare. En 1263 et en 1264, il négocie avec Louis IX et son frère Charles d'Anjou en vue de donner à ce dernier la couronne du royaume de Sicile, à charge pour lui de la conquérir par une expédition militaire contre Manfred de Hohenstaufen, fils bâtard l'empereur Frédéric II[1] En 1264, il instaure la Fête de l'Église universelle qui deviendra la Fête-Dieu. Cette fête avait déjà été célébrée à Liège sous le nom de « Saint-Sacrement » en 1246.

Article détaillé : Fête-Dieu.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans la prophétie de saint Malachie, il est désigné comme « Jerusalem Campaniæ », ce qui s'explique du fait qu'il était patriarche de Jérusalem lors de son élection et que la ville de Troyes où il est né se situe en Champagne. Le mot latin comporte une majuscule ; il ne peut donc s'agir de « campagne » mais bien d'un nom propre comme « Champagne ».


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Patrick Gilli et Julien Théry, Le gouvernement pontifical et l'Italie des villes au temps de la théocratie (fin-XIIe-mi-XIVe s.), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010, p. 101-112